1

Vaccin, cryptomonnaie, dictature mondiale : complotisme ou réalité ?

Le film Hold Up a été censuré. Par chance, des mains pieuses l’ont sauvegardé, il est encore consultable. Voir en fin de page.

Avec les auteurs du film Hold up, poursuivons nos délires complotistes.

Imaginons une invention qui permette d’établir un lien permanent entre des nanoparticules et une ou des cryptomonnaies. Imaginons que ces nanoparticules puissent être injectées à tous les êtres humains. Imaginons que l’activité du corps humain puisse être captée par ces nanoparticules et transmise en temps réel à un système global. Imaginons qu’un système de cryptomonaie puisse être couplé avec les nanoparticules de l’utilisateur à travers ce système global.

Allons plus loin, imaginons que l’attribution de la cryptomonnaie se fasse en contrepartie d’un travail commandé par le système global et réalisé par des êtres humains appelés utilisateurs. Imaginons que le système soit à même de déterminer si l’activité corporelle des utilisateurs est conforme à ses exigences . Imaginons que l’accès à la cryptomonnaie dépende de la conformité de l’activité corporelle des utilisateurs aux exigences du système de contrôle global.

À ce point vous pourriez vous demander qui affectera les tâches, selon quels critères et qui définira les critères de conformité. Disons que ce sera la surprise, mais que de toute manière une fois les nanoparticules à l’œuvre dans votre corps, cette question n’aura plus aucun objet et qu’il sera définitivement trop tard pour se la poser, et même pour réagir.

Là on est vraiment en plein délire complotiste, n’est-ce pas ?

Poursuivons. Pour que tout cela puisse exister, il faudrait pouvoir disposer d’une technologie de communication et de traitement des données ultra-puissante. La 5G en l’occurrence, pour permettre toutes les connexions en temps réel et tous les calculs et exécutions d’algorithmes d’identification et de tri dans la masse d’informations.

Posons-nous alors la question de la motivation de la décision précipitée d’équiper de toute urgence la France d’antennes 5G, sans attendre les résultats des enquêtes préalables de non-toxicité pour les êtres vivants. 

Adeptes de la lampe à huile, vous êtes des régressifs façon Amish, des attardés mentaux, des inutiles à l’espérance de vie résiduelle. Oui, résiduelle.

Imaginons qu’à l’occasion d’une pandémie opportune, d’un confinement généralisé et que par un pur hasard de calendrier, soit décidée de toute urgence le développement de la technologie 5G et le déploiement sur tout le territoire d’un réseau d’antennes capables de détecter les nanoparticules où que vous soyez en permanence. Imaginons que chaque smartphone, le vôtre, mais aussi ceux de tous les autres soient capables de détecter vos nanoparticules et d’enregistrer en temps réel votre activité corporelle ; c’est-à-dire votre comportement, qui vous avez fréquenté, où vous êtes allé, ce que vous avez fait.

Fini le temps où, gamin, vous séchiez les cours. Fini le temps des fugues avec la petite voisine. Finies les cigarettes fumées en cachette derrière les haies. Finie l’époque heureuse où vous descendiez discrètement par le parking sous-terrain pour aller caramboler votre maîtresse ou rejoindre votre amant à l’étage. Finis les 5 à sept discrets à l’hôtel. Finie la joie de vivre. Finies toutes les petites canailleries qui faisaient le sel de la vie. Fini le braconnage, fini les excès de vitesse, finie la vie…

Imaginons que même si vous foutez votre smartphone au feu, ceux des autres, où que vous soyez  puissent vous détecter, mais aussi votre compteur Linky et tous les putains d’objets connectés dont vous vous êtes encombrés, et puis l’électronique embarquée de votre bagnole et puis tout ce à quoi vous n’avez pas pensé mais qui est déjà là, prêt à vous cafter, disposé partout dans les lieux publics, dans les commerces, dans les réseaux de transport, partout…

Imaginez enfin que toutes les données vous concernant soient dématérialisées et enregistrées en temps réel dans le système global. Votre dossier scolaire, vos diplômes, votre CV, votre casier judiciaire, votre état civil, votre situation financière, votre situation patrimoniale, votre dossier fiscal, votre passeport, votre permis de construire, vos données de santé, vos contrats, vos emprunts, vos comptes bancaires, vos trajets, qui vous fréquentez, qui vous avez croisé, vos pratiques sexuelles, tous vos achats, ce que vous avez lu, les pages internet que vous avez consultées, vos conversations, ce que vous avez tapé sur un clavier… bref, tout, absolument tout ce qui vous concerne ; et que votre accès à la cryptomonnaie et à tous les services soient conditionnés par votre conformité au système global ; lui-même régulé par une intelligence artificielle à même de vous bloquer en cas de franchissement des lignes…

