Un film sur Simone Veil : un navet, parce que le sujet est mauvais


« Je suis favorable à toutes les mesures de discrimination positive susceptibles de réduire les inégalités de chances… »
« Il n’y a pas d’obstacle de principe à gouverner avec les Socialistes » (Simone Veil).

Il arrive que des informations qui peuvent sembler anodines me mettent de bonne humeur, or je viens de lire une critique assassine concernant le film « Simone, le voyage du siècle » réalisé par Olivier Dahan qui s’est déjà illustré par quelques navets à gros budget (1).

Son film est censé nous raconter « le destin exceptionnel de Simone Veil, l’ancienne ministre française, survivante des camps de concentration et grande figure de la démocratie européenne ». Le personnage de Simone Veil est joué par Elsa Zylberstein. Le scénario est pourtant une hagiographie qui a tout pour satisfaire la bien-pensance, car Simone Veil est devenue une icône du « combat des femmes pour la liberté » (mais quelle liberté ?).

Le film est mauvais, entre autres, parce que le sujet l’est aussi, CQFD !
Souvenez-vous, le 1er juillet 2018, Simone Jacob, épouse Veil, et son mari Antoine étaient inhumés au Panthéon. « Cérémonie émouvante et empreinte de dignité » écrivait l’un des journaux officiels  du régime. L’ancien banquier d’affaires formé (et enrichi) à la banque Rothschild, qui préside le pays faisait, à cette occasion, un long discours (dont il n’était pas l’auteur) sentimentalo-pleurnichard ; un prêche comme les Français les aiment et qui permet à ce petit homme narcissique de faire remonter sa cote de popularité.

Simone Jacob a été l’une des nombreuses victimes de la Shoah : déportée à l’âge de 16 ans, elle a survécu à l’enfer. Etait-ce une raison pour la faire entrer au Panthéon ?
Assurément non, mais, après tout, puisque que François Hollande a fait entrer Jean Zay – qui n’a jamais été résistant – au Panthéon, pourquoi pas Simone Veil ?
D’ailleurs, le parcours de cette femme n’est-il pas exemplaire en «Ripoux-blique» ?
De sensibilité « sociale, humaniste et libérale sur les questions de société » (sic) elle s’enthousiasme pour Pierre Mendès-France et vote plusieurs fois pour la SFIO. Elle regarde avec bienveillance Mai 68, affirmant : « Contrairement à d’autres, je n’estimais pas que les jeunes se trompaient : nous vivions bel et bien dans une époque figée ».

En 1974, elle est nommée ministre de la Santé par Giscard. Le daim auvergnat pensait qu’elle serait plus crédible et plus convaincante que Françoise Giroud pour rallier la majorité à ses projets « progressistes » (2), dont l’IVG…
Elle sera ensuite la première présidente du Parlement Européen, de 1979 à 1982.
De 1993 à 1995, elle est ministre d’État, ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville dans le gouvernement Balladur, puis siège au Conseil Constitutionnel de 1998 à 2007, avant d’être élue à l’Académie Française en 2008.

Son entrée dans l’histoire viendra du néfaste tandem Giscard-Chirac, ce sera la « Loi Veil » sur l’interruption Volontaire de Grossesse (IVG), qui dépénalise l’avortement.
Ce texte mortifère sera adopté à l’Assemblée nationale le 29 novembre 1974.
Loi ensuite adoptée au Sénat deux semaines plus tard, elle entrera en vigueur le 17 janvier 1975. Dans un article publié en 2012, j’écrivais déjà ceci :
« Depuis la loi sur l’IVG, à raison de 220 000 avortements par an – chiffre officiel – la France a assassiné plus d’innocents qu’Adolf Hitler avec la Shoah. Paradoxe de l’histoire, la loi a été voulue et défendue par Simone Veil, une rescapée de Ravensbrück … ».
Notre pays n’a pas voulu comprendre que ce bouleversement philosophique allait détricoter tout l’ordre moral hérité du christianisme.

De là découlent l’abolition de la peine de mort pour les canailles, le PACS, le mariage homo, l’adoption pour des couples invertis; demain la PMA, la GPA, l’euthanasie; après-demain la pédophilie, la zoophilie, etc. Il n’y a pas de raison de s’arrêter en si bon chemin.
Ainsi, un peuple dit civilisé, un peuple de culture chrétienne, se réjouit d’avoir tué légalement… plus de neuf millions d’innocents.

