Ursula Gauthier, journaleuse de L’Obs, expulsée de Chine : normal !

ursulagauthier

Comment peut-on regretter « la salutaire décision de la Chine Impériale » d’expulser une journaleuse-militante médiocre ? On veut faire croire à une chasse aux sorcières quand il s’agit d’abord d’établir un cordon sanitaire pour protéger le peuple de la bêtise gauchisante contagieuse de la journaleuse-militante de L’Obs.

Heureusement pour nous :sale temps pour la journaleuse-militante de L’Obs de gauche, le misérable torchon de la médiocratie socialiste et organe de propagande socialo-populiste des intellos-bobos friqués. Ce qui confond, dans ce non-événement, cette pseudo-affaire de presse-bobo, c’est la très cavalière vulgarité de l’attitude, de la conduite et du comportement des médias de la propagande socialo-populiste en France.

Si la journaleuse-militante de L’Obs est expulsée de la « Chine à la culture multi-millénaire« , c’est pour des raisons politiques. En France, depuis Hollande l’audacieux, les médias serviles sont généralement soumis à la tyrannie idéologique de l’État-PS : ce sont les vils « laquais » du pouvoir socialo-populiste en place.

La décision de la Chine Impériale, d’expulser une journaleuse-militante vulgaire, est compréhensible, en toute logique, face à des polémiques partisanes socialo-franco-française médiocres, à usage interne. Les critiques partisanes voulaient aussi « créer un préjudice moral« , par le « discrédit de la presse-collabo« , comme contre la Russie et contre Assad, en Ukraine et en Syrie, ou encore contre Israël, en Palestine.

Dans la « guerre psychologique et politico-médiatique » contre la Chine et la Russie, il est normal que la journaleuse-militante vulgaire puisse avoir sa place, aux côtés des autres victimes collatérales de la politique impérialiste de l’insignifiant Obama, et de Kerry le clown, à laquelle Hollande, l’audacieux suiviste, a choisi de se soumettre, comme les bureaucrates sans courage et sans vertu, les ignares et les incompétents de l’UE.

Ignorant les règles de la « déontologie du vrai journalisme« , la journaleuse-militante politique de L’Obs, mise à pied de son tremplin chinois, aura toujours une seconde chance et sera « réintégrée généreusement » parmi les médiocres de sa corporation, tous journaleux socialistes, qui ne sont pas politiquement très malins !

S’il est un symbole professionnel auquel on ne saurait toucher, c’est la déontologie de la neutralité. Et cela, même en période de socialisme décadent, comme « en fin de règne » honteux de Hollande l’audacieux.

En une époque où les « dirigeants de la Chine Impériale » ont grandi avec la puissance de leur empire, cette décision d’expulser une journaleuse-militante vulgaire répond à des considérations morales et politiques.

On comprend que la journaleuse-militante était loin de vouloir faire son travail en conformité avec les règles de la déontologie de sa profession. Comme la grenouille qui voulait être aussi grosse que le bœuf, en voulant se croire un « grand reporter de guerre idéologique« , au service des bobos de l’État-PS contre la Chine Impériale, elle a été dépassée par les évènements et les considérations géopolitiques : elle a explosé en vol !

Selon lefigaro.fr : « La carte de presse et le visa d’Ursula Gauthier, correspondante de l’hebdomadaire en Chine, ne sont pas renouvelés« . En la circonstance, ses engagements politiques socialistes auraient dû se limiter à sa médiocre sphère privée. C’est pourquoi, sa dissidence politique-journalistique explique sa disgrâce de journaliste non-professionnelle, absolument logique aux yeux des usages de la diplomatie internationale.

Ursula Gauthier, la journaliste de L’Obs expulsée de Chine, avait déjà écrit un texte insultant contre la Chine : « Chine, le mortel business des seigneurs de sang« . Alors que le politiquement correct socialiste se doit de faire l’éloge de Hollande l’audacieux, « les autorités chinoises lui reprochent un article (politique) évoquant la (soi-disant) répression de la minorité (islamiste) ouïghoure au XinjiangElle a critiqué le régime et refuse de présenter des excuses. C’est pour cette raison qu’Ursula Gauthier, correspondante de L’Obs en Chine, est expulsée du pays… (après avoir) été la cible d’une campagne de critiques dans les médias d’État chinois« .

