1

USA : le docteur Zelenko guérit 100 % de ses patients à la chloroquine !

Macron et sa clique de pseudo-experts et laboratoires malfaisants : échec et mat par le professeur Raoult avec le renfort du docteur Zelenko.

Un nouveau test à plus grande échelle cette fois vient d’être effectué à New York par le docteur Vladimir Zelenko, médecin russe juif orthodoxe émigré aux USA.

Ce médecin de 46 ans est très apprécié de ses patients. Il se définit lui-même comme un « électron libre » de la médecine. Il a récemment effectué un test sur 350 patients infectés du Coronavirus avec de la chloroquine alors que ce produit était toujours interdit au moment où il a commencé ce test (il a été ensuite autorisé par la FDA).

https://twitter.com/Mareq16/status/1242773782437277696

https://www.facebook.com/pages/category/Family-Medicine-Practice/Vladimir-Zelenko-MD-PC-658536644233459/

Il dit s’être appuyé sur les études chinoises et sur celles du professeur Didier Raoult.

Les résultats qu’il a obtenus sont impressionnants ; réussite totale à 100 % !

Il ajoute que sa formule lui permet de débrancher l’assistance respiratoire de ses malades après seulement 3-4 heures !

Voici sa formule :

1 – Hydroxychloroquine 200 mg 1 pilule 2x par jour durant 5 jours

2 – Azithromycine 500 mg 1 pilule par jour durant 5 jours

3 – Zinc sulfate 1 pilule de 220mg par jour durant 5 jours

Vous remarquerez plusieurs choses.

1) Il a diminué la quantité d’hydroxychloroquine en passant à 400mg/jour alors que le professeur Raoult préconise 600mg et les Chinois 1g par jour. À 2g par jour, la dose est potentiellement mortelle.

C’est donc plutôt une bonne nouvelle de diminuer cette dose car c’est ce produit qui peut occasionner des effets secondaires plus ou moins importants. De surcroît cela pourrait permettre à certains malades (par exemple ceux en insuffisance cardiaque légère) de pouvoir bénéficier de ce traitement sans trop de problème alors qu’ils seraient écartés de cette possibilité si la dose de hydroxychloroquine était plus élevée.

2) L’antibiotique Azithromycine lui, au contraire, est donné à la dose maximale de 500mg/jour alors que Raoult préconise 500mg la première journée puis 250mg.

Ici je ne m’aventurerai pas dans ce débat d’experts mais j’ai toujours entendu dire qu’il fallait maintenir la dose initiale d’un antibiotique ; la tendance actuelle liée à des expérimentations font que l’on privilégie un traitement par antibiotique fort et le plus court possible.

Remarquons également que le traitement du docteur Zelenko dure 5 jours contre 12 pour celui du professeur Raoult. Différents autres pays (8 pour le moment) ont également adopté la chloroquine selon des procédures quelque peu différentes voir sur Twitter :

https://twitter.com/raoult_didier

Mais, à ma connaissance, aucun n’a prévu d’administrer du sulfate de zinc comme préconisé par le docteur Zelenko.

Alors pourquoi ce médecin administre-t-il ce zinc ?

Pourquoi le sulfate de zinc ?

Dans une étude publiée le 4 novembre 2010, son auteur (néerlandais) explique en détails le principe de fonctionnement du zinc qui inhibe l’ARN polymérase du virus. Cette démonstration est applicable également au Coronavirus.

https://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=https://journals.plos.org/plospathogens/article%3Fid%3D10.1371/journal.ppat.1001176&prev=search

Ici je vais laisser la parole à un spécialiste microbiologiste (Jean Lasson) qui va expliquer plus précisément ce mécanisme subtil. Accrochez-vous car il s’agit d’indications complexes.

Le zinc sous sa forme cationique Zn2+ inhibe l’ARN polymérase du Coronavirus. Ça se passe évidemment à l’intérieur de la cellule infectée. Le rôle de la chloroquine est de faire entrer le cation Zn2+ dans la cellule en l’aidant à passer la membrane cellulaire. En effet, la chloroquine est un  ionophore du zinc*. Sans zinc, elle n’aurait aucun effet. Il faut donc s’assurer que le patient n’est pas carencé en zinc.

