Un Français décapité : la République, ses hystériques et ses fatwas

Publié le 22 octobre 2020 - par - 4 commentaires - 874 vues
Traduire la page en :

Quand l’islam terroriste importé en France a décapité, par les mains d’un « réfugié politique » tchétchène, un Français, qui plus est serviteur de cette République fabriquant des antifas et des LGBT via l’Éducation « nationale », j’ai décidé d’attendre un peu avant de réagir. Naturellement, j’ai profité des quelques éléments satiriques qui sonnent la fin de la tragédie européenne, quand par exemple un ex-sénateur trotskiste vocifère « Expulsons les Tchétchènes pour protéger nos Magrébins (mes électeurs) » [1] ou quand on exige des lois totalitaires de surveillance pour tenter de contrôler une idéologie ingérable (par exemple via l’instauration de l’inique loi Avia, illégale en France [2]) sans se remettre en question quant à l’injection en France de peuplades asiates et africaines pendant des décennies pour mieux remplacer ou métisser les Blancs de l’Europe[3] : « Dans 50 ans, il n’y aura plus de racistes, juste des poches de Blancs séparatistes. On va tous se mélanger; le métissage est inévitable. Et au bout d’un moment, cela ne fera même plus partie de la conscience commune de juger quelqu’un pour la couleur de sa peau, parce que tu sauras même plus de quelle couleur est sa peau. » [4]. Tous ces éléments comiques constituent la suite habituelle donnée au sacrifice de Blancs européens par The Big Other, une distraction d’artistes certains que les victimes et les bourreaux seront oubliés par nos contemporains occidentaux à la mémoire de poisson rouge.

En revanche, ce que personne, il me semble, n’a remarqué ni en France ni à l’étranger, c’est que les fameux « islamistes » ne sont que le prolongement logique de la république française n°5 à son sommet. De quelque bord qu’ils soient, les psychopathes obscurantistes sont en quête permanente d’un bouc-émissaire. D’un côté, la foule la plus brutale ayant décuplé sa bestialité collectiviste par des réseaux sociaux s’empare d’une victime expiatoire. Naturellement, cette foule se croit persécutée, injuriée, humiliée par celui qu’il faut qu’elle anéantisse. La foule d’islamistes hystériques appelle au secours : « Nous sommes persécutés et poursuivis ! Aidez-nous ! Venez et annihilez l’ennemi ! ».

D’un autre côté, et c’est ce qui est particulièrement intéressant, le système raciste anti-Blancs français entre dans un processus pathocratique identique : un inspecteur de l’Éducation dite nationale a fait suite aux accusations d’islamistes sur Internet. Il devait rencontrer le « fautif » pour lui rappeler les règles de dhimmitude acceptées par la république française : « Une note du 12 octobre dénonçait la “polémique” née après le cours de Samuel Paty. Un inspecteur devait lui rappeler les “règles de laïcité et de neutralité”. » [5] Seulement, le pauvre bougre a été « blâmé » par un hystérique plus efficace que celui de la trop lente Éducation « nationale » : si on ne lui avait pas coupé la tête, il aurait certainement été humilié par sa propre hiérarchie, éventuellement muté avec une étiquette de « raciste » et d’« islamophobe ». Puis, si les « chances pour la France » n’avaient pas voulu le lâcher, c’est Marianne (cette gueuse engendrée dans le sang de Louis XVI, ce père-instituteur de la Nation lui aussi décapité) elle-même qui l’aurait décapité – civiquement bien sûr, – et on ne manque pas d’exemples dans le passé :  “J’ai pris la décision de suspendre cet enseignant pour le protéger, pour protéger la communauté éducative et le site. Mon rôle a été de ramener la sérénité dans l’école”, explique le recteur Jacques-Pierre Gougeon qui a décidé, lundi, de suspendre à titre conservatoire un professeur d’arts plastiques du collège François-Villon de Mulhouse. L’enseignant exerce depuis une dizaine d’années dans cet établissement situé en zone d’éducation prioritaire (ZEP). » [6] Des associations liberticides financées par les Français l’auraient poursuivi et des juges, toujours trotskistes, du syndicat de la magistrature l’auraient condamné.

