1

Une bande de journaleux gauchistes ont inventé l’Affaire Théo

Théo Luhaka

Lu sur EuropeIsraël.info reprenant Valeurs Actuelles : « Ce lundi, la vidéo de l’arrestation controversée de Théo, à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, en février 2017, a été dévoilée. On y voit des policiers qui tentent de le maîtriser, face à son refus d’obtempérer, de le saisir pour le menotter avant de lui asséner un coup. Depuis les faits, le jeune homme accuse les policiers de lui avoir « volontairement » enfoncé la matraque dans les fesses et dénonce un « acte de torture ». L’agent nie toute intention volontaire de pénétration. Dans le cadre de l’enquête, deux experts de la police ont conclu que l’action semble « proportionnelle » et « justifiée ». « Si le geste du gardien de la paix (est) à l’origine de la blessure » de Théo à l’anus, « l’élément intentionnel pouvant caractériser le viol (n’est) pas établi », indique le rapport de l’IGPN, cité par Europe 1. Une confrontation générale est prévue dans les prochaines semaines dans le bureau de la juge à Bobigny ». (Valeursactuelles)

Lu sur EuropeIsraël.info reprenant Valeurs Actuelles : « Affaire Théo : « On avait juste affaire à une bande de racailles qui ne voulaient pas se faire contrôler« . Les journalistes de gauche continuent à défendre Théo malgré la vidéo… La vidéo révélée sur l’arrestation de Théo démontre que les policiers avaient à faire à un individu violent qui ne voulaient pas se laisser interpeller. Les policiers n’ont pas « violé » le fameux Théo qui n’était qu’une racaille… Malgré la vidéo, les journalistes de gauche continuent à minimiser la violence de Théo et à incriminer les policiers… » On se demande où est la racaille quand « les journalistes de gauche continuent à défendre Théo malgré la vidéo… » On avait bien affaire à une bande de racailles journaleux-gauchistes !

« La vidéo sur l’arrestation de Théo démontre que les policiers avaient à faire à un individu violent qui ne voulaient pas se laisser interpeller.  Pour Jean-Louis Burgat, journaliste, seuls les policiers sont fautifs…

« Heureusement les journalistes de Valeurs Actuelles rétablissent la vérité sur les faits… « Charlotte d’Ornellas : « À Bobigny, les partisans de Théo caillassaient les policiers en criant « nique la France« .

À L’Heure des Pros (1er débat) du 30/01/2018 Geoffroy Lejeune (Valeurs Actuelles) réagit à la publication de la vidéo de l’interpellation de Théo : « Théo avait prétendu avoir été violé en réunion par les forces de l’ordre. On découvre aujourd’hui qu’en fait l’interpellation était une interpellation tout-à-fait normale, musclée, puisque lui refuse de se faire contrôler par les policiers, et ça dégénère et il se prend un coup de matraque, mais à aucun moment les faits que lui dénonçait à l’époque ne sont sur cette vidéo. »

« Lejeune sur Théo : « Des racailles qui ne voulaient pas se faire contrôler » (LCI, 29/01/18, 17h57)

« Tout ça pour rappeler qu’à l’époque, il y avait une pression énorme sur la police. Hollande lui-même, président de la République à l’époque, était allé au chevet de Théo, demandant quasiment pardon au nom de la police. Dans cette histoire, tout le monde s’est humilié. Finalement, on avait juste affaire à une histoire de racailles qui ne veulent pas se laisser contrôler par les policiers, qui les agressent, et la vérité arrive un an après, alors que ces images sont disponibles depuis le début. Cela me scandalise… »

Affaire Théo : La présidente du FN n’a pas tardé à donner son opinion après la diffusion de la vidéo de l’arrestation de Théo. « Marine Le Pen dénonce « une immense Fake News pour salir la police française« .

