1

Un État juif est-il conciliable avec la démocratie ?

Le crépuscule de la liberté

Peut-on être juif et laïc en même temps ? Ce n’est guère un secret que le sionisme se rattache à une religion spécifique et à une contrée qui a vu naître et se propager les Juifs mieux connus sous l’appellation originelle : « Hébreux ».

Mais oui, les amis, le ridicule ne tue pas ! Balfour voulait un foyer juif… Qu’est-ce un Juif alors :

Wikipédia nous dit : Les Juifs (en hébreu : יְהוּדִים / yehoudim, en grec ancien : Ἰουδαῖοι / Ioudaĩoi, en latin : Iudaei, etc) sont les membres d’un peuple lié à sa propre religion, le judaïsme.

La tradition juive relie leur ascendance aux patriarches Abraham, Isaac et Jacob, également appelé Israël. Ils peuplent la Judée et le royaume d’Israël, structurant leur quotidien autour de la Bible hébraïque, laquelle comprend les cinq Livres de la Torah attribués à Moïse, les livres des prophètes ultérieurs et d’autres écrits. La Bible définit leurs croyances, leur histoire, leur identité nationale et légifère dans tous les domaines de leur vie ».

Résumons tout ce blabla : le sionisme = mouvement national du peuple juif visant à la formation d’un foyer national juif, et à l’autodétermination du peuple juif en  Terre d’Israël, correspondant à peu près à Canaan, à la Terre sainte, ou à la région de Palestine-Wikipédia – Sionisme est un terme provenant du mot Sion se rapportant aux Juifs de Sion, donc d’Israël.

Le foyer juif auquel se référait Balfour devrait servir de refuge aux Juifs et aux Juifs seulement. Ce foyer, suite aux négociations et à la répartition de l’ONU, devint un État juif.

La Laïcité revendiquée par des Juifs « athéistes » donc sans aucune affiliation religieuse, ne devrait pas en principe les inclure en qualité de Juifs, mais plutôt d’agnostiques/athéistes. Tout au début personne n’avait accordé une attention particulière à cet aspect bizarre et incompatible de « Juifs athéistes ». Il est largement temps d’appeler un âne par son véritable nom et de cesser de nous prendre pour des ignares.

Le foyer juif, s’il ambitionne d’être un foyer juif, devrait appliquer l’apartheid, sinon, il deviendrait une démocratie du modèle connu en Europe et aux USA, d’où la revendication correcte des Arabes de Palestine qui réclament un État pour tous ses citoyens.

Dans le temps, on comptait des Juifs arabes, qui avaient vécu au sein de populations arabo-islamiques et qui ont cessé d’être considérés comme Arabes pour n’être plus que des Juifs tout court. Ils avaient vécu en général dans des ghettos, des mellahs, des quartiers réservés aux Juifs. L’apartheid fonctionnait sans failles. Aucun chef d’État européen et américain ne s’est insurgé de cette division. Par contre, ils le vocifèrent et perpétuellement à l’encontre d’Israël, prétendu appliquer l’apartheid, alors qu’aucun Arabe d’Israël ne vit dans un ghetto, dans un quartier limité aux Arabes et que ceux-ci sont considérés et inclus dans tous les systèmes gouvernementaux et civils, comme citoyens israéliens sans aucune distinction particulière.

Si ce n’est pas de l’antisémitisme, qu’est-ce alors ?

Le fait que beaucoup de Juifs, devenus laïcs et athéistes surtout en Europe aient été assassinés à cause de leur précédente identité juive, durant la Seconde Guerre mondiale, a poussé nombreux d’entre eux à immigrer vers Israël. Cette portion de « Juifs laïcs et agnostiques » représente la majorité du parti politique de Gauche qui suit pas à pas et mot pour mot la connotation exacte du terme démocratie. Or une démocratie comme ils l’entendent signifie la fin du Foyer juif. On ne peut pas être juif et prétendre être aussi démocrate. C’est du vent, du sable dans les yeux, un mensonge, un leurre…

Cette portion de « Juifs que de nom » a inspiré les Arabes de Palestine, les musulmans en particulier, à adopter les lignes démarcatives de la Gauche politique, dont, entre autre, l’inclusion et absorbation  de toutes les religions – l’islam en particulier.

Le régime démocratique signifie en principe la mort du Foyer Juif. Et il est inutile de vous faire un croquis. Ce régime n’est pas seulement suicidaire pour Israël, il l’est pour toutes les démocraties du monde. Le résultat est qu’à l’heure actuelle, grâce à la démocratie, des substitutions de populations ont lieu.

Le jeu de mots employé par les gouvernements successifs israéliens n’est qu’un trompe-l’œil afin d’imposer aux véritables Juifs d’Israël, un partage, une association même dangereuse (puisque Israël avait besoin d’effectifs afin de remplir ses rangs militaires  et avait accepté toutes les ethnies existant sur place). Israël n’a pas pris en considération qu’il suffirait d’un changement démographique pour que tout l’État bascule entre les mains des musulmans palestiniens, qui rappelons-le, ne veulent absolument pas d’autres religions en leur sein, hormis l’islam. Eux n’ont pas froid aux yeux lorsqu’ils déclarent qu’ils projettent d’appliquer à la lettre l’apartheid.

Les chrétiens arabes vivant en Israël ont déjà compris qu’ils n’ont aucune place auprès des musulmans de Palestine et même ailleurs au Moyen-Orient. Leur démographie dans les territoires prétendus palestiniens, s‘étrécit comme une peau de chagrin depuis la montée de l’OLP et du Hamas. Mais c’est le cas aussi des Juifs israéliens en Israël qui ne se sentent plus en sécurité dans leur État…

Il n’y a qu’à écouter les Arabes d’Israël parler d’occupation pour comprendre qu’ils ont tous adopté la fameuse rhétorique européenne envers la reprise par les Juifs de leurs terres ancestrales, alors que ces prétendus Palestiniens ne sont que des ressortissants égyptiens, jordaniens, syriens et turcs qui se désignaient comme des Arabes, jusqu’avant la guerre des six jours.

Le mal, phagocyté par le régime démocratique, s’est irrémédiablement ramifié dans toute l’Europe, en Israël et aux USA.

Plus on est de fous, plus on rit.

Thérèse Zrihen-Dvir