Selon lefigaro.fr : « En poste à Pékin depuis six ans, elle a été convoquée à plusieurs reprises par le Centre international de presse (IPC), organisme de tutelle des correspondants étrangers rattaché au ministère chinois des Affaires étrangères et les autorités chinoises lui ont demandé de présenter des excuses… « L’article a critiqué l’action antiterroriste de la Chine, (insulté) « dénigré et diffamé«  les politiques chinoises, provoquant la vive indignation du public chinois« , a déclaré la porte-parole de la diplomatie chinoise. »

La journaleuse-militante socialiste de L’Obs, Ursula Gauthier, avait signifié aux autorités que « de telles excuses » étaient, à ses yeux arrogants, « hors de question » et « impensables« . C’est encore le « club des social-petits-bourgeois des médias« , ces intellos-baveux « au petit-pied« , ces « indignés à la petite semaine« , contre les Nations en marche vers le progrès économique et social. Alors que la France de Hollande l’audacieux s’enfonce dans les marécages de la propagande socialo-populiste et de la tyrannie idéologique GOF-LGBTQ.

La grenouille socialiste, Ursula Gauthier, aurait pu se pencher sur les conséquences économiques et sociales de la gabegie et de la dette de Hollande. Au lieu de critiquer le déclin de la France socialiste, mieux vaut vouloir « donner des leçons de médiocratie bobo » à la Chine éternelle et à ses dirigeants. C’est la même « attitude vulgaire de ces journaleux-bobos de la gauche anti-Poutine« , soi-disant politiquement correcte.

Si « Croissandeau, le directeur de la rédaction de L’Obs, a déploré un très mauvais signal envoyé par la Chine aux journalistes étrangers« , on peut penser que la journaleuse-militante socialiste de L’Obs a mis en péril le travail des « vrais journalistes étrangers« , ceux-là qui ne font pas de la propagande médiocre. Encore et toujours dans « les excès de la social-médiocrité », Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé « une campagne de diffamation et d’intimidation » visant la journaleuse-militante socialiste, et même un « lynchage médiatique » !

Pourquoi la journaleuse socialiste doit-elle blâmer officiellement les actes soi-disant islamophobes en « condamnant sans risque » la répression supposée de la minorité (islamiste) ouïghoure au Xinjiang ? Pourquoi n’a-t-elle pas annoncé son intention de « porter plainte contre les autorités chinoises », avec l’officine socialiste SOS Racisme ? Selon la bobo-presse : « Un signal très inquiétant pour la liberté (d’insulter) d’informer

« Le silence de Paris : Le gouvernement français est aux abonnés absents. Le Quai d’Orsay est resté particulièrement silencieux… On espérait trouver une solution à l’amiable qui permette à notre correspondante de continuer à exercer son métier là-bas (pour insulter la Chine) explique Mathieu Croissandeau. Mais les autorités chinoises se sont montrées inflexibles. Elles n’ont pas voulu entendre notre point de vue (insultant) ». Mais, avec Taubira, le droit d’insulter tout le monde, sauf les médiocrités socialistes, aurait été encouragé.

Thierry Michaud-Nérard

image_pdfimage_print

24 Commentaires

  1. L’arrogance de ces journaleux est insupportable. De quoi ils se mêlent? Et si on les laissait faire, il soutiendrait une révolution islamique en Chine!

