Un quartier d’Annonay maltraité et l’Ardèche bascule à droite

Publié le 28 juin 2021 - par - 18 commentaires - 2 468 vues
Traduire la page en :
Le “pays” de Jean Ferrat bascule à droite, suite à la mauvaise gestion des élus socialistes et au massacre de Bernaudin, une cité d’Annonay gérée par la majorité de gauche du département de l’Ardèche.
La majorité de droite a gagné sur le fil avec un canton d’avance. La défaite des candidats socialistes dans le canton d’Annonay Sud (canton traditionnellement à gauche depuis des décennies) a permis ce basculement à droite, suite à la désastreuse politique de gestion du logement social dans la cité de Bernaudin (1 000 électeurs inscrits). Décryptage du suicide départemental socialiste sur les terres de Jean Ferrat (1).
Sale temps pour les socialistes en Ardèche, qui étaient aux commandes du département depuis 23 ans. Déjà affaiblis par les poursuites judiciaires dont fait l’objet Olivier Dussopt (3), leur créateur, dans les affaires de corruption du N° 3 de l’eau et de l’assainissement en France, la Saur, il ne manquait plus qu’un scandale immobilier.
Comme prévu, les candidats socialistes Stéphanie Barbato-Barbe (adjointe au maire d’Annonay) et Jérémy Fraysse (ancien correspondant du Dauphiné Libéré) ont été largement battus au 2 ème tour sur le canton d’Annonay Sud, suite au “massacre programmé par Ardèche Habitat de la Cité de Bernaudin”.
Les candidats socialistes de la majorité départementale pouvaient difficilement rattraper leur retard dans le canton d’Annonay Sud. Car ce canton abrite la cité de Bernaudin, avec environ un millier d’électeurs.
Des logements récemment isolés et restaurés vont être rasés
Il y a un mois, les responsables d’Ardèche Habitat, organisme locatif de gestion sociale, dirigée par la majorité de gauche du département de l’Ardèche et présidé par le PS Olivier Peverelli (2), vice-président socialiste du département et maire du Teil, ont annoncé aux locataires, lors d’une réunion, la destruction, début 2022, des immeubles N° 35 et 36, sans solution de relogement des occupants, et la destruction du centre social.
Chacun a pu constater que le département de l’Ardèche “marchait sur la tête”. En effet, les deux immeubles qui vont être détruits ont bénéficié d’une réfection totale de l’isolation (des caves au toit) durant l’hiver 2020, par une entreprise de Castres, et tous les appartements ont été équipés de chaudières individuelles neuves durant l’hiver 2019.
Tous les autres bâtiments de la cité de Bernaudin ont bénéficié des mêmes travaux de chaudières neuves et d’isolation.
Les responsables d’Ardèche Habitat, sous l’autorité du département socialiste et du président Olivier Peverelli, ont aussi annoncé que tous les habitants de la cité de Bernaudin devraient quitter leur appartement pendant un mois et demi, à l’hiver 2022-2023, pour permettre à Ardèche Habitat d’effectuer des travaux de réfection de toutes les cuisines, salles de bain et WC. Ils ont précisé que l’eau serait coupée pendant un mois et demi.
Ardèche Habitat ne propose pas de solution de relogement
Sans proposer de solution de relogement, de nuits d’hôtels, et d’indemnités de repas et petit déjeuner, puisque les habitants concernés ne pourront plus accéder à leur cuisines, chambres, salles de bain et appartement en général.
Le tout sans concertation préalable, les habitants de Bernaudin étant convoqués à cette réunion dite “d’information” par lettre simple. Et là, on leur a indiqué que tout était décidé et planifié.
Les inconditionnels défenseurs de la majorité socialiste au département de l’Ardèche et les candidats pourront toujours trouver une excuse bidon du type “On n’était pas au courant” ou “le vice-président du département Olivier Peverelli gagate après le tremblement de terre du Teil où il a été secoué”. A moins que les responsables administratifs d’Ardèche Habitat n’aient voulu torpiller la majorité départementale de gauche.
Mais, comment les électeurs de Bernaudin, traditionnellement à gauche, pouvaient voter, dans le canton d’Annonay Sud pour les candidats socialistes présentés par Simon Plenet, maire d’Annonay et 1er vice-président du département de l’Ardèche ?
Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411
(1) Jean Tenenbaum, dit Jean Ferrat, né le 26décembre1930 à Vaucresson1 (Seine-et-Oise) et mort le 13mars2010 à Aubenas (Ardèche), est un auteur-compositeur-interprète français. Auteur de chansons à texte, il alterne durant sa carrière chansons sentimentales, chansons poétiques et chansons engagées et a souvent maille à partir avec la censure. Reconnu pour son talent de mélodiste, il met en musique et popularise nombre de poèmes de Louis Aragon avec l’approbation de celui-ci.

Compagnon de route du Parti communiste français, il s’en démarqua sur différents sujets.

