1

« Vaccination » anti-covid : la catastrophe sanitaire en chiffres

Sur sa base de données, EudraVigilence  signale le mardi 11 janvier 2022 (Màj. quotidienne) le nombre de cas d’effets délétères associées aux quatre principaux vaccins anti-covid utilisés dans le monde (tout particulièrement en occident) :

Moderna : 198.102 cas

https://dap.ema.europa.eu/analytics/saw.dll?PortalPages&PortalPath=%2Fshared%2FPHV%20DAP%2F_portal%2FDAP&Action=Navigate&P0=1&P1=eq&P2=%22Line%20Listing%20Objects%22.%22Substance%20High%20Level%20Code%22&P3=1+40983312  

Pfizer : 682.977 cas

https://dap.ema.europa.eu/analytics/saw.dll?PortalPages&PortalPath=%2Fshared%2FPHV%20DAP%2F_portal%2FDAP&Action=Navigate&P0=1&P1=eq&P2=%22Line%20Listing%20Objects%22.%22Substance%20High%20Level%20Code%22&P3=1+42325700

AstraZeneca : 432.609 cas

https://dap.ema.europa.eu/analytics/saw.dll?PortalPages&PortalPath=%2Fshared%2FPHV%20DAP%2F_portal%2FDAP&Action=Navigate&P0=1&P1=eq&P2=%22Line%20Listing%20Objects%22.%22Substance%20High%20Level%20Code%22&P3=1+40995439

Janssen : 44.274 cas

https://dap.ema.europa.eu/analytics/saw.dll?PortalPages&PortalPath=%2Fshared%2FPHV%20DAP%2F_portal%2FDAP&Action=Navigate&P0=1&P1=eq&P2=%22Line%20Listing%20Objects%22.%22Substance%20High%20Level%20Code%22&P3=1+42287887

Soit un total de 1.357.962 cas délétères (de temporaires à mortels) officiellement recensés dans le monde à la date du 11 janvier 2022 par la plateforme européenne. On rappellera qu’il n’a fallu « que » 10.000 cas de malformations congénitales associées à la Thalidomide pour que ce médicament cesse d’être prescrit aux femmes enceintes.

***

Selon cet article (un peu longuet, mais à lire en détail…) :

https://www.notre-planete.info/actualites/4849-vaccins-COVID-19-risques-morts

du site Notre planète  : « On estime que seulement 10 % des cas d’effets indésirables sont enregistrés dans ces bases de données (méconnaissance, interdiction, refus et pression hiérarchique, difficultés techniques …) ce qui donne encore plus de crédibilité aux cas qui sont enregistrés ».

On atteindrait donc officieusement plus de treize millions cinq cent mille cas délétères liés à la « vaccination » anticovid associés aux quatre « vaccins » cités supra.

***

Le pire est vraisemblablement à venir…

Selon cet article : « Une étude du Francis Crick Institute au Royaume-Uni a révélé que le vaccin Pfizer-BioNTech (…) détruit les cellules T et affaiblit le système immunitaire ».

Autrement dit, ce « vaccin » et ceux qui « fonctionnent » à l’ARNm induisent dans l’organisme le syndrome immunodéficitaire acquis, autrement connu sous l’acronyme de SIDA. La barrière immunitaire étant affaiblie, voire détruite, c’est la porte ouverte à tous les virus pathogènes et aux cancers.

Ajouté à cela la dégradation du système cardiovasculaire (explosion des myocardites et péricardites), l’avenir sanitaire de la planète s’annonce assez sombre.

On nous a joué la saturation des hôpitaux liés aux cas de Covid, alors que selon ce rapport de l’ATIH, 2% seulement des hospitalisations « légères » étaient liées au covid, et 5% des réa. A terme, sachant que plus de 8 milliards de doses ont déjà été injectées dans le monde, les systèmes hospitaliers du monde entier (et en tout premier lieu ceux d’occident) seront effectivement saturés, mais cette fois-ci par les patients atteints de pathologies lourdes directement associées à l’administration de « vaccins » anticovid…

***

L’article de Notre Planète cité supra signale deux témoignages de médecins en exercice :

« Mentionnons le Dr belge Thierry Hertoghe qui témoigne de sa difficulté à faire remonter les effets indésirables de sa propre « vaccination » : « Je tiens ici à témoigner comme médecin et patient d’un effet négatif du vaccin dont d’après moi la fréquence de survenue d’effets majeurs dangereux du vaccin est largement sous-estimée, peut-être à cause d’un manque de vérification et parce que la plupart des cas d’intolérance ne sont simplement pas répertoriés. »

« Le Dr. Philippe de Chazournes (île de La Réunion) affirmait le 23 septembre 2021 : « on nous interdit de signaler les éventuels effets indésirables » et risque par ses propos d’être radié de l’ordre des médecins… »

Les médecins, dans leur quasi-totalité, préfèrent se taire, se soumettant aux injonctions des autorités sanitaires de leur pays (dont en France le redoutable Ordre des Médecins, une créature du régime de Vichy), de peur de sanctions pouvant aller jusqu’à l’interdiction d’exercer la médecine…

Lors du récent Doctothon qui s’est déroulé les 10 et 11 décembre derniers pendant 24 heures et où 300 médecins et chercheurs ont pu témoigner :

la plupart des médecins en exercice ont témoigné anonymement

Notre Planète poursuit : « Les seules données remontées sont tout simplement du jamais vu dans l’histoire de la vaccination et c’est valable pour tous les pays qui publient leurs données de pharmacovigilance : il y a un bond statistique colossal et édifiant (+ 1000 % sur les décès aux USA) qui ne laisse aucun doute sur les effets délétères de ces « vaccins ». Il ne peut y avoir de confusion avec un autre traitement anti-COVID puisqu’ils sont interdits ou administrés au compte-goutte dans ces mêmes pays ».

***

D’ici quelques mois, l’épisode SARS-CoV2 sera regardé comme une aimable plaisanterie face au raz-de-marée des conséquences sanitaires de la vaccination de masse imposée aux peuples par une « élite » criminelle.

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni