Un monde de plus en plus fou

Publié le 23 septembre 2019 - par - 1 commentaire - 1 428 vues
Share

Courriers des lecteurs !

De la Bretagne au loup, à une société où l’humanité aura perdu le contact avec la nature, la vraie, celle qui ne fait pas de cadeau, ou la vie est une lutte de chaque instant, la mort bien réelle, ou les forts tuent les faibles, les petits se font manger, où qu’ils sont abandonnés par leurs « mamans ». 

Gérard Brazon

///////////////

Bonsoir,

J’aimerais réagir à un article de celui qui se fait appeler Marcus Graven, intitulé « Guerre en Bretagne : un maire donne des noms français d’oiseaux aux rues ! » (publié hier 20 septembre).

C’est avec ce genre d’articles qu’on comprend le drame de la France. Même à droite, même à l’extrême-droite, le tabou des tabous, c’est l’affirmation de l’ethnie, de la race, de l’histoire non-étatique. Et naturellement, de la langue autochtone.
En France, oser prétendre à vivre sans l’État central est une hérésie qui mérite répression–pire encore que d’être un peu raciste.
Étonnante violence pour un État si bienveillant. À moins que la bienveillance ne soit qu’un prétexte ? 220 ans de prétextes absolutistes et 220 ans de prétextes égalitaires ?
Il est assez remarquable que ce spécialiste de la question néo-calédonienne se plaigne que les Bretons veuillent préserver leur toponymie millénaire. On risquerait d’en déduire que la France n’est, au fond, qu’une entreprise impériale dirigée par des ignares car si un État a peur de quelques autochtones, c’est qu’il a d’autres buts en tête que de les servir.
Alors osons demander à l’auteur : est-ce que cette mentalité d’Empire n’expliquerait pas un peu la xénophilie obligatoire qui accable la France toute entière ? Qui aboutit à décréter « Français » ceux qui ne le sont pas de race et d’histoire ? On peine à comprendre qu’un patriote n’ait autre chose en tête, en pleine invasion migratoire, que d’ironiser sur la volonté des Bretons.
Si aucun village n’a le droit de vivre selon sa loi, si aucun peuple autochtone n’a le droit de marquer son territoire, alors il faut bien qu’un jour, ce soit le cas des Français eux-mêmes, le jour où l’État central devient fou. Et ce jour est déjà arrivé : c’est le jour où les nihilistes de 68 ont pris le pouvoir à Paris.

Jules En vous remerciant par avance de me publier,

Respectueusement.

/////////////////////////

 Notre monde est fou? Oui, mais ça date d’hier. Dans les années 1850, avec le retour à la nature cher au romantisme, un grand mouvement élitaire lance une révolution intellectuelle dont les idéologies nous gouvernement encore aujourd’hui. Parmi de nombreux autres voici :

En 1861 nait Rudolf Steiner qui lance la médecine alternative, l’agriculture biodynamique et l’anthroposophie “la voie de la connaissance pour restaurer le lien entre l’homme et les mondes spirituels”. Encore aujourd’hui, les produits Weleda “restent fidèles à la démarche holistique, tout en étant pionniers et leader mondial dans les cosmétiques naturels et médicaments anthroposophiques”. Les écoles Steiner sont aux antipodes de l’enseignement public.

En 1899, Henri Oedenkoven, avec d’autres utopistes “cherchent un endroit plus au Sud pour y fonder une communauté végétarienne et nudiste dans l’intention de vivre moins artificiellement et de façon plus saine physiquement et moralement” Ils deviendront les “Ballabiott” les “Danse-nu” du Monte Verita près de Ascona sur les rives du Lac Majeur. Toute l’intelligentzia européenne y défilera et c’est resté un centre “intello-hors-sol” encore aujourd’hui.

En 1923, le conte Richard Nikolaus de Coudenhove-Kalergi explique dans  “Paneuropea” sa conception d’Union Européenne. Mais il a une autre intuition : les problèmes proviennent de la diversité des races humaines, donc il faut les métisser pour n’en garder qu’une. Aujourd’hui l’Organisation Mondiale des Migrations nous donne l’occasion de réaliser ce beau projet… (ceci est de l’ironie)

https://penserrendlibre.wordpress.com/2013/10/18/le-plan-kalergi-genocide-des-peuples-europeens/
http://www.unhcr.org/pages/49c3646c8.html

En 1938, Walter Hallstein rédige pour Hitler le plan  “Das Neue Europa” destiné à dominer plus facilement les peuples en éliminant les frontières et en créant des axes de communication rapides (nos chères autoroutes). Le soldat Hallstein est arrêté par les Américains en 1944, conduit aux USA pour un lavage de cerveau, son plan est recyclé par la CIA et lui-même est placé comme premier président de la Commission Européenne.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Hallstein

http://www.lesobservateurs.ch/2015/02/19/le-spectre-du-iii-reich-plane-il-toujours/

