Union juive française pour la paix : de mieux en mieux…

Publié le 18 février 2019 - par - 13 commentaires - 1 319 vues
Share

Comme vous le savez, j’affectionne particulièrement la littérature de l’UJFP (Union juive française pour la paix, sic…), officine islamo-gauchiste dont je suis la prose depuis fort longtemps et dont j’ai déjà parlé dans plusieurs articles. Alors je ne résiste pas au plaisir de vous faire part de leur dernier article concernant les dernières manifestations d’antisémitisme en France. C’est vrai que lorsque l’on s’appelle UJFP, on ne peut que condamner vigoureusement l’antisémitisme et le racisme, sauf si… mais on verra cela plus loin. Voici donc ci-après leur littérature, qui m’a rajeuni d’au moins 40 ans. Je n’avais pas en effet le souvenir d’avoir lu une telle langue de bois depuis Léonid Brejnev ! Alors pour nos jeunes (et même moins jeunes) lecteurs, je me suis efforcé de traduire en français toute cette logorrhée.

http://ujfp.org/spip.php?article6932

Malgré l’ampleur du dispositif de répression policière et judiciaire déployé contre les Gilets jaunes par l’État, le mouvement continue de bénéficier d’un fort soutien populaire. Il n’est pas homogène et révèle une effervescence sociale. Face à un gouvernement déterminé à ne pas répondre aux attentes sociales, il reflète la société française et ses contradictions et a largement évolué dans ce qu’il porte depuis le mois de novembre.

Traduction en français : je ne comprends rien aux Gilets jaunes, mais j’aimerais bien récupérer ce mouvement.

La séquence que nous vivons est par conséquent confuse. Si des éléments d’extrême-droite sont encore présents, le mouvement montre bien qu’ils sont loin d’être hégémoniques et capables d’en prendre le contrôle, en l’état actuel. Politiquement, mais aussi physiquement, les groupes d’extrême-droite sont mis à l’écart, comme cela a pu être constaté à Lyon, Paris, Toulouse ou encore Bordeaux. Plus le mouvement perdure, plus l’espace auquel l’extrême-droite pouvait prétendre durant les premières semaines semble se rétrécir. Parallèlement, les contacts et convergences avec des syndicats, des collectifs antiracistes, de sans-papiers, de soutien aux migrants se renforcent.

Traduction en français : l’extrême droite ayant été écartée du mouvement, ce n’est donc pas elle qui a proféré des injures et menaces antisémites à M. Finkielkraut. Donc si ce n’est pas elle, ce ne peut être que des racailles islamo-gauchistes. CQFD !

Les tags antisémites du week-end du 9 Février comme la dégradation du lieu de mémoire d’Ilan Halimi s’inscrivent dans le contexte de cette période de brouillage politique et informatif. Une période qui favorise la résurgence d’un racisme identitaire rappelant celui de l’entre-deux-guerres. Ces actes antisémites portent bien la signature idéologique de l’extrême-droite nostalgique du nazisme (croix gammés, croix celtiques, « juden » etc.). Ils témoignent de la progression de la dialectique d’extrême droite à l’échelle nationale et planétaire dans un contexte d’aggravation des inégalités sociales. Or le gouvernement et ses alliés ont choisi d’instrumentaliser ces actes contre les Gilets jaunes, dénonçant leur supposée violence, antiparlementarisme et antisémitisme.

Traduction en français : c’est la droite identitaire qui s’adonne à des dérives antisémites, comme le lieu de mémoire de Ilan Halimi. Bien entendu, tout le monde sait que Ilan Halimi a été assassiné par des Gaulois blonds aux yeux bleus ! Mais au fait comment ont- ils fait puisqu’ils ont été écartés du mouvement des Gilets jaunes ?

Pourtant, c’est bien ce gouvernement qui, récemment, entreprenait de réhabiliter le maréchal Pétain, chef du régime collaborationniste de Vichy. C’est bien cette même classe politique qui trouvait si peu à redire des hommages rendus à Maurras ou à Céline, écrivains violemment antisémites. L’antisémitisme est une affaire bien trop grave pour la laisser à celles et ceux qui, jour après jour, s’emploient à stigmatiser et à réprimer les minorités. Le sommet du cynisme est atteint lorsque, déjà, nous pouvons percevoir le glissement dangereux consistant à attribuer la montée de l’antisémitisme au « communautarisme musulman », comme n’a pas manqué de s’y adonner un Éric Ciotti hélas pas isolé. Le racisme structurel n’est ni le fait des Gilets jaunes, ni le fait des minorités. Il est celui de l’État qui organise une société inégalitaire et violente.

Traduction en français : Youssouf Fofana, Mohamed Merah, les frères Kouachi, Amedy Coulibaly, Mehdi Nemmouche et tous les autres sont sans doute des moines bouddhistes qui bien entendu ont lu et assimilé les œuvres complètes de Maurras et de Céline !

