Un homme et une femme qui dansent, c’est discriminant à Sciences Po !

 

Donnez trop de pouvoir aux jeunes et vous n’aurez pas la gentille Guerre des boutons, de Louis Pergaud (mort en 1915 sur le front de la Meuse), mais bel et bien Sa Majesté des mouches, de William Golding, avec la promesse d’une violence pulsionnelle et débridée. Mao et Pol Pot ne s’y sont pas trompés, eux qui ont utilisé la jeunesse de leurs pays respectifs pour organiser une extermination de masse. C’est pourquoi la jeunesse, d’où qu’elle vienne, a un besoin impératif de la tempérance de ses aînés. Lesquels aînés doivent la guider tout en répondant, dans la mesure du possible, à ses aspirations.

Malheureusement, avec l’avènement de la génération « J’ai le droit », en France, on a offert à la jeunesse un pouvoir dont elle use et abuse, au point d’exercer une tyrannie irréfléchie qui, s’ajoutant à d’autres maux comme l’immigration ou l’islamisation, met tout autant en péril la société. Car à refuser la moindre contrainte et vouloir jouir absolument sans entrave, dans un fantasme de toute-puissance hérité d’une éducation mortifère de l’ultra-tolérance, on en devient immanquablement totalitaire, oubliant que : « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. »

Ce totalitarisme jeune vient encore d’être éprouvé par une enseignante qui a été contrainte de quitter le poste qu’elle occupait à Sciences Po, elle-même ancienne étudiante de cette institution détraquée. Quel était le crime de cette femme qui y enseignait la danse ? Elle a osé utiliser deux termes discriminatoire – « homme-femme » au lieu de « leader-follower » – selon les canons pathologiques du transgenrisme et ses avatars, qui n’admettent plus les réalités biologiques de l’homme et de la femme. Réalités qui ne seraient que des constructions sociales… ! Cette maladie mentale – qui devrait être traitée comme telle afin de mettre un terme aux dégâts qu’elle cause, particulièrement dans l’esprit des plus fragiles – a, fort logiquement, pris ses quartiers dans les locaux de Sciences Po, cette école étant un modèle de wokisme et de haine anti-France.

https://www.valeursactuelles.com/societe/sciences-po-une-professeure-de-danse-refuse-de-faire-danser-des-duos-de-meme-sexe-lecole-la-congedie

Ainsi, l’enseignante en question proposait des cours de danse impliquant un couple : rumba et tango, dont Julio Iglesias disait de ce dernier qu’il s’agissait d’une danse verticale pour un plaisir horizontal. Imaginez s’il balançait ça aujourd’hui ! Accusée de « sexisme, jugée old school », l’enseignante a refusé toutefois de se plier aux injonctions dégénérées de la direction de Sciences Po. Direction qui, comme à peu près partout dans l’enseignement supérieur en France, se plie aux injonctions extrémistes des étudiants, une bande de petits merdeux bouffis d’égocentrisme, fascisants pour le coup et qui exercent un pouvoir raciste et intolérant.

Au lieu de s’auto-flageller, l’enseignante a au contraire enfoncé le clou : « Je reconnais et réaffirme donner mes cours en disant hommes et femmes. Ce ne sont pas des termes insultants mais réels. » a expliqué l’enseignante au Parisien, rappelant la « notion de séduction entre des couples d’hommes et de femmes dans certaines danses […] Deux femmes qui dansent ensemble, franchement, je trouve ça moche. » Et de conclure qu’elle ne céderait pas à la dictature, avec ce trait d’humour savoureux : « Le politiquement correct, il faut oublier ! À quand Le lac des cygnes avec un cygne poilu ? »

Pourtant, et même si ça fait mal aux sectateurs du transgenrisme qui traînent leur dégénérescence comme une décoration, l’écrasante majorité des femmes préféreront avoir un homme qui les enlacent pour danser une danse à deux et, inversement, les hommes privilégieront toujours le corps d’une femme dans leurs bras, tandis qu’ils la feront virevolter. Je lance les paris !

De son côté, l’officine d’ultra-gauche Sciences Po, où sont biberonnés les Antifas, les dégenrés et autres racistes anti-Blancs, a déclaré ceci, avec une inclusivité stylistique remarquable, qui aurait fait bander Racine comme un taureau non genré : « Les propos à caractère discriminatoire ou perçus comme tels notamment liés à l’orientation sexuelle n’ont pas leur place dans les activités que nous proposons à nos étudiant.e.s » (source : Boulevard Voltaire).

https://www.bvoltaire.fr/sciences-po-une-enseignante-contrainte-de-quitter-son-poste-pour-avoir-ose-dire-homme-et-femme-pendant-son-cours/

(Au passage, petite question de sexisme à Sciences Po : peut-on encore parler de bitte d’amarrage ou plutôt de foufoune d’amarrage ?! C’est pour savoir !)