Et si vous bouffez trop, et si vous picolez, et si votre taux de cholestérol sort de l’épure, si vous êtes en surpoids, si vous fumez,  si vous ne respectez pas le programme d’exercice que le système aura concocté pour vous, ni le niveau d’activité, de travail, de rendement qu’il exigera de vous, tout comme la consommation et la trace carbone qui vous auront été allouées…

Bon, là vous pourriez dire : il déraille, le Martin, il est devenu fou. Ça se confirme, c’est un dangereux complotiste. Il va falloir le dénoncer à Frédéric Potier, à Tristan Mendes-France, à Læticia Avia, lui faire un procès, le faire condamner, le nommer, le dénoncer, le « name and shamer », publier son adresse personnelle, lui envoyer une équipe d’antifas…

Et bien sachez que tout cela existe d’ores et déjà, que tout est breveté, que tout est déjà dans les cartons, prêt à être mise en œuvre. Il ne manque plus que le vecteur, c’est-à-dire le vaccin et les conditions pour procéder à l’injection massive des nanoparticules dans nos corps. 

La société Microsoft de Bill Gates, le vaccinateur fou, a déjà déposé un méchant brevet où tout ce qui précède est méticuleusement décrit. Oui, la technologie existe déjà et le projet fou qui va avec.

  • Brevet WO 2020/060606 A1
  • déposé le 20 06 2019.
  • par : Microsoft technology licensing, LLC One Microsoft Way Redmond, Washington.
  • Publié le 26 03 2020

https://patentscope.wipo.int/search/fr/detail.jsf?docId=WO2020060606

NB : le texte qui suit résulte d’une traduction automatique du texte original en anglais américain technique. Par conséquent, certaines formulations peuvent être approximatives. Pour une information exacte, les lecteurs les plus avisés se reporteront au texte original. 

Lexique : 

Utilisateur : être vivant doté des nanoparticules interagissant avec le système. L’utilisateur collecte la cryptomonnaie en récompense de son activité par rapport à la tâche que lui a affectée le système global.

Processus de minage : c’est le processus qui valide la création de la cryptomonnaie. Ici l’activité des « utilisateurs ».

Exploitation minière : système de gestion de l’activité des utilisateurs et de l’attribution de la cryptomonnaie.

Tâche fournie : Sauf erreur de lecture à contredire, tâche exigée par un fournisseur d’informations ou de services. Cela veut dire en creux que ce sont les fournisseurs d’informations ou de services qui affectent les tâches et évaluent leurs contreparties en cryptomonnaie. Selon quels critères, avec quelle légitimité. Pour les moyens  coercitifs, c’est simple : éjection du système et déni d’accès à tous les services. 

Activité du corps humain associée à une tâche fournie à un utilisateur : Il existe bien un lien entre la tâche demandée par le système (fournisseur d’informations ou de services) et l’activité du corps humain attendue en retour.

Onde cérébrale ou chaleur émise : C’est la preuve de l’activité humaine fournie et détectée par les nanoparticules qui transmettent l’information au système central pour l’attribution de la cryptomonnaie.

Conformité de l’activité humaine : Un système de cryptomonnaie couplé en communication au dispositif de l’utilisateur peut vérifier si les données d’activité corporelle satisfont ou non une ou plusieurs conditions définies par le système de cryptomonnaie, et attribuer une cryptomonnaie à l’utilisateur dont les données d’activité corporelle sont vérifiées.

Contrôle de la qualité d’humain : Le système dispose d’un test pour vérifier si l’utilisateur est bien un humain et pas un robot. Ceci afin de se prémunir d’éventuelles fraudes ; probablement par l’exécution des tâches par des E-robots ou de l’intelligence artificielle au lieu et place de l’utilisateur.

Hachage, fonction de hachage : Sauf erreur, algorythme permettant d’identifier la signature de l’utilisateur dans le foisonnement des données transmises au système central. Emprunte numérique de l’utilisateur pour identifier ses informations spécifiques dans le flux global.

