Valls chez Bourdin : l’insécurité, c’est la faute à la misère, à Sarko, à Gaudin…

Pedalo 210Ce matin mardi 20 août, Valls est l’invité de Jean-Jacques  Bourdin sur BFM TV. Autant dire qu’il est attendu au tournant celui qui déclarait il y a peu que la délinquance baissait à Marseille. Aussi,  quand arrive le moment des questions des auditeurs, il a son air des mauvais jours. Il est tout chiffon.

Entre autres questions, on lui demande ce qu’il compte faire pour Marseille parce que , dit une habitante de la Belle de Mai, les agressions deviennent de plus en plus fréquentes . Elle-même en a été victime, et les gens craignent pour leur vie. Un autre,  lui demande si le nouveau projet Taubira ne va pas donner aux criminels des signaux d’impunité supplémentaires.

Le ministre apporte ces doctes réponses.

C’est la faute au trafic de drogue: taper 1.

C’est la faute à la misère: taper 2.

C’est la faute à la droite: taper 3

Nous y voyons plus clair. Et dire qu’on avait cru un temps que la mort de Jérémie, égorgé boulevard d’Athènes à Marseille, était due aux dysfonctionnements des services psychiatriques en France. Il paraît que ce n’est plus à l’ordre du jour. Monsieur le Ministre rectifie donc le tir et tout aussi péremptoire, nous propose, au choix, l’une des explications ci-dessus.

L’agression au couteau du personnel des Urgences, le pillage des morts à Brétigny, les  caillassages de pompiers?  Tel Toinette qui assène au Malade Imaginaire  son  unique et fantaisiste diagnostic: le poumon, le poumon, le poumon, vous dis-je, Manuel répète en mode « disque rayé « : c’est la misère, c’est la drogue, c’est Sarko, c’est Gaudin. La Marseillaise de la Belle de Mai qui est au bout du fil n’est pas convaincue. Moi non plus.

Et un dernier exemple pour la route. Jean-Jacques Bourdin rappelle au ministre l’histoire récente de ces deux couples qui ont abandonné leur kayak dans un endroit dangereux et interdit des Gorges du Verdon et sont rentrés chez eux sans même téléphoner au loueur de bateaux. Résultat des courses : une opération de sauvetage à 65 000 euros.  Devrait-on leur présenter la facture, demande Bourdin? Rappelons au passage que dans ce cas précis, ces deux couples  n’étaient pas en situation de danger, mais  négligentes et égoïstes.   Monsieur le Ministre répond que non. Les secours doivent rester gratuits. Selon lui, tout doit reposer sur la responsabilité des citoyens. Je suis pour ma part  tout à fait d’accord avec ce principe. Dans les cas victimes d’un danger imprévisible, qui ne peuvent s’en sortir sans secours. Et c’est pour cela que lorsqu’un citoyen se montre irresponsable, il convient de le sanctionner. Car ce sont précisément les irresponsables que l’on ne sanctionne pas.

En bref, rien ne change. Quel que soit le problème, Monsieur le Ministre  reste rigide dans l’indémodable  logiciel  socialiste : la culture de l’excuse.

[youtube]lB15420Uubs[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=lB15420Uubs

 

image_pdf
0
0