Bien que peu présent dans les médias et malgré son retrait de la scène à quarante-deux ans, cet ardent défenseur de la chanson française connaît un grand succès critique et populaire. Apprécié d’un large public, Jean Ferrat est considéré, à l’instar de Léo FerréGeorges Brassens et Jacques Brel, comme l’un des grands de la chanson française.

En 1972, Jean Ferrat rompt avec la maison de disques Barclay et se fait plus rare. Il est fatigué par 10 années de scène.

En 1974, Christine Sèvres et lui décident d’aller vivre en Ardèche, près de Vals-les-Bains, à Antraigues-sur-Volane, dont il connaît le maire communiste, le peintre Jean SaussacN 22. Il y a acheté, en 1964, une ferme, perdue au milieu de 20 hectares, où ils vivent entourés de leurs chiens, chats et de leur ânesse appelée « Justice sociale ». Il sera un temps conseiller municipal et maire-adjoint de la commune. La fille de Christine, Véronique Estel, désormais majeure, les suit.

Jean et Christine, couple libre, s’éloignent mais continuent de partager la propriété d’Antraigues. Jean vit en couple avec Colette Laffont, professeur d’éducation physique et sportive rencontrée en 1971, tout en continuant de s’occuper de Christine, gravement malade43 (il attendra janvier 1992 pour épouser Colette, à Ivry-sur-Seine).

En 1975, il publie, sous le label Temey, un nouvel album : La femme est l’avenir de l’homme. Son chant se veut toujours plus engagé et Ferrat fustige les guerres coloniales, dans Un air de liberté, attaquant nommément un article de Jean d’Ormesson, éditorialiste et directeur au Figaro, et suscite encore ainsi la polémique. Dans la chanson Un jeune, un an après l’élection de Valéry Giscard d’Estaing à la Présidence de la République, Ferrat se moque de la création du mouvement des jeunes Républicains indépendants, proche du parti politique présidentiel. Il est encore une fois en phase avec son temps, rappelant, dans La femme est l’avenir de l’homme la proximité entre deux des plus importantes batailles revendicatives du xxe siècle comme du précédent : la lutte sociale et la lutte féministe en plein essor. Un nouvel album nommé Les Instants volés clôt la décennie.

Polygram rachète à Barclay son catalogue à la fin des années 1970. Désireux alors de ne pas dépendre de la major, Jean Ferrat réenregistre la quasi-intégralité de ses titres, avec l’aide de l’arrangeur et chef d’orchestre Alain Goraguer, puis sort sous son propre label, Temey, avec l’éditeur Gérard Meys, une nouvelle édition de 11 volumes en 1980. La même année, paraît l’album Ferrat 80, dont le titre phare Le Bilan ne passe pas inaperçu. Jean Ferrat y dénonce les purges staliniennes. Avec son engagement social et politique jamais démenti, celui-ci exprime le recul de plus en plus grand qu’il prend vis-à-vis de ce socialisme qu’il qualifie de caricature : « Ce socialisme n’était qu’une caricature, dans ma bouche à jamais la soif de vérité ». Dans une émission qu’il lui consacre, Michel Drucker demande à Jean Ferrat s’« il ne craint pas qu’on l’accuse de tourner sa veste ». Sans ambages, le poète déclare : « Il ne faut pas compter sur moi pour faire de l’anticommunisme ».

 

(2) Maire PS du Teil, Olivier Pévérelli,  né le 4 mars 1960, chargé d’affaires à la  Caisse d’Epargne, Président d’Ardèche Habitat,  Président de l’Association des Maires de l’Ardèche (AMF07) – élu le 1er décembre 2020, vice président PS du département de l’Ardèche, suppléant du député PS Hervé Saulignac, préside Ardèche Habitat, l’organisme de gestion locative et sociale du département de l’Ardèche. Le 11 novembre 2019, la commune dont il est maire a été victime d’un séisme de magnitude 5,4, dont l’épicentre est localisé en Ardèche, et ressenti à 11 h 52. Ce séisme s’est produit sur une faille sismique non répertoriée. Ressenti de Lyon à Montpellier, c’est le tremblement de terre le plus puissant survenu dans la région depuis cinquante ans et en France depuis celui de Saint-Dié dans les Vosges en 2003. Quatre personnes sont blessées (dont une gravement, tombée de son échafaudage à Montélimar) sans provoquer de dégâts majeurs bien qu’une centaine de maisons soit affectée au Teil15,16. Les principaux quartiers touchés étant ceux de La Rouvière et de Mélas avec son église, classée aux monuments historiques français depuis 1875.

(3) Olivier Dussopt, né le 16 août 1978 à Annonay (Ardèche), est un homme politique français.

Membre du Parti socialiste jusqu’en 2017, député de la deuxième circonscription de l’Ardèche, élu le 17 juin 2007, il est le benjamin de l’Assemblée nationale pendant la XIIIe législature. Réélu en juin 2012, il est membre de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République.