    • Le contenu de l’article incriminé s’impose(ou,au moins une explication)

      • Tout cela montre que nos journaleux de gôche chouchous du gouvernement islamogôchiste se sentent tellement protégés et sont tellement sûrs d’eux puisque tout puissants dans les média français, qu’il ne leur vient même pas à l’idée que l’on doit respect et réserve face au pays d’accueil.
        Cette personne a cru qu’elle pouvait donner des leçons à la presse et au gouvernement chinois et elle s’est pris une claque bien méritée. Dommage qu’elle n’ait pas connu par la même occasion les geôles chinoises, cela lui aurait peut-être fait prendre conscience de ce qu’endurent dans son propre pays ceux à qui on interdit la parole en les traînant devant les tribunaux dès qu’ils ne sont pas dans l’idéologie ambiante.
        Les enfants gâtés des média de gôche devraient aller faire quelques stages en Chine et en Russie entre autres

    • « Et si on les laissait faire, il soutiendrait une révolution islamique en Chine! »
      ————————
      c’est exactement pour ça qu’elle s’est fait botter le train pour qu’elle dégage faire sa muslim chez elle !

      et s’ils l’avaient laissée faire, cette bouffie aurait monté une annexe de iTélé-BFM & ritournelle !

  2. Et, encore, elle a de la chance de n’être pas emprisonnée lorsque l’on connait l’inflexibilité de la Chine en matière de critique ! Elle bafoue positivement les règles les plus élémentaires de bienséance due à la souveraineté du pays où elle exerce, si exercer son métier pour elle consiste à critiquer ouvertement un gouvernement en pondant une prose de son cru. Quant au Mathieu Croissandeau, il n’a visiblement rien compris au film, lui non plus. Peut-être un peu trop subtil pour lui aussi ?

  3. Je viens de la voir sur F24. 30 seconde, même pas! avant que je réagisse et que je zap. Trop tard: mes nerfs ont éclaté! Leur universalisme auto-proclamé me donne la nausée. Mais pour qui ils se prennent?!

  4. la Chine aurait dû arrêter et encabaner cette suppôt des égorgeurs ouïgours, pour « subversion et atteinte à l’autorité de l’État Chinois », en la plaçant sous la garde de « matons » Hans.

    pfffff ! journaleuse à trois neurones !

  5. rB67h – quand va-t-on faire la même chose chez nous avec ces journaleux anti FRANCE ? une partie du chomage serait résorbée on va peut-être déclarer la guerre à la chine non ?

  6. De toute façon, c’est bobo-gaucho contre libéral-communisme ! Une dispute de famille entre cousins dictateurs de pensées uniques.

  7. Il n’en reste pas moins que cet article est d’une partialité évidente : il reprend les arguments des autorités chinoises, sans aucune citation du contenu de l’article incriminé. Il accuse la journaliste de manquer à la déontologie de la profession. Mais cette « déontologie » implique-t-elle qu’on ne doive jamais parler des faits qui déplaisent aux autorités ?

    • alors dans la logique de ce que vous exprimez , les journaleux devraient commencer par informer sur la situation (la vrai) en France, ce qui est loin d’être le cas, puisqu’ils sont pour leur grande majorité les portes paroles du gouvernement soit disant socialiste!!!

    • Certes non, mais elle interdit aux journalistes dignes de ce nom de bassiner leur audience avec leurs propres convictions politiques au lieu de faire leur métier, qui est de lui fournir impartialement et sans commentaires tendancieux des informations vérifiées aussi complètes que possible sur les événements : quoi, qui, quand et comment. Point barre.

    • Vous dites de ne pas parler des faits qui déplaisent aux autorités. Je suis d’accord avec vous, mais regardez ce qui se passe en France ! Si vous n »êtes dans les louanges de l’islamo collaborationnisme Français vert de gris, rouge, rose, violet, vous êtes bon à jeter aux chiens. Alors, balayons devant notre porte avant d’accuser le gouvernement Chinois de vouloir se défendre contre la langue de bois à laquelle ce gouvernement de France veut nous assouvir. Basta cosi !

  8. Les Chinois refusent de se laisser dominer peu à peu par les musulmans, comme c’est le cas en France. La journaliste expulsée était bien dan l’état d’esprit français de renoncement.