L’infans conceptus, l’enfant à naître, était considéré comme un être humain depuis le droit romain ; la « Loi Veil » autorise à le tuer légalement. Or, ces neuf millions d’enfants nous manquent cruellement alors que nous vivons un véritable remplacement de population. Car, arrêtons de nous voiler la face, de nous bourrer le mou et de nous raconter des histoires : les femmes musulmanes ne pratiquent pas d’avortements « de confort » !

Et n’oublions pas que l’avortement légalisé a eu un effet domino dans presque toute l’Europe : le pays des Lumières et des « droits-de-l’homme » reste un modèle quand il s’agit de légitimer une infamie (3). Depuis, régulièrement, on tente de prolonger le délai légal d’IVG et quelques imbéciles nous disent que Simone Veil n’aurait pas voulu ça.

Ce combat pour l’IVG a valu à madame Veil « des injures et des menaces de la part de l’extrême droite », comme l’a rappelé l’écrivain Jean d’Ormesson en l’accueillant à l’Académie Française (4). On voudrait nous faire gober que celle que François Brigneau surnommait « la terreur des fétus » était opposée à la banalisation de l’avortement qui « restera toujours un drame » et que sa loi, « si elle n’interdit plus, ne crée aucun droit à l’avortement ».

Je me souviens qu’au moment où la Loi Veil fut adoptée, un petit journal satirique, singeant l’appel du guet au XVIII° siècle « Bonnes gens, dormez en paix, le guet veille ! » avait titré sa « une », en gras, par « Braves gens, forniquez en paix, Simone Veil ! ».
Mais la mère Veil est également responsable du « regroupement familial », dont elle a « vendu » l’idée à Giscard et Chirac en 1976. Or ce foutu regroupement, conjugué avec le « jus solis » dans notre Code de la Nationalité, s’est révélé une véritable arme de destruction massive, catastrophique pour l’identité de la France.

C’est encore elle qui mettra en échec (avec d’autres membres du gouvernement) le projet de retour forcé de 100 000 Algériens par an prôné par Giscard d’Estaing, dont la politique d’aides financières au retour avait lamentablement échoué.
Et puis, pour finir, la mère Veil ne se trompait jamais d’adversaire : elle n’avait qu’un ennemi, l’extrême-droite et, comme elle était rescapée de la Shoah, elle avait le droit de le dire haut et fort, même si la droite nationale n’a jamais eu la moindre responsabilité dans la déportation des Juifs durant « les heures les plus sombres de notre histoire ».

Lors des Législatives de 1988, alors que quelques personnalités de l’UDF passaient des accords de désistements avec le FN (et que Pasqua évoquait des « préoccupations » et des « valeurs » communes), elle déclarait : « entre un Front national et un Socialiste, je voterai toujours pour un Socialiste ». C’était idéologiquement une femme de gauche qui plaisait à la « droite-cachemire », aux centristes, et à tous les courants progressistes et européistes.
Une grande dame donc, que dis-je, une héroïne comme les aime la « Ripoux-blique » ;
européiste, mondialiste, ouverte aux avancées « sociétales », pro-immigration et avorteuse.

Emmanuel Macron, formé aux affaires par Jacques Attali et disciple, en économie, de DSK, a compris le profit qu’il pouvait tirer de l’entrée au Panthéon de Simone Jacob-Veil et il a vu juste : dans notre pays en pleine déliquescence, il était normal, logique, légitime, juste – que sais-je encore ? – que celle qui a tant fait pour détruire la France éternelle au profit de la faune allogène qui, demain, remplacera les Franchouillards, entre avec les honneurs dans cette ancienne église catholique transformée en temple de l’athéisme maçonnique.

Dans quelques décennies – mais je ne serai plus là pour le voir – quand l’Occident blanc aura sombré, victime de sa dénatalité et de son invasion par les hordes migratoires, peut-être se trouvera-t-il, dans quelque exil lointain, des sociologues pour admettre que la Loi Veil aura été un « crime contre l’humanité » ?

