Une primaire qui justifie encore davantage "La faute du bobo Jocelyn"

Le premier tour des primaires socialistes vient de se terminer. A entendre la plupart des commentateurs, les leaders socialistes, bien sûr, mais aussi Copé, voire même Marine Le Pen, elles signifieraient qu’elles ont été un ras-de-marée démocratique, et que plus rien ne sera comme avant ! Primaires obligatoires pour tous, sous peine, à l’instar de Pierre Cassen dans l’interview ci-dessous, de passer pour un incurable ringard archaïque !
http://www.prechi-precha.fr/2011/10/10/la-faute-du-bobo-jocelyn-entretien-avec-pierre-cassen-video/
Il faut reconnaitre au Parti socialiste un succès médiatique bien plus important que si, à l’instar du Front National ou des Verts, il avait laissé ses militants désigner eux-mêmes leur candidat. Mais enfin il faudrait raison garder. Où est le ras-de-marée dont on entend parler tout au long de la soirée ? Faut-il rappeler que Ségolène Royal avait obtenu les suffrages de 17 millions d’électeurs en 2007, et que les plus de 2 millions de votants qui font planer les caciques socialistes ne représentent même pas 5 % du corps électoral français ? Pour mémoire, 4 millions d’Italiens avaient voté pour les premières primaires de gauche, en 2005, qui avaient vu Romano Prodi plebisicté par les électeurs… et se faire virer quelques mois plus tard.
Interview Pierre Cassen (13′) : Bobo Jocelyn, primaire socialiste, Élisabeth Badinter, Prières musulmanes…
[youtube ZOJHIS-Rv8k]
D’autre part, les socialistes osent expliquer que le peuple a faim de démocratie, pour nous convaincre de la journée historique que constituerait ces primaires. Faut-il rappeler à ces imposteurs les paroles de Strauss-Kahn, pour qui ces primaires avaient été construites sur mesure, au lendemain du 29 avril 2005, qui avait vu le peuple ridiculiser les élites de l’UMP et du PS ? Celui que le système avait déjà désigné comme le futur président de la République osait cyniquement avouer : « Dans cette histoire (la victoire du non), il y a eu deux conneries. Nous avons fait celle de demander un référendum à Chirac, et celui-ci a fait celle de nous dire oui ». Croient-ils que nous avons oublié la ratification du traité de Lisbonne, qui a vu, en 2008, main dans la main, les élus UMP et PS bafouer sans vergogne le vote des citoyens français ? Pensent-ils que nous avons oublié les insultes au peuple suisse, quand celui-ci s’est exprimé, sur les minarets, qu’elles viennent des socialistes ou de leurs supporters du Libération de Joffrin ? Que dire des fraudes légendaires de ce parti, qui fait que les commentateurs en sont réduits à dire que cette fois, l’élection sera régulière ?
La véritable aspiration démocratique du peuple ne peut se dévoyer par la médiatisation indécente, qui nous rapproche du modèle américain, d’une primaire qui dépossède les militants de leur droit, et que les médias imposent à tous, comme si elle était une échéance nationale concernant tous les Français. La démocratie, ce n’est pas la dictature des sondages, et la vente d’un produit politique (hier Ségolène Royal, aujourd’hui François Hollande) dont on explique aux Français que, telle une marque de lessive, c’est le meilleur rapport qualité-prix pour battre Sarkozy !
Interview Pierre Cassen (suite, 12′) : Vidéo-choc de la rue Myrha, rapport de Gilles Kepel, procès d’Houria Bouteldja
[youtube B8i2jo9VMrs]
Oui, notre peuple a besoin de s’exprimer, par des référendums d’initiative populaire, sur des sujets comme l’Union européenne, l’euro, la mondialisation, l’islamisation de la France, l’immigration, l’insécurité, les services publics, la souveraineté nationale… thèmes que les six candidats se sont bien gardé d’approfondir. Remarquons également leur silence assourdissant sur le procès, qu’évoque Pierre Cassen dans la deuxième partie de l’interview, de Houria Bouteldja et du racisme anti-blanc, qui se tiendra ce mercredi 12 octobre, à Toulouse, leur duplicité avec la montée de l’islamisation de notre pays, caractérisée par notre vidéo-choc de la rue Myrha qui vient d’atteindre le million de visiteurs.
L’autre événement de la primaire est le score de Montebourg, qui a réussi une percée intéressante, avec 17 %. Les électeurs ont retenu avant tout son discours contre la mondialisation, et l’ont perçu comme une alternative à l’européisme des cinq autres postulants. Ils ont préféré ne pas retenir ses ambiguïtés sur le fait qu’il pense possible de démondialiser sans sortir de l’Union européenne… et qu’il défend une libre immigration en prétendant démondialiser ! Ce vote constitue un camouflet pour toute la direction du Parti socialiste. Mais faut-il rappeler que le Bloc Identitaire a fait ouvertement campagne pour le député de la Haute-Saône, et que Marine Le Pen expliquait que c’était de lui qu’elle se sentait la plus proche. Résultat, c’est un candidat qui a obtenu nombre de suffrages venus de « l’extrême droite » (selon la phraséologie de Solférino) qui va décider qui sera le réprésentant de la gauche, et peut-être le futur président de la France ! Et tout cela grâce aux primaires !
Ceci dit, rien n’est joué, si ce n’est qu’on va s’amuser comme des fous entre les deux tours ! Ceux qui, à gauche, font des sauts de cabri et n’ont plus à la bouche que « Les primaires , c’est géniââl », feraient bien de s’interroger. Croient-ils sincèrement que nombre d’électeurs de droite, voire ceux du Front national, vont rester passifs aux deuxième tour ? Ont-ils réfléchi aux conséquences de calculs politiciens qui permettraient à 1 million d’électeurs supplémentaires, pas forcément socialisants, de voter, en donnant 1 euro, et en jurant être proches des idées de gauche (ce qui ne mange pas pain) ? Qui Sarkozy et Marine Le Pen ont-ils intérêt à voir, face à eux, au deuxième tour ? Le côté caricatural d’Aubry, son islamophilie avérée, ses revendications obsessionnelles pour la régularisation des clandestins, et le droit de vote des étrangers, n’en font-ils pas une adversaire idéale pour Sarkozy, face à un Hollande qui réussit l’exploit de ne pas trop se mouiller sur des dossiers chauds, bien qu’il soit sur la même ligne que le maire de Lille ?
Mais l’essentiel est-il là ? Comme le rappelait fort justement Pascal Olivier, responsable national de Résistance républicaine, et par ailleurs militant chevènementiste de longue date, Aubry-Hollande n’ont aucune différence entre eux, ce sont deux espèces de Dupont-Dupond, deux bébés Delors-Jospin. Des adversaires pareils sont une aubaine pour Nicolas Sarkozy. D’ailleurs, comment mieux approfondir cette idée des deux Dupont quand on voyait, hier soir, sur le plateau de TF1, les charismatiques Moscovici (Hollande) et Fabius (Aubry), véritables sosies, nous faire un véritable pas-de-deux qui nous rappelait les célèbres « Je dirai même plus » des policiers de Tintin et Milou.
https://ripostelaique.com/aubry-et-hollande-deux-bebes-jospin-delors-une-chance-inesperee-pour-sarkozy.html
Le scénario que l’un d’entre eux puisse être élu président de la République, le 6 mai 2012, justifie encore davantage le livre de Pierre Cassen et de Christine Tasin « La faute du bobo Jocelyn ». L’essentiel n’est pas le nom du vainqueur, c’est le programme qu’il mettrait en oeuvre s’il gagnait les élections présidentielles. Davantage de mondialisation, davantage d’Union européenne, davantage d’immigration, la régularisation des clandestins, le droit de vote des étrangers, la discrimination positive, un remplacement de population et pour cela une alliance avec les verlamistes (dans le livre) fatale à la France, à nos principes laïques et à la République une et indivisible. Dans une autre fiction, notre lecteur François Vidal, faisait gagner Martine Aubry, pourtant largement distancé au premier tour… et la faisait élire en mai 2012,  jusqu’à ce qu’elle soit mise aux arrêts, trois mois plus tard, par un coup d’ État militaire salvateur ! 
http://fiction-marty.blogspot.com/p/telecharger-le-livre.html
Verrons-nous la première partie de ce scenario se réaliser, dimanche 16, au soir ? Réponse dans une semaine. Le livre « La faute du bobo Jocelyn » sortira dès le lendemain. Nous aurons alors sept mois pour donner envie à un maximum d’électeurs de le lire, de le faire connaître… et d’en tirer toutes les conséquences.