Quant à moi, je veux plonger allègrement dans le cambouis de la discrimination sexiste et très genrée, et dire aux femmes, à la manière inimitable de Sacha Guitry, qu’en matière de danse comme du reste : « Je suis contre les femmes, tout contre » !



image_pdfimage_print
17

34 Commentaires

  1. alors que viennent-il faire dans ces cours de danse, personne ne les y oblige, marre de ces enquiquineurs

  2. En sachant que l’homme se défini par ses chromosomes XY et la femme par ses chromosomes XX, les wokistes oseront-ils affirmer qu’un homme transgenre, donc se pensant femme, a des chromosomes XX ? Et inversement pour une femme transgenre ? Les wokistes oseront-ils affirmer qu’une femme peut se reproduire avec une autre femme sans l’apport de spermatozoïdes masculins et inversement que des hommes peuvent se reproduire entre eux sans des ovocytes féminins ? Si leur réponse est positive, alors il va falloir nous donner les sources de ces affirmations : cependant, ils ne le pourront pas, car il n’y a aucune source scientifique sur le sujet, aucune.

    C’est une erreur de polémiquer avec les wokistes, il faut leur demander de répondre par oui ou par non à la simple question de savoir si les femmes ont des chromosomes XX et les hommes des chromosomes XY, point barre. Répondre à cette question de biologie clôt le débat.

  3. Une femme blanche devenue homme blanc dansant avec son chien noir déconstruit : voilà une belle image qui plaira à SciencesPo et pour les déjections canines on appellera Sciences POT !

  4. cette école de haute volée il y a quelques années est devenu le théatre déviant et malsain de toutes les dérives, niaiseries, absurdités du moment : cela a commencé avec leur directeur drogué et le reste retrouvé cané dans une chambre d’hotel = tout un programme ! espérons que MUSK viendra y donner un grand coup de balai et coups de pieds au derrière des « wokistes » dégénérés

    • Peut-être y a-t-il une volonté de n’avoir plus que des trans et des homos pour élites ? Comme une grande famille LGBTQ ?

    • J’avais oublié cette affaire de la mort – disons suspecte – de ce directeur de Sciences Po. Sa personnalité et sa mort ne constituaient pas en effet une bonne pub pour Sciences Po. En regardant les photos de cet homme j’ai trouvé qu’il ressemblait assez à Macron au même âge. Pas une copie conforme mais le même genre, quelque chose de semblable dans l’allure générale et l’expression.

  5. Sciences Po, Sciences Politiques… Moi j’aimerais qu’on m’explique ce que viennent faire des cours de danse dans cette école soit disant faite pour former les futures élites gouvernantes françaises. Et à Coëtquidan, les cours de macramé, est-ce que ça se passe bien? Et à l’Ecole des Mines, ils en sont où dans les cours d’éducation sexuelle avec travaux pratiques? Je croyais que je ne comprenais plus ce monde mais là, je crois qu’en fait, je ne peux plus le sentir.

    • Oui, c’est un peu étonnant, ces cours de danse à Sciences Po. En tous cas ils ont servi à révéler l’opinion de Sciences Po en ce qui concerne les genres. Ils n’ont donc pas été inutiles.

  6. Voila à quoi on abouti après 40 ans d’enseignement suranné, d’abaissement du niveau pour que les rats et les cafards puissent suivent au lieu de les tirer vers le haut.
    Les connards comme merdacron et sa clique de lapins crétins myxomatosés en sont issus.
    quant à sciences po : le récipient à merde, dont les directions sont à décapiter, c’est le terreau des islamistes et des wokistes, ces nouveaux fumiers qu’il va falloir abattre par touts ls moyens.

  7. La situation est devenue très grave. La capacité de nuisance de la secte woke s’avère réellement très élevée, surtout lorsqu’elle tire les ficelles dans des établissements d’enseignement. Quoi d’étonnant à cette situation quand un premier ministre, personnage qui devrait logiquement inspirer confiance, trouve normal, contre toute évidence, tout bon sens, que des hommes soient enceints ?
    Quant aux jeunes occidentaux (seuls concernés dans le monde par cette confusion mentale organisée et ainsi formatés, déconnectés de la réalité), ils n’inspirent que de la pitié : ce sont des victimes. Même si on peut déplorer chez eux un manque total d’esprit critique et de discernement de mauvais aloi qui fait d’eux des jobards. Mais c’est clair, avec les pervers woke qui imposent leurs concepts insensés jusqu’à Sciences Po, l’occident est en pleine dégénérescence.

    • Quant on a un minimum de bon sens, on ne croit pas en ces c…. De plus, ces jeunes c… Sont très durs avec ceux qui ne suivent pas leurs concepts. Que deviendrons-nous s’ils prenaient le pouvoir ?

