Universalisme et humanisme, les deux faces d’une même trahison

Publié le 1 mars 2018 - par - 8 commentaires - 628 vues

Au fond, que dire de l’universalisme qui prétend béatement, dans une envolée lyrique, que tous les peuples peuvent se démocratiser à condition de leur fournir une éducation qui les prépare à passer aisément d’une dictature (religieuse ou politique) à la démocratie ?… Doit-on y voir foutaises et enfumage médiatique ?

Toujours au nom d’un humanisme irresponsable, les pays occidentaux se sont forcés idéologiquement à subir les affres d’une invasion ou submersion migratoire avec, en prime, afin de mieux accélérer leur suicide, celui d’accueillir, d’abriter et de nourrir en leur sein : l’islamisme et le salafisme qui ont fait déjà tant de ravages.

Mais quand cet humanisme, issu de la perversité, de l’irresponsabilité de la gauche et ses penchants islamo-gauchistes fait le lit de l’islamisme radical à travers les atrocités du terrorisme à : Toulouse, Montauban, Charlie, Vincennes (hyper-casher), Bataclan, Nice et Sarah Halimi… doit-on moralement dénoncer et condamner cet humanisme bêlant qui a fait 263 vraies victimes depuis les attentats de janvier 2015 ?

Demandons à cet humanisme perfide s’il se soucie de l’existence de cet enfant né après la mort de son père tombé sous les rafales au Bataclan, des orphelins des familles endeuillés et handicapées après les attentats qui affrontent seules les tracasseries administratives dont la France a le secret pour les indemniser au minimum. S’en indigner à la sauce Stéphane Hessel, serait un doux euphémisme.

Est-ce bien au nom d’un humanisme catholicité à Rome, que le bon pape a refusé de dénoncer les massacres des Chrétiens d’Orient, des Yézidis, des Kurdes ? Sans doute trop lâche pour céder à l’islamophobie ambiante ? Conséquences, des milliers de femmes et de fillettes ont été capturées, violées, torturées, mariées de force à des assassins, nous sermonne le journaliste (de gauche) Guy Konopnicki.

 

 

 

 

 

 

Le véritable humanisme est-il seulement de s’indigner lorsque le pire arrive ?

Au nom d’un humanisme, délirant et irrationnel, des oreilles complaisantes se sont dressées, la presse écrite et les médias se sont mobilisés, des avocats se sont même déclarés prêts à défendre n’importe quel justiciable dont des djihadistes français capturés en Syrie et au Kurdistan. Cet humanisme sélectif, intolérable victimise les bourreaux en nombre, avec au moins deux mille assassins partis s‘enrôler dans des milices islamistes. Des petites fripouilles souvent radicalisées dans les prisons françaises, des repris de justice, des minables, des moins que rien, des hommes et femmes engagés par la haine de la France et aussi des juifs. Pour la France en état de guerre contre Daesh, il ne s’agit pas d’enfants perdus de la République, ni de simples délinquants, mais de vrais criminels de guerre, responsables des charniers de Syrie et d’Irak. Pour mémoire, les miliciens français, les doriotistes, enrôlés dans les SA et la SS ont tous fini fusillés, après-guerre, le long d’un mur. L’histoire va-t-elle nous repasser les plats ?…

Sous l’emprise idéologique de cet humanisme de caniveau, la justice aveugle et peu soucieuse de rendre réellement justice aux milliers de victimes de ces djihadistes recrutés dans les caves infâmes des cités, parmi les voyous, dealers et trafiquants de drogue, qui pourrissaient la vie des banlieues populaires, va se contenter de les juger après les avoir exfiltrés avec le motif : « Association de malfaiteurs en liaison avec une entreprise terroriste » !

Le même humanisme se montre incapable de résoudre une fois pour toutes, le problème de ces millions de gens, déracinés, fuyant leur pays en guerre, qui traversent des déserts et finissent parqués par milliers dans des camps de réfugiés avant d’embarquer dans des rafiots qui deviendront leur cercueil. Le flot de 300 migrants/jour qui arrive à Paris, semble désorienter Anne Hidalgo.

Un humanisme somme toute qui se vante de pouvoir dé-radicaliser, voire de sauver les harpies djihadistes qui ont emmené leurs enfants sur le territoire de DAESH pour qu’ils soient très tôt dressés au meurtre à la manière des Jeunesses hitlériennes. D’autres harpies, dont la perversité radicale est proche de celui la mère de Mohamed Merah, ont conçu leurs rejetons après des accouplements militants volontaires avec les terroristes de l’islamisme syrien.

