Une liste de parents d’élèves à consonnance uniquement maghrébine est-elle communautariste ?

Publié le 7 novembre 2011 - par - 938 vues
Share

Chère Caroline,

Il m’est déjà arrivé de reprendre une de tes actions comme nous l’avons découvert ensemble sur le site de Gérard il y a peu. Il s’agissait de rappeler à leur devoir des associations dites féministes qui avaient « oublié » de défendre une gamine violée en réunion pendant plusieurs jours par des dégénérés. En revanche, concernant ton article du 17/10/11 diffusé sur RL, je ne peux pas te suivre (http://ripostelaique.com/montreuil-une-liste-entierement-maghrebine-aux-elections-de-parents-deleves.html).

Le seul élément concret à l’origine de ton texte est la réception par toi d’une liste de parents d’élèves candidats à l’élection du conseil de l’école de tes enfants. Cette liste ne contient que des prénoms à consonance maghrébine ce qui, de ton point de vue, ne la rend pas représentative des parents d’élèves de cette école.

Une conception étrange de la représentativité :
Je ne suis pas d’accord avec ton texte car je ne partage pas cette étrange conception de la représentativité qui te permet d’affirmer que 1 à 2 noms à consonance étrangère est « parfaitement représentatif de la population » de l’école de tes enfants.
As-tu donc la liste exhaustive des noms des parents d’élèves ? Lors d’un vote, comment peux-tu anticiper l’effet qu’aurait le nom (ou le prénom) d’une personne sur ses actions et ses décisions à venir ? Penses-tu vraiment que le prénom soit le meilleur indice pour décider de son vote ?
Quelle est cette représentativité qui permet de te rassurer sur le vote des autres parents d’élèves en les croisant simplement dans le bureau de vote comme tu nous le confie dans ton article ? Le communautarisme des gens serait-il inscrit sur leurs traits ?

Je ne suis pas d’accord avec ton texte car tu ne dis pas ce qui te rassure en « observant au passage les votants ». Cela laisse dans le flou tes critères et permet à ton lecteur d’y mettre ce qu’il veut. J’ai d’ailleurs beau chercher, Caroline, je ne trouve pas d’élément qui soit républicain et permette, comme par magie, de connaître le vote de quelqu’un en l’observant dans un bureau de vote.

Je ne suis pas d’accord avec ton texte car cette conception du « on vote comme on s’appelle » t’amène toi-même à voter de façon communautariste en choisissant la liste contenant le moins de prénoms à consonance maghrébine. Est-ce cela, pour toi, un vote républicain ?

Des accusations infondées :
Je ne suis pas d’accord avec ton texte car il instruit un procès d’intention à charge sur une absence totale d’élément, si ce n’est, d’après toi, les prénoms des 7 candidats de la liste.

En t’appuyant seulement sur le prénom que leurs parents leur ont donné, comment peux-tu attribuer à cette liste de 7 parents d’élèves ces nombreuses revendications communautaristes que je reprends directement de ton texte « halal à la cantine, exemptions d’activités sportives, tenues spécifiques pour les filles, pressions pour l’acceptation du voile pour les mères accompagnant les sorties pédagogiques et peut-être qui sait demande d’une salle particulière pour la prière comme cela se fait déjà dans certains établissements privés… ».
Comment connais-tu ce que tu nous présente comme les objectifs de ces sept parents d’élèves ? Quels éléments de preuve as-tu pour formuler ces accusations ? As-tu lu la profession de foi ou des tracts de cette liste qui pourraient te mettre sur cette voie accusatoire ? Connais-tu personnellement l’une de ces personnes ? Cette liste a-t-elle déjà pris des positions communautaristes ? Personnellement, en tant que républicain, je suis extrêmement choqué qu’on puisse accuser de menées anti républicaines et anti laïques des personnes a priori et sans autre « preuve » que la consonance de leur prénom. Imagines-tu l’impact désastreux que cela pourrait avoir si je m’appelais Rachid ou Souad ?