Les défenseurs de Simone Veil me disent qu’au soir de sa vie elle regrettait d’avoir porté la funeste loi sur l’IVG, et qu’elle a même participé à la « manif pour tous ». C’est possible, c’est sans doute vrai, mais cette repentance est trop tardive ; le mal est fait !
C’est au Seigneur de la juger, pas à moi ! A mon (modeste) niveau, on se contente de constater les dégâts, qui sont énormes, catastrophiques et irréversibles.

En attendant, si le film à sa gloire est un navet, ce qui semble être le cas, ce n’est pas grave, pour que les producteurs rentrent dans leurs frais, Emmanuel Macron demandera à Pap Ndiaye qu’on le diffuse dans les écoles !

Eric de Verdelhan

1)- Entre autres, « La môme » en 2007, ou « Grace de Monaco » en 2014,
2)- Rappelons-nous que Giscard voulait « vider le programme commun de son contenu ». En fait il aura fait bien pire que la gauche, ce qui n’a pas empêché l’élection de Mitterrand le 10 mai 1981.
3)- Même baptisée « avancée sociétale » cette loi reste une monstruosité et une infamie ; « génocide légal » conviendrait mieux !
4)- Simple rappel pour ceux qui considèrent Jean d’Ormesson comme un homme de droite.

image_pdfimage_print
11
1

67 Commentaires

  1. Primo : Jamais je n’irai voir une navet qui vante les mérites de cette tueuse d’enfants. Segundo: je n’ai pas envie de donner même 1 centime à ces gens qui essaient de faire du fric avec toutes les causes y compris les plus ignobles. Tercio : Je boycotte tout le cinéma Français actuel et je ne mets plus les pieds dans les salles. Il y a tant de bons films anciens ou étrangers à voir et à revoir qu’il est inutile de se polluer l’esprit avec un « Arsène Lupin » nègre ou avec une redite de la « Guerre des Boutons » où on a réussi à caser la déportation des juifs.

  2. Les critiques sont très mauvaises. Je me suis amusée à lire celle de « telerama » le canard télé des intellos de gauche. Et ben, pour une fois…

     » La vie de Simone Veil, grande femme politique disparue en 2017, racontée par Olivier Dahan, ne fait pas le biopic du siècle. Et Elsa Zylberstein y est plus proche de Canteloup que d’une composition d’actrice…

  3. Son mari Antoine a débuté dans les cabinets ministériels. Soit dit en passant, elle est devenue magistrat car il lui avait interdit de devenir avocate, son premier choix. Il a occupé des postes de prestige et a été plusieurs fois président de grandes sociétés dont UTA, ce qui permettait à cette gentille famille de voyager gratis. Ces deux fils sont des avocats d’affaires. Mais, Jean Veil ne l’a pas toujours été. Il été connu dans le secteur bancaire pour être l’avocat des banques face à des familles endettées et en difficulté qu’il assignait systématiquement au Tribunal.
    Et on termine par le magnifique appartement Place Vauban à Paris le 7ème qu’ils ont fini par acheter. Et le maître d’hôtel noir avec les gants blancs qui met la table. C’est ce qui s’appelle avoir bien roulé les gens dans la farine.
    Mais, elle avait son public à cause de la loi sur l’IVG. Quand on ne veut pas regarder ailleurs…

  4. C’est une création juive qui s’adresse aux juifs qui vivent en France et donc je ne me sens pas concerné par ce genre de propagande !

  5. Excellent article sur cette femme dont l’action politique a été continument néfaste à la France !

  6. Je n’ai jamais digéré que, de son vivant, Simone Veil fasse part de sa certitude d’aller au Panthéon et en imposant ses conditions : avec son mari !
    Elsa Zibelstein est la personne qui avait déjà son permis de conduire annulé quand elle a pris sa voiture et a renversé une très vieille dame..et s’est sauvé,
    laisant la vieilla dame par terre.
    Il paraît que Olivier Dahan n’a jamais cité une seule fois le nom de VGE à qui simone veil doit le démarrage de sa carrière. Son père, sépharade, était président de la Licra dans sa région.
    Donc, tout cela fait un peu « de l’entre soi ».
    On constate quand même que tout est possible parce Ziblerstein dans le rôle de Simone Veil, il fallait oser.