La vidéo fait réagir. « Pseudo « affaire #Theo » : on attend les excuses des associations (de gauche), des médias (de gauche) et des politiques de gauche pour ce qui apparaît comme une mascarade, une immense #FakeNews pour salir la police française. Une honte ! MLP« , a dénoncé Marine Le Pen sur Twitter.

« Comme plusieurs élus FN, le député Debout La France Nicolas Dupont-Aignan, ex-allié de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, s’est indigné en fustigeant une « immense manipulation médiatique : la vérité sur l’affaire #Theo éclate. Hommage au travail de nos policiers victimes d’une immense manipulation médiatique« , tout comme le patron des Patriotes, Florian Philippot : « On attend maintenant que l’honneur de la police soit rétabli au plus haut niveau. Il est grand temps. #Theo« .

La gauche bobo-socialo-communiste a mis en scène le Mélenchon post-bolcheviste en campagne qui voulait « expulser les policiers » : « Soutien à Théo et sa famille. Expulsion des tortureurs de la police républicaine. #justicepourtheo« . Le cas Mélenchon était à l’unisson des soi-disant célébrités de gauche très médiocres et grassement subventionnées, des médias de gauche et des politiciens opportunistes de gauche.

« Quand Macron rendait « hommage à Théo et à son entourage«  et dénonçait un « acte de torture » (et pourquoi pas encore un nouveau crime contre l’humanité ?), le candidat d’En Marche à la présidentielle avait dénoncé « les violences policières«  à l’endroit du jeune homme. La vidéo de l’arrestation de Théo, à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, semble mettre à mal la version du jeune homme, qui accuse les policiers de lui avoir « volontairement » enfoncé une matraque dans les fesses et dénonce même un « acte de torture« , alors qu’il refusait d’obtempérer et résistait à un contrôle d’identité. Le 8 février 2017, six jours après l’interpellation controversée et malgré les zones d’ombre persistantes et la défense des policiers mis en cause, Macron n’hésitait pourtant pas à critiquer ouvertement les forces de l’ordre et à prendre le parti de Théo« .

Gilles Klein @GillesKLEIN : « Aulnay La matraque de la honte (Libération). Les violences policières qui ont eu cours à Aulnay-sous-Bois nous rappellent à cette exigence absolue, affirmait alors l’impétrant d’En Marche, dans un billet publié sur Facebook. Les enquêtes en cours diront précisément comment il faut qualifier juridiquement ces faits. Mais comment ne pas être choqué par ce qui est arrivé à Théo ? »

« Parce qu’à Aulnay, c’est la force illégitime de l’État qui a eu cours et la « dignité d’un jeune garçon« , d’une famille et d’un quartier, qui a été mise en cause« , poursuivait Macron candidat à la présidentielle.

« Je tiens à rendre hommage à Théo et à son entourage. Alors que tout semble les pousser vers la haine et la révolte, ils font preuve d’un formidable sang-froid. » Ajoutant même : « Depuis plusieurs jours, ce sont eux qui incarnent la responsabilité. Ce sont eux qui refusent l’escalade de la violence. Ce sont eux qui en appellent à la patience et à la confiance dans nos institutions. Ils sont habités par un grand esprit de responsabilité« . En d’autres occasions, il exprimait à nouveau « toute [sa] solidarité à l’égard de Théo et de sa famille » et reprenait le slogan #JusticePourTheo ». (app-facebook, Emmanuel Macron, il y a environ 12 mois)

« L’autorité des forces de l’ordre n’est jamais acquise : elle se conquiert au quotidien.

« Les forces de police ont la responsabilité de maintenir l’ordre public.

« C’est une tâche exigeante, parfois difficile, dans laquelle ils exposent leur vie personnelle et familiale, leur intégrité physique et morale, et parfois jusqu’au sacrifice. Mais c’est aussi la noblesse de ce métier.

