Un monde s’effondre sous nos yeux

Le monde est sans doute à bout de souffle, mais pourtant c’est dans ce monde-là qu’il nous est donné de vivre, c’est ce monde-là qui nous est donné à aimer.

750 ans avant J.-C., le prophète Amos déclarait : « En ces temps difficiles, l’homme prudent gardera le silence, car c’est un temps de malheur ».

En effet, en ces temps de malheur « Pourquoi ajouter des « mots » à tous les « maux » qui nous frappent ? »

Les affirmations sont mises en doute dès le lendemain et celles du lendemain démenties quelques semaines plus tard et, finalement, non seulement les questions restent sans réponse, mais la suspicion et les doutes s’installent : comment cela est-il arrivé ? Comment s’en débarrasser ? Comment s’en protéger ? Comment, et quand, cela finira-t-il ?

Un monde à bout de souffle, ai-je écrit, mais n’était-il pas déjà à bout de souffle, me semble-t-il, avant la pandémie ?

Le signal d’alarme ne retentissait-il pas depuis longtemps ?

La Covid-19 a désorganisé et ruiné en quelques mois de nombreux pays mais l’économie mondiale ne cachait-elle pas sa réalité et cette nouvelle crise n’a-t-elle pas provoquée son éclatement ?

On parle « d’effondrement », mais l’effondrement n’apparaît-il pas dès que les besoins de base se mettent à manquer à une population mondiale qui double tous les 50 ans ?

Nous parvenons à un changement d’époque plutôt qu’à une époque de changement !

Déjà, à l’époque romaine, Augustin prédisait : « Le monde est comme un homme : il naît, il grandit et il meurt » et cette pandémie nous fait concevoir que de « petites causes », dont les effets paraissent surmontables, peuvent provoquer de « grands effets » dont les ruptures paraissent insurmontables.

Un monde s’effondre sous nos yeux et cela est bien plus dramatique que dans des temps pas très éloignés où le monde qui s’effondrait n’était que régional.

Aujourd’hui ce monde qui s’effondre est « le monde entier », celui de notre planète « Terre ».

Avez-vous remarqué que tous les films de fiction qui se déroulent dans notre « monde futur » sont des films dramatiques, effrayants, horribles, où pas un seul habitant de notre monde actuel souhaiterait vivre, ou survivre ? Pas un seul film de fiction qui nous plongera dans un monde souriant, heureux, familial, où il fera bon vivre et s’épanouir.

Il faut croire que ce monde-là n’existera plus.

Qui en sonnera le glas ? Le fou qui appuiera le premier sur le bouton de l’arme nucléaire ? Le virus ou la bactérie qui anéantira la totalité de la population ? Ou la démographie galopante qui verra les douze, quinze ou vingt milliards d’habitants de notre planète disparaître par manque de l’essentiel, l’eau par exemple, bien davantage que ce « terrible » réchauffement climatique que nous propose quotidiennement « les écolos ».

Ou, plus simplement, un choc ou une explosion naturelle, comme cela s’est déjà produit il y a quelques millions d’années, le jour où la planète Terre en aura assez de nous supporter ?

Manuel Gomez

0
0

16 Commentaires

  1. 750 ans avant JC, le prophète Amos déclarait : « En ces temps difficiles, l’homme prudent gardera le silence, car c’est un temps de malheur »

    2020 ans après JC, le prophète Zemmouros déclarait : « En ces temps difficiles, l’homme prudent garde la somnolence, car c’est un temps de mâles heu-reux »

  2.  » il y avait un Jardin qui s’appelait la Terre.Il était assez grand pour des millions d’enfants… » Cette belle chanson de Moustaki nous rappelle qu’un jardin se cultive,s’entretient,au prix d’efforts constamment renouvelés,qu’il réclame beaucoup d’intelligence,de patience,de connaissances transmises de générations en générations au cours des millénaires.La métaphore est riche d’enseignements.La Torah y fait naître le premier homme,l’Antiquité y installe la Philosophie.Au commencement,il y avait un Jardin…

    • Certes, mais quelle était l’espérance de vie des chasseurs-cueilleurs ?

      • 25/30 ans, guère plus du fait de la mortalité infantile. Mais c’était après qu’Adam et Eve aient été chassés du paradis terrestre !

  3. je n’avais jamais compris comment l’empire romain avait pu s’écrouler face à un micro ramassis de barbares
    je n’avais jamais compris comment les empires aztèques et incas avaient pu se être détruits pas un milliers de conquistadors pouilleux
    aujourd’hui je constate que le suicide du peuple par ses zélites est En Marche

    • l’empire romain s’est effondré principalement à cause de l’effondrement des moeurs et la dislocation de la famille !

      un pays fort c’est avant tout des familles soudées !

      c’est pour cela que les nervis du système se sont employés à détruire la famille.
      il n’y’a même plus de père et de mère mais des parents 1 et 2 et plus de fils et de filles puisqu’ils peuvent changer de sexe comme je change de chemise !

      ils appellent cela le progrès mais l’histoire indique que c’est une récession et les mêmes causes produisent les mêmes effets !

  4. Ce n’est pas le Covid-19 qui a désorganisé et ruiné en quelques mois de nombreux pays mais leurs salops de gouvernements achetés, contrôlés ou menacés………

  5. le plus vite sera le mieux l’espèce humaine n’auras JAMAIS réussi à aimer cette Terre pourtant si charmante au demeurant.
    Nous n’aurions JAMAIS du exister et les dinosaures doivent amèrement regretté leur disparition de la ou ils sont, pour finir vivement que touts les virus les plus acérés viennent TOUS nous emporter surtout Macron Véran et Castex.

    • Et si moi je trouve que la Terre est belle, que l’humanité (au moins une partie) est magnifique et qu’il faut garder l’espoir que tout aille bientôt pour le mieux, j’ai le droit de le dire ?

    • nicolachaos Donner tous les pouvoirs à ces escrocs devrait être interdit. Aucun Président de la République ne devrait pouvoir imposer ses propres vues et décisions sans avoir été approuvé ou désapprouvé par référendum.

  6. Un monde s’écroule (peut-être mais pas sûr du tout, désormais), parce que des non-humains (les politiques, les financiers et les pharma) ont tout fait pour le détruire. Supprimer ces coupables remettrait toutes les pendules à l’heure. Mais les priver de fric serait plus rapide encore. Tant que le fric sera leur dieu imposé, il n’y aura aucune solution à ce merdier créé de toutes pièces. Les populations ne sont en rien responsables de tout cela.

Les commentaires sont fermés.