  7. Ne pas oublier non plus que son passage au ministère de la Santé a été le début de la descente aux enfers de l’hôpital public comme tout le monde le voit jusqu’à aujourd’hui : c’est elle qui a initié le plan comptable imbécile qui fait qu’on veut gérer l’hôpital comme une entreprise commerciale lambda (pour faire simple). Cette femme a été extrêmement nuisible pour la France.

  8. Ceux qui sont contre Simone Veil à cause de sa dépénalisation de l’IVG devraient faire l’effort de comprendre qu’il y a toujours eu beaucoup d’ avortements, même avant cette loi. La différence, c’est que les femmes en mouraient, car ils n’étaient pas faits dans de bonnes conditions. Tout ce que sa loi a changé c’est que maintenant toutes les femmes, pas seulement les nanties, n’y laissent pas leur vie et leur santé.

    • Madame, légalisons donc le crime (car s’en est un) afin que les meurtres soient accomplis dans des conditions d’hygiène compatibles avec les règles hospitalières et remboursés par la SS !

      • Pour moi les criminels sont ceux qui laissent mourir les femmes pauvres dans un avortement mal fait car je le répète, l’avortement n’est pas du tout un problème pour les nanties qui échappent à votre culpabilisation. Par ailleurs, ne vous faites aucune illusion, avec ou sans loi, les avortements continueront toujours. Les femmes mourront, c’est tout. Les culs bénits sont une malédiction, ils ont envahi ce site !

        (La modération : on peut être croyant et ne pas être contre l’avortement, mais pas un avortement de confort)

        • Un avortement n’est que rarement un avortement de confort ! ça n’a rien d’une partie de plaisir. Il répond généralement à une situation qui n’a pas été souhaitée.
          Par ailleurs, il me semble que pour bien démarrer dans l’existence, un enfant doit être désiré et les parents en mesure d’élever dans de bonnes conditions l’enfant à naître. ça tourne mal dans le cas contraire, pour l’enfant et pour sa mère.
          Je trouve qu’il y a beaucoup d’hypocrisie et d’absence de compassion chez les anti-avortements. En priorité parce que c’est un problème qui ne concerne que les femmes démunies. Ensuite, parce qu’une femme qui ne veut pas garder un enfant ne le gardera pas, quitte à en perdre vie et santé et ça, les anti s’en foutent..

    • Archi-faux. Les femmes ne mourraient pas toutes d’avortements clandestins, et leur nombre n’avait rien à voir avec le nombre d’avortements légaux annuels depuis 1975. En fait, il y en avait 1 million par année (selon le Manifeste des 343), curieusement, ce nombre est descendu à 200 000 avec la légalisation, due l’avortement. La vérité, c’est que légalisation de l’avortement a fait exploser le nombre d’avortement en France. D’ailleurs, la courbe de natalité s’effondre après la légalisation de l’avortement, ce doit être une simple coïncidence.

      • à ce brave rik : Ah, si elles ne mourraient pas toutes, juste quelques-unes ce n’est pas grave alors. On devine la grande bonté, l’humanisme qui habite les anti-avortements. C’est à vomir.

    • Vu la proportion hallucinante de blancs stériles et de pédés, l’IVG d’aujourd’hui est juste une petite contribution au suicide de la civilisation occidentale !

      • Bacquet. Si des femmes meurent dans un avortement clandestin, c’est également un suicide. Pire encore puisque au lieu d’un embryon, c’est un embryon et une femme, peut-être une femme qui aurait pu avoir d’autres enfants, dans de meilleures circonstances, qui disparaissent. Et il y a aussi un risque de stérilité suite à ce genre de pratique. C’est un mauvais calcul d’être contre.
        La contraception aussi contribue à l’effondrement de la natalité ! Et la raison est à chercher plus en amont : en France, en Europe, l’époque n’est plus guère vivable, l’avenir fait peur.