En 1960, la ex-nazi Sigrid Hunke promeut l’islam en Europe avec son livre “le soleil d’Allah brille sur l’Occident” https://fr.wikipedia.org/wiki/Sigrid_Hunke

En 1961, nait le WWF. Un ambitieux projet international qui repère les éco-régions de la planète et lance 238 projets prioritaires nommés Global 200

En 1973, les gouvernements européens vendent l’Europe au monde arabo-musulman pour du pétrole
https://www.youtube.com/watch?v=M0h_82wLK20

En 1980, “on” construit les  “Georgia Guide Stones”, qui proclament une espèce de nouveaux 10 commandements pour le futur de la planète dont le premier article conseille de limiter la population mondiale à 500 millions d’individus comme l’avait déjà préconisé le comandant Cousteau.

Depuis les années 1990,  on parle du Nouvel Ordre Mondial .
http://lesobservateurs.ch/2015/08/16/histoire-secrete-de-loligarchie-anglo-americaine-pierre-hillard/
http://www.nouvelordremondial.cc/2011/05/06/le-projet-rivkin-comment-la-mondialisation-utilise-le-multiculturalisme-pour-assujettir-des-nations-souveraines/

En 2009, la  Conférence de Prague lance l’idée de Rewilding qui consiste en un programme de retour de la nature sauvage sur un million d’hectares à travers l’Europe à l’horizon 2020 en essaimant des petites réserves naturelles qui, le moment propice venu, seront reliées entre elles pour former un grand parc.

https://lesobservateurs.ch/2017/11/09/le-grand-remplacement-vous-navez-pas-encore-tout-vu/

En 2017, Georges Stoffel explique dans son article http://arsgp.weebly.com/uploads/8/4/9/7/84974870/question_adh%C3%A9sion_%C3%A0_un_parc.pdf

http://www.atsenzagp.org/it/467-la-questione-dell-adesione-ad-un-progetto-di-parco

les coulisses complexes du “retour à l’état sauvage” , le rewilding, par la création de parcs naturels et le repeuplement de grands prédateurs (loup, lynx, ours) dont le but est la faillite de l’agriculture de montagne et l’exode des vallées, de concentrer les humains dans les villes et de créer de vastes zones inhabitées dans le but final de transformer tout l’arc alpin en immense parc naturel sur le modèle du Yellowstone.

Tout cela signifie que nous, aujourd’hui, nous vivons une situation qui est la résultante d’une successions de philosophies, d’idéologies et d’utopies dont nous ne sommes pas conscients parce qu’il s’agit des nombreux petits éléments d’un puzzle qui est trop vaste pour être clairement visible.

Cela à l’air d’un grand n’importe quoi, mais en fait, tout ça se tient. L’affaire du loup ne se limite pas au désespoir des éleveurs, ni à la souffrance des moutons, ni aux contradictions entre l’obligation de protéger les troupeaux avec des chiens et l’interdiction d’avoir des chiens qui protègent les troupeaux parce qu’ils font peur aux touristes.

L’affaire du loup c’est une vaste idéologie.

Ajoutez-y l’illusion du tout sécuritaire : les gens des villes croient que rien ne peut leur arriver parce qu’ils ont un téléphone portable en poche. Mais, quand dernièrement, un Français tombe d’une falaise en Italie les secours ont mis une semaine avant de le retrouver. Quand, cet été, une dame a été piétinée parce qu’elle s’était approchée d’un troupeau de vaches qui protégeaient leurs veaux on a poussé de grands cris de surprise. La nature c’est ça.

L’alpiniste belge Claudio Barbier disait “Ce n’est pas la montagne qui est dangereuse, c’est les gens qui vont en montagne qui sont dangereux.” Le fossé se creuse entre la réalité de la nature et la perception idéologique édulcorée et faussée que les “humains des villes” en ont, tout écologistes ou verts qu’ils se croient.

Nous avons deux petits chiens (basset et yorkshire) régulièrement nous devons empêcher des enfants de se précipiter sur eux pour les serrer dans leurs bras. Les parents de ces enfants n’enseignent plus que « non, un chien n’est pas un jouet en peluche, c’est un animal qui mord quand il est effrayé ».

Walt Disney nait en 1901; son film Bambi sort en 1942 et avec lui survient un bouleversement des réalités mais aussi des mentalités avec l’humanisation des animaux, la démonisation de la chasse et une vision de la nature complètement faussée dans laquelle les ours deviennent des nounours et les loups perdent leur nature d’animal sauvage pour devenir des doudous en peluche. Ne voit-on pas régulièrement des touristes qui se font dévorer par les lions avec lesquels ils pensaient faire des selfies?

