Union européenne : les incohérences de Bruno Le Maire

Comment pouvoir encore croire en nos gouvernements d’Europe ?

J’ai conservé un numéro du Figaro du jeudi 7 février 2019, en gros titre de ce quotidien,

« Alstom-Siemens : Bruxelles sur le banc des accusés »

J’aimerais vous faire part de ce qu’il en ressort :

Après des semaines d’âpres discussions, la Commission a décidé de s’opposer à la fusion entre le Français Alstom et l’Allemand Siemens destinée à créer un champion européen du ferroviaire.

Bruxelles considère une telle opération contraire à sa réglementation, car elle fausserait la concurrence et pénaliserait in fine les consommateurs.

Ce veto a provoqué de très vives protestations à Berlin et à Paris, où l’on reproche à la Commission d’affaiblir l’Europe face aux grands groupes étrangers.

Dans un entretien au Figaro, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, accuse Bruxelles de servir les intérêts de la Chine au lieu de défendre ceux des Européens.

Ces propos de Le Maire m’amènent à vous proposer de regarder cette vidéo YouTube  l’opposant à Éric Zemmour au sujet de l’Europe. Vous remarquerez dès le début de cet échange Bruno Le Maire, à juste titre, que le vote des Français au référendum sur l’adoption de la Constitution européenne n’ait pas été respecté. On ne peut qu’adhérer.

Oui mais…

Il nous déclare ensuite qu’il y a un empire chinois, un empire américain et qu’il serait temps qu’il y ait un empire européen !

Avec toutes les catastrophes que l’Union européenne a provoquées sur les États et les peuples, on ne peut que s’étonner de tels propos.

Monsieur Le Maire est en profonde contradiction entre la libre aspiration des peuples à disposer d’eux-mêmes et sa volonté de les soumettre à cette hydre tentaculaire et carnivore qu’est l’UE.

Alors comment comprendre cet homme qui déplore une décision de la Commission européenne de Bruxelles, décision à laquelle les gouvernements d’Europe n’ont pu s’opposer, nous vende un empire européen ?

https://www.youtube.com/watch?v=dYtlrW2O8jU

Le drame des Européens est que cette Europe est dirigée par la Commission de Bruxelles qui n’a aucune légitimité électorale.

Jamais il ne nous a été demandé de voter pour élire des fonctionnaires, qui comme cette commissaire danoise qui s’est opposée à l’alliance Alstom-Siemens, dans le but de construire des trains, vendables à l’étranger – ce qui ramènerait des ventes et donc des fonds à nos industries, en Occident, sont incapables de comprendre les textes.

Certes les concepteurs de cette machine européenne avaient instauré une règle de non- monopole, afin qu’aucun groupe ne puisse imposer sa loi aux consommateurs européens.

En quoi l’alliance entre deux entreprises qui s’allient pour construire des trains peut-elle nuire aux consommateurs ?

C’est grâce à cette décision imbécile d’une commissaire danoise qu’il nous est possible de démontrer à quel point cette organisation de l’Europe est nocive pour les peuples.

Nous subissons des importations de Chine qui nous inonde de ses produits, détruisant chez nous un grand nombre d’emplois.
Nous savons que Donald Trump a instauré des taxes sur les importations venant de Chine.

L’économie américaine se porte mieux, le nombre des sans-emploi régresse fortement.

Macron et son gouvernement ont essayé de nous faire croire qu’en ce domaine les choses s’améliorent en France. Comment peuvent-ils prétendre une telle chose alors qu’en ce domaine ce sont les non-décisions de Bruxelles qui nous détruisent ?

Nous voyons bien qu’avec l’affaire Alstom-Siemens, l’ensemble des dirigeants déplorent ce que fait la Commission de Bruxelles sans pouvoir s’y opposer.

Il faut aussi comprendre que le Parlement européen n’a que peu de pouvoir face à la Commission. Vous verrez qu’en ce domaine, la Commission dispose du monopole de l’initiative normative

http://www.europarl.europa.eu/about-parliament/fr/powers-and-procedures/legislative-powers

Pouvoir budgétaire

https://www.europarl.europa.eu/about-parliament/fr/powers-and-procedures/budgetary-powers

Comment se déroule le travail législatif ?

Le député, dans le cadre d’une commission parlementaire, rédige un rapport sur une proposition de « texte législatif » présentée par la Commission européenne qui dispose du monopole de l’initiative normative. La commission parlementaire vote ce rapport et l’amende éventuellement. Lorsque le texte sera réformé et voté en séance plénière, le Parlement aura ainsi arrêté sa position. Ce processus sera renouvelé une ou plusieurs fois selon le type de procédure et l’accord trouvé ou non avec le Conseil.

C’est en fonction de ce monopole de l’initiative normative qu’une commissaire danoise a pu s’opposer à la fusion entre Alstom et Siemens.

Ceux à qui j’explique que cette organisation de l’Europe est nocive me répondent que nous pouvons travailler à réformer cette Europe.

Le problème est que les concepteurs de cette Europe ont instauré la règle de l’unanimité. Pour changer cette Europe, il faudrait que 27 pays décident la même chose. Mission impossible.

Bernard Atlan

image_pdfimage_print

4 Commentaires

  1. Et sait-on où on en est avec le projet Alsthom-Bombardier, qui est en cours mais dont onne parle plus?

  2. Comme d’habitude, les politiciens  » assument  » leurs bêtises tout en promettant que cela va changer et tout continue comme avant ……….

Les commentaires sont fermés.