Texte du brevet en traduction automatique : 

Système de cryptomonnaie utilisant des données d’activité corporelle.

L’activité du corps humain associée à une tâche fournie à un utilisateur peut être utilisée dans un processus de minage d’un système de cryptomonnaie. Un serveur peut fournir une tâche à un dispositif d’un utilisateur qui est couplé de manière à communiquer avec le serveur. Un capteur couplé de manière à communiquer avec un dispositif de l’utilisateur ou compris dans ce dernier peut détecter l’activité corporelle de l’utilisateur. Des données d’activité corporelle peuvent être générées sur la base de l’activité corporelle détectée de l’utilisateur. Le système de cryptomonnaie de la présente invention couplé de manière à communiquer avec le dispositif de l’utilisateur peut vérifier si les données d’activité corporelle satisfont une ou plusieurs conditions définies par le système de cryptomonnaie, et attribuer une cryptomonnaie à l’utilisateur dont les données d’activité corporelle sont vérifiées.

Système de cryptomonnaie utilisant des données d’activité corporelle.

Arrière-plan :

[0001] Une devise virtuelle (également connue sous la forme d’une monnaie numérique) est un support d’échange mis en œuvre par l’intermédiaire de l’Internet, généralement non lié à une monnaie virtuelle (imprimée) sauvegardée gouvernementale spécifique telle que le dollar US ou l’euro, et typiquement conçu pour permettre des transactions instantanées et un transfert sans limite de propriété. Un exemple de devise virtuelle est la cryptomonnaie, la cryptographie étant utilisée pour sécuriser des transactions et pour commander la création de nouvelles unités.

[0002] Plusieurs cryptomonnaies existent. Parmi ceux-ci, le bien connu est une cryptomonnaie à base de chaînes de blocs. La plupart des cryptomonnaies à base de chaînes de blocs sont décentralisées dans le sens où il n’a pas de point central de commande. Cependant, une cryptomonnaie à base de chaînes de blocs peut également être mise en œuvre dans un système centralisé ayant un point central de commande sur la cryptomonnaie. La Bitcoin est un des exemples de cryptomonnaie à base de chaînes de blocs. Elle est décrite dans un article de 2008 par Satoshi Nakamoto, nommée Bitcoin : Un poste à poste

Système de caisse enregistreuse électronique.

[0003] Une chaîne de blocs est une structure de données qui stocke une liste de transactions et peut être considérée comme un registre électronique distribué qui enregistre des transactions entre un identifiant de source (s) et un identifiant de destination (s). Les transactions sont regroupées en blocs et chaque bloc (à l’exception du premier bloc) se réfère ou est lié à un bloc antérieur dans la chaîne de blocs. Des ressources informatiques (ou des nœuds, etc.) ) maintenir la chaîne de blocs et valider de manière cryptographique chaque nouveau bloc et les transactions contenues dans le bloc correspondant. Ce processus de validation comprend la résolution informatique d’un problème difficile qui est également facile à vérifier et est parfois appelé  » preuve de sécurité « . Ce procédé est appelé  » exploitation minière « . L’exploitation minière peut être un processus aléatoire avec une faible probabilité de sorte qu’un lot d’essai et d’erreur soit nécessaire pour résoudre un problème difficile de calcul. Par conséquent, l’exploitation minière peut nécessiter d’énormes quantités d’énergie de calcul.

[0004] Il est par rapport à ceux-ci et d’autres considérations générales que les modes de réalisation suivants ont été décrits. De même, bien que des problèmes relativement spécifiques aient été discutés, il faut comprendre que les modes de réalisation ne doivent pas être limités à la résolution des problèmes spécifiques identifiés dans l’arrière-plan.

Résumé :

[0005] Certains modes de réalisation donnés à titre d’exemple de la présente invention peuvent utiliser une activité de corps humain associée à une tâche fournie à un utilisateur en tant que solution pour faciliter l’exploration de défis dans des systèmes de cryptomonnaie. Par exemple, une onde cérébrale ou une chaleur corporelle émise par l’utilisateur lorsque l’utilisateur réalise la tâche fournie par un fournisseur d’informations ou de services, tel qu’une publicité de visualisation ou à l’aide de certains services internet, peut être utilisée dans le processus d’exploitation minière. Au lieu d’un travail de calcul massif requis par certains systèmes de cryptomonnaie classiques, des données générées sur la base de l’activité corporelle de l’utilisateur peuvent être une preuve de travail, et par conséquent, un utilisateur peut résoudre le problème informatique difficile de manière inconsciemment. En conséquence, certains modes de réalisation donnés à titre d’exemple de la présente invention peuvent réduire l’énergie de calcul pour le processus d’exploitation minière ainsi que pour rendre le processus d’exploitation minière plus rapide.