  8. Sciences po… la seule « sciences » chez ces petits fachos gauchos, c’est ce qu’ils laissent dans leurs « po »… c’est à dire de la MER…

  9. EXCUSEZ MOI, je ne saisis pas l’opportunité de la citation finale attribuée à SACHA GUITRY, ni même sa cohérence avec l’ensemble du développement…???
    Ceci dit, la psychologie qui sévit actuellement à Sciences Po, comme d’ailleurs en d’autres structures de l’enseignement dit « supérieur » est tout simplement lamentable, et révélatrice de la dissolution de nos élites traditionnelles…

    • ne pas oublier, si on ne les élimine pas, qu’ils seront les futurs gouvernants.
      J’espère que ces cons de barbus les auront raccourcis avant

  10. J’ai eu quelques mots avec des woks sur facebook . En effet, ils contestent le fait qu’il existe des hommes et des femmes. L’un d’eux m’a même écrit qu ‘il avait fait des études de biologie. Pour apprendre que dans le monde il y a des hommes et des femmes et ensuite contester cette évidence ? L’ étudiant en question à même insinué que la théorie du genre était trop compliqué pour moi. Pour conclure, je me suis fait insulter en écriture inclusive. En regardant plus attentivement leur page Facebook, je me suis aperçue que ces gens sont très cosmopolites. Se déplacent-ils en avion ? Il serait intéressant de le savoir.

  11. Je serais curieux de savoir ce que l’on enseigne dans cette école « sciences po »!, tout comme l’ENA crée par De Gaulle!

    Tout ce que touche les individus ayant fréquenté ces écoles se transforme en catastrophe!

  12. Un slow avec un mec ..oui .mais cette danse entre deux nanas …me laisse perplexe …et me choque .

  13. Le respect mutuel n’existe plus ? Mouchard dit Laurent cela fait plaisir de l’entendre dire une connerie par demi heure ! Si les hétérosexuels n’étaient pas là les autres n’y seraient pas non plus …

  14. éh ouais ! La connerie est infiniment plus fascinante que l’intelligence ;L’intelligence a des limites , la conneries n’en a pas . L’enfer est vide tout les démons sont ici . Voilà la société que nous allons laisser a nos enfants et nos petits enfants . « SI » nous laissons faire !

    • faut dire que les enfants et petits enfants, si on les écoute, sont plutôt en faveur de ces déchets, prétextant le libéralisme et le progressisme. Moi je m’en fout à mon age, quand tous ces petits cons (je parles des enfants et petis enfants), seront le cul en l’air, et les femelles toutes voilées, au moins elles n’iront pas dans des écoles apprendre le wok.

      • ##ANTICONS##X2## : Tout dépend par qui et comment sont « éduqués » les enfants . Le premier mal de tout les maux c’est l’europe ; Quand l’europe interdit aux parents de dire a leurs enfants : » File dans ta chambre » ! et que des crétin congénitaux appliquent cela ; là c’est très grave . Mais bon et fort heureusement tout les parent n’élèvent pas leurs enfants dans le « wokisme » .

  15. Il faut dissoudre sciences po (pourquoi au pluriel, d’ailleurs) !
    De toute façon, cette entreprise ne fabrique des inutiles et des parasites.

  16. J’ai lu cette invraisemblable nouvelle dans « Boulevard Voltaire ».
    En même temps, il y a maintenant de nombreuses années que Sciences Po est devenu un cloaque de stupidité et de gens qui viennent pour décrocher « un diplôme » qui ne vaut plus grand chose. Tout a commencé avec le scandale de Richie, Richard Descoings, le type qui s’octroyait 500 000 euros de primes et qui était ravagé par l’alcoolisme …..et qui aimait les jeunes gens tout en ayant épousé l’ex belle-soeur de Carlos Ghosn !!!!

  17. C’est fou l’ampleur qu’a pris en si peu de temps cette lubie-folie au sein de la jeunesse bobo-gaucho, petite-bourgeoise, enfants de CSP+ avec l’assentiment bienveillant de parents imbibés jusqu’à la moelle de tolérance et de progressisme à deux balles. Je me souviens fort bien d’avoir lu des articles relatifs aux « gender studies » dans les universités de Gringoland et à Judith Butler, notamment dans le Nouvel Obs, déjà dans les années 90, voire 80, mais ça restait très marginal chez nous, sinon « exotique » et ça l’est resté fort longtemps, mais hélas, la dinguerie nord-américaine franchit désormais l’océan à vitesse supersonique. Ce fut d’abord la « French Theory » qui nous est revenue en boomerang après avoir été ignorée par la plupart des intellectuels français, et maintenant c’est la « théorie du genre » (!!!) qui a fait une percée foudroyante en territoire jadis gaulois. Au secours !

  18. Il n’y a que deux genres. Masculin et féminin. Tout le reste n’est qu’anomalies et accidents génétiques. Voilà les seules dénominations possibles pour qualifier tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans les deux seuls genres.

  19. Des cours de danse à science po? Pourquoi pas des cours de cuisine (avec un wok forcément). Et c’est ce machin qui est censé former les futurs politiciens de France. On est vraiment mal barrés !

    • Il n’existe qu’un seul wok que je respecte et que j’aime: Celui qui me ser à faire la cuisine.

    • Oui mais sache qu’ils doivent qussi savoir se comporter dans le grand monde, où il y a des bals et des galas.
      Bon maintenant que j’ai dit cela. Je haie ces sales cons et connes de sciences po. Tous les sous merdes, qui font SP parce qu’ils sont incapables de faire autre chose de plus constructifs

Les commentaires sont fermés.