« C’est la raison pour laquelle l’usage de la force publique, quand il s’impose, doit être proportionné…

« @EmmanuelMacron Pleine confiance dans la justice pour que Théo et sa famille puissent obtenir les réponses qui s’imposent. #JusticePourTheo 19:07 – 6 févr. 2017″

« La veille, Hollande téléphonait à son conseiller en communication : « J’ai réfléchi. Je pense que je dois aller voir Théo à l’hôpital à Aulnay« , confiait Hollande président de la République, rapporté par Gaspard Gantzer. « Avant l’allocution du président, sa mère semble nous prendre à l’écart. Elle dit : « Vous savez, dans la famille, on ne fait pas que des choses bien ». Elle le répète même plusieurs fois, sans que l’on comprenne pourquoi », raconte encore Gaspard Gantzer, présent dans la chambre d’hôpital de Théo avec Hollande et des membres de la famille. « Qu’importe, le président fait un acte politique fort », ajoute le conseiller de l’Elysée.

Hollande au chevet de Théo, c’est Hollande le faible « en pleureuse » pour la télé au chevet de Théo…

« La visite de François Hollande au chevet de Théo a été une gifle pour les policiers, par Jean-Marie Godard, Jan 30, 2018, FIGAROVOX. De nouvelles images de vidéosurveillance révélées dans « l’affaire Théo » montrent que le jeune homme a fait preuve de violence lors de son interpellation. Comment a été vécue cette affaire dans le milieu policier ? Godard : Les policiers sur le terrain étaient les premiers à considérer que s’il y avait eu un geste impardonnable, le coupable devait être sanctionné. (???) Le réflexe n’a pas été de couvrir leurs collègues. En revanche, ils ont été ulcérés par la présomption de culpabilité systématique qui pèse sur eux dans ce genre d’affaires. La mise en cause de l’ensemble de l’institution dans des tribunes signées par des personnalités (de gauche) les a profondément blessés. Un officier m’a dit « s’il y a un non-lieu, vous croyez que ces gens vont s’excuser ? » Le geste de Hollande, qui est allé au chevet de Théo sans qu’aucune preuve n’ait été faite de la culpabilité des policiers, a été une véritable gifle pour les policiers. L’enquête commençait à peine, on était en pleine séquence électorale, et le pouvoir a voulu calmer les émeutes. Ce jeu (politicien) a été très mal pris… ce qui a provoqué la naissance du collectif « femmes de policiers en colère« .

« La moindre erreur est interdite. Ils se sentent sous pression permanente« . Beaucoup de jeunes policiers ne veulent plus faire de voie publique, ils ont peur d’être piégés. Avec les smartphones et les réseaux sociaux, ils sont filmés en permanence. Leurs visages sont rendus publics sur internet, ils sont obligés de se voiler le visage en manif. La moindre image de violence est décontextualisée.

« On oublie que le principe de la police, c’est l’usage de la force dans un cadre précis.

« Quand un type ne veut pas se laisser arrêter, l’intervention peut être musclée… »

Pendant ce temps, « un enfant juif qui portait une kippa a été violemment agressé et battu ».

« La scène s’est déroulée en pleine rue. Un écolier de 8 ans de confession juive, qui portait une kippa, a été agressé lundi 29 janvier, vers 18h30, à Sarcelles, dans le Val-d’Oise, selon les informations de RTL, informations confirmées par le Parquet de Pontoise ».

Après le meurtre odieux de Sarah Halimi, et la contestation insupportable de l’acte antisémite par les instances islamo-gauchistes adeptes du Padamalgam © en suppositoires, un meurtre antisémite commis par un islamiste antisémite, voilà encore un acte antisémite perpétré par la racaille contre un écolier de 8 ans !

Où sont donc les bandes de racailles de journaleux gauchistes et les politiciens véreux de gauche qui ont mis en scène l’Affaire Théo-médiatique, ces spécialistes de l’opportunisme compassionnel, pour dénoncer clairement ce nouvel acte antisémite, au lieu de traquer les soi-disant islamophobes réactionnaires de droite ?

Thierry Michaud-Nérard