USA : Macron s’est comporté comme un enfant dans un magasin de jouet

Cette longue tradition de l’Ouest américain, combat entre la bête et l’homme pour savoir qui va dompter l’autre, vient de se déplacer à Washington. Dans l’enceinte de terre, un animal sauvage, grand, fort, imprévisible, à la crinière d’or et de feu face à un gringalet, menu, tenace mais peu convaincant dans sa lutte désespérée de maîtriser le monstre.

C’est le spectacle hautement coloré auquel nous avons assisté pendant trois jours entre Sleazy Macron Premier qui voulait chevaucher Trump the breaker. Les publics se sont relayés pour suivre ce rodéo : invités d’honneur à la Maison Blanche, dans la cahute de Georges Washington, au congrès et à l’Université GW.

Quels résultats ont été obtenus et qui en est sorti vainqueur, c’est la question que se posent les commentateurs et journaleux des deux côtés de l’Atlantique.

Chaque adversaire, malgré les bulletins de bonne entente et les accolades pendant le séjour de Macron Premier à Washington, savait que le combat dans l’arène serait dur.

Les escarmouches éclatèrent derrière les portes fermées car les embûches étaient multiples mais rien ne transpirait durant les repas, mises en scène pour le grand plaisir des photographes et des cameramen. Sur grand écran, c’était à qui agrippait l’autre, à qui tapait le plus souvent dans le dos et surprenant pour les Américains, ce qui les a beaucoup amusés et Trump «  himself », des bises en veux-tu, en voilà ! Macron semblait à l’affût de chaque occasion pour tenter de dominer sentimentalement Trump jusqu’à un point où même les Français, habitués à ce genre de racolage, en étaient devenus un peu lassés.

A part un scénario de télé-réalité subversivement conduite par notre Roi Soleil, les pierres d’achoppement construisaient des barricades entre les deux chefs d’état. Les sujets étaient nombreux et même le dernier jour, le sont restés.

Macron a vécu une partie de la semaine comme un enfant dans un grand magasin de jouets : il battait des mains devant chaque cadeau, sautillait face à des nouveautés, souriait aux anges à chaque preuve d’amitié et bavait de bonheur sous les caresses qu’il recevait du président des Etats-Unis.

Pourtant au fond de lui, Macron rêvait d’en découdre avec Trump, le coinçant sur un ring pour lui grimper sur le dos afin de le dompter. Ses bras battaient, ses jambes volaient dans tous les sens mais agrippé à sa corde, il tenait bon. Il pensait que l’animal sauvage, ce taureau au poil rude et aux cornes acérées, finirait par se calmer et plierait genoux devant lui.

La foule l’entendait hurler : «  Sur l’Iran, je te vaincrai, sur la Syrie, tu m’écouteras ! Quant au climat, je te le dis franco, tu reviendras dans le giron de l’écologie. Si ce n’est pas toi, ce sera le prochain président des Etats-Unis car tu ne tiendras pas le coup trop longtemps ! »

Et sous notre cow-boy parisien, le fauve jetait des coups de sabots, dressait ses cornes et se secouait brutalement pour déloger cette mauviette qui se cramponnait à sa crinière.

Macron a-t-il dompté Trump ? Lui a-t-il fait changer de stratégie en politique internationale ? L’a-t-il ramené à la raison et à une diplomatie moins brutale ?

Mais ces quelques jours auront aussi transformé le président de la République en meneur encore plus opiniâtre, plus autoritaire de retour en France. Il a tenu tête à Trump alors que peuvent faire les syndicalistes de la SNCF, les retraités plumés, les employés hospitaliers et les étudiants. De la tête de melon, Macron va avoir une tête grosse comme un potiron. Alors bonjour les empoignades mouvementées, les grèves plus dures. La France va  connaitre une période difficile à vivre.

Macron arrivera-t-il à «  make France great again » ? That will be the question !

Avec les étudiants américains, il l’a dit honnêtement : «  Je ne construirai pas de mur ! » . Il aurait pu ajouter « Mais je creuserai de profonds fossés entre les classes sociales en France et un grand Canyon entre mon gouvernement et la France profonde. »

La principale leçon qu’en a tirée Macron, c’est qu’il a renforcé sa détermination (avec un brusque «  No chance » pour répondre au journaliste sur Fox News qui lui demandait s’il allait changer sa politique de réformes), sa série de réformes.