Bien sûr c’est aussi grâce à Disney que nous condamnons la cruauté envers les animaux et ne tolérons plus la maltraitance dans les abattoirs, ni l’égorgement des moutons et surtout pas devant des enfants.

Si on en est arrivé à raconter « Le petit chaperon rouge » aux enfants, c’était pour les mettre engarde contre les prédateurs animaux et humains. Aujourd’hui on ne peut plus stigmatiser ni l’un, ni l’autre… Quand un enfant est assassiné on se contente de bougies, marches blanches, pleurnicheries et « vous n’aurez pas ma haine » qui sont contre nature.

Avec l’augmentation démographique, les humains et leurs besoins augmentent en empiétant et diminuant l’habitat des animaux. Les éléphants finissent par dévaster les plantations et les villages et les léopards finissent par roder dans des villes comme Bombay où ils chassent les chiens mais aussi les humains. https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/05/02/bombay-un-terrain-de-chasse-privilegie-pour-les-leopards_5457332_3244.html

La réintroduction de nos grands prédateurs est cruelle car on les élève puis on les dépose en montagne en espérant qu’ils y restent. Mais les ours finissent par chercher de la nourriture dans les poubelles des villages et être abattus.

Les loups finissent par massacrer les troupeaux et être abattus.

En Suisse la protection du loup est remise en question et devient un thème politique important.

https://www.rts.ch/play/tv/mise-au-point/video/le-blues-des-eleveurs-face-au-loup?id=10710475 

Les animaux préfèrent les proies faciles, mais il n’y a pas que les moutons… Vous êtes-vous déjà trouvé devant un chien qui grogne, vous montre ses dents et s’apprête à vous sauter à la gorge ? Imaginez des loups qui ont faim et rencontrent un promeneur (qui court moins vite qu’un mouton ou un chevreuil) celui-ci n’a aucune chance de s’en tirer.

Ce n’est pas parce que les loups ont été absents de nos forets pendant quelques décennies qu’ils ont perdu leur nature de loup qui peut aussi agresser des humains et roder la nuit dans les rues comme le font les renards, les léopards ou les ours.

Couturier (celui du Couloir Couturier à l’Aiguille Verte) le grand spécialiste de la faune alpine écrit que normalement l’ours n’attaque pas les humains, mais on ne sait pas pourquoi de temps en temps il tue quelqu’un…

Dans tous les domaines la réalité et la raison cèdent le pas à l’idéologie et à l’émotionnel. Exemple avec l’islam : rationnellement il s’agit d’une dictature, idéologiquement c’est une religion d’amour et de paix.

Ainsi l’histoire du loup : bien sûr c’est un bel animal, mais si nos grands parents l’ont exterminé dans nos régions, il y a des raisons. Si aujourd’hui on le réintroduit, c’est à cause d’idéologies qui sont contraires à la raison.

Ce monde est fou ? Oui. Mais les idéologies finissent toujours par s’écrouler et… les pendules pendulent d’un extrême à l’autre… Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir un grand coup de balais.

Anne Lauwaert.

/////////////////////////////

Bonjour et merci de ne pas prendre mal mon commentaire (nobody’s perfect…)

Vous avez parfois des informations et des articles intéressants  –  malheureusement, ils sont souvent pollués par des rallonges inutilement polémiques et sortant du sujet  –  ne pourriez vous pas faire mieux, plus cohérent et crédible, afin que l’on puisse éventuellement faire suivre ? ex :  Déchéance de nationalité : la Suisse donne l’exemple à l’Europe Publié le 18 septembre 2019

Il aurait fallu s’arrêter à : Ne serait-il pas urgent d’y réfléchir, messieurs les parlementaires français ?  La suite (comparaison entre racisme blanc et racisme noir n’a absolument rien à voir…)

Bien sincèrement

OB

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Palen

Réponse à Anne Lauwaert
Vous devriez lire le livre de Michel Louis à propos des loups en plus cette personne possède certainement le plus grand parc à loups d’Europe en milieu naturel.
Vous faites de la démagogie, vous avez des formules gratuites vous êtes certainement une ecolo bobo et vous ne savez pas grand chose de la nature de la campagne et de la montagne.
Sachez juste que le loup n’attaque pas l’être humain il en a peur c’est viscéral et hormis la france qui en a fait un monstre dans tous les autres pays européens on a jamais fait de cet animal une bête féroce qui mangerait de la chair humaine. Cet animal peut être anthropophage il faut que les circonstances soient réunis ( épidémies guerres catastrophes)