1

Un discours géopolitique décapant de Z à Rouen : J’adhère à 100 %

Discours géopolitique offensif de Zemmour à Rouen. J’adhère à 100 %

C’est au cri de « Zemmour Président », que notre candidat patriote a fait son entrée au Zénith à Rouen.

Devant un parterre de 1000 personnes notre champion a mené hier une charge contre la doctrine atlantiste, qui nous paralyse et nous asservit aux États-Unis.

Un discours de bon sens, très nationaliste, que n’aurait pas renié le général de Gaulle.

Si les Anglais, « nos ennemis depuis mille ans » en ont pris pour leur grade, ce sont les États-Unis qui ont surtout subi les attaques de notre candidat patriote. Zemmour est un gaulliste et il le prouve.

Tous nos gouvernants, de droite comme de gauche, se sont couchés devant les États-Unis.

« Pour nos élites, c’est presque un soulagement : elles se réjouissent que la France se contente d’être sagement une puissance moyenne, à l’ombre des grands… elles se trompent lourdement : dans les relations internationales, il n’y a pas de place paisible pour les seconds rôles. »

« Le Débarquement fut à la fois une entreprise de libération et, en même temps, une occupation et une colonisation par les Américains ; de Gaulle a dû batailler ferme pour se libérer de la tutelle des États-Unis. »

Reconnaissons que jamais la France n’a été aussi respectée que sous de Gaulle.

Et Zemmour d’enfoncer le clou avec cet allié si peu fiable :

« Qui met nos dirigeants sur écoute, laisse la Turquie nous menacer, nous empêche d’établir une relation saine avec la Russie et nous fait perdre les milliards d’euros du contrat des sous-marins australiens ».

On ne saurait mieux dire sur cette domination arrogante que les États-Unis exercent sur une Europe faible et incapable d’assumer sa protection et sa propre politique étrangère. Sans armée puissante, l’UE reste un nain politique.

Zemmour aurait pu ajouter la scandaleuse amende de 9 milliards de dollars, infligée par la justice américaine à la BNP, pour avoir enfreint  le scandaleux « International Emergency Economic Powers Act ». Un privilège exorbitant du roi dollar imposé de force à toute la planète.

« BNP Paribas est poursuivie pour avoir facilité des milliards de dollars de transactions avec le Soudan, mais aussi l’Iran et Cuba, enfreignant ainsi l’« International Emergency Economic Powers Act », cette loi fédérale américaine de 1977 qui autorise le président des États-Unis à restreindre les relations commerciales avec certains pays. »

Avec les États-Unis, seule la loi du plus fort prévaut.

Zemmour cible ensuite Macron, « dernier homme sur terre à ne pas avoir compris que l’Allemagne ne voulait pas de son mariage forcé. Berlin collabore avec la diplomatie française uniquement pour récupérer le savoir-faire de notre industrie d’armement. Pour le reste, elle compte sur l’Otan pour assurer sa sécurité, et elle se moque bien de la défense européenne de notre Président. »

Zemmour a raison. Les pays capables de construire un avion de combat se comptent sur les doigts d’une seule main et l’Allemagne n’en fait pas partie. Elle a perdu son savoir-faire depuis 1945.

Ce que veut Berlin, c’est opérer un transfert technologique à son profit, en récupérant tous les brevets de Dassault. C’est cela la coopération franco-allemande qui se met en place pour le futur avion de combat qui remplacera le Rafale. Un marché de dupes. Mais le naïf Macron n’a jamais rien refusé à Angela Merkel.

Pour Zemmour « la puissance française n’a jamais été aussi nécessaire, car une nouvelle partie commence sur le grand échiquier géopolitique du monde et que la France ne peut pas se contenter d’être un simple pion. » Du de Gaulle pur jus !!

Concrètement, Zemmour sortira du commandement intégré de l’Otan que Sarkozy n’aurait jamais dû rejoindre. Il portera le budget Défense à 60 milliards par an, contre 40 actuellement.

Deux porte-avions seront mis en chantier, comme au temps du Clemenceau et du Foch. Un seul porte-avions opérationnel à mi-temps, cela n’a aucun sens.

« Soyons honnêtes : si la France est encore écoutée en Europe et dans le monde, elle le doit à son armée et à sa force de frappe nucléaire. Il n’y a pas de politique étrangère forte sans des armées fortes. »

À propos d’une marine puissante, Zemmour ajoute :

« C’est l’assurance de pouvoir frapper n’importe qui, n’importe où, n’importe quand. Peu de pays ont cette capacité. Elle est à portée de main pour la France, arrêtons de tergiverser, saisissons-la ! »

« La France doit redevenir une puissance d’équilibre. Cela veut dire que la politique étrangère de la France ne doit se décider ni à Bruxelles, ni à Berlin, ni à Washington, ni à Moscou, mais à Paris, et conformément à nos intérêts. »

Un discours patriote digne des plus belles heures du gaullisme, quand notre armée et ses forces nucléaires étaient une priorité de l’exécutif dans un monde menaçant.

Jamais un misérable fossoyeur de la France comme Macron ne comprendra un tel discours. Macron, c’est d’abord cette photo ignoble :

Macron ne sait que détruire le pays et semer les germes du face-à-face que nous prédisait Gérard Collomb en quittant la place Beauvau. Il est fier de se dire patriote européen, comme si nos voisins allaient se soucier de nos propres intérêts ! Quelle tragique illusion !!

Il est grand temps de voter pour un vrai patriote, un vrai gaulliste soucieux des intérêts et de l’avenir de la France.

En 2022, ce sera la victoire de Zemmour ou bien le terminus pour la France. Il n’y a pas d’autre issue pour le peuple français. Que chacun en soit persuadé.

(extraits du Figaro du jour)

Jacques Guillemain