Au niveau de l’Europe, il est prêt à recadrer Merkel, May et même Poutine, qui à ses yeux ne sont devenus, après sa prestation avec Trump, que des amuse-gueules qu’il peut gober sans problème. Nous allons vivre une période d’affrontements en Europe et de par le monde, Macron Premier s’étant persuadé que la planète ne pouvait être sauvée que par ses actions diplomatiques. Il n’y a pas de Planète B, clame Macron, la seule qui soit c’est la planète EM !

Enfin pour terminer cette rubrique, j’avoue que je vois Macron comme un faux-cul surtout lorsqu’il s’adresse à des étudiants à l’étranger en Inde ou aux Etats-Unis. A l’université GW, il a tenu un langage vulgaire et surtout inconcevable qu’il n’oserait pas utiliser devant les étudiants de Tolbiac ou de Montpellier.

Se rend-il compte de ce qu’il dit (en anglais qu’il a du mal à comprendre !) ? Quelques exemples :

«  Just do it ! Break the rules ! » clame-t-il en Inde.

« You don’t always have to follow the rules, that’s BULLSHIT «  aux Etats-Unis.

Pour lui les jeunes en dehors de France doivent briser les règlements, faire ce qu’ils veulent, ne pas obéir aux lois car elles sont de la merde !

Devant un parterre d’étudiants français en colère, les inciterait-il à piétiner les règles, à cracher sur les obligations, à pisser sur les lois de la république qu’ils détestent ?

Mais lorsque dans notre pays, on refuse de suivre les réformes mises en place, Macron envoie les gendarmes et punit les récalcitrants.

Mais en anglais et à l’étranger, c’est tellement révolutionnaire de jeter le trouble dans la jeunesse en lui conseillant de rompre les amarres de l’ancien régime, de jeter aux orties les coutumes et les fondations en place.

André Girod

image_pdf
0
0

36 Commentaires

  1. De plus,les journaleux qui crachent depuis 1 an sur Trump étaient tout contents que Macron soit ami avec lui…vraiment des bouffons ces propagandistes!

  2. @ André Girod, pour répondre à votre question j: « Devant un parterre d’étudiants français en colère, les inciterait-il à piétiner les règles, à cracher sur les obligations, à pisser sur les lois de la république qu’ils détestent ? ». On peut ajouter, dans le désordre, les zadistes, les racailles, les antifas crasseux, les zones de non droit, les fichés S, les clandestins qui forcent les frontières invisibles… ? ben, oui, Macron les encourage en restant passif, la preuve par 9 par ce que nous subissons actuellement en France !

  3. Il vaut mieux avoir Trump avec soi que contre soi. Trump n’est pas faible comme Obama. Macron a raison de le respecter, plutôt que de le mépriser comme l’ont fait Merkel et May.

    • @ Dany
      Je doute que Macron respecte qui que ce soit, même pas lui-même pour accepter qu’un pays qu’il gouverne se délite à tous les niveaux et dans tous les domaines, à commencer par accepter les traîtres politiciens qui se sont ralliés à son parti pour avoir une meilleure gamelle !

  4. Depuis le temps que ces mots « enfant dans un magasin de jouets » méritaient de trouver poète pour les accoler à Macron ! C’est exactement cela ! Bravo.
    Il est content le Macron, il a planté un arbre avec un milliardaire, autre chose qu’un « rien », un « sans dents », un illettré, un alcoolique… un Français, quoi !
    Quant à la presse française, lamentable comme souvent, même le Figaro a disserté autour des robes de Brigitte Macron. Cela dans une France qui subit des attentats, une situation « normale » pour un président « post-Normal ».

  5. Macron reçu en grande Pompe, Merkel ce jour en catimini…. Trump a choisi !
    Si mon amie Simone G. me lit, je ne bouge pas d’un iota !
    Oser affronter le Lion dans son arène est un exploit à dimension internationale.
    Il se veut Maitre du Monde ? Qu’il devienne d’abord Maitre de la France !

  6. Vous confondez les règles (rules) et les lois (laws). C’est pourtant différent.
    La loi dit qu’un clandestin doit être arrêté et expulsé. La règle de nos gouvernants c’est qu’un clandestin doit être accueilli et mieux traité qu’un français.

  7. oh oui et les merdeux de journaleux de bfmwc bavent dés qu’ils parlent de leur maitre macron,les pauvres ils en ont fait presque une edition spéciale ! c’etait encore plus flagrant que ces merde de journalistes adouber leur chef,avec toutes cette trallée de suce boule qui ont déferler sur leur plateau tv,affligeant.

