1

Urgence : notre police est assassinée

En écoutant hier, l’émission de Pascal Praud, sur CNews, « L’heure des Pros 2 » qui portait sur le policier tué à Avignon :

https://www.cnews.fr/emission/2021-05-05/lheure-des-pros-2-du-05052021-1078587

J’ai appris par l’un de ses intervenants, le « jeune » Jean-Loup Bonnamy (lequel fait par ailleurs des propositions très contraintes sur les possibilités très concrètes d’amélioration) qu’il existait un
« Collectif urgence notre police assassine ».

Urgence-notre-police-assassine.fr est un collectif de familles de victimes qui dénonce les violences, meurtres, commis par la police (avocat : maître Ibrahim Shalabi).

Sa fondatrice, Amal Bentounsi, avait d’ailleurs fait parler d’elle car elle avait été placée en garde à vue pour avoir filmé des policiers durant une interpellation. Les policiers avaient fini par réaliser que la vidéo de Mme Bentounsi était diffusée en direct sur Facebook et s’en étaient offusqués. Un peu plus tard, alors que celle-ci venait de filmer un policier en civil qui lui avait adressé un doigt d’honneur, et les agents étaient revenus vers elle, pour lui dire : « Vous coupez le téléphone, vous êtes interpellée pour la diffusion de l’image qui est interdite. Vous allez venir avec nous. Coupez, coupez… », de son côté le parquet avait expliqué dans son communiqué que Mme Bentounsi avait été placée en garde à vue pour « divulgation d’un enregistrement obtenu par une atteinte à l’intimité de la vie privée » et « rébellion » lors de son interpellation. Elle n’a fait toutefois l’objet d’aucune poursuite à ce stade. De son côté, Mme Bentounsi a parlé d’une garde à vue « abusive » et a accusé les fonctionnaires de violences (son poignet a été tordu au moment de l’interpellation) et de menaces… c’était le récit habituel d’une petite guérilla entre la police et les anti-police…

En attendant il y a beaucoup plus grave : l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), s’étant basé sur les données recensées par les services du ministère de l’Intérieur, avait décompté 10 790 agents blessés « en mission » en 2018 ; au sein des forces de l’ordre, le nombre cumulé des blessés « en mission » et « en service » s’était élevé à 20 306 en 2018. En 2019, selon Nicolas Bay, eurodéputé du Rassemblement National « il y aurait eu  20 000 policiers, gendarmes tués ou blessés dans l’exercice de leur fonction » :

Nicolas Bay : « La convention citoyenne est plus politique que représentative »

https://www.youtube.com/watch?v=9GKYsGfi8ic&t=427s

Aux onze policiers et gendarmes morts en 2020 dans l’exercice de leurs fonctions. Une fonctionnaire de police a été lâchement assassinée le 30 avril de cette année, à Rambouillet, mais on ne trouve pas de données sur cette violence extrême qu’ont subie notre gendarmerie et notre police nationales, en France, depuis le début de l’année 2021, et pourtant chaque citoyen devrait pouvoir être informé en continu de la situation. Le 5 mai dernier, à nouveau un policier a été tué par balle lors d’une opération antidrogue à Avignon, le suspect se serait enfui en trottinette…

À l’heure de la dissolution de l’association Génération Identitaire, qui n’a jamais porté atteinte aux forces de l’ordre, et arrivé à ce niveau de criminalité atteignant gendarmes et policiers, il devient insupportable que des hommes politiques, des groupes de citoyens manipulés par des forces politiques plus ou moins obscures, des médias complaisants, des associations, des officines et des collectifs spécialisés puissent continuer ainsi à crier leur haine à l’égard de cette profession, cette détestation exprimée du flic devenant un poison mortel

La haine anti-police, un constat qui dure

 

https://www.youtube.com/watch?v=kLiw7tQTe24

Si nous devons nous incliner et exprimer toute notre compassion aux familles endeuillées par de tels faits de violence, ne restons pas impuissants face à cette délinquance criminelle de masse en harcelant nos représentants pour qu’ils nous présentent une feuille de route d’actions crédibles à prendre d’urgence en fonction de l’observation de l’évolution de critères objectifs comme la fréquence des émeutes, le nombre d’attaques violentes, l’évolution du chiffre des clandestins, l’importance des zones de prolifération de l’islamo-trafic…

En attendant vous pouvez toujours faire un don aux « Orphelins de la police » :
https://www.oeuvre-orphelins-prefecture-police.org/

Patrick Verro