Commande d’un exemplaire de La faute du bobo Jocelyn 15 euros frais de port compris jusqu’au 17 octobre, 19 euros après ; pour deux exemplaires (pensez à vos cadeaux de Noël mais pensez aussi que c’est peut-être l’occasion ou jamais d’offrir autour de vous, à tous ceux qui n’ont pas encore compris ce qui se passait, un roman qui peut les éclairer en douceur, par le biais de la fiction – et pourquoi pas acheter un deuxième livre à abandonner dans le train ou dans une salle d’attente ? ), 25 euros frais de port compris.
Autres ouvrages de Riposte Laïque : Les dessous du voile, La colère d’un Français, Résistance républicaine, Les Assises sur l’islamisation de nos pays : 10 € pour 1 livre, 16 € pour 2 livres, 20 € pour 3 livres (frais de port compris).
Le plus facile est de payer directement sur notre compte paypal (en haut à droite de notre site, en précisant la commande effectuée.
Sinon, merci d’envoyer les commandes accompagnées des chèques correspondants libellés à l’ordre de Riposte Laïque, BP 82035, 13201 Marseille Cedex 1.
AGENDA RIPOSTE LAÏQUE

Le Jeudi 3 novembre, Pierre Cassen sera interrogé sur Radio Oxygène (Ariège) par Guy Decoupigny, de 18 heures à 19 heures.
Le Samedi 5 novembre, de 18 à 20 heures, conférence de Pierre Cassen et Christine Tasin : 2012, année de tous les dangers. Suivi d’une séance de dédicace de « La faute du bobo Jocelyn ».
A Paris, au Café du Pont Neuf, 14, quai du Louvre, 15001 Paris. Consommation obligatoire à régler à l’entrée de la salle de conférence, 6 euros.
Le Jeudi 17 novembre, Christine Tasin sera interrogée sur Radio Oxygène (Ariège) par Guy Decoupigny, de 18 heures à 19 heures.
Le Dimanche 13 novembre, de 14 heures à 18 heures, Pierre Cassen et Christine Tasin dédicaceront les deux nouveautés 2011 de Riposte Laïque, « Les assises sur l’islamisation de nos pays » et « La faute du bobo Jocelyn« , au salon du Bnai Brith, mairie du 16e arrondissement, 71, avenue Henri Martin, 75116 Paris
Le Lundi 28 novembre, à 20 heures, Pierre Cassen et Christine Tasin seront les invités des conférences du Site Enquête et Débats, au 12, rue Saint-Joseph, Paris 2e; Métro Bourse.

image_pdf
0
0