  8. Moi je suis et je reste pour la liberté d’expression et donc aussi pour les commentaires libres. Cet article est une fine analyse de cette rencontre. Et librement nous savourons la vue de toutes les incohérences de ce monsieur dont le nom à la fin rime presque avec Néron… Mais… Une question: qui a voulu cette rencontre ? Qui a écrit à l’autre en premier ? C’est la défense de l’Occident qui se joue ou simplement une joute entre deux « leaders » opposés ?

  9. Plus que ridicule devant les étudiants Américains ! ! ! ! Cet individu ne se contrôle plus , il va nous mener au désastre ! ! !

    • J’ai suivi son laïus en anglais macédonien sur CNN devant les étudiants: j’avoue que comme l’anglais est presque ma langue maternelle, j’ai été sidéré par le pauvre niveau de langue mais aussi par le stupidités qu’il racontait et cela pendant 50 minutes. D’ailleurs à part la séquence bullshit, il n’a jamais été interrompu par les applaudissements car le étudiants ont eu beaucoup de mal à comprendre!

      • Il parle quand même mieux l’anglais que Trump – ou n’importe quel président américain d’ailleurs .

      • Et pourtant les meRdias l’ont présenté comme étant parfaitement bilingue…
        Ah la mascarade !!!!
        Qui peut ENCORE le prendre au sérieux ????

    • Il nous mène déjà au désastre.
      Voir la vidéo du psychiatre italien qui circulait durant la campagne électorale.
      Il avertissait sur la dangerosité de ce grand malade.
      Vous tapez vidéo psychiatre italien sur macron.

  10. Si monsieur Jean de la Fontaine revenait aujourd’hui, il pourrait à propos de la rencontre entre Donald Trump et micron, ecrire une nouvelle fable dont le titre serait » L’élephant et l’avorton » .En effet, face à l’imposant Président americain, Nabotléon ne fait pas plus sérieux que les deux autres nains malefiques qui lont précédé à lElysée, a savoir sarkyzo-karcher et Gras triple, le cyclomotoriste petaradant en catimini et en rut dans la nuit…

  11. ce merdeux est en représentation théâtrale en permanence, accroché au cordon ombilical de sa prof-cougar-déclameuse…

    Zemmour avait chroniqué : « Peter Pan à l’Elysée ». Brigitte ne lui a jamais enseigné la légende de Narcisse.

    Macron est une coquille vide. d’un vide sidéral !

  12. Définitivement, c’est 1 clown grotesque qui ridiculise la France.
    La prophétie de Marthe Robin s’avère chque jour exacte : « La France tombera bas, elle sera la plus basse de toutes la nations à cause de son orgueil et des mauvais chefs qu’elle se sera choisis ; il n’y aura plus rien ».Qui peut dire mieux ?!
    Tout est résumé en 1 seule phrase. Qd j’entends encore ce matin dans l’émission « C dans l’air » que les retraités et les Français sont très contents des réformes fiscales, SNCF et tout le reste, je me dis que SI C’EST VRAI ce que dit l’intervenant, alors, il faut arrêter de chouiner comme des pédales et de déclarer haut et fort que s’il y a la m…, c’est parce qu’on a voté 1 maquereau clownesque et dangereux pour le devenir de notre pays.
    Toujours est-il qu’il n’est pas mon président.

    • Oui, Tolbiac, je l’ai écris après vous sans vous avoir lu.Désolée.

  13. Macron s’est fait rouler dans la farine par ce vieux renard de Trump…

    • Maquereau croit qu’il tient l’Europe, les USA et le monde dans sa main. Ce type est atteint du syndrome mégalo-narcissique au plus haut point.
      Ceux qui le suivent sont de grosses m…. et des traîtres à leur Patrie.

    • De toute façon, Trump a jugé d’un seul coup d’oeil, le genre de type qu’il a en face de lui : UN GRAND INCAPABLE !!!!! UN CLOWN DE PACOTILLE !!!
      Après le scootériste, on n’en finit plus d’être ridiculisés !!!!……

  14. Pourquoi macrouille, ce déchet immonde, ne vient pas tout seul par chez nous ? S’il faisait ça, il repartirait les pieds devant. Voila pourquoi il a tellement la trouille qu’il se déplace avec une chiée de gardes du corps. Ca prouve qu’il n’a rien dans le falzar, comme tous les criminels politiques. Vivement qu’il crève, lui et son troupeau de faux culs pourris.

    • ouep mais nous crèverons sans doute avant lui il a une chiée de toubibs qui en prennent grd soin tellement le salaire est bon! rappelez vous simplement du scootériste et de son coiffeur

Les commentaires sont fermés.