Le fait que la république française, jusqu’à son sommet, ses ministères, ses professeurs universitaires et membres de l’Académie française, ses rédacteurs et ses politiciens tant de gauche que de droite ne soient que des hystériques frénétiques, incapables de s’arrêter dans leur folie, je l’ai constaté par moi-même, avec l’Université française et le Conseil national des universités. Seulement, n’étant pas fonctionnaire, comme la pauvre victime, je subis la folie furieuse républicaine bien plus directement que l’enseignant sacrifié. Cette folie démesurée n’est pas le fait de mahométans, mais de professeurs de l’Université française et de ministres de l’Enseignement. Ce ne sont pas des fous furieux islamistes qui ont exigé ma tête, mais mes collègues des universités où j’ai enseigné. Des folles furieuses des deux sexes m’ont accusé de violences et de crimes idéologiques, exigeant que ma thèse de doctorat iconoclaste sur Nabokov et Nietzsche ne soit pas soutenue et que la Sorbonne dépose une plainte pénale contre moi [7]. Exactement comme les inspecteurs face à la pauvre victime de la dernière fatwa, les médiateurs de la Sorbonne se sont rangés du côté des pervers narcissiques calomniateurs qui préparaient le plagiat de ma thèse de doctorat. Exactement comme les islamistes frénétiques exigeant la tête d’un petit enseignant de banlieue parisienne, les « experts » sur mon dossier pour le CNU montaient d’un cran chaque année dans leur hystérie. Le ministère devait porter plainte contre moi pour disqualifier mes découvertes scientifiques : « Le ministère devrait mettre un terme au harcèlement subi par le CNU de la part d’A. Livry et je maintiens avec d’autant plus de fermeté mes classement “hors section” » [8]. Le critique de l’Université française que je suis ne devait pas enseigner dans cette Université (car les fonctionnaires de ses facultés sont aussi infaillibles que le prophète Mahomet). Tout cela a fini par la dissimulation des expertises sur mon dossier et l’exigence que je remplisse des conditions inconnues – et ce, pour seulement avoir le droit de chercher un poste de maître de conférences en France.

J’avais déjà rappelé plusieurs fois que c’est la sélection pathocratique des cadres en France qui est la source de la situation catastrophique dans laquelle ce pays se trouve [9]. Depuis la fameuse « Libération », ce sont des psychotiques qui distinguent ceux qui souffrent des mêmes pathologies qu’eux pour en faire les professeurs et gouvernants de demain [10]. Voilà pourquoi – et là est l’authentique descente aux enfers de la France – même l’immigration que choisissent les gourous de la République française est à leur image : des hystériques, des pervers narcissiques, des débiles victimes de la méthode globale, des incultes irresponsables acceptent joyeusement des fous d’Allah qui grouillent dès lors en foule partout en France en exigeant la mort de quelques boucs émissaires choisis au hasard parce que ces mahométans obscurantistes ne sont que la copie africaine et asiate des non moins hystériques dirigeants de cette France malheureuse et assassinée à tous les niveaux.

Conclusion

La république française est donc une union de psychopathes hystériques trotskistes et le reste du peuple français est condamné par la folie des hystériarques autochtones qui invitent et continueront d’inviter des hystériques allogènes.

Dr Anatoly Livry, Altdorf, Suisse

[1]           https://www.bfmtv.com/politique/la-france-insoumise/jean-luc-melenchon-on-a-accueilli-des-tchetchenes-qui-sont-les-partisans-d-une-guerre-civile-sur-fond-de-religion_VN-202010180111.html.