  9. Avant ce non évènement, j’ignorais jusqu’à l’existence de cette insolente idiote. Elle aurait dû être bouclée pour « espionnage ». C’est avec nos impôts, que sont payés tous ces cafards redresseurs de torts autoproclamés. Au goulag, toute la clique…

    • cette gauchiste ce croyait certainement en france ou les gauchistes sont roi dans les merdiats,cette dame devrait defendre la liberte de la presse et des merdiats en france ou la liberte d’expressions n’existe pas, ou les journalistes sont a 80% a gauche,ou si vous n’etes pas politiquement correcte vous etes virer,ou les journalistes vous manipulent et vous mentent,cela cette dame s’en fout,bravo la chine de l’avoir virer,en france elle se retrouve dans son elements de gauchiste

  10. J’ai eu la chance de juger par moi-même du militantisme d’Ursula en tombant sur sa prestation sur ITV ou BFM (je ne sais plus)
    Très excitée, Ursula développa sa thèse de l’impérialisme chinois qui serait selon elle la principale menace qui guette le monde. Les Chinois œuvreraient dans l’ombre à dominer tous les pays par l’économie ou la guerre car selon elle, la Chine serait surarmée et belliqueuse.
    Un discours qui complète les brèves de comptoir où on entend que les Chinois sont partout, qu’ils nous envahissent en détruisant les quartiers de Paris où ils rachètent tous les commerces.
    Un Chinois me racontait qu’il se sentait autant bouc émissaire que les juifs …
    Pour Ursula Gauthier, même si elle ne l’a pas dit ce soir-là, le danger principal n’est pas l’impérialisme musulman et son bras terroriste mais bien le « péril jaune ».

  11. Pisse-copie qui s’étrangle qu’un pays veuille encore être souverain ! Ah, la rebelle à deux balles… Préférant dénoncer le régime chinois plutôt que de se pencher sur l’état de tyrannie qui monte effroyablement en France… Là, pourtant, il y a du boulot… Mais, chuuut, les dictateurs de gôôôche sont tellement plus excusables !

  12. Ils sont chez eux, eux les Chinois, n’en déplaise à ceux qui se croient chez eux chez les autres. La Chine n’est pas et ne sera jamais la France et l’Europe et leur histoire et civilisation, longues et complexes, méritent notre respect au même titre du respect que nous réclamons de la Nôtre. A ma connaissance je n’ai jamais vu un journaliste Chinois mettre en cause les choix politiques intérieurs et extérieurs de la France.

  13. Nul doute que les gouvernants chinois aient des vues plus limitées que les nôtres sur la liberté de presse. Ils avaient pourtant accepté d’accueillir cette égérie d’une forme de gauchisme que la Chine a abandonnée depuis longtemps. Mais sur ce point comme sur d’autres, les journaleux islamo-gauchistes retardent. Ils en sont encore aux méthodes de la Pravda. Ils ont oublié, s’ils l’ont jamais su, que les Chinois sont fiers de leur culture, la plus ancienne de la planète ; et qu’à l’encontre des pays occidentaux, ils n’entendent pas se laisser piéger par la plus récente des guerres saintes attisées par les musulmans. Leur propagande d’Etat fonctionne du moins en faveur de leur pays et non contre lui, comme c’est le cas en Occident.

  14. «Chine, le mortel business des seigneurs de sang» : à elle seule, cette façon de baragouiner le Français justifie l’expulsion de Mme Gauthier, en dehors des insultes qu’elle s’est permises à l’égard de ses hôtes. En fait, si les nos écoles de journalisme n’étaient pas devenues les outils de perversion de l’opinion publique, Mme Gauthier et ses confrères n’auraient jamais obtenu de cartes de presse.

  15. Encore une bonne nouvelle.

    Bravo à la Chine et aux Chinois !

    Et encore bravo aux Corses !

  16. La madame a une haute opinion d’elle-même, elle traite les autres d’arrogants, elle devrait se regarder dans le miroir.

  17. Dommage, car avant l’arrivée au pouvoir du maréchal SISSI, cette saleté de Ursula Gauthier aurait pu, avec profit, poursuivre sa formation professionnelle, place Ta’hir, au Caire. Là, où toutes les pouffiasses à déchets allaient goûter au grand frisson de l’introduction du djihad, dans tous les orifices, pratiqué par des meutes de nazislamistes exaltés….

Les commentaires sont fermés.