1

Vaccin, passe : Zemmour est déjà en campagne…

La rentrée nous a donc ramené un Zemmour très bronzé et Face à l’info.

Jacques Guillemain nous ayant offert, dès hier soir, une excellente relation sur son édito au sujet du problème afghan, il est donc superfétatoire d’y revenir.

https://ripostelaique.com/zemmour-les-femmes-afghanes-ce-nest-pas-mon-probleme.html

Beaucoup attendaient la position de « l’homme du moment » quant au passe dit sanitaire, lequel lui semble procéder d’une imitation du « catastrophique » modèle chinois, dont il avait déjà dit grand mal.

Zemmour redoute l’instauration « d’un crédit social », « un danger », auquel « il faut réfléchir ensemble», tant « la question mérite d’être posée ».

Il n’a pas manqué de souligner que le Conseil constitutionnel et le Conseil d’État, généralement très protecteurs des libertés des immigrés, avaient été « aux abonnés absents » pour défendre celles des Français, en avalisant « toute la politique du gouvernement ». Pas davantage que le Conseil d’État menait une redoutable politique d’obstruction, en ne répondant pas aux avocats et aux milliers de plaignants, dans les délais impartis, pour empêcher les recours auprès de la CEDH. Très probablement, il l’ignore.

Zemmour n’a fait aucune allusion à la collusion McKinsey-Fabius… Il n’en a pas été informé.

Apparemment, Éric croit aux sondages… et de citer celui racontant que 60 % des Français sont contents de cette politique vaccinale, reconnaissant, toutefois,  que cette loi liberticide est « une victoire politique pour Macron », sans la saluer.

Il s’est dit « sidéré par la montée du mépris» à l’endroit des manifestants dont il déplore qu’ils n’aient pas réagi plus tôt, par exemple, après les confinements.

Ayant eu le Covid, c’est un vacciné unidose, équipé d’un passe sanitaire. Il s’interroge toutefois sur les « dangers de la technologie » utilisée pour les vaccins, « question qui doit être posée » et non niée ou éludée, à l’instar de ce que fait le gouvernement. Comme il s’interroge aussi sur l’efficacité très relative des vaccins et des flambées épidémiques de pays très vaccinés, tels que l’Islande ou Israël. En bref, ces injections, si elles protègent des formes graves, n’empêchant pas les contaminations, ne sont pas « un geste altruiste », ni la « panacée» et « il va falloir rendre des comptes » (l’on peut supposer qu’il s’agit de Macron, ses sbires, tous les propagandistes et l’establishment médical). Il n’a pas précisé que ces « sérums » étaient jusque-là réservés aux animaux… Il ne doit pas le savoir.

On l’aurait aimé bien plus incisif, pourfendant davantage les discriminations et la dictature Macron, défendant âprement les nouveaux parias, interdits même d’hôpitaux et d’abord, la liberté vaccinale et les enfants.

S’il avait trouvé la baffe donnée au salarié Manu bien méritée, l’on peut être surpris de  cette soudaine retenue.

Zemmour travaille toujours pour CNews, la télé vaccinale de Bolloré.

Surtout, Zemmour est déjà en campagne et parle à toutes ses cibles, y compris les adeptes de la vaccination et de l’ostracisation…

Daphné Rigobert