    • Faux ! Les avortements font toujours des femmes mortes, certainement plus rarement, mais toujours existants. J’ai bossé dans une ville portuaire britannique où la plupart des avortements était fait sur des prostituées. Il est intéressant que quand je leur disait que l’anesthésie générale pouvait être mortelle, même si c’était extrêmement rare, certaines d’entre elles ont refusé l’avortement. Et je sais d’expérience personnelle qu’une prostituée vit très bien avec son enfant tout en continuant d’exercer son métier. Il y a une élue américaine au Congrès Fédéral Américain qui est l’enfant d’un viol subit par sa mère qui a refusée un avortement après avoir entendu le cœur de son fétus à naître.

    • Donc c’est tout à fait acceptable de massacrer des mômes….parce que les mômes, c’est presque secondaire non, pour tous les  » intellectuels  » qui brandissent l étendard du massacre comme une bannière de vertu…

  9. Je ne suis pas du tout une bien pensante comme insinué ici par ce qui ressemble encore une fois à un cul bénit mais ne suis absolument pas d’accord avec cet article. J’ai vu le film et l’ai apprécié. Seul reproche : peut-être un trop grand nombre de flash-back.
    Même si elle n’était pas parfaite – qui l’est ? – Simone Veil était une femme admirable, courageuse, sincère . Elle a droit à toute mon admiration, elle a fait de grandes choses, même si elle a sous-estimé, comment le prévoir ? la folie des êtres humains qui d’un acte devant rester exceptionnel et destiné à sauver la vie et la santé des nombreuses femmes défavorisées qui perdaient l’une et/ou l’autre dans des avortements clandestins , acte devant selon elle être réalisé dans des conditions bien précises, certains ont fait un acte barbare allant jusqu’à broyer le crâne d’un fœtus.

    • Soyons sérieux Carole, l’avortement clandestin ou médicalisé est un acte de barbarie qui supprime la vie. Aucun animal n’est coutumier d’un tel crime. Nous en France plus de 200 000 par ans, sans l’ombre d’un espoir de baisse.

    • Je vous recommande de visionner le film de Bernard Nathanson « The Silent Scream ». Ensuite, vous pouvez aussi regarder « Eclipse Of Reason », du même auteur. Vous verrez, c’est de toute beauté.

    • Du cul béni au crâne broyé, vous faites un parcours totalement incohérent. Simone Veil a ouvert la boîte de Pandore à ce qui s apprente à un massacre. Quand on ne contrôle pas les tenants et aboutissants sur des sujets aussi graves,on ne joue pas les ambassadrices du bien être de l humanité. On ne tue pas des enfants . Le reste, je vous en fais cadeau .

    • En complément à ma réponse Carole, le massacre des innocents, que vous le vouliez ou non, est une abomination. Que cette femme repose tout près de Jean Moulin me donne la nausée.

      • Nous ne défendons pas le même massacre, M. Cimala. Vous défendez des embryons, innocents, évidemment (que de grands mots !). Mais omme Simone Veil, je défends quant à moi celui des femmes, des femmes pauvres. Car les femmes nanties échappent à votre vindicte, elles pouvaient faire ce qu’elles voulaient, dans de bonnes conditions d’hygiène sans qu’on les inquiète, alors que les autres risquaient leur santé, voire leur vie. Tout ça n’est qu’une question de pognon, encore une fois. C’était une terrible injustice qu’a réparée Simone Veil.

        • Puisque vous parlez des femmes pauvres,pourquoi votre icône Simone n a t elle pas plaidé pour un accompagnement social et familial plus adapté. La position qu elle a occupée à différentes époques lui en permettait la proposition et la mise en place. Là elle aurait marqué son époque par la vie…quoi qu il en coûte ! Non. Les préjugés peuvent s effacer, le sang répandu par ces actes barbares qui arranchent un être vivant au ventre de sa mère, ce sang ne s effacera jamais. Quoi que vous puissiez dire, cette femme ayant connu l horreur des camps nazis, a mis en place et légalisé un processus monstrueux. C’est la pire des leçons.

  10. Ils vont idéologiser sa vie, alors que cet idéal n’était pas le sien… C’est tout comme cela, maintenant, plus de mosaïque d’opinions, on réduit à une seule voie ou voix…

  11. Voilà ce que j appelle une envolée magistrale Éric . Tout est en place. 100% d accord avec vous. Des femmes de cet acabit n ont rien à foutre au Panthéon, ni son mari, ni le Jean Zay pour qui le drapeau français n était qu un vil torche cul .

