Vaccinés de force : les « malgré nous » de 2021

Compagnons d’infortune
Cette photo est « tout un symbole :
historique, d’abord ;
socio-judiciaire (…), ensuite ;
tout bonnement criminel et génocidaire, enfin ».

Après avoir vu cette pancarte en manifestation, cela a évoqué des souvenirs douloureux et aussi une terrible analogie à de nombreux d’entre nous, dont un correspondant a souhaité me parler. Je transcris ici quelques phrases de son message.

Qui sont « les malgré-nous » ? Pour comprendre la lourde signification de ce qui est écrit sur cette pancarte, il faut remonter en 1871, rien de moins ! Avec un père natif d’Épinal, mes racines vosgiennes sont profondes et s’étendent à la Lorraine, au Jura, et à l’Alsace. J’ai encore en moi la haine viscérale, que je qualifierais non pas de raciste, mais de géographique et d’historique, de l’Allemand, que nous appelions familièrement (…), entre 1940 et 1945, « le Boche » ou le « Schleu ». Je n’y peux rien, c’est ainsi et j’ai refusé d’instinct d’apprendre cette langue gutturale à l’école, même si je ressens actuellement beaucoup d’empathie pour le peuple allemand qui mène le même combat que le nôtre.

En 1871, donc, après la défaite de Napoléon le petit (dixit Victor Hugo) à Sedan, une grande partie de l’est de la France (dont les Vosges, la Lorraine, et l’Alsace) a été rattachée à l’Empire allemand. La Guerre de 14-18, gagnée par les Alliés, a permis au traité de Versailles de 1919 de récupérer ces provinces perdues bien qu’elles fussent déjà très germanisées. En 1940, les hommes de ces mêmes provinces, s’étant battus courageusement dans l’armée française ayant subi la débâcle, sont redevenus allemands et sont devenus « des soldats d’Hitler », « enrôlés de force » et engagés principalement sur le front russe : ce sont les « malgré nous » dont il est question sur la pancarte.

Qu’une telle référence historique soit à l’ordre du jour dans le chef des « vaccinés de force » qui défilent maintenant dans les rues au gré des manifestations en France, montre toute l’horreur de ce qui se passe.

L’épisode des « malgré nous » demeure une des expériences les plus traumatisantes de l’histoire des Français de l’est de la France. J’en ai côtoyé plusieurs. J’ai même connu « Robert », qui a d’abord combattu les Cosaques en 1918 et qui s’est retrouvé allemand en 1940, alors qu’il était profondément antifasciste. En fait, bon nombre de ces gens ne s’en sont jamais remis.[1]

Personnellement, un proche né au hasard d’un voyage de sa mère à Strasbourg en 1921 a brutalement entrevu, à 19 ans, lors d’un contrôle de police en gare de Lyon à Paris, toute l’horreur qui l’attendait si le policier comprenait bien ce qui était écrit sur ses papiers.

Seul un quiproquo savamment entretenu lui a permis de partir libre. Inutile de dire qu’il quitta Paris très vite pour le barrage de l’Aigle où il put rejoindre le maquis. Oui, le sort des Alsaciens de souche ou de circonstance fut terrible.

Rendons hommage à cette occasion aux fusillés luxembourgeois soumis au même tarif que les Alsaciens [2].

« Il y a 79 ans s’achevait une grève courageuse de trois jours contre l’enrôlement forcé des jeunes Luxembourgeois dans la Wehrmacht (comme les malgré-nous d’Alsace-Moselle). L’industrie, l’administration et les écoles furent bloquées. En représailles, 21 grévistes seront fusillés ».

L’OGBL a commémoré ce soir la grève générale de 1942 devant le musée national de la Résistance à Esch-sur-Alzette.[3][4]

Finalement, qui fera céder nos gouvernements amoureux du totalitarisme ?

Ce ne sont pas les « antivax » seuls qui vont faire craquer Macron et ses affidés, mais l’ensemble des mis à l’écart, discriminés que sont les non vaccinés, associés aux victimes des injections répétitives (et les familles des victimes décédées ou handicapées).

Ils seront de plus en plus nombreux : encore debout : « les malgré nous », ou parfois estropiés.

Ils défileront, car, contrairement à ce qu’ont espéré les initiateurs de ce massacre à la piquouse, les transgénisés ne se retournent pas contre les « non transgénisés ».

Au contraire ! En effet, il apparaît que la majorité des vaccinés contraints, harcelés, manipulés, se retourne finalement contre ses bourreaux, et, dans un élan d’altruiste humaniste enfin retrouvé, encourage l’entourage encore sain à ne pas aller au supplice-malgré-eux…

« Une chose est certaine : cette photo, prise au berceau des Droits humains, mérite de faire le tour de la planète ».

https://musee-resistance.lu Le musée retrace l’histoire du Luxembourg de 1940 à 1945, depuis l’oppression nazie, à travers les réactions du peuple (résistance passive, mouvements de résistance, enrôlement de force, grève, réfractaires, Luxembourgeois dans le maquis et dans les armées alliées) jusqu’à la libération, par des photos, objets et œuvres d’art.

10.211 Luxembourgeois ont été enrôlés de force dans la Wehrmacht. Plus d’un tiers ont refusé de porter l’uniforme allemand et sont entrés dans la clandestinité.

« La sculpture représente le chétif David avec sa fronde pour symboliser le combattant que tout paraissait devoir décourager et dont l’action fut cependant efficace. Aussi, le personnage, qui représente la libération, est-il placé au-dessus de David, de façon à ce qu’il semble jaillir de l’énergie même de ce dernier ».

