Un livre digne de Mein Kampf soutenu par la France et l’Algérie

Publié le 26 septembre 2011 - par - 2 788 vues
Share

Cette semaine à Paris, des musulmans radicaux crièrent en trois lieux « Mort aux Juifs ! » « Egorgez les Juifs », dont deux fois en encerclant des juifs présents sur les lieux:

Rue Myrrha… http://ripostelaique.com/mort-aux-juifs-en-plein-paris-la-verite-sur-les-prieurs-de-la-rue-myrha.html,

Au salon Icube : http://www.drzz.fr/%C2%AB%C2%A0ca-pue-ca-a-un-avant-gout-de-nuit-de-cristal%C2%A0%C2%BB/#more-17509 :

A Roissy, les passagers d’Elal : http://www.drzz.fr/les-islamistes-n%E2%80%99ont-pas-hurle-%C2%AB-a-mort-les-juifs-%C2%BB-aujourd%E2%80%99hui-a-roissy-par-jean-patrick-grumberg/#more-17495

A la source de ces comportements, il y des publications, les textes islamiques et des textes promus par les Etats occidentaux et musulmans réunis dans des manifestations qualifidées de « Dialogue des cultures ».

Pour l’historique de ce « Dialogue des cultures » au niveau de l’Onu, je vous renvoie à l’ouvrage de la féministe abolitionniste Malka Markovich, « Les Nations Désunies, ou comment l’ONU enterre les droits de l’Homme. », ainsi qu’à celui de Bat Ye’or « L’Europe et le spectre du Califat ».

Je vais vous présenter ici un documents résultant d’une manifestation de ce type, cette fois organisé par la France et l’Algérie.

En 2003, ces deux Etats organisent « l’Année de l’Algérie ». La décision a été prise par les deux chefs d’Etats, Messieurs Jacques Chirac et Abdelaziz Bouteflika, lors de la visite de ce dernier en France en 2000. Dans ce cadre sont promus un ensemble d’évènements culturels, dont un livre d’un auteur algérien célèbre.

Voici un extrait de ce livre :

« Dieu le très haut a dit « Tu te rendras assurément compte que ceux qui ressentent l’inimitié la plus vive à l’égard des musulmans sont les juifs et les polythéistes. ..» (…) L’animosité des Juifs à l’égard des croyants n’a pas besoin d’être prouvée. (…) Ils sont, en effet la source de tout conflit, de toute dissidence et de toute agression. Ils sont comme la maladie dangereuse qui, en envahissant un corps, menace de la détruire. Il n’y a pas de société où cette catégorie d’homemes se trouve sans que la justice et l’égalité ne meurent, sans que la morale et la vertu ne se perdent. Ils sont des adversaires déclarés de ceux qui aiement le bien et des hommes d’honneur. Leur hostilité à l’égard des musulmans plonge ses racines dans le passé lointain. Ce dire du Prophèten bénédiction et salut sur lui, le prouve : « Quand un Juif croise un Musulman, il ne pense qu’à une chose : le tuer. ». Il faut les extirper de la société, couper toute relation avec eux et combattre partout où ils se trouvent, comme on combat une maladie contagieuse. C’est la condition pour que la bonne santé et la perfection règnent de nouveau. Les juifs se reconnaissent à de nombreux traits, les plus importants étant l’amour du pouvoir, la cupidité, le mensonge, la tromperie et l’hypocrisie. Les vices sont de puissants déstabilisateurs des sociétés Là où les Juifs se trouvent, règent la décadence et la vilénie. » Les desseins du Coran, de Mohammed El-Saleh El-Seddik.

Le livre contenant ces propos, porte le logo de l’Année de l’Algérie « Djazaïr » et la mention : « Cet ouvrage a été édité avec le Concours du Commissairiat général de l’année de l’Algérie en France ». Le Commissariat de l’Année de l’Algérie en France avait pour Président en France, Hervé Bourges.

En août 2010, Mohammed el Saleh el Seddik recevait en Algérie la “ Plume d’or” : « Plus qu’une distinction, ce prix vient couronner un esprit, une légende, une vie toute entière consacrée à l’écriture et au dévouement pour son pays. » «écrivait un site algérien. Ait Sedik Mohamad Salah est en effet l’auteur de 104 ouvrages, et avait inauguré en Lybie dans les années 50 : Saout El Djazaïr, Voix de l’Algérie combattante .

Voilà pourquoi certaines ou certains, comme Bat Yeor ou le Père Samuel, ou le Père Jourdain, ou Anne-Marie Delcambre ou Paul Landau, critiquent les manifestations qui sous couvert de « dialogue des civilisations » ou « dialogue des religions », ont en réalité pour objectif de promouvoir l’idéologie islamique, et de jeter l’anathème sur les opposants à l’islam. Voici une preuve de plus, que ni l’entente entre Etats pour des entreprises de ce type, ni leur réel caractère pro-islam, « pro-charia », ne sont des « fantasmes complotistes ».

Honte à ceux qui promeuvent de tels ouvrages, honte à ceux qui nous accusent de racisme, nous qui critiquons l’islam : jamais, nulle part, nous ne tenons nous de tels propos abominables, généralisateurs et haineux, sur « les musulmans ». Nous, nous «écrivons au contraire, au nom de l’universalisme humaniste pour les uns, de l’universalisme chrétien pour les autres, de la fraternité humaine pour quelques irréductibles admirateurs de Panoramix notre druide : les personnes de culture musulmanes sont avant tout nos frères et sœurs « humains », ou « J’aime les musulmans, je dénonce le coran » ou « J’aime trop les musulmans pour tolérer l’islam », et en aucun cas nous ne tenons de propos généralisant ou essentialisant sur, cette expression qui en elle-même est absurde, « les musulmans ». Alors que dans ce livre, comme dans Mein Kampf, comme dans le coran, comme jadis sous la plume de certains anciens auteurs chrétiens, ce n’est pas une théologie, une idéologie, le judaïsme, qui est critiquée, mais bien « Les Juifs ».

Le livre de Mohamed Salah, « édité avec le concours du Commissariat à l’année de l’Algérie », c’est-à-dire avec le concours des Etats français et algérien, contient exactement le même discours que le livre d’Hitler « Mein Kampf », sur l’élimination des Juifs.

Voilà pourquoi l’on crie « Egorgez les juifs » dans les rues de Paris aujourd’hui, dans la France qui a vu l’Abbé Grégoire, dans la France qui a vu des héros, des « saints », protéger des juifs, au péril de leur propre vie, contre les nazis.

Elisseievna

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.