    • @Cimala : C’est bien là la réflexion d’un bonhomme. Égoïste, macho et cul bénit ! Elle a sauvé la vie des milliers de femmes qui la perdaient dans un avortement clandestin. Jamais des nanties, celles-là n’avaient pas de problème pour aller se faire avorter à l’étranger dans de bonnes conditions. Alors si, elle mérite le Panthéon.
      C’est par contre désolant que certains aient opéré depuis des modifications inacceptables et barbares dans ce qu’elle avait prévu.

      • Il ne critique SW pour sa loi sur l’ avortement mais pour son appétence à la submersion migratoire et au gauchisme caviar .

      • Vous pourriez nous donner le nombre de femmes qui mourraient d’avortements clandestins avant 1975 ?

      • Elle a peut-être « sauvé la vie » de milliers de femmes, qui au passage n’étaient pas toujours innocentes de ce qui leur arrivait, pour en supprimer des centaines de milliers d’autres, celles des foetus assassinés, qui eux étaient bel et bien innocents ! Belle « morale » que la vôtre ! À vomir.

        • « Innocentes de ce qui leur arrivait » !!! MDR ! Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire. Alors, là c’est signé cul bénit sans le moindre doute.

      • Ni égoïste, ni macho ni cul béni mon petit. Soyez un peu plus respectueuse. Faire passer Simone Veil à la postérité sur la base de ce que je considère être un génocide est une abomination. Tuer un enfant, quelle que soit sa taille, dans le ventre de sa mère est une des choses les plus horribles qui soit. Évidemment en cas de viol avéré on peut mettre un bémol et le tolérer . C’est à mon avis le seul cas. Et c’est mon droit de le dire. Cette femme n a rien à foutre au Panthéon. Sa présence déshonore celle de certains autres beaucoup plus héroïques.

        • Cimala. Tuer un enfant ? Savez-vous qu’ une grossesse sur cinq se termine par un avortement spontané, une « fausse couche » » en langage populaire. Sans rentrer dans les détails, ça ressemble parfois juste à un retard, si vous voyez ce que je veux dire. Et on n’inscrit pas ce « décès » à l’état-civil, que je sache. Il n’y a pas d’enterrement. Ce n’est pas considéré comme mort d’ enfant. La terme « mort d’ « enfant », est surtout utilisé par les moralisateurs pour culpabiliser les femmes.

          • Une fausse couche, c’est la nature. Et c’est bien triste. Mais un avortement, sauf en cas de viol avéré, c’est un assassinat. La dernière partie de votre propos est une honte absolue . Je pense que vous n avez peut-être pas d enfants. Les raisons , si c est le cas, m importent peu . Mais Si vous en avez , c’est encore plus honteux, voire pathétique en ce qui vous concerne. J ai vraiment pitié de vous Carole.

    • Réponse à Mr Cimala : merci de rappeler l’histoire du Drapeau Français de Jean Zay (il se torchait avec). On voit la distinction de l’homme. Nommé ministre de l’Education Nationale par Blum, le grand bourgeois.
      Lui a eu droit au Panthéon. Pas le grand Georges Mandel, proche collaborateur de Clémenceau. Ignoré par cette crapule de Hollande et privé de Panthéon.

      • Oh que oui Astrid. Georges Mandel un esprit brillant, lâchement abattu par la milice dans une forêt. Merci de le rappeler. Bien cordialement.

      • On n est pas antisémite parce qu on critique les comportements criminels d une personne, qu elle soit juive ou pas. Votre commentaire est totalement hors cadre. Quant au fait d en crever ça me semble quelque peu menaçant. Vous avez mon nom et mon prénom. Donnez moi les vôtres et on se rencontre pauvre type. Décidément quand on met l antisémitisme à toutes les sauces, ça fabrique des tocards dans votre genre.

    • Le grand remplacement n’est-il pas plutôt dû à l’immigration massive et sans contrôle ?

      • L’avortement à l’échelle industrielle conduit à une natalité insuffisante. D’où l’immigration. D’où tout le reste qui s’ensuit.

