Une certaine idée de la France : croire en son pays, c’est un devoir

Un entretien, ce jour, avec un jeune étudiant, auteur de son premier livre…

Riposte Laïque : Vous nous avez fait parvenir une version de votre livre Une certaine idée de la France, dont le titre, bien sûr, ne nous laisse pas indifférents. Avant de parler de cet ouvrage, pourriez-vous en dire davantage à nos lecteurs sur vous ? En gros, pouvez-vous vous présenter ?

Antoine Cohen : J’entreprends des études de droit à la faculté d’Assas. Je suis passionné de politique depuis l’âge de quatorze ans. Je me positionne clairement à droite car je suis attaché à la liberté d’entreprendre et en même temps à l’autorité de l’État. Je tiens par ailleurs un blog politique. 

Riposte Laïque : Est-ce votre premier livre, et pourquoi avez-vous éprouvé le besoin de l’écrire ?

Antoine Cohen : C’est en effet le premier livre que je rédige. Cela faisait bien longtemps que je voulais prendre ma plume. Mais je reportais toujours à demain. Chaque fois je me trouvais une raison de me dérober. Pas le moment. Pas le temps. Pas la force. Mais aujourd’hui j’ai franchi le pas. J’écris pour expliquer, pour analyser, pour mieux comprendre. Les paroles s’envolent mais l’écrit reste et demeure. J’ai en effet l’ambition de convaincre le plus grand nombre de gens que la France est un grand pays mais qu’elle doit agir, se réformer, se réinventer. Rien n’est pire que la passivité. Ce livre peut être une boussole pour gouverner. 

Riposte Laïque : Vous évoquez longuement la campagne présidentielle, que vous qualifiez « hors du commun » et porteuse d’un scénario que personne n’aurait pu imaginer. Pouvez-vous préciser votre pensée ?

Antoine Cohen : En effet, sur les dix campagnes présidentielles sous la Ve République, c’est sans doute celle de 2017 qui aura le plus marqué les esprits par les surprises qui s’enchaînaient : la victoire des outsider aux primaires, le renoncement de François Hollande, le ralliement de Bayrou à Macron, les affaires de Fillon, l’ascension de Macron… Ce dernier incarne l’idéologie dominante au sein du système politico-médiatique : libérale-libertaire-écologiste-européenne. Elle a triomphé. 

On pensait que 2017 serait la victoire de la droite. Lors de la primaire, Fillon a été l’instrument d’une aspiration qui le dépassait. 

En effet, il n’a pas assez assumé cette ligne conservatrice au cours de la présidentielle. 

La défaite de François Fillon ne signifie nullement que les conservateurs ont échoué. 

Une partie des électeurs naturels du candidat de la droite l’ont rejeté en raison des affaires. 

En outre, François Fillon défendait un programme libéral qui faisait peur aux classes populaires. 

À la primaire, Fillon avait vaincu Sarkozy, Juppé et ses autres rivaux car il avait su parler de la France, de sa complexité, de son idéal. 

Les électeurs de droite étaient si sevrés de ce discours qu’ils lui ont exprimé leur gratitude en l’adoubant pour la présidentielle.  

Aussi, la sensibilité conservatrice n’a pas été rejetée par le pays et demeure un espoir pour la droite. 

Une majorité de Français de tous horizons peut adhérer à un projet conservateur, à condition d’expliquer ce qu’on entend par là. 

Être conservateur, c’est considérer avec reconnaissance l’héritage qu’on a reçu en dépôt, apprécier sa valeur, lui prodiguer ses soins et le remettre intact à ses successeurs. Je plaide pour que la droite conservatrice le comprenne.

C’est-à-dire qu’elle doit s’attacher à la part de l’Homme que la modernité ne parvient pas à altérer. 

Il ne s’agit pas d’être bêtement contre la modernité, mais de rappeler qu’elle ne suffit pas à l’âme humaine. 

La droite doit donc mener une politique de civilisation.

