Une petite annonce dans “Le Bon Coin” qui démontre l’islamisation et la chariatisation de la France

Publié le 18 août 2012 - par - 307 781 vues
Traduire la page en :

C’est le fameux blogueur iconoclaste Aldo Sterone (site, vidéos, Facebook) qui a déniché cette annonce parue il y a quelques jours sur le site leboncoin.fr :

http://www.leboncoin.fr/bureaux_commerces/354267648.htm

Aldo Sterone commente : « Les petites annonces sont très intéressantes pour faire une étude sociale d’un pays, d’une époque… »

Effectivement, on peut faire plusieurs hypothèses sur le fait qu’une personne vende une « licence n°4 pour boisson alcoolisée » au motif d’une « clientèle à majorité musulmane ». La clientèle d’avant n’était-elle pas musulmane ? Des musulmans ont-ils fait pression pour qu’on ne vende plus d’alcool dans cet établissement ? Celui-ci a-t-il ou va-t-il être repris par un musulman qui ne veut pas vendre d’alcool ? Etc.

Toujours est-il que voilà un bistrot ou un restaurant d’Avignon où l’on pouvait prendre l’apéritif entre amis et où l’on ne le pourra plus pour cause d’islam. Quelle belle illustration de l’islamisation, de l’imposition progressive de la charia et du remplacement de population !

Djamila GERARD

NDLR : Un lecteur nous écrit : “en suivant le lien pour lire l’annonce du bon coin, clientèle musulmane a été supprimée. Peut-être suite à l’article de RL”… Nous avons bien fait de faire une copie d’écran !

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi