Utopie à Callac où on est allés manifester contre l’installation d’Africains

Ça déconne à plein tube

Avec mon pote Denis, on est allés à Callac manifester contre l’installation d’Africains.

On était de nombreux Résistants et Nationalistes à avoir investi tout le village, pour longtemps, avec implantation de tentes et chapiteaux sur la place de la mairie. Le maire, on l’a viré à grands coups de pied dans le fondement, de sa mairie. Nous savons être dans notre bon droit en combattant le projet Horizon. Macron, nous avons la légitimité de l’héritage des Partisans qui ont vaincu les armes à la main.

Des identitaires ont coupé le tuyau d’alimentation d’eau de l’immeuble où Macron veut loger 70 familles d’Africains.

C’est là que ça a dégénéré, Darmanin a envoyé 1500 gendarmes pour nous déloger du village. On s’est battus avec des mortiers, des boules de pétanque et des cocktails molotov et n’avons rien cédé.

Les troupes de gendarmes et CRS du désordre, on les a rejetés dans les champs, et ils ont eu 67 blessés sur le champ de bataille.

Des élus du RN sont venus nous soutenir et nous galvaniser avec un discours contre le grand remplacement. Ils ont souhaité une alliance avec Reconquête.

Nous nous battrons par tous les moyens et violemment s’il le faut, tant qu’il le faudra pour sauver la France de l’invasion, nous ne sommes pas comme les écolos qui manifestent pacifiquement avec drapeaux multicolores et renforts d’adeptes de la fausse religion d’amour et de paix.

Avec mon pote Denis, on est partis en chantant dans les rues de Callac le chant des Résistants Partisans !

 

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne ?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme
Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes

Montez de la mine, descendez des collines, camarades
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades
Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau, dynamite
(Liberté)

C’est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère
Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève

Ici chacun sait ce qu’il veut, ce qu’il fait quand il passe
Ami, si tu tombes un ami sort de l’ombre à ta place
Demain du sang noir séchera au grand soleil sur les routes
Sifflez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute

Pif Paf c’est là que ma femme m’a réveillé

Tu déconnes à plein tube, voilà maintenant que tu chantes en dormant…

Daniel Faguet

https://resistancerepublicaine.com/2022/11/01/utopie-a-callac-ou-on-est-alles-manifester-contre-linstallation-dafricains/

image_pdfimage_print
7
1

4 Commentaires

  1. Dans ma rue, je me crois déjà en Afrique. Certains bobos gauchistes prétendent que le grand remplacement n’existe pas et que ce n’est qu’une phobie de la droite. Ces migrants sont très malins, ils savent traire le système, ils sont malins comme des singes.

  2. Très bien comme humour!
    Je ne balancerai jamais ça sur twitter!
    Beaucoup trop d’amateurs « Premier Degré »
    Pour le 5 nov: je vais!

  3. vive le ric… sauf s’il s’agit de ploucs qui voteraient mal (pensée des lfi)

    • oui, comme ils ont voté macron on ne voit pas comment ils voteraient mieux lors d’un RIC, donc RIC = Connerie de cocus

Les commentaires sont fermés.