Riposte Laïque : Pourriez-vous, sans trop dévoiler ce livre, nous dire ce que signifie, pour vous, Une certaine idée de la France ?

Antoine Cohen : « Une certaine idée de la France » est une formule célèbre prononcée par Charles de Gaulle lors d’une conférence de presse en 1965. 

Sans vouloir me comparer au général, je me suis forgé une certaine idée de la France depuis mon plus jeune âge. Cette idée, c’est la France, sa culture, son âme, sa grandeur empruntée, à chacune de nos vies, sa survie menacée. 

Je l’évoque de long en large : son économie, son identité, sa diplomatie…

Ce livre fait un constat lucide de la situation tout en apportant des propositions, des solutions. Une certaine idée de la France est destiné à tous les patriotes, à tous ceux qui ne veulent pas que notre pays continue à décliner et qui veulent que la France reprenne son destin en main et retrouve sa place au sein des grandes nations. 

Riposte Laïque : Que répondez-vous à ceux qui prétendent, comme Eric Zemmour (qui le déplore), que la France est morte, que c’est foutu ?

Antoine Cohen : Bien que j’apprécie Éric Zemmour, je lui citerai – lui qui aime bien les citations – le Maréchal Foch, qui disait en 1914 : « Accepter l’idée d’une défaite, c’est déjà être vaincu. » 

Nos défis sont immenses : chômage, immigration, terrorisme, insécurité, déficits… 

Notre combat est aussi invraisemblable que celui entre David et Goliath ; au final, c’est David qui gagne. 

Plus que jamais, nous devons avoir conscience que se joue l’avenir de notre pays, de notre peuple, de la vie individuelle de chacun d’entre nous. 

La France et même l’Europe ont-elles encore la capacité et la volonté d’exister dans un monde alors qu’elles en ont tracé le cadre civilisationnel depuis 2000 ans ? Même dans les pires moments de son Histoire, le peuple français a eu foi en lui-même et a eu raison d’espérer.  Grâce à la providence et à une poignée d’hommes courageux, la France est repartie. 

Croire en la France, c’est un devoir. Nous avons des épreuves mais nous avons des atouts : notre position géographique, nos grands nombres de prix Nobel, notre savoir-faire… 

Riposte Laïque : Et ce livre, comment fait-on pour se le procurer ?

Antoine Cohen : Pour l’instant, mon livre n’est disponible que sur le site Bookelis. Il suffit de se rendre sur le site et de mettre dans la barre de recherche le titre du livre et vous trouverez très facilement.

Propos recueillis par Pierre Cassen

image_pdf
0
0

18 Commentaires

  1. Réconfortant de voir un « petit jeune » aimer la France !
    Pas tous des con sommateurs de rap !
    20 ans ? L’âge des illusions ! Celle-ci n’est pas .. perdue !

  2. IDEE DE LA FRANCE : même si je suis d’extrême -droite nationaliste ultra , politiquement à la manière de St Louis et culturellement à la manière de l’Auvergnat de Georges Brassens le Flamboyant , je dois reconnaître honnêtement que la France sous le General De Gaulle était 400 000 fois mieux que depuis 1981 sous Attali et Jamel Debouze .. je dis mon opinion et que m’importe celle des Zôtres

  3. Article SANS intérêt. Que ce petit « jeunot » qui démarre ses études en droit … ( rien ne dit qu’il en sortira diplômé et à haut niveau car une maîtrise en droit à l’heure actuelle, n’est RIEN). Qu’il fasse d’abord ses preuves, après il pourra parler et écrire avec un certain intérêt … Pour le moment ses quelques idées se battent en duel dans sa cervelle.

  4. Comme le disent avec foi les américains qui sont un modèle de patriotisme : « Right or wrong, it’s my country »… Qu’il ait raison ou qu’il ait tort, c’est mon pays !