Les voici implorant la protection de la France, de cet état de droit qu’ils entendaient renverser pour lui substituer le délit de blasphème, la charia, et rendre la justice du coran par le sabre, la torture, le fouet, la potence et la lapidation. Ces bourreaux, traités en victimes par notre justice corrompue politiquement et idéologiquement  sont devenus les prisonniers des geôles d’Assad et pour les plus chanceux des camps de fortune des combattants kurdes. On sait alors pourquoi le sultan Erdogan les bombarde et mitraille les Kurdes dans le dos !…

Même notre justice « Mur des Cons », perd le Nord et se fourvoie comme otage idéologique et politique de cet humanisme débilitant. La voilà qui se montre incapable de condamner Jawad Bendaoud le logeur des tueurs du Bataclan mais harcèle, méthodiquement et par des dizaines de procès iniques en sorcellerie, Christine Tasin et Pierre Cassen, ces nouveaux héros de la réinfosphère que nul n’abandonnera. Une ignominie procédurale qui incite à la mobilisation générale, à la révolte !

Si au moins cet humanisme national – qui voudrait s’inscrire dans un pacte social et républicain – prenait enfin en compte l’état idéologique de notre justice ? Qui sont ces hommes gardiens du droit des français sans morale ni raison, ces politiques et hommes politiques qui pactisent avec les ennemis de la démocratie, qui trahissent le pacte social républicain du peuple, et se montrent indignes à vouloir donner des leçons d’humanisme et de démocratie aux autres ?

Et si le véritable humanisme n’était pas de s’indigner lorsque le pire arrive mais de prévenir des actes de danger pour la sécurité de l’ensemble des Français ? Dans ces conditions, balançons ces traîtres à l’humanisme gavés aux frais des contribuables redevables de l’impôt !

Le rapprochement des Chiites et Sunnites dans un djihadisme mondial pourrait s’accomplir.

La rue occidentale se croyait à l’abri d’une conflagration mondiale tant que Chiites et Sunnites, frères ennemis de l’islam, se faisaient alternativement la guerre voire même exploser sur les marchés du Moyen-Orient, de Damas à Kaboul.

La donne semble changer. Le vœu pieu de Khomeiny, sur son lit de mort, de rapprocher Chiites et Sunnites dans un djihadisme mondial pourrait s’accomplir. Les soldats d’Allah se fédèrent : en Iran, en Syrie, au Liban, en Irak, en Afghanistan, au Pakistan, en Turquie, et renversent les cartes de la bienpensance géopolitique mondiale. Pour preuve les liens fraternels durables entre Y. Arafat (sunnite) et Khomeiny (chiite). Une telle alliance, à l’époque semblait impensable, sauf qu’elle est devenue possible  et réalisable avec le financement du Qatar et la Turquie du Sultan Erdogan. Ce qui fut fait !

Ces alliances, hors de contrôle pour le monde occidental, représentent une double menace réelle pour l’équilibre du monde. 1- On y voit la Russie de Poutine s’allier avec la Syrie et fournir des milliers de missiles Sol-Air à l’Iran, lesquels se retourneront un jour contre Israël et ses alliés américains. Le Hezbollah chiite serait en mesure de pointer jusqu’à 150.000 missiles vers Israël. Certes il y a des missiles pointés et prêts à partir, mais ce chiffre semble irrationnel, mais évoqué sur RL, par le journaliste Frédéric Sroussi – dont je ne mets pas en cause le professionnalisme – me paraît pour le moins invérifiable, à moins d’être Agent 007 infiltré dans les catacombes du Hezbollah. Si la menace était telle, Israël les aurait détruits depuis longtemps !…

https ://ripostelaique.com/une-guerre-cataclysmique-se-prepare-au-moyen-orient.html

On observe, à juste raison, 2- les USA soutenir les Kurdes de Syrie contre Daesh et la Turquie du sultan Erdogan. Le dictateur Bachar El Assad est l’allié syrien de Poutine. La Russie, en prêtant main forte aux Iraniens et aux Syriens par le biais de leur haute technologie en armements, leur aviation de pointe, la formation militaire donnée par de nombreux mercenaires aguerris, de toutes nationalités confondues sur le terrain, joue aux apprentis sorciers dans l’imminente guerre mondiale qui menace d’exploser à la face du monde. Le sultan Erdogan, soutenant, en toute discrétion, ce qui reste de l’État islamique avec le Qatar, puis mène un chantage éhonté à l’Union européenne se montrant capable et prêt à ouvrir la porte des camps de milliers de réfugiés syriens, si les financements européens se tarissent.

En position de force, issue des tentatives irresponsables de déstabilisation du gouvernement israélien, par la presse de gauche, les ayatollahs de l’Iran semblent vouloir en découdre avec Israël, à leurs risques et périls.

Ces alliances géopolitiques et économiques, donnent le vertige et ne peuvent que fatalement mal finir. Ces accommodements déraisonnables, auront, à coup sûr, des répercussions irréversibles sur l’avenir proche de notre monde occidental, toujours en proie à ses démons d’humanisme, et d’universalisme.

Escalade d’une violence explosive qui ouvre la boite de pandore d’une prochaine guerre mondiale.