Comment peux tu suspecter ces personnes de xénophobie et leur reprocher d’avoir la volonté de ne pas s’assimiler : je te cite à nouveau : « …inadmissible de voir des personnes se regrouper en communauté fermée en excluant toute personne originaire de leur pays d’accueil dans une ingratitude assez remarquable, avec la volonté manifeste de ne pas s’assimiler et pour lesquelles on peut s’interroger quant à leur degré de xénophobie. »
Comment peux-tu accuser ces parents d’exclure de leur association tous les Français qui voudraient y adhérer ? Tu sous entends ainsi que ces sept parents d’élèves sont tous étrangers, comment le sais tu ? Comme tu le sais sans doute l’adhésion à la FCPE est libre et ne dépend pas du prénom que l’on porte, ni de sa nationalité : as-tu vu ta demande d’adhésion refusée en raison de ton prénom ou d’une autre raison illégale ? Connais-tu quelqu’un qui serait dans ce cas ? Connais-tu les prénoms des autres membres du comité local FCPE ? Sais-tu pourquoi chaque candidat de cette liste a été choisi ?
Comment peux-tu trouver « inadmissible d’en arriver à proposer un vote clairement communautariste » quand c’est toi qui décide de voter en fonction du prénom des candidats dans le droit fil de tes accusations infondées.

Que le monde serait simple s’il suffisait de connaître le prénom de quelqu’un pour savoir ce qu’il pense, s’il suffisait de croiser quelqu’un dans un bureau de vote pour savoir s’il est communautariste ou pas.
Mais que le monde serait dangereux si l’on se mettait à croire qu’en connaissant le nom de famille ou le prénom de quelqu’un on sait s’il partage ou pas nos valeurs.
Personnellement, j’espère que nous ne serons jamais amener à appliquer la grille de lecture que tu semble employer implicitement … Les victimes collatérales seraient légion de part et d’autre.

Enfin, au cours de ton article, tu appelles à la rescousse l’Éducation Nationale pour contrôler et interdire les listes de parents candidats où il y aurait trop de prénoms à consonance maghrébine à ton goût. Voici tes termes : « inadmissible que les représentants de l’ Éducation Nationale aient fermé les yeux sur cette manœuvre destinée à imposer des aménagements particuliers », la manœuvre que tu évoques étant celle de constituer une liste dont tous les membres ont un prénom à consonance maghrébine. Je te rappelle qu’il n’est pas dans les attributions de l’Éducation Nationale d’exercer une quelconque censure en fonction de la consonance des prénoms des parents d’élèves candidats lors des élections aux conseils d’école ou aux conseils d’administration des collèges. Personnellement, je m’en félicite. Je ne suis pas pour une politique des quotas….

Pour toutes ces raisons et quelques autres (mais il faut faire court me dit-on), je ne peux abonder dans le sens de ton article.
Je le trouve même contre productif car il contribue à faire passer notre combat pour un procès d’intention envers toute personne portant un prénom maghrébin. Ainsi, à la lecture de ton texte, il me reste le raisonnement suivant : prénom à consonance maghrébine = arabe étranger = musulman = menées communautaristes = dangers … ce qui te conduit à souhaiter la mise en place d’une censure de la part de l’Éducation Nationale et à voter … en fonction de raisons communautaristes.

Sur un plan plus large, je trouve ton texte fâcheux parce que, par manque d’éléments concrets, il permet à chacun d’y voir ce qu’il veut y mettre.
Ainsi, le lecteur qui suspecte tout porteur de prénom maghrébin de menées anti républicaines et anti laïques croira trouver dans ton texte des raisons d’alimenter encore plus sa méfiance. Ainsi, celui qui se méfie du combat de RL, trouvera dans ton texte des raisons supplémentaires pour illustrer et renforcer sa méfiance.
Dans les deux cas, c’est le combat pour un vivre ensemble fondé sur nos principes républicains et laïques qui pâtit des méfiances que crée ou renforce ton texte.

Franck BERNARD

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.