1

Vaccin : Quand Bock-Côté sert la soupe à Macron


Mercredi soir chez Christine Kelly, en écoutant Mathieu Bock-Côté disserter à propos du complotisme, je me suis demandé si le chroniqueur habituellement plus au fait des questions qu’il évoque, n’avait pas eu le temps de creuser le sujet ou si Bolloré lui avait suggéré de venir au secours de Macron et de la faillite de sa folie vaccinale qui était annoncée depuis le début.

Car après quelques considérations sur la question, Bock-Côté, perplexe, est tombé dans le panneau de la désinformation.
Soit par ignorance, soit par propagande, pour tenter de justifier la politique sanitaire, qui coule à pic, « Tous vaccinés, tous protégés » de Macron et Véran.

 https://www.cnews.fr/emission/2022-01-12/face-linfo-du-12012022-1170328

Et particulièrement à partir de la 56ème minutes, quand Christine Kelly lui posa cette question :
« est-ce que les non-vaccinés sont complotistes ? »

Alors Bock-Côté tenta de séparer le bon grain de l’ivraie, ceux qui ont des doutes ou attendent un autre vaccin, en désignant ceux qui refusent l’injection persuadés qu’on « va leur mettre une puce pour les contrôler par je ne sais quel satan…eux oui, d’accord… »

Au cas où Bock-Côté, qui diffuse ainsi un bobard, n’aurait jamais entendu parler de puçage vaccinal, on le renverra au brevet européen déposé par des inventeurs français, dont Pasteur, en décembre 2004 qui « décrivent… puces ou filtres à ADN ou à ARN… préparés par les méthodes classiques, connues en elles-mêmes, comme par exemple greffage chimique ou électrochimique d’oligonucléotides sur support de verre ou de nylon ».


https://patentimages.storage.googleapis.com/e0/4e/2e/09e238c87e2d20/EP1694829B1.pdf

Et Bock-Côté de continuer sans état d’âme ni doute : « je suis 3 doses, s’il en faut 4 je m’en fous, je fais confiance aux sciences… »

Au point d’indiquer qu’au Québec les gens se demandent s’il n’a pas été vacciné avec un placebo du genre solution saline, ou s’il ne participe pas « au théâtre gouvernemental pour vendre le vaccin… »

Et Bock-Côté de conclure par une sentence propagandiste qui lui vaudrait reconnaissance de Véran : « le vaccin protège des formes graves, très bien, c’est même essentiel… »

Toute cette propagande m’a mis un gros doute sur l’indépendance d’esprit de notre essayiste à ce sujet…

Bock-Côté ne connait sûrement pas ces déclarations américaines des effets secondaires mortels et graves avec séquelles post-vaccination Covid.

Mais je ne doute pas que Bock-Côté se posera tôt ou tard la question légitime de savoir si ce pseudo-vaccin ne tue pas plus qu’il ne protège.

Alain Lussay