Une pandémie à tout casser, vraiment ?

Publié le 6 octobre 2020 - par - 7 commentaires - 887 vues

But de cette étude :

Le but en est d’interroger la léthalité effective pour 100 000 habitants par département, sur :
– la période qui va du 18 mars (curieusement données non publiées avant) au 27 septembre 2020 ;
– la période qui va de la fin du confinement à ce jour ; soit du 11 mai au 27 septembre.

Je voulais ainsi mesurer l’ampleur de ce que l’on nous annonce comme une pandémie en interrogeant les chiffres officiels.

Commentaire du tableau des décès cumulés par départements pour 100 000 habitants.

Télécharger le PDF (remplacer si possible ce lien par votre lien, après avoir téléchargé le fichier sur votre site)

Depuis le début du confinement au 27 septembre :

En décès cumulés officiels pour 100 000 habitants pour la période de six mois et demi allant du 18 mars au 27 septembre :

28 départements sont entre 1 et 10
32 départements sont entre 11 et 20
20 départements sont entre 22 et 40
14 départements sont entre 42 et 66
5 départements sont entre 71 et 92
– 1 départements à 110
– le territoire de Belfort est à 139

La mise en évidence du nombre de décès cumulés pour 100 000 habitants, par département, sur six mois et demi, fait apparaître que ces chiffres ne correspondent pas à ce que l’on peut considérer comme une pandémie.

Depuis la fin du confinement à aujourd’hui :

Si nous regardons maintenant le nombre de décès pour 100 000 habitants depuis la fin du confinement, le 11 mai, à aujourd’hui le 27 septembre (date des relevés), c’est-à-dire sur une période de quatre mois et demi environ, on observe que :

15 départements ont une mortalité par covid voisine de 0 pour 100 000 habitants
26 départements ont une mortalité par covid voisine de 1 pour 100 000 habitants
24 départements ont une mortalité par covid voisine de 2 pour 100 000 habitants
8 départements ont une mortalité par covid voisine de 3 pour 100 000 habitants
14 départements ont une mortalité par covid voisine de 4 pour 100 000 habitants
11 départements ont une mortalité par covid allant de 5 à 10 pour 100 000 habitants
2 départements ont une mortalité par covid allant de 11 à 14 pour 100 000 habitants
– Le Territoire de Belfort ayant une mortalité par covid avoisinant 23 pour 100 000 habitants.

On constate avec ces derniers chiffres que dans la quasi-totalité des départements français il y eu officiellement très peu de mortalité covid, et que par conséquent, les mesures pour faire durer la pandémie ne peuvent-être en aucun cas médicales.

Discussion :

– Santé publique France reconnaît elle même que 93 % des personnes décédées du covid avaient 65 ans ou plus (au 31 mai) (1). Il s’agit donc de patients affaiblis par l’âge et la plupart du temps par la maladie, donc plus vulnérables. Comptés covid pur quand même ?

– Les tests PCR ne détectent pas le covid-19 mais du matériel génétique appartenant à un certain nombre de virus. Par conséquent, ces tests ne peuvent en aucun cas être utilisés pour un diagnostic covid-19.
Voir l’article de Nicole Delépine : La supercherie des tests PCR devient officielle et aggrave la situation
https://ripostelaique.com/la-supercherie-des-tests-pcr-devient-officielle-et-aggrave-la-situation.html

– Le nombre de décès déclarés covid par les autorités n’est pas possible selon les chiffres de l’Insee. Une estimation raisonnable nous donne un maximum de 7 000 décès au total et non 31 727 (au 27 septembre) comme annoncé par les autorités. La démonstration rigoureuse du docteur Peter El Baze se trouve ici :
http://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/les-donnees-insee-demontrent-quil-est-impossible-davoir-30-800-morts-en-plus-en

Sur ces 7 000 décès, au lieu des 31 727 officiels, on peut estimer que les 2/3 sont des décès hospitaliers. (En se basant sur le ratio des données officielles de : 21 007 décès à l’hôpital et 10 720 à domicile, au 27 septembre).

Cela nous donne donc 4 700 décès à l’hôpital environ ; soit 4 fois moins que ce qui est annoncé officiellement.

Par conséquent le nombre de décès officiels pour 100 000 habitants révélé par le tableau (voir plus haut) doit être divisé par quatre.

Se pose aussi la question du classement des décès comme imputables au covid seul. Combien de patients ayant des pathologies lourdes, voire des pluripathologies ont été classés covid par erreur volontaire ou non, ou pour se conformer au médicalement correct ?

Pourquoi l’OMS a interdit d’autopsier les personnes déclarées décédées du covid ?
etc.

Il conviendrait aussi de s’intéresser aux dommages collatéraux du covid, à savoir ceux causés par le climat de terreur répandu par le pouvoir médical et politique ; climat qui réduit considérablement nos défenses immunitaires ; climat qui a conduit bon nombre de patients à différer, voire à renoncer aux soins dont ils avaient besoin, climat qui favorise la maladie tant physique que psychique. Ces dégâts collatéraux vont sans doute s’étaler sur une longue période de temps, notamment dans le domaine psychologique et psychiatrique pour les enfants et les adultes.