[2]           Christophe Barbier : « Il faut relancer la loi Avia en changeant s’il le faut la Constitution », « Profitons de cette tragédie pour faire une loi Avia validée constitutionnellement», le 18 octobre 2020 : https://putsch.media/20201019/actualites/societe/video-christophe-barbier-milite-pour-un-retour-de-la-loi-avia-deja-refusee-par-le-conseil-constitutionnel/.

[3]           Cf. p. ex. : Dr Anatoly Livry, « L’expatriation comme contrepoison au racisme anti-Blancs. » in Proceedings of the Academy of DNA Genealogy, Boston-Moscou-Tsukuba, volume 13, n°. 7, juillet 2020, p. 1077-1082, http://anatoly-livry.e-monsite.com/medias/files/13-07-2020-77-82.pdf.

[4]           Mathieu Kassovitz, 25 ans après La Haine : « C’est un privilège de Blancs de pouvoir manifester dans la rue pour le prix du pétrole », La Libre, le 14 octobre 2020 : https://www.lalibre.be/culture/cinema/mathieu-kassovitz-25-ans-apres-la-haine-c-est-un-privilege-de-blancs-de-pouvoir-manifester-dans-la-rue-pour-le-prix-du-petrole-5f85c4087b50a6048d41db23.

[5]           « Enseignant assassiné : la note explosive du renseignement territorial », Le Point, le 17 octobre 2020 : https://www.lepoint.fr/societe/enseignant-assassine-la-note-explosive-du-renseignement-territorial-17-10-2020-2396862_23.php.

[6]           « Polémique dans un collège situé en zone d’éducation prioritaire : un enseignant suspendu à Mulhouse », DNA, le 16 janvier 2015 : https://www.dna.fr/religions/2015/01/16/un-enseignant-suspendu-a-mulhouse.

[7]           « La voie pénale m’ayant été refusée par le procureur, reste la voie civile, dont la longueur, la complexité, le coût et l’issue incertaine font qu’elle dépasse mes possibilités physiques, morales et financières. Je place donc mes espoirs dans l’action initiée par la Sorbonne. »: lettre d’une fonctionnaire de la Sorbonne du 20 mai 2010, copie de cette calomnie envoyée à feu Georges Molinié https://drive.google.com/file/d/1F4rYS5c8abADLmYh2KRQSV2-pNoOS6IP/view.

[8]           Chef-d’œuvre d’un rapport du CNU, section 8, pondu en juin 2015, soit deux ans après que la procédure de qualification a été abrogée par le Sénat, puis maintenue suite à la mobilisation des premiers intéressés dont l’un est l’auteur de l’« expertise » citée.

[9]           Dr Anatoly Livry, « De la folie sanctifiée. » in Proceedings of the Academy of DNA Genealogy, Boston-Moscou-Tsukuba, volume 13, n° 4, avril 2020, p. 688-691 : http://anatoly-livry.e-monsite.com/medias/files/13-04-2020-fr.pdf.

[10]          Dr Anatoly Livry, « Ultimes gémissements de l’Université française? Pollice verso! » in Proceedings of the Academy of DNA Genealogy, Boston-Moscou-Tsukuba, volume 13, n° 4, avril 2020, p. 679-688, http://anatoly-livry.e-monsite.com/medias/files/13-04-2020-fr2.pdf.

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Jeanne

Les minables mentionnés par Livry n’aiment pas quand on parle d’eux. Visiblement, ça les blesse …

casimir delvallé

Vous êtes sorti de l’HP ?

DUBOIS

c’est une ségrégation politique élargie qui met tous ces tarés au pouvoir actuellement et qui n’aura pas de limites dans les sévices et la répression car elle ne craint pas un e révolution dont elle espère faire une épuration comme l’histoire nous en montre plusieurs exemples; Il faudra ”la colère des légions ” pour en venir à bout

patphil

les français adorent se flageller, s’autoculpabiliser
malheureusement les gaulois réfractaires ne vont plus voter

Lire Aussi