1

Valérie Laupies : l’amour de la France, au service de Tarascon, ma ville ! (vidéo)

Quand j’ai proposé, il y a quelques jours, à Valérie Laupies, conseillère régionale, élue sur une liste FN, en Paca, depuis 2010, et conseillère municipale de Tarascon (elle a manqué la mairie de quelques centaines de voix, en 2014), un entretien pour Riposte Laïque, je pensais qu’elle y répondrait favorablement, comme la plupart des personnalités que je sollicite, par la forme écrite. À ma grande et très agréable surprise, elle me proposa de lui envoyer quelques questions, et me fit savoir qu’elle ferait une vidéo, avec son cameraman, et me la ferait parvenir. J’ai eu la confirmation qu’elle était une femme de parole, j’ai reçu hier soir la vidéo, que j’ai le plaisir de vous faire découvrir.

Je n’ai jamais rencontré Valérie Laupies. Cela doit faire une dizaine d’années que j’ai entendu parler, pour la première fois, de cette militante. Elle m’a paru tout de suite sympathique. Elle venait de la gauche, comme ma compagne Christine Tasin, et comme moi. Comme nous, elle n’a pas hésité, quand elle a constaté que quelque chose n’allait pas, entre le discours politiquement correct que nous tenions, et la réalité quotidienne à laquelle nous étions confrontés, à en tirer les conclusions, à tourner la page, et à s’engager ailleurs, même si cela constituait une dure remise en question.

Le déclic, chez elle, ce fut la scolarité de sa fille, et son incapacité, dans une école publique et laïque qu’elle avait défendue toute sa vie, d’acquérir les connaissances nécessaires à la réussite de ses études.

Valérie Laupies s’est alors engagée au Front national, ce qui est un acte courageux, quand on travaille dans l’Éducation nationale, et que la plupart de ses amis sont à gauche. Même si nous n’avons pas fait les mêmes choix, nous avons constaté, avec Christine, quand nous avons choisi de combattre frontalement l’islamisation de notre pays, il y a maintenant une quinzaine d’années, que nombre de nos amis, qui militaient avec nous, nous ont tourné le dos. Que dire quand nous avons entrepris des actions communes avec le Bloc Identitaire ! Ces prétendus amis ne nous méritaient pas, et c’est sans doute ce qui est arrivé à Valérie et à bien d’autres.

Par exemple à Fabien Engelmann. Lui qui militait à NPA n’a pas supporté que son parti présente une candidate voilée à des élections. Il en a tiré les conclusions, et, comme Valérie, il a rejoint le Front national. Cela lui a valu, entre autres, une grotesque exclusion de la CGT, qui n’a pas hésité à dissoudre une section qui voulait conserver Fabien comme secrétaire. Et il fut candidat FN à la mairie d’Hayange, et gagna en 2014. Nous avions eu le privilège d’assister à la dernière semaine de campagne, entre les deux tours, et vu en direct la haine de ceux qui prétendent incarner le camp du Bien, et osent encore parler au nom de la gauche, qu’ils ont trahie sous tous les angles. Nous avions rencontré l’équipe de Fabien, cette France populaire que les dirigeants de notre pays méprisent depuis quarante ans, préférant multiplier les plans banlieue en laisser crever les campagnes et la France périphérique. À lire la situation de Tarascon, dans les réponses de Valérie, c’est sans doute cette même population, celle des Gilets jaunes canal historique, qui votera pour elle, et lui permettra, nous l’espérons, de conquérir la ville, dans quelques mois, comme Fabien l’avait réussi, il y a bientôt six ans.

Valérie Laupies est une femme entièrement libre, car elle n’a pas besoin de la politique pour boucler ses fins de mois. Elle a un travail, qui lui permet, d’autre part, de connaître fort bien les réalités de sa ville. Elle a fait des choix, qu’elle explique dans sa vidéo, qui lui ont valu l’exclusion du FN, par lettre recommandée, et des menaces de représailles, pour la prochaine campagne municipale. Nous n’entrons pas dans ces conflits, n’ayant pas toutes les pièces du dossier, mais nous trouvons cela dommageable.

Les occasions de gagner des communes, et de conserver celles qui ont été gagnées en 2014, ne sont pas si nombreuses pour que le camp patriote puisse se permettre des pratiques d’appareil qui ne font pas honneur aux valeurs qu’on prétend défendre. Espérons donc que la raison l’emportera, et que tous ceux qui souhaitent que les vrais amoureux de la France soient à la tête d’un maximum de mairies se retrouveront unis derrière Valérie Laupies, la seule patriote qui puisse gagner à Tarascon.

Par ailleurs, Riposte Laïque se met, d’ores et déjà, à la disposition de tous les candidats patriotes aux municipales, petites villes ou grandes, qu’ils soient membres du RN, de DLR, de LR, de Civitas, de Résistance républicaine, du PDF, du Siel ou de toute autre famille politique, qui sont prêts à répondre à nos questions, et nous expliquer le contexte dans lequel ils se présentent.

Pour cela, il suffit d’écrire à redaction@ripostelaique.com, et nous vous proposerons un entretien.

En attendant, bonne chance à tous les maires patriotes élus en 2014, et faisons tout pour qu’ils soient encore plus nombreux en 2020.

Pierre Cassen