      • Et je suis sûr que le jour où ces arrivants s installent sur notre sol, vous êtes anti avortement pour qu ils puissent procréer toujours plus et …essayer de nous remplacer. Par contre, côté démagogie, vous êtes irremplaçable. Comme Sandrine Rousseau. Partez avec elle en vacances, loin, très loin, très loin….avec des hommes déconstruit tant qu à faire 😊😊😊😊😊😊😊

        • M. Cimala, vous êtes ridicule, Je n’ai rien à voir avec cette cinglée de Rousseau et je n’ai à voir avec vous non plus qui voyez les femmes comme des utérus sur pattes , un peu comme Pierre Bergé finalement. Et pour être logique avec vous-même, vous êtes certainement contre la contraception ? Elle aboutit au même résultat : moins d’enfants.

          • Tout faux. Je suis père de 4 enfants, conçus dans l amour, toutes des filles. Vous êtes minable ….comme Rousseau je persiste et signe. Ma femme, quand elle n a plus voulu d enfants, a pris la pilule pendant quelques mois puisque je me suis protégé pour qu elle n ait plus à avaler ce cachet. Voilà, vous savez l essentiel et ça ne me gêne pas d en parler. Surtout à une personne aussi larguée que vous.

            • 4 enfants, Marc, félicitations! Le pays ne pourra pas vous reprocher de ne pas contribuer au redressement de la pyramide des âges!

              • Merci Alain. Toujours un mot gentil et ça fait plaisir. Je vous souhaite le meilleur. Et encore beaucoup d articles car je les lis toujours avec beaucoup d intérêt et de respect. Que Dieu vous garde.

        • M. Cimala, même si je suis pour la loi Veil, par compassion, esprit de justice et respect des femmes qui sont autres chose que des ventres, et aussi parce que j’estime qu’un enfant doit être désiré, qu’il est irresponsable de pondre à tout va sans se soucier de l’avenir de sa progéniture, je n’ai aucunement contribué à la dénatalité de la France. Je suis grand mère et, en comptant enfants et petits-enfants, j’ai aujourd’hui sept descendants, tous bien élevés. Et vous, au fait ?

          • Pour mes filles et mon petit fils, tout va bien. Boulot, vie familiale les voyants sont au vert. Celles qui n ont pas d enfant privilégient pour l instant leur évolution professionnelle et c’est leur choix . Je n ai rien à leur imposer. Mais compte tenu de leurs tempéraments je sais qu elles feront des choix en conscience . Elles ont bien la tête sur les épaules et de grandes qualités de coeur. Le nombre de descendants n’est pas à mes yeux le plus important et elles font ce qu elles veulent. Elles sont magnifiques. De vraies perles d amour et de tendresse.

          • Il y a un petit côté moraliste dans votre diatribe. Et puis ce côté comparatif, c’est un peu con quand même. Les mamans ne sont pas des bêtes de concours quand même. Chacun fait ce qu il veut de son âme, de son coeur, de sa conscience et de son corps…et aussi de son c.. !

    • Elle ne l’a critiqué qu’après coup, une fois que la loi « Faurissonia » ait été appliquée.

  12. Jean d’Ormesson,qui ne me manque pas, était un véritable courtisan, se vantant d’avoir ses entrées chez Mitterrand.
    En contraste, Jean-Louis Curtis, de l’Académie française, dont on peut relire les romans, de vrais romans,- et quel style !Un homme, un écrivain vraiment libre.
    Il était d’une extrême intelligence, spirituel – cultivé.Jamais il n’aurait accepté une invitation à l’Élysée Mitterand.

  13. Ne pas oublier non plus que lorsque Giscard a voulu remettre en cause le regroupement familial, elle a saisi le conseil Constitutionnel qui bien sûr à juge la mesure anticonstitutionnelle.
    Tout était verrouillé, définitivement.

  14. Bonsoir Mr de Verdhelan, quel dommage que la « ripoux-blique » se soit trompé de Simone. En effet, une autre Simone, proche du Général de Gaulle à Londres, eut été autrement plus salvatrice pour notre Nation. Je veux bien sûr parler de Simone WEIL (la philosophe) qui pour notre plus grand malheur disparut trop top d’épuisement. Cordialement.

Les commentaires sont fermés.