Alors qu’il s’inscrivait jusqu’alors dans l’opposition au gouvernement Édouard Philippe, il est nommé secrétaire d’État en novembre 2017 dans ce même gouvernement. Il devient trois ans plus tard ministre délégué chargé des comptes publics dans le gouvernement Jean Castex. Avec d’autres anciens socialistes, il fonde en 2020 le parti Territoires de progrès qui vise à rassembler l’aile gauche de la majorité.

Selon Wukipedia , le 20 mai 2020, le journal Mediapart révèle qu’en janvier 2017, Olivier Dussopt s’est fait offrir des lithographies numérotées du peintre Gérard Garouste par un dirigeant local de la Saur, quelques jours après avoir annoncé, en tant que maire, un partenariat industriel avec la même Saur pour l’installation d’une micro-turbine hydroélectrique sur la commune d’Annonay — le contrat, négocié à partir de 2016, est signé en juin 2017. Ces œuvres sont estimées à un peu plus de 2 000 euros.

Olivier Dusspot ne les a pas déclarées alors que c’est obligatoire pour « les dons, avantages […] d’une valeur qu’ils estiment supérieure à 150 euros dont ils ont bénéficié à raison de leur mandat », selon le code de déontologie de l’Assemblée nationale. Après avoir déclaré que c’était un cadeau d’« un ami », ce qui est par la suite démenti par l’intéressé, Olivier Dussopt reconnaît finalement que c’était bien un « cadeau de l’entreprise » et déclare qu’il va le restituer. Il indique également qu’il saisit la déontologue de l’Assemblée nationale afin qu’elle « vérifie la conformité de [son] choix initial ». Il réfute que ces cadeaux aient constitué des remerciements aux marchés (trafic d’influence) confiés à la Saur, affirmant que celle-ci a « remporté ces marchés » parce qu’elle « était la mieux-disante ». Il est depuis visé par une enquête du parquet national financier confiée à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), ouverte pour «  corruption » et «  prise illégale d’intérêts », et perquisitionné par la police à son domicile d’Annonay le 18 août 2020.

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Jean Julien

Modérateur…. Et mon commentaire alors…. J’ai pas été trop méchant pourtant

astrid

Dans un documentaire vu récemment sur France 3, Ferrat expliquait en revenant de ses deux mois de vacances offertes à Cuba que “malheureusement, on a pas pu supprimer l’argent”. Et oui, venant de la part de quelqu’un qui a acheté plusieurs hectares en Ardèche et qui vendait régulièrement plus d’un million de disque, on peut comprendre sa déception !

Argo

Jean Ferrat, artiste, oui, politique, non, il soutenait Besancenot!

Mantalo

Je partage.

Patapon

Merci pour cet hommage au grand Ferrat.” Pourtant,que la montagne est belle…” Salut à tous les Patriotes depuis mon belvédère Pyreneen.

be cool

lesquels “élus de droite” feront la même chose que leurs prédécesseurs….Ce qui changera, ce sera la liste des associations arrosées et le sens du clientélisme électoral.

Jean-Claude Jourdan

Pour s´en sortir il leur faudra demander l´asyle ou se déclarer sans papier. Dans ce cas on leur donnera une chambre d´hôtel, un ticket de transport et une carte bleue pour
advenir à leurs besoins.
Suédois des Cévennes

système

Aujourd’hui la Droite, c’est le centre…

Filouthai

Il sifflait à ces gens menacés d’expulsion temporaire pour « travaux socialistes » d’aller squatter les domiciles des politiciens locaux qui ont eu le courage de les informer de leur sort ! Avec la loi protégeant les squatters, le spectacle devrait être croquignol !

patphil

le grand remplacement n’est pas encore trop arrivé dans ces territoires paumés où d’ailleurs on vit bien mieux qu’en chine ou en inde surpeuplées

Fabiola FERRANTE

C’est une HONTE ABSOLUE !
Comment peut-on demander à des gens de quitter leur appartement pendant UN MOIS ET DEMI, le temps qu’on y fasse des travaux ?
Et les ouvrier, qui garantit qu’ils ne vont pas voler ce qui leur plaît ?
Et des familles entières qui se retrouvent à la rue, et s’ils n’ont pas les moyens d’aller à l’hôtel ?
C’est absolument révoltant !
Et les gens âgés et malades qui sont jetés dehors, et s’ils ont une pension insuffisante pour payer l’hôtel, ils font comment ?
Les gens qui ont décidé cette absurdité en douce, méritent de vivre le même cauchemar en attendant de les emprisonner puis de les pendre !
Il faudrait leur casser la gueule pour leur montrer qu’il y a des choses qui ne se font pas !

Phil2

Merci monsieur Gruzelle pour ce petit rafraîchissement à propos de Jean Ferrat!

Lire Aussi