Ce climat délétère qui va durer, et que les pouvoirs s’emploient fortement à faire durer, va sans doute être un facteur amplificateur des prochaines maladies hivernales, dont la grippe. Ce qui sera, sans aucun doute, parfaitement utilisé par le pouvoir médical et politique pour continuer son sale travail.

Combien de décès sont imputables à la gestion volontairement désastreuse de la soi-disant pandémie par les autorités médicales et politiques au service des mafias mondialistes ?

Après tout ce qui vient d’être dit, on peut légitimement affirmer que la validité de la classification officielle comme décès du covid-19 ne repose pas sur une base médicalement saine, et quelle est fortement biaisée par une savante manipulation des données à des fins très douteuses, voire criminelles.

Pour moi, le constat est donc sans appel : j’ai la certitude qu’il n’y a jamais eu de pandémie covid-19 en France ; tout au plus une grippe moins sévère que celles des années précédentes !

Curieusement, ni les autorités de “santé”, ni les médias, ni les politiques n’ont jamais parlé de prendre soin de notre système immunitaire, car il est avéré pour ces gens que Big Pharma fait beaucoup mieux que la nature.

Alors, toutes ces mesures que les autorités ont infligées au peuple français depuis le 17 mars : confinement, déconfinement, obligation du port du masque à partir du 20 juillet, chaos généré dans les écoles, l’événementiel, les loisirs, la culture, le travail, les mœurs, (notamment la distanciation sociale)… Chaos généré dans l’économie, les entreprises (dont les faillites, le chômage), dans la société tout entière. Atteintes aux libertés, aux droits, à l’intégrité humaine etc. J’en oublie bien sûr.

Tout cela sur la base d’un prétexte médical à dormir debout !

À qui profitent tous ces crimes, si ce n’est à cette super-structure mondiale gangrénée par la corruption ?

Le formatage des cerveaux par la peur leur permet aujourd’hui de soumettre le peuple qui semble bien obéissant, ce qui donne le sentiment à cette mafia qu’elle peut tout se permettre. Mais cette arrogance va un jour trouver sa limite… et l’explosion sera inévitable. Le mouton pourrait bien alors se transformer en lion !

Références :
1. https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2020/mortalite-en-france-d-ou-viennent-les-chiffres

Sources des données :
https://www.coronavirus-statistiques.com/
https://www.santepubliquefrance.fr/
https://www.regions-et-departements.fr/departements-francais

Note : Je n’ai pas réussi à trouver des statistiques gouvernementales ou autres pour la période qui précède le confinement. À croire que le covid n’intéressait personne avant le 17 mars. Ou alors, aurait-on voulu cacher ces données pour que nous ne puissions pas constater que le confinement ne servait à rien concernant le covid ?. Une manipulation de plus !

Pierre Carré

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Pivoine

Je suis d’accord avec vous. Au début, comme tout le monde, j’étais moi aussi en état de sidération. Puis au fil des jours, j’ai fini par me rendre compte que tout cela relevait de la comédie, de la manipulation, et j’ai fait le rapprochement (je ne suis pas la seule) avec la tentative ratée de 2009, avec cette grippe H1N1. Ils ont tiré parti de leurs erreurs, et s’y sont pris autrement, notamment en grossissant les chiffres !

Rems

Je vous suis complètement lorsque vous soutenez que le covid est un mensonge planétaire…….Cette grippette a simplement servi les intérêts de certains.

Flupke

En Belgique, les hospitalisations covid et les décès explosent en ce moment…. fantasme ?

Pierre Carre

Je vous prie d’être précis et de donner les sources de vos informations pour que l’on puisse vérifier. Examinez attentivement cette étude rigoureuse qui ne fait que reprendre des données officielles et veuillez préciser ce que vous contestez. Sinon, abstenez vous des jugements irréfléchis.
Pour ma part, l’étude que j’ai faite prouve qu’il n’y a pas eu de pandémie de coronavirus en France, et je ne vois pas pourquoi il en serait autrement en Belgique.

Mantalo

J’habite en plein centre-ville. Je cherche encore des malades du covid dans mon entourage !
Voisins, commerçants, amis, copains de bistro, etc…. Rien depuis le début !
Et pourtant j’habite en France sur la planète Terre, je vous assure.

patphil

ce covid c’est une bénédiction pour tous les gouvernant responsables mais pas coupables
autrefois quand ils étaient en difficulté, ils déclaraient la guerre pour masquer leur insignifiance, aujourd’hui, l’autre l’a bien dit : c’est la guerre

Rems

Erreur ! ils ont toujours fait la guerre uniquement pour des raisons économiques et avec le covid ils continuent sauf que cette fois l’ennemi c’est nous !

Lire Aussi