  1. Comme tous les Coronavirus, le virus SARS-CoV-2 a comme génome un ARN simple brin (et non de l’ADN double brin comme notre génome). L’enzyme qui peut répliquer (faire des copies de) cet ARN s’appelle l’ARN polymérase ARN-dépendante (RPRD en anglais). Il est codé par un gène du virus et est spécifique aux Coronavirus (sauf erreur).
  2. Il se trouve que cet enzyme RPRD est inhibé (inactivé) par le zinc, sous la forme du cation Zn(2+). On comprend que si la RPRD est inhibée, le virus ne peut se multiplier. Mais pour cela, il faut, bien sûr, que le Zn(2+) rentre dans la cellule. Or, ce cation pénètre très mal dans les cellules, parce qu’il passe mal la membrane cellulaire. Pour lui faciliter le passage, il faut qu’une molécule l’aide. On appelle une telle molécule un ionophore. Et, clairement, la chloroquine est un ionophore du zinc. La chloroquine augmente la concentration de Zn(2+) dans la cellule (disons d’un facteur 10).

Ainsi donc voilà la raison de l’utilisation de sulfate de zinc par ce médecin russe de New York.

Le mécanisme d’action étant, je pense, meilleur encore que celui du professeur Raoult, il peut afficher un taux de succès record.

Question : mais pourquoi Didier Raoult n’utilise-t-il pas le zinc comme apport dans sa prescription ? Difficile de répondre à sa place car cet éminent virologue a évidemment connaissance de l’action du zinc sur les virus. Il est possible qu’il estime que ses patients ne sont pas a priori carencés en zinc. C’est peut-être ici la différence que l’on peut trouver entre un médecin allopathique qui essaye de soigner avant tout le malade par différents produits et le médecin naturopathe qui va tenter de comprendre les manques dudit malade. Dans ce domaine, il va immédiatement chercher s’il y a carence en zinc.

De surcroît, dans une autre vidéo d’explication du phénomène, on s’aperçoit que des graphiques semblent indiquer qu’il existe une corrélation directe entre le niveau d’apport en zinc et les chances de succès.

https://www.youtube.com/watch?v=BIymfznD7YA&feature=emb_rel_end

Le docteur Zelenko se définissant comme un électron libre du domaine médical, il a peut-être une approche moins officielle de la médecine ; ce qui lui a peut-être suggéré de considérer le problème de la carence en zinc au regard des études s’y attachant.

Conclusions :

Il est désormais urgent que ce protocole décrit soit utilisé le plus largement possible par tous les pays.

Maintenant interrogeons-nous sur le gouvernement français et son action dans cette affaire.

On nous dit que la chloroquine a fait l’objet d’une demande de classement pour substance vénéneuse par l’ex-ministre de la santé Agnès Buzyn en novembre 2019 et que, par conséquent, la relation de cause à effet ne peut pas s’appliquer à cette pandémie arrivée en France fin janvier 2020.

Cependant, des informations commencent à remonter à nos oreilles par internet.

Il semblerait que dès novembre 2019, à la fois des médecins chinois et des médecins italiens aient constaté de troublantes pneumonies chez certains de leurs patients ; pneumonies qu’ils n’ont pas réussi à soigner car ces patients sont décédés.

Ils ont donc alerté les services officiels compétents. D’ailleurs Agnès Buzyn, comme médecin, a elle-même reconnu que cela l’avait inquiétée à l’époque.

Alors, quand on sait comment les laboratoires pharmaceutiques sont à l’affût de la moindre alerte médicale pouvant leur suggérer de rentabiliser leurs recherches, on s’interroge sur l’action de Macron et sa clique qui ont tout fait depuis le début pour empêcher une défense efficace contre ce virus. Les déclarations bien tardives de la ministre à ce sujet en sont la confirmation.

