Une enquête révèle l’inquiétant état mental des déglingo-LREM-LGBT

Publié le 18 octobre 2019 - par - 1 153 vues
Share

Le Corbeau Hulot et Macron, le Renard : « Apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute ! Hulot honteux et confus, jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus. » Michel Janva, le Salon beige : « Nicolas Hulot a découvert, mais un peu tard, que derrière le gouvernement des clowns LREM, il y a d’autres gens qui gouvernent le pays ! » Pierre-Alain Depauw, MPI : « Sibeth Ndiaye propose le ministère de la Vérité imaginé par Georges Orwell dans 1984. Les propos sidérants prononcés par Sibeth Ndiaye, porte-parole de la Macronie, au micro de Jean-JacquesBourdin sur RMC, nous ramènent directement au ministère de la Vérité imaginé par Georges Orwell dans son roman d’anticipation 1984 avec l’inversion des valeurs. Il faut rappeler que Sibeth Ndiaye avait déjà admis l’utilisation du mensonge pour défendre Macron. »

L’utilisation du mensonge dans les sondages pour défendre la PMA-GPA n’a pas de limite ! Les deux tiers des Français favorables à la PMA pour toutes. Selon une étude Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et Franceinfo pro-Macron, une majorité trafiquée des Français soutiendrait la GPA. Agnès Leclair : « Le vote de la loi sur la PMA fait bouger l’opinion. Près de deux tiers des Français (63 %) se déclarent favorables à l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires. Les sympathisants de droite restent hostiles à cette réforme. 62 % des sympathisants LR sont toujours opposés à la PMA pour toutes. Les sondés se disent favorables à l’autorisation de la (GPA) pour la marchandisation du corps de la femme !

Élisabeth Lévy : PMA, la Buzyn n’a aucun doute ! « Buzyn envoie bouler l’académie de médecine et ses inquiétudes ». Des féministes radicalisées organisent un festival intitulé « Sortir de l’hétérosexualité ». Au moins c’est clair. L’hétérosexualité est la pierre angulaire de la construction du patriarcat pour les féministes !

Sur ce point, les féministes n’ont pas tort : le rejet de la sexualité masculine, donc de l’hétérosexualité est l’aboutissement logique de la révolution LGBT. Le désir masculin est criminalisé, en particulier quand il est dirigé vers des femmes. Pas question des mâles pour assurer la survie de l’espèce ! Avec la PMA, plus besoin de père, c’est l’objectif avoué. Bien sûr, on nous promet une humanité délivrée de la domination !

C’est une humanité délivrée de l’hétérosexualité, c’est-à-dire une nouvelle humanité. Ce que constate l’avis de l’académie de médecine qui a contrarié le gouvernement. « La conception délibérée d’un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure » et n’est « pas sans risques » pour son « développement psychologique ». Une rupture anthropologique majeure, c’est-à-dire un changement dans ce qui nous constitue au plus profond, la différence sexuelle. En effet, l’immense majorité des êtres humains se définissent comme homme ou comme femme. Grâce à l’action du politiquement correct LGBT l’espèce est en voie d’être effacée.

Les médias, massivement acquis à la cause, brandissent des sondages bidonnés et des études supposées prouver que les enfants nés par PMA vont aussi bien que les autres. En vérité, on n’en sait rien : on ne dispose pas de données validées assez nombreuses. L’académie de médecine récuse la validité de ces études et estime que « de plus en plus malmenée par les évolutions sociétales, la figure du père reste fondatrice pour la personnalité de l’enfant selon les pédopsychiatres, pédiatres et psychologues ».

On ne peut se faire une opinion sur le destin des enfants que l’on a choisi de faire naître sans père. Personne ne peut affirmer que les enfants fabriqués seront plus ou moins heureux que les autres. Mais la Buzyn n’a aucun doute. Répondant aux inquiétudes profondes exprimées par l’Académie de Médecine, elle a lâché : c’est un avis daté. Soyez jeunes ! En clair, ce qui compte, ce n’est pas d’être dans le vrai, c’est d’être dans le vent. Dans cette révolution dans la filiation, on attendrait des arguments moins consternants ! »

Une enquête révèle l’inquiétant état mental des déglingo-LREM-GOF-LGBT. Une enquête auprès des déglingo-LREM-GOF-LGBT pointe leur fragilité mentale malgré l’effervescence de la mise en scène politique des télés vulgaires en continu et des médias pro-Macron, sous les projecteurs et avec les applaudissements enregistrés. Mais quand les lumières s’éteignent, que deviennent les déglingo-LREM-GOF-LGBT ? Rien !