Parmi les faits d’actualité de ces dernières semaines, mais souvent mal dissimulés, noyés dans le flot d’infos d’une presse en mal d’objectivité et de déontologie, on retiendra cette liste non exhaustive :

Un chasseur Russe type Mig 21 abattu par Daesh ; Un hélicoptère Turc abattu par les Kurdes ; Un drone iranien descendu par les Israéliens ; Un F16 de combat  israélien abattu par un tir de missile Sol-Air russe, tiré par l’armée syrienne ; Par Israël : La destruction de 12 sites de lances missiles syro-iraniens et la destruction de convois d’armes envoyés par l’Iran via la Syrie et le Hezbollah ; Le bombardement par le sultan Erdogan des milices kurdes luttant contre Daesh ; et enfin après Alep…

Le bombardement continu syrien, de la banlieue de Damas « La Ghouta », là où vivent des opposants au régime de Bachar el Assad et qui militent ou œuvrent militairement pour une partition islamique de la Syrie. On parle de catastrophe humanitaire provoquée par la dictature syrienne et de son humanisme digne de la Corée du Nord.

Pour accroître un tantinet la confusion, la presse éclairée les appelle : rebelles, milices, insurgés, population civile, femmes et enfants innocents, mais ce sont aussi accessoirement des djihadistes et des islamistes issus de quartiers pauvres, mais tous en révolte contre le pouvoir du régime syrien dans une guerre sans fin de l’islam conquérant et prosélyte, fomentées et enrégimentées par les organisations  de l’islamisme radical, telles Al-Qaïda, Daesh, du salafisme, une guerre qui dure depuis 7 ans et qui aurait déjà fait 100.000 morts !

Les géopoliticiens, les Médecins du Monde, Les onusiens, se voient tous confrontés à l’impuissance de leur humanisme, s’indignent et crient au massacre de populations, dénoncent tantôt un génocide, parfois même un crime contre l’humanité. Macron s’énerve lui aussi sur les médias et parle de riposte (non laïque), après une ligne rouge franchie par l’utilisation de gaz neurotoxiques ou armes chimiques au chlore, contraires aux conventions de Genève.

Mais, n’est-ce pas le tsar Poutine qui détient la clé de cette tragédie pour mettre fin au massacre ?…

La France ne peut pas laisser tout faire, mais se refuse d’aller seule mouiller sa chemise dans les décombres encore fumantes de la banlieue de Damas.

Chaque dictature place ses pions dominants pour une nouvelle partition du Moyen-Orient

Si le prétexte de l’assassinat en Serbie de l’archiduc François-Ferdinand héritier du trône impérial austro-hongrois aura déclenché la 1ère guerre mondiale 1914-18, et fait 18 millions de morts et 20 millions de blessés, alors que dire des conséquences cauchemardesques du cataclysme nucléaire qui se prépare ou s’annonce au Moyen-Orient pour déferler inexorablement jusqu’en Occident ?

Face au réveil de ces dictatures islamiques, le monde libre occidental va se voir menacé gravement dans ses fondements par l’Iran nucléaire, cette dictature chiite d’ayatollahs psychopathes est soutenue par la Corée du Nord et peut-être par la Chine. Chacune de ces dictatures place ses pions dominants sur l’échiquier du Moyen-Orient afin de créer de nouvelles partitions, en ces lieux de ressources énergétiques vitales et conflictuelles.

Cette escalade va générer une conflagration impactant Israël et sa démocratie mais également le sempiternel humanisme des pays occidentaux submergé par les migrants mais toujours en position d’impuissance pour réagir face au contrôle de toute la région, par la Russie.

On a du souci à se faire, la paix ne sera pas pour demain !…

Patrick Granville

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Boudry

Pour que règne la paix,il faut éradiquer la totalité de la population ” dite ” humaine !!!

Patrick Granville

Vous êtes névrosé vous voyez des sionistes ou amis d’Israel partout. Cet article alerte que le 1er pays visé par les muzz du Hezbollah de l’Iran de la Syrie ou de la Palestine sera Israel avec 150.000 missiles sol-sol pointées sur elle. Je m’appelle Granville et suis reconnaissant à Israël que les chrétiens soient protégés et vivent en paix àJerusalem. Je ne vous salue pas Belenos et méprise votre antisemitisle et antisionisme.

Flupke

Attention si vous diffusez des photos de chrétiens suppliciés par les islamiques vous serez mis en examen par Pierre Paul et Jacques !!

dufaitrez

Pas dit autre chose dans l’article précédent, mais en 5 lignes…. Pas 5 pages…

Patrick Granville

Enlevez les 6 photos et ça fait 3 pages .

le Franc

c’est clair qu’on est allés bombarder partout afin de créer de manière toute artificielle une crise humanitaire et faire entrer des millions de migrants en Europe ; bien joué, les commanditaires, comme ça “on” aura détruit là-bas et désormais i-ci.

Georges Armstrong Custer

La question n’est plus de savoir si tout ça va nous péter à la gueule mais quand…

le Franc

au point rendu, n’importe quoi peut faire l’affaire tellement il n’est question que de cela dans l’inconscient collectif ; se méfier quand même des dérapages “sous contrôle”.

Lire Aussi