1

Une défaite cuisante, certes, mais comme Eric poursuivons le combat

Une défaite cuisante, certes, mais Eric est bien décidé à poursuivre le combat

Si lui ne baisse pas les bras, il serait fort malvenu de capituler.

Les amis, ce soir  les patriotes et les amoureux de notre France millénaire ne sableront pas le champagne. Cette campagne électorale se termine par une immense déception, ne le nions pas.

C’est d’abord une défaite pour la France et l’avenir des générations futures. Et c’est un échec pour Eric Zemmour, qui passe la ligne d’arrivée avec un score inférieur à 7 %.

Un chiffre impensable quand on se souvient du Trocadéro, où 100 000 personnes venues de toute la France, ont exprimé leur ferveur à leur champion. La diabolisation a encore fonctionné.

Chez RL nous avons défendu farouchement Zemmour. Nous avons perdu. C’était pourtant le meilleur candidat, mais les patriotes en ont décidé autrement, lui préférant Marine.

Les marinistes s’en réjouissent et c’est de bonne guerre, mais l’heure n’est plus aux divisions et aux chamailleries. Dès lors que Zemmour appelle à voter Marine, pas une seule voix ne devra manquer à celle-ci pour terrasser le fossoyeur de la nation, qui nous mène vers l’abîme. 

Ce remake de 2017 ne doit donc pas connaitre la même issue qu’il y a cinq ans. Marine devra gagner pour sauver la France de l’effondrement qui se profile avec l’idéologie mondialiste dévastatrice.

Oui, Zemmour a été un formidable candidat, mais seul contre tous, il a fini par succomber ! Notre champion aura tout donné pour sauver notre pays du naufrage identitaire et du danger islamiste. Mais comment pouvait-il réussir dès lors que les Français n’ont pas compris le message, n’ont pas compris qu’il était le seul à pouvoir sauver la France.

Ils sont 70 % à partager ses idées sur le Grand Remplacement et la menace islamiste, les deux thèmes existentiels qui conditionnent la survie de la France, mais devant l’urne ils ne le soutiennent pas et renoncent.

Ils sont  84 % à vouloir se débarrasser de Macron, le fossoyeur de la nation, mais ils votent pour un remake de 2017.

Diabolisé comme jamais, attaqué de tous côtés, scotché à 9 % par les sondeurs, afin de susciter un vote utile envers Marine, Zemmour a donc perdu son pari. Le rêve n’aura duré que quelques mois.

Son cri d’alarme n’aura donc pas été entendu. La menace existentielle du Grand Remplacement n’aura finalement pas été l’élément moteur du scrutin, après tant d’années de renoncement et d’inconscience collective.

Mais saluons le fabuleux travail de son équipe, motivée comme jamais. Remercions toutes les figures des autres partis, qui ont rallié Reconquête avec audace. Leur soutien mérite d’être souligné, même si la déception est là. Remercions les adhérents et les sympathisants qui ont fait de Reconquête le plus grand parti actuel. Tous ont fait le maximum. Et les idées défendues par Eric s’imposeront inexorablement dans le futur.

C’est donc une deuxième campagne qui commence dès demain, avec un seul objectif : virer Macron à tout prix.

C’est possible. Un sondage vient de sortir : Macron 51 % et Marine 49 %

Eric Zemmour appelle à voter Marine, classée à nouveau à l’extrême droite par tous les partis. Il a raison, car le combat continue en rassemblant toutes les forces antimondialistes.

La diabolisation sera au menu durant 15 jours. Marine ne sera plus la candidate soft que le Système nous a vendue pour lui faciliter l’accession au second tour. Elle va redevenir le Diable personnifié et l’épouvantail de la gauche et des écologistes. Mais cette fois, elle peut gagner.

La bataille continue, d’abord avec Marine pour le second tour, puis avec tous les patriotes pour les législatives.

Le combat civilisationnel reste la priorité de tout patriote, mariniste ou zémmourien. Tout le reste n’est que broutille.

Jacques Guillemain