Quant aux relations de certains des « experts » médicaux de ce gouvernement avec des laboratoires pharmaceutiques, elles sont légion. En particulier le médecin Karine Lacombe qui d’après le docteur Delépine, cancérologue reconnu, explique le conflit d’intérêt de celle-ci lorsqu’elle vient à la défense de Macron et critique les méthodes de Didier Raoult.

Dr Gérard Delépine : « Quand on nous dit que la chloroquine est dangereuse, c’est un mensonge »

Rappelons qu’un médecin a l’obligation (du Conseil de l’Ordre) d’indiquer, avant toute étude ou réaction publique, les relations qu’il entretient avec telle ou telle société ayant un lien direct ou indirect avec ses déclarations.

Quel est l’intérêt de tout cela ? À qui profite le crime ?

Dans le récent test européen commencé le 22 mars et appelé pompeusement Discovery, 3 200 personnes (dont 800 en France) contaminées par le Coronavirus vont être traitées en 4 groupes différents.

Un premier recevra un antiviral, le remdesivir

Un second un autre antiviral, le lopinavir en combinaison avec le ritonavir, ce dernier traitement étant associé ou non à l’interféron bêta

Un troisième recevra la chloroquine.

Un quatrième sans aucun traitement spécifique, uniquement par un traitement standard, ce qui a donné lieu à un coup de gueule largement justifié d’un médecin qui a dénoncé ce procédé.

Ensuite, un élément est particulièrement significatif de la volonté évidente d’écarter la chloroquine. En effet, sous la pression populaire, ce gouvernement de tarés a été contraint d’accepter d’accorder une autorisation d’utilisation de ladite chloroquine mais en précisant bien qu’elle pourra l’être uniquement dans les cas graves. Or le professeur Raoult a bien indiqué que la chloroquine n’avait plus aucune utilité lorsque le patient était en phase quasi terminale car dit-il : « ce patient n’a pratiquement plus de virus sur lui – il s’agit donc d’une très sévère pneumonie dans laquelle les poumons sont détruits ; la chloroquine est intéressante sur les cas naissants ou graves mais pas désespérés », donc exactement le contraire des déclarations gouvernementales. Si l’on voulait disqualifier un médicament, on ne s’y prendrait pas autrement !

Maintenant abordons les éventuels conflits d’intérêt.

https://blogs.mediapart.fr/bunchun/blog/250320/la-science-bon-dos-conflit-d-ego-ou-conflit-d-interet

Dans ce lien on retrouve plusieurs « grands médecins » conseillers de la clique Macron qui ont travaillé ou travaillent pour des labos développant les antiviraux cités plus haut sauf la chloroquine ! Bizarre, vous avez dit bizarre…

Et puis la chloroquine coûte 5 euros le traitement ; une misère pour un labo.

Alors qu’en déduire ? Et si toute cette affaire n’avait pas été montée de toutes pièces par ce gouvernement de pourris en accord avec ces fameux labos ?

Scénario ; on a vent de cas de pneumonie suspects. Certains labos voient là une opportunité bien juteuse, ils anticipent une épidémie (pas une encore une pandémie).

Macron agit en conséquence en favorisant l’absence de toute protection, de tests de dépistage, en écartant la chloroquine par décret, en paradant au théâtre pour rassurer le petit peuple, mais toujours sans vraiment mesurer l’ampleur du désastre auquel il a activement participé.

Manque de pot, un Gaulois réfractaire ou chef indien, un certain Raoult, met son grain de sel dans cette affaire. Voilà qu’il déclare qu’un simple traitement à la chloroquine détruit ces virus.

Comme c’est un éminent virologue, on ne peut pas l’éliminer comme ça. On va donc chercher à le décrédibiliser par tous les moyens. La suite, vous la connaissez…

Ainsi certains ont déposé plainte devant la Cour de la République pour non-assistance à personne en danger et autres sujets contre certains ministres. Personnellement je pense que cette plainte devrait être requalifiée en « crimes contre l’humanité » devant la Cour pénale de La Haye. Toute cette bande de malfaisants a sciemment organisé cette abominable curée.

Jean Gautier