Un juge distrait casse deux ans de travail policier et remet en liberté dix dealers

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/03/01/01016-20130301ARTFIG00398-dix-dealers-presumes-liberes-par-erreur-la-police-s-indigne.php

2 ans de travail pour la police ruinés pour cause d’ une erreur de procédure d’un juge d’instruction !

Les policiers sont indignés mais de cette indignation qui n’a rien à voir avec celle du vieux décérébré Hessel qui aurait vu dans cette affaire, à l’instar de l’avocat de l’un des prévenus, une victoire car «  le scandale aurait été de ne pas appliquer la loi « ..

Selon une connaissance avocate, dans de très nombreux autres cas, la loi n’est pas appliquée parce que le jugement, en vérité, est à l’appréciation tout à fait subjective du juge qui, selon son bon vouloir, décide ou non de suivre les textes. Mais ça, c’est quand vous êtes blanc, que vous travaillez dans le privé, et que votre casier judiciaire est désespérément vierge. Et si, par dessus le marché, vous êtes  indépendant, voire patron, alors là, vous êtes mal barré même si vous avez été truandé à 200%.

Les Guigou, les Taubira, les Dupont Moretti, les Voynet se regardent pourtant tous les jours dans la glace, autosatisfaits avec toute  l’indulgence qu’ils accordent à eux-mêmes et aux malfrats mais qu’ils foulent au pied quand il s’agit des victimes, des vraies, celles-là, en l’ occurrence, les policiers qui ont risqué gros tous les jours pour attraper la racaille de « Shitland » ,ainsi surnommée la cité des Boullereaux, les braves gens qui allaient témoigner, les habitants des immeubles qui seront de nouveau rackettés pour prendre l’ascenseur, et tous les gamins qui vont pouvoir se réapprovisionner en herbe.

2 ans d’un boulot de fourmi, à planquer, à accumuler des preuves ( et dieu sait qu’il en faut pour mettre les criminels en taule !), à prendre des risques avec sa vie, à supporter » les nique ta mère » et les « fuck you » et les « c’est pas moi, j’ai rien fait « , 2 ans d’un   » taf  » ingrat à souhait qui vous prive de votre famille le week- end et de vos gosses le soir, tout ça parti en fumée, comme ça, rien que parce que  » il y a eu une erreur dans la procédure » , comprendre qu’ il doit manquer une virgule à la ligne 30 de la page 390, que le tribunal était fermé ce jour-là, ou qu’il y a eu erreur de date !

Le respect ! Un mot que la vermine qui empoisonne la vie des honnêtes gens connait très bien pour elle- même, et de mieux en mieux depuis que nous subissons une Ministre de la Justice indépendantiste, guyanaise avant d’être Française et islamo-collabo.

Le nombre de fois que nos Ministres prononcent le vocable « respect » est inversement proportionnel à celui qu’ils éprouvent pour les gens qui traquent les voyous, pour les gens victimes de ces voyous, pour tout ceux qui ne sont pas des voyous.

Celui qui fut surnommé Acquitador puis Acquittator, je cite Eric Dupont Moretti, l’homme aux 100 acquittements est l’exemple même du justicier de l’intolérable lui qui vantait le rôle  de la justice,  le 19 mai 2012  chez Ruquier,  une justice qui doit en premier chef utiliser tout l’arsenal juridique à disposition pour faire acquitter son client.  » Client « , un vocable qu’il n’aime pas, pas assez noble quand on s’autoproclamme grand défenseur des droits de l’hommiste mais qui, paradoxalement, ne lui pose aucun problème de conscience quand il fait payer – très cher- un riche à la place d’un pauvre. Dupont Moretti déclare se soigner en faisant ce métier, d’après lui une sorte de psychothérapie.

Cette dernière, en tout cas, ne soigne ni son sens de l’injustice sociale ni sa suffisance, ni sa haine quand elle lui déforme les traits lorsqu’il s’adresse à Louis Aliot.

La justice à la française ne doit pas se soucier de morale, appuie Natacha Polony au cours de cette même émission, et le deuil se fait dans les cimetières et non au tribunal, décrète Moretti.

Mais alors, la justice doit-elle continuer de s’appeler ainsi si elle ne permet pas aux victimes de vol, de viols, d’escroqueries et de tous les actes répréhensibles qui peuvent être commis d’obtenir réparations morale et matérielle ?

En Sarkosyland, le gouvernement à pondu des lois pour continuer de ne pas les appliquer, en « Hollande » et sa Ministre Taubira-nique, les nouvelles lois seront d’autant plus appliquées qu’elles caressent les voyous dans le sens du poil, et que les Français payeurs continueront de se faire niquer.

Et pendant ce temps-là, les parties de « au gendarme et aux voleurs » seront toujours gagnées par les seconds tandis que les premiers se shooteront  aux antidépresseurs quand ils ne sont pas assassinés par ceux qu’ils poursuivent.

Caroline Corbières

image_pdf
0
0