Nous n’acceptons pas la manipulation dégradante de la lutte antiraciste par tous ceux qui, le plus souvent, ont favorisé le racisme. Nous luttons contre le racisme sous toutes ses formes, nous n’oublions pas non plus tous les actes racistes et toutes les violences policières islamophobes, négrophobes, romophobes, visant les Asiatiques, les personnes LGBT. Ce que disent les chiffres depuis des années tient en une phrase : le racisme avance en France et en Europe. Nous ne manifesterons pas ni ne participerons à la grand-messe organisée par les forces et partis politiques, ceux qui se disent progressistes avec ceux qui s’inscrivent contre le mouvement social, et qui affirment ensemble : « le racisme, ce n’est pas la France. » Cet « antiracisme », vidé de sens social et politique, est celui des pompiers pyromanes. L’antiracisme que nous revendiquons reconnaît la responsabilité politique du gouvernement français et des forces politiques alliées qui défileront avec lui. Manifester contre le racisme avec ceux qui, LREM en tête, en sont responsables et l’instrumentalisent relève pour nous de la contradiction et de la faute politique. Nous affirmons que cela ne peut être que contre-productif.

Traduction en français : le racisme et l’antisémitisme c’est très mal, sauf s’il est le fait de populations « racisées » et victimes du racisme d’État.

Nous ne nous laisserons pas prendre en otage entre les instrumentalisations du gouvernement ou celles des officines et ambassades poursuivant un agenda n’ayant rien à voir avec le combat contre le racisme et l’antisémitisme. Notre refus de la haine antisémite comme de toutes les haines raciales nous l’exprimerons sur un terrain dégagé de tout ce qui produit et entretient ces haines. Le mouvement anti-raciste ne servira pas de caution pour salir les Gilets jaunes. La période est dangereuse nous en sommes conscients, et une sortie de crise qui se contenterait de rétablir l’ordre, serait porteuse de conversion à la haine raciale et au fascisme. Les mobilisations exigent des réponses sociales et démocratiques. La responsabilité gouvernementale est totalement engagée.

Traduction en français : la haine d’Israël n’a rien à voir avec l’antisémitisme, surtout dans nos cités.

Nous appelons à manifester contre les actes antisémites, contre leur instrumentalisation, contre le racisme sous toutes ses formes :

Traduction en français : nous appelons à manifester contre l’antisémitisme uniquement s’il vient de l’extrême droite, de Soral ou à la rigueur de Dieudonné (car celui-là, il est tout de même un peu racisé, n’est-ce pas ?)

Bon j’espère que vous avez tout compris. Moi j’ai tout de même un regret. C’est en effet aujourd’hui la cérémonie des Bobards d’or, mais malheureusement cet article vient trop tard pour pouvoir concourir et remporter la palme. Dommage !

Michel Kalidas

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

13 réponses à “Union juive française pour la paix : de mieux en mieux…”

  1. DUFAITREZ dit :

    « Quand on se tire une balle dans le pied, on ne peut plus marcher » !
    Et pourtant, ils défilent ! Chapeau !
    Mais ils sont bien à l’abri à Paris et ne risquent rien des muzz !
    On appelle ça le COURAGE !

  2. Marnie dit :

    Leur connerie s’étale avec des banderoles au grand jour. On est vraiment mal barré avec des olibrius pareils.

  3. Cochise dit :

    Ça pue du cul tout ça !

  4. Rosa SAHSAN dit :

    Il faut que Finki regarde la vérité en face. Marine Le Pen n’est pas son père. Elle a toujours combattue l’antisémitisme. Ce ne sont que des islamistes qui agressent ,défenestrent les juifs.
    ROSA

  5. Laurent Barre dit :

    C’est le summum de la connerie. Ils sont suicidaire. Tant pis pour eux.

  6. jacotte dit :

    Cette guerre n’est pas la nôtre foutez-nous la paix ou foutez le camp.

  7. La Hire dit :

    « … islamophobes, négrophobes, romophobes, visant les Asiatiques, les personnes LGBT  »

    Mais la Francophobie, ça n’existe pas, non plus que la Blancophobie ou la Trumpophobie !
    Tas de minables qui affûtent avec entrain le couteau qui les égorgera.

  8. Joël (1) dit :

    Pour ma part, je n’aime que les miens c’est à dire les Blancs avec une sympathie particulière pour certains Peuples Asiatique évolués (Boris si tu me lis…)Quant à Paris c’est devenu le Kosovo Français!

  9. Barbiturix dit :

    Comme quoi, il y a des cons vraiment partout ! Israël devrait cependant s’en remettre… :-)

  10. Dupond dit :

    Le plafond de verre se brise dans toute l’europe et ça les marchands de pognon ne le digerent pas …..c’est aussi simple que ça !!!
    https://blideodz.wordpress.com/2012/02/20/ces-juifs-qui-domine-la-france/

  11. Asma bint Marwan tuée par Mahomet dit :

    Déja je comprends pas les femmes voilées qui veulent de la charia mais alors là ,des Juifs qui défendent les Musulmans qui les détestent religieusement (peuvent pas faire autrement, c’est Allah qui l’a dit ),là vraiment, il faut inventer une autre section à la psychiatrie.

  12. OCTAVE dit :

    De mieux en mieux….dans la connerie et la stupidité qui caractérisent ce mouvement.