1

« Pancarte ouvertement antisémite » juste pour avoir cité des noms ?

Cette jeune femme, Cassandre Fristot, est livrée à un véritable lynchage médiatique, professionnelle et judiciaire.

Regardez cette belle performance journaleuse, qui lèche abondamment le manche moussa-ministeriel, pourtant bien pauvre en arguments.

Citer des noms et pointer leurs titulaires du forfait de trahison serait antisémite parce que ces noms seraient juifs. C’est d’une imbécilité crasse. Mais pas de problème,  les journaleux embouchent ce non-argument foireux.

https://www.nouvelobs.com/pass-sanitaire/20210809.OBS47357/qui-est-cassandre-fristot-la-manifestante-a-la-pancarte-antisemite-arretee-en-moselle.html?

Ces noms sacralisés et protégés par le moussa-ministeriel, sont surtout ouvertement… impliqués dans un mondialisme offensif, destructeur, haineux de la France, des pays et des peuples européens.

Des noms impliqués dans le financement, l’organisation, la propagande de la submersion migratoire, islamique, le Grand remplacement, le great reset, la fin de la démocratie.

Ces individus ennemis des nations et des peuples européens, de culture occidentale, seraient incritiquables parce que juifs ?

Au point que rien que citer leurs noms – sauf pour en faire l’éloge – serait « ouvertement antisémite » ?

Macron n’est pas juif. Il est pourtant inscrit sur la fameuse pancarte. Ne serait-ce que ça suffit à balayer l’argument falacieux d’antisémitisme.

Il n’y a qu’une seule vérité et un seul droit pour tous. Dès lors il faut nommer et juger tous ceux qui se commettent dans des crimes, la collaboration à des crimes, un projet génocidaire… qui est en cours d’exécution.

Il faut les citer sans réserve, sans exception, sans restriction !  Notamment ceux qui sont les initiateurs et financiers de ce projet criminel.

Et ceux qui sont cités sur la pancarte n’ont pas usurpé leur place !

Que les journaleux se rassurent, ils auront leur place parmi les traîtres – mais la liste est trop longue pour figurer sur une pancarte –  même sans être porteurs d’un nom sémite.

Les collabos du gouvernements ne trouvent que cette misérable réplique : ceux qui sont qualifiés de traîtres portent des noms juifs. Et alors ? Ce n’est pas le nom qui fait l’innocent ou le traître mais ce que son titulaire fait !

Et là, la trahison est manifeste, les preuves abondent !

Le contenant est pointé par les collabos ministériels et médiatiques pour cacher le contenu : des trahisons énormes,  gigantesques !

Ou comment ce gouvernement stupide, qui compte sur la bêtise du peuple,  cache pitoyablement l’ignominie mondialiste génocidaire derrière son petit doigt : une pancarte en carton qui  n’a rien d’antisémite !

Haro sur le bouc émissaire, la porteuse de la pancarte !

Même le FN, soucieux de se faire bien voir du côté  du manche, y met son grain de sel sacrificiel…

Au passage, très comique le commentaire de Louis Aliot qui dit avoir embauché et  « débauché » (sic) la porteuse de pancarte. Un lapsus ? Car il faut dire que c’est une belle personne…

Les officiels de tous poils ne font plus appel à la réflexion ni aux arguments. Bien au contraire, ils attisent les passions conflictuelles qui engloutissent le raisonnement, les preuves, cachant ainsi leurs responsabilités…

Comme dans les sociétés archaïques, totalitaires, ce rideau de fumée arrange bien les criminels, il permet TOUS LES PASSE-DROITS, TOUTES LES HORREURS.

Retour au chaos, au cloaque archaïque originel.

Voilà comment cette maudite génération gauchiste, soixante-huitarde, libérale-libertaire est devenue en trente années d’exercice du pouvoir, de perversion et d’incompétence, une engeance totalitaire et dictatoriale qui achève la destruction de leur propre civilisation.

Nous attendons que des hommes dignes de ce nom viennent mettre un terme à ce crime.

Victor Hallidée