  5. JEAN MARIE LE PEN ? BRUNO GOLLNISCH ? ROGER HOLEINDRE ? CARL LANG ? JEROME BOURBON ? IVAN BENEDETTI ? JY LE GALLOU ? PIERRE SIDOS ?

  6. « Une certaine idée de la France « . C’est vague. Personnellement, je m’en fais une idée très négative dans l’état actuel des choses. Ça n’empêche pas qu’on puisse espérer un changement drastique de la politique, impossible sans une révolte et/ou un coup d’État.

  7. Heureusement que M. Antoine Cohen ne se compare pas à de Gaulle, car son idée de la France on l’a vue en Algérie. On a vue aussi l’assassinat de trois militaires qu’il a condamné en Algérie. On a vue les Harkis assassinés. On a vue aussi comment il s’est réfugié en Angleterre avec ses amis franc-maçons. On a vue aussi comment il a fait mettre en prison le Maréchal Pétain parce-qu’il a voulu mettre des étoiles jaunes aux franc-maçons. Cet homme le Maréchal avait pourtant réussi à couper la France en deux pour empêcher les Allemands d’être partout malgré l’obligation d’obéir aux ordres nazis. Et d’ailleurs que pouvait-il faire contre les rafles ?.

    • Je suis entièrement d’accord avec mauvaise dent, je partage entièrement les idées qu’il exprime dans ce texte

    • Rapide mais néanmoins très juste analyse. De gaulle était maladivement orgueilleux et rancunier et l’idée qu’il se faisait de la france il ne la précise pas….quel être diabolique !!! quant à Antoine Cohen réjouissons-nous de voir un jeune qui s’intéresse à autre chose que le hard-machin et le métal-chose, bon courage

  8. Mouais… Certes, c’est frais, c’est charmant, c’est optimiste, mais franchement, ça manque d’épaisseur. En particulier, l’auteur élude, au moins dans le présent entretien, le principal danger dans lequel se trouve le pays. Comme le remarquent d’autres commentaires, pas un mot sur l’islam…

  9. quel est le péril mondial : la surpopulation qui entraîne migrations et islamisation
    le péril national : le laxisme envers le péril mondial

    • Voilà un résumé percutant ! Tout le reste, et notamment ce que laisse entrevoir l’interview du jeune Cohen, me semble littérature, propre, peut-être, à seulement à occuper l’esprit des « patriotes » de salon…..

  10. Moi aussi, j’avais une certaine idée de la France et je croyais en elle. Mais depuis un certain temps j’ai une autre idée de la France et je ne crois plus en elle !!!

  11. Citer celui qui a trahi en 1945 en faisant enter les communistes au pouvoir, qui a trahi en 1962 avec les accords d’Evian, ne me paraît pas une base qui donne envie de lire les pensées de ce jeune trou du cul

  12. On ne veut plus de politicien….qui se branle le cerveau a longueur de temps et finissent par ecrirent des lois de merde pour asservir le peuple.NE DONNEZ PLUS LA PAROLE A CES GENS.Qu’ils en viennent a faire de la politique parce qu ils ont ete elu et qu ils dirigent….certes.Mais faire de la politique politicienne…quelle avancé pour le peuple Mr Cassen??Est ce un metier politicien ,qu on choisirait quand les parents ont de la tune,et ceux qu’on pas de tune??Dealer…
    48 ans/technicien de maintenance/1 fils 13 ans/pas trop riche vers le 20 du mois(j ai failli mettre le 15)…vous me conseiller quoi pour lui??

    • encore un pseudo écrivaillon, qui ne cherche que la publicité, il faut bien vivre en gribouillant des absurdités.cela me fait pensez a du sous charral bisounours avec l appétence d un super narrateur d un roman qu il ne connait pas.chapeaux bas mr l épicier.

      • Ce n’est certes pas avec des gens comme vous que la France va pouvoir aller de l’avant. Notre jeunesse a besoin d’idéaux et à première vue les vôtres sont inexistants.

Les commentaires sont fermés.