C’est le lobby LGBT qui fait les lois européennes ! Philippe de Villiers, « Le moment est venu de dire ce que j’ai vu », pp. 203-205 : « Souvent le scandale affleure. On l’étouffe. Parfois, c’est impossible, il éclate…

« Alors, on crie au complot. Par-delà la course aux carrières individuelles et l’échange douteux des services rendus, j’ai découvert et rencontré des réseaux d’influence d’une tout autre ampleur, planétaire, qui œuvrent discrètement à la création d’une arène marchande transatlantique et au dépassement de l’Europe postnationale. Toutes ces éminences de l’aréopage bruxellois, cultivant la même idéologie, communient aux deux espèces du libéralisme économique et du libéralisme sociétal, portés par la même religion du « No lirnit » !

« À leurs côtés combattent des alliés objectifs, les puissants relais des réseaux LGBT. Près d’un quart des députés européens sont membres de l’intergroupe des « lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels ». L’intergroupe LGBT est, de loin, le plus important des vingt-huit intergroupes actuels du Parlement européen.

« Le Parlement européen s’est prononcé deux cent cinquante fois sur des textes liés à l’orientation sexuelle et à « l’identité de genre », adoptant plus de cent rapports positifs sur la question. L’hémicycle est ainsi maintenu sous pression pour qu’il se passionne pour la « théorie du genre ». Je revois les collègues démocrates chrétiens votant, comme des idiots utiles, la feuille de route de l’Union européenne contre « l’homophobie » !

« C’est la peur qui rôde dans les travées. Ce chantage est inspiré par « l’International Lesbian and Gay Association ». Ce lobby, d’une puissance insoupçonnée, dont le siège est à Bruxelles, reçoit des subventions $$$ de la Commission européenne (soit 1,4 million d’euros en 2012), du spéculateur Soros et du département d’État américain (sous Obama). Tout ce petit monde sert un projet de société ou plutôt de dissociété. (???)

« C’est le lobby LGBT qui a obtenu que l’Union européenne couronne en 2014, au concours de l’Eurovision, Conchita Wurst, née Tom Neuwirth, un chanteur (déglingo) transformé en chanteuse à barbe.

« Conchita était reçue en grande pompe au siège viennois des Nations unies, le 3 novembre 2014. Le secrétaire général de l’ONU l’a élevée à la dignité d’icône (déglingo-)culturelle, si précieuse pour lutter, dans le monde d’aujourd’hui, contre la (déglingo-)discrimination, la transphobie et l’homophobie !

« La machine bruxelloise tourne à l’abri des médias. Dans un consensus admirable où les trois grands groupes votent comme un seul homme 95 % des textes, où les souverainistes sont tenus en lisière.

« Les souverainistes sont frappés d’interdit moral, houspillés, insultés, traités de fascistes, europhobes, xénophobes, et le Parlement européen fait respecter le cordon sarritaire autour des opposants. Grâce à lui, l’ordre règne à Bruxelles. La grande broyeuse est loin de tout. Et de toute censure. Les gens s’imaginent que le lointain est plus sage que le voisin. J’ai entendu tant de candides s’exclamer : « Heureusement que l’Europe est là pour corriger nos politiques ! Elle finira par remettre de l’ordre. » Comme l’a déclaré le numéro deux du patronat français de l’époque, Denis Kessler, « l’Europe est une machine à réformer la France malgré elle ! »

« Et son collègue socialiste, Pascal Lamy d’ajouter : « Les chefs d’entreprise français sont européens parce qu’ils ont compris que la remise en ordre et la marchéisation [sic] de l’économie française sont faites par l’Europe, grâce à l’Europe et à cause de l’Europe ». Cela a le mérite d’être clair, même si le « tout-marché » bruxellois est loin d’être un gage de remise en ordre. J’ai vu, j’ai lu, j’ai entendu, en quelques années, se dessiner la grande dérive, la grande aliénation, la grande dépossession, la grande infiltration.

« Ce que les États ne font plus pour les peuples, personne ne le fera à leur place. Quand il faut arbitrer au nom du soi-disant Bien commun, d’autres rendent les arbitrages. C’est la foire d’empoigne entre les apprentis sorciers. Le commissaire chargé du marché intérieur, l’Irlandais Charlie MeCreevy, est allé jusqu’à professer son amour pour les hedges funds (les fonds vautour) qui sont, selon lui, « un catalyseur pour le changement » : « Ils suscitent la crainte de Dieu chez les dirigeants politiques. » Dans ce dominium mundi, cet empire mou du management, ceux qui commandent se montrent rarement. Personne ne maîtrise plus rien. Nous assistons à une reféodalisation planétaire, les puissances publiques s’éclipsent et s’évanouissent…

Michel Janva, le Salon beige, l’a bien dit : « Nicolas Hulot a découvert, mais un peu tard, que derrière le gouvernement des clowns LREM, il y a d’autres gens qui gouvernent le pays ! »

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.