[0006] L’invention concerne des systèmes, des procédés et des aspects matériels de supports de stockage lisibles par ordinateur pour un système de cryptomonnaie utilisant des données d’activité corporelle humaine. Selon divers modes de réalisation de la présente invention, un serveur peut fournir une tâche à un dispositif d’un utilisateur qui est couplé en communication au serveur. Un capteur couplé en communication à ou inclus dans le dispositif de l’utilisateur peut détecter l’activité corporelle de l’utilisateur. Des données d’activité corporelle peuvent être générées sur la base de l’activité corporelle détectée de l’utilisateur. Un système de cryptomonnaie couplé en communication au dispositif de l’utilisateur peut vérifier si les données d’activité corporelle satisfont ou non une ou plusieurs conditions définies par le système de cryptomonnaie, et attribuer une cryptomonnaie à l’utilisateur dont les données d’activité corporelle sont vérifiées.

[0007] Des exemples sont mis en œuvre sous la forme d’un processus informatique, d’un système informatique, ou d’un article de fabrication tel qu’un dispositif, un produit de programme informatique ou un support lisible par ordinateur. Selon un aspect, le produit de programme informatique est un support de stockage informatique lisible par un système informatique et codant un programme informatique comprenant des instructions pour exécuter un processus informatique.

[0008] Ce résumé est fourni pour introduire une sélection de concepts sous une forme simplifiée qui sont en outre décrites ci-dessous dans la Description détaillée. Ce résumé n’est pas destiné à identifier des caractéristiques clés ou des caractéristiques essentielles du sujet revendiqué, ni il est destiné à être utilisé pour limiter la portée de l’objet revendiqué.

Revendications :

1 l’invention concerne également un système de cryptomonnaie comprenant :

un ou plusieurs processeurs; et la mémoire stocke des instructions exécutables qui, si elles sont exécutées par l’un ou les processeurs, configurent le système de cryptomonnaie pour :

communiquer avec un dispositif d’un utilisateur;

recevoir des données d’activité corporelle qui sont générées sur la base d’une activité corporelle de l’utilisateur, l’activité corporelle étant détectée par un capteur couplé en communication à ou compris dans le dispositif de l’utilisateur;

vérifier si les données d’activité corporelle de l’utilisateur satisfont une ou plusieurs conditions définies par le système de cryptomonnaie; et l’attribution de la cryptomonnaie à l’utilisateur dont les données d’activité corporelle sont vérifiées.

2. Le système de la revendication 1, dans lequel l’activité corporelle détectée par le capteur comprend au moins l’un parmi un rayonnement corporel émis par l’utilisateur, un écoulement de fluide corporel, une onde cérébrale, un pouls ou un rayonnement thermique corporel.

3. Le système de la revendication 1, dans lequel les conditions sont définies sur la base d’une quantité d’activité corporelle humaine associée à une tâche qui est fournie au dispositif de l’utilisateur.

4. Le système de l’une des revendications 1 à 3, dans lequel les données d’activité corporelle sont générées à l’aide d’un algorithme de hachage convertissant l’activité du corps humain en une sortie de chiffrement, et les données d’activité corporelle générées comprennent un hachage de l’activité corporelle détectée de l’utilisateur.

5. Le système de l’une des revendications 1 à 3, dans lequel les données d’activité corporelle comprennent un ou plusieurs vecteurs produits à partir de l’activité corporelle détectée par le capteur.

6. Le système de l’une des revendications 1 à 3, dans lequel le système de cryptomonnaie attribue la cryptomonnaie à l’utilisateur en générant un bloc pour la cryptomonnaie attribuée et en ajoutant le bloc à une chaîne de blocs stockée dans le système de cryptomonnaie.

7. Le système de la revendication 6, dans lequel le bloc comprend des données comprenant :

une tâche fournie au dispositif de l’utilisateur;

des informations sur la cryptomonnaie attribuée;

un hachage associé à l’activité corporelle; et

un hachage d’un bloc précédent.

