Un sondage qui devrait faire réfléchir ceux qui soutiennent les manifestants et leur appel à la « démocratie » en Egypte

Au printemps 2010, l’institut de sondage Pew Rechearch Center a fait une grande enquête dans plusieurs pays musulmans : Egypte, Jordanie, Liban, Nigeria, Indonésie, Pakistan, Turquie.

Tous les résultats sont consultables ici :

Pew-Global-Attitudes-Muslim-Report-FINAL-December-2-2010.pdf

Intéressons-nous seulement à l’Egypte, puisqu’elle fait l’objet d’une grande actualité. Un échantillon représentatif de 1000 Egyptiens de plus de 18 ans a été interrogé en face à face, en langue arabe, entre le 12 avril et le 3 mai 2010. La marge d’erreur est de + ou – 4%.

60% pensent que la démocratie est préférable à tout autre forme de gouvernement, 22% qu’en certaines circonstances, un gouvernement non-démocratique peut-être préférable, et pour 16% le type de gouvernement importe peu.

Parfait, sauf que…

47% pensent que l’islam joue un grand rôle dans la vie politique de l’Egypte, et 48% un petit rôle. On a posé des questions subsidiaires. Parmi ceux qui disent que l’islam joue un grand rôle, 95% pensent que c’est une bonne chose et 2% que c’est une mauvaise chose. Et parmi ceux qui disent que l’islam joue un petit rôle, 3% pensent que c’est une bonne chose et 77% que c’est une mauvaise chose. Ce qui veut dire, tous calculs faits, que 4 Egyptiens sur 5 souhaitent que l’islam joue un grand rôle dans la vie politique.

31% pensent qu’il y a une lutte dans leur pays entre ceux qui veulent le moderniser et les fondamentalistes islamiques, et 61% pensent le contraire. Donc là encore, question subsidiaire pour ceux qui pensent qu’il y a lutte entre modernistes et fondamentalistes : 27% s’identifient aux groups qui veulent moderniser le pays, et 59% aux fondamentalistes islamiques.

Tout va bien, Madame Aubry et Monsieur Mélenchon ? Alors on continue… et on passe à des choses encore plus concrètes. Les dernières questions portent sur l’opportunité de faire certaines lois en Egypte :

– Ségrégation entre hommes et femmes sur le lieu de travail : 54% favorables, 44% opposés.

– Peines comme coups de fouet et couper les mains des voleurs : 77% favorables, 19% opposés.

– Lapidation des gens qui commettent l’adultère : 82% favorables, 14% opposés.

– Peine de mort pour les gens qui quitte la religion musulmane : 84% favorables, 13% opposés.

Conclusion de la chronique de Caroline Fourest dans Le Monde du 5 février 2011, consacrée à l’Egypte et intitulée « Le mur du Caire doit tomber » :

{« Nous ne sommes plus en 1979. La révolution islamiste a beaucoup déçu. Les jeunes Arabes connectés à Internet ont vu les vidéos de ces jeunes Iraniens massacrés par les sbires d’Ahmadinejad. Ils s’identifient plus à eux, ou aux jeunes Tunisiens, qu’aux « barbus ». Dans les rues, les quelques « Allah akbar »sont noyés par des cris de « liberté ». Aucun régime ne pourra plus ni les censurer ni les couper du monde. Enfin et surtout, nous avons changé de génération. Le monde de la décolonisation a été celui du désenchantement et de la frustration. Cette crise identitaire a nourri le fatalisme et le fanatisme. Cette page se tourne enfin. Regardez, écoutez, tous ceux qui vous disent : « Je suis enfin fier d’être arabe. » Cette fierté retrouvée peut tout changer. »}

Ah bon ?

Roger Heurtebise

image_pdf
0
0