Que ces combattants héroïques nous servent de modèle et de garant d’espoir.

Nicole Delépine

Les « malgré nous » de 2021


  1. [1] Pour comprendre toute la bipolarité que ces gens ont subie, « malgré eux » lire « Sous uniforme allemand » www.nimrod.fr J-M Croisile[]
  2. [2] @AdrianThomas90 le 2 septembre 2021[]
  3. [3] @OGBL_Luxembourg le 31 aout 21.[]
  4. [4] Monument National de la Grève L’héroïsme et la fière abnégation de ses habitants sou l’occupation allemande de 1940 à 1945, ont valu à la ville de Wiltz, le titre de Cité Martyre.[]
image_pdfimage_print
28

12 Commentaires

  1. merci Nicole pour cette leçon d’histoire !
    Le parallèle est très pertinent

    • Oui, merci Nicole Delepine de cet article qui donne une autre dimension à notre vécu quotidien.Courage et union.

  2. Révoltant de devoir AU 21ème SIECLE faire référence pour des faits contemporains, aux « MALGRE NOUS » ! – Que faut-t-il qu’il se passe dans notre pays pour que les citoyens se révoltent ? – Pour le moins, comment se fait-il que ces mêmes personnes lors des élections ne REJETTENT PAS CES PERSONNES MALFAISANTES qui MALTRAITENT notre NATION AU POINT QU’ELLE NE REPRESENTE PLUS GRAND CHOSE ? – 50 ans de chaos ne suffisent pas ? – Ces personnes dont la plus part doivent avoir des enfants, comment peuvent-elles ne pas se soucier de leur avenir ? – Et ceci sans parler des nos petits enfants et autres générations à venir qui vont hériter d’un pays exsangue – Dans 2, 3 générations, lorsqu’ils parleront de la notre… je n’ose même pas penser en quels termes cela va se traduire !

  3. ’Malgré Nous”, ce terme m’a donné de l’émotion car mon père l’a été !
    Enrôlé de force en tant qu’alsacien, fait prisonnier à Tambow, Russie !
    Quand il me racontait, j’étais trop jeune et trop con pour comprendre…!
    Merci pour le souvenir.

  4. 😘😘 merci beaucoup Nicole Delépine !!!!
    Il y a tant de qualités sous-jacentes dans L’évocation de ce combat!….

  5. Comment ne pas être ému par ce rappel historique. Merci Nicole pour la qualité de vos billets.
    Nous nous devons de ne pas répéter les heures sombres de notre histoire.

  6. Une question reste en suspend, dans mon esprit de Gaulois réfractaire (et fier de l’être) : que se serait-il passé si TOUS les français, à partir de Mars 2020, avaient dit NON à Macron ?
    – NON aux confinements.
    – NON aux couvre-feux.
    – NON aux amendes illégales pour non port du masque ou non respect du confinement.
    – NON au Pass Sanitaire.
    – NON à l’obligation vaccinale.
    Je pose la question : comment peut-on expliquer que 55 millions de citoyens (je laisse volontairement de côté les 12 millions d’autres « individus » qui ne se sentent pas français et qui n’ont, jusqu’à présent, pas été trop harcelés par les FDO ni par le Gouvernement. Inutile de les nommer; ils se reconnaîtront) ne soient pas de taille à empêcher un dictateur psychopathe et sa petite poignée de lieutenants de nuire plus longtemps, en mettant, d’une manière ou d’une autre, un « terme » à sa carrière ?
    – Une réponse (de lâches) possible : « Nous ne voulons pas de violence. Ca se passera dans les urnes ! ».
    – Moi : »Ah ouais ? Et si le dictateur fou est -démocratiquement (façon Biden) réélu en 2022, vous ferez quoi ? »

    • Je suis sur la même ligne de pensées que vous… hélas certains « français » seront très heureux de voter comme en 2017 et fiers de la victoire de leur « sauveur »…puisqu’ils croient tout ce qu’on leurs raconte sur les chaînes publiques à longueur de temps. Les lâches sont devenus une majorité en France, ils ne savent plus réfléchir, ils ont perdu le sens de l’honneur, leurs valeurs ancestrales et leurs principes. Pas étonnant que nous marchions sur la tête!

  7. « L’Inserm, coordinateur d’un consortium européen créé pour accélérer le développement de ‘traitements’ ‘contre’ le Covid-19 », en bas de page vous verrez BMGF, c’est la Bill et Melinda Gates Foundation. Parmi les membres du réseau il y a Pfizer, J&J, etc. Coordination : Yves Lévy (mari d’Agnès Buzyn)

    REACTing est une initiative hexagonale diligentée en juin 2013 par l’Inserm et Aviesan, l’alliance dirigée alors par Yves Lévy mari d’Agnès Buzyn (évoqué par le passé les rapports très conflictuels avec Didier Raoult). Yves Lévy a créé REACTing avec Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique Covid-19.
    https://www.marianne.net/societe/discovery-les-experts-francais-qui-cherchent-un-traitement-contre-le-covid-sont-ils-sous-l
    https://www.facebook.com/groups/DidierRaoultVsCoronavirus/permalink/260327925263024/
    https://www.profession-gendarme.com/leuthanasie-au-rivotril-en-chiffres/

  8. Libre a vous de vous croire des résistants. Au moins dans cet article, il y a pas de pseudo science à des fins politiques.

Les commentaires sont fermés.