8. Le système selon la revendication 3, dans lequel la tâche fournie au dispositif de l’utilisateur comprend un test pour vérifier si l’utilisateur du dispositif est humain ou non.

Curieuse disposition anti-fraude. Sans doute les concepteurs du système ont’ ils cherché à se prémunir contre le travail fait par de l’intelligence articifielle non autorisée ou par des de E-robots. Ce n’est qu’une supposition. 

9. Le système de la revendication 4, dans lequel le système de cryptomonnaie est configuré pour :

recevoir, en provenance du dispositif de l’utilisateur, des données de l’activité corporelle générées avant l’application de l’algorithme de hachage et le hachage de l’activité corporelle ;

rehachage des données de l’activité corporelle ; et

comparer les données rehachées avec le hachage de l’activité corporelle reçue du dispositif de l’utilisateur pour vérifier les données d’activité corporelle.

10. L’invention concerne également un procédé mis en œuvre par ordinateur, comprenant les étapes suivantes :

la réception, par un dispositif d’un utilisateur couplé à un réseau, d’une tâche sur le réseau ; la détection, par un capteur couplé en communication ou compris dans le dispositif de l’utilisateur, de l’activité corporelle de l’utilisateur ;

la génération de données d’activité corporelle sur la base de l’activité corporelle détectée de l’utilisateur ;

la vérification, par un système de cryptomonnaie couplé en communication au dispositif de l’utilisateur, si les données d’activité corporelle satisfont une ou plusieurs conditions définies par l’utilisateur

un système de devise cryptographique ; et l’attribution, par le système de cryptomonnaie, de la cryptomonnaie à l’utilisateur dont les données d’activité corporelle sont vérifiées.

11. Le procédé de la revendication 10, dans lequel l’activité corporelle détectée par le capteur comprend au moins l’un parmi un rayonnement corporel émis par l’utilisateur, un écoulement de fluide corporel, une onde cérébrale, un pouls ou un rayonnement thermique corporel.

Pour être payé, il va falloir transpirer conforme. Sans parler du reste.

12. Le procédé de la revendication 10, dans lequel les conditions sont définies par le système de cryptomonnaie sur la base d’une quantité d’activité corporelle humaine associée à la tâche fournie au dispositif de l’utilisateur.

13. Le procédé de l’une des revendications 10 à 12, dans lequel les données d’activité corporelle sont générées à l’aide d’un algorithme de hachage convertissant l’activité du corps humain en une sortie de chiffrement, et les données d’activité corporelle générées comprennent un hachage de l’activité corporelle détectée de l’utilisateur.

14. Le procédé de l’une des revendications 10 à 12, dans lequel les données d’activité corporelle comprennent un ou plusieurs vecteurs produits à partir de l’activité corporelle détectée par le capteur.

15. Le procédé de la revendication 13 comprend en outre :

recevoir, par le système de cryptomonnaie, à partir du dispositif de l’utilisateur, des données de l’activité corporelle générées avant l’application de l’algorithme de hachage et le hachage de l’activité corporelle ;

le rehachage, par le système de cryptomonnaie, des données de l’activité corporelle; et la comparaison, par le système de cryptomonnaie, des données rehachées avec le hachage de l’activité corporelle reçue du dispositif de l’utilisateur pour vérifier les données d’activité corporelle.

 

Ce n’est pas dit dans le brevet, mais il y a tout lieu de penser que non seulement les nanoparticules en question seraient des émetteurs vers le système central, mais aussi des récepteurs d’impulsions envoyées par lui vers l’utilisateur ; ne serait-ce que pour l’affectation des tâches. Mais pas seulement. Après la muselière, ce serait comme une sorte de collier électrique, le système vous enverrait des impulsions douloureuses ou invalidantes et pourquoi pas mortelles, en cas d’infraction aux exigences ou de franchissement des accès déniés. 

Il n’y a pas de délire complotiste, simplement des faits réels, des brevets, une pandémie venue à point nommé, un projet de vaccin, un complot pour établir la dictature mondiale au profit de l’oligarchie et la réduction de l’humanité à l’état d’esclaves.

Voilà exactement où nous en sommes. Il ne manque plus que le vaccin et l’obligation vaccinale.

Une seule solution : la rébellion de masse, tout de suite. Si D. Trump n’est pas réélu, tout va se jouer à vitesse accélérée en 2021.

https://resistancerepublicaine.tvs24.ru/watch/460/hold-up/

Martin Moisan