Valls et Badinter sont bien décevants, mais le camp laïque peut-il se passer d'eux ?

 Les actes et propos de Manuel Valls, rappelés par Riposte Laïque dans ce numéro 219, « Trois articles de Riposte Laïque sur Manuel Valls », nous montrent des positions indéfendables et la timidité dont fait preuve le candidat à la primaire du PS pour défendre les valeurs de la laïcité.

MANUEL  VALLS  DÉSOLANT

Il n’est pas acceptable, que de l’argent public contribue au financement de la construction de mosquées. Que ce soit en souhaitant une révision de la loi de 1905 sur la séparation de l’ Église et de l’ État pour que les communes puissent participer à l’édification des mosquées, comme il l’avait proposé en 2005, dans un ouvrage « La laïcité en face », ou bien comme il l’a suggéré plus récemment en janvier dernier, sans toucher à la loi de 1905, mais en laissant l’ État financer la Fondation des œuvres de l’islam créée par Dominique de Villepin, afin que cette fondation puisse financer les constructions de mosquées.

Le député maire d’ Évry fait aussi preuve d’un communautarisme inquiétant quand il se plaint que « le modèle républicain n’a pas réussi à donner une représentativité aux communautés qui font notre diversité » dans un entretien au Nouvel Observateur en juin 2009. Il est donc prêt à commettre des entorses à l’égard de son républicanisme affiché et il encourt donc logiquement la désapprobation de Riposte Laïque. Il fait preuve aussi d’un angélisme confondant lorsque, présent à La Réunion à l’occasion des primaires socialistes, il déclare que « quand les religions dialoguent entre elles, on fait avancer l’harmonie, la paix sociale, on comprend l’autre » (2).

MANUEL  VALLS  DÉFENSEUR  DE  LA  LAÏCITÉ

Pour autant doit-on le considérer comme un adversaire déterminé du camp laïque ? Non, car par plusieurs de ses interventions, il concourt à faire progresser notre cause. Si en 2003, il se conformait à un socialisme angélique (3), se déclarant « favorable au port du foulard dans la mesure où le fonctionnement de l’école républicaine n’en est pas affecté », il a évolué depuis, puisqu’en novembre 2010, il envisageait une proposition de loi interdisant le port de signes religieux distinctifs là où il y a des enfants (4).

Joignant le geste à la parole, Manuel Valls s’est placé aux avant-postes de la lutte pour soutenir la directrice de la crèche Baby-loup à Chanteloup-Les-Vignes, qui avait licencié une de ses employées refusant d’ôter son foulard à la crèche. La directrice, Natalia Baleato, qui vient de recevoir le prix de la laïcité, a tenu à rendre hommage au soutien du candidat à la primaire socialiste (5). N’oublions pas aussi que lors du débat sur l’interdiction de la burqa, seule une vingtaine de députés de gauche dont il faisait partie avait voté le texte (6).

Ce courage de se couper en partie de la bien-pensance socialiste est apparu en d’autres occasions, comme en 2002, déjà, lorsqu’il avait refusé de contester d’emblée la politique de Sarkozy sur la sécurité, étant alors un des très rares socialistes à reconnaître la réalité de l’insécurité, alors que les autres responsables socialistes nous bêlaient leur fameux sentiment d’insécurité. La même année, il s’oppose au magasin Franprix d’ Évry qui entend ne vendre que des produits hallal (7).

Récemment, lors d’une émission de Franz-Olivier Giesbert (8), il dénonce « l’apartheid ethnique [régnant dans les cités] où il y a une régression profonde de la laïcité, de la condition de la femme » ; il met en cause « la pression culturelle dans le quartier de la crèche [Baby loup], et qui ne s’explique pas uniquement par des raisons sociales ». Il s’oppose frontalement à Emmanuel Todd qui dit que la plupart des musulmans sont laïques, n’ont pas un islam menaçant, envahissant  en ironisant « comme quoi des sociologues ne connaissent pas le terrain » Sur la lancée, il critique les propos du même Todd qui véhiculent l’idée reprise par toute la gauche que les immigrés de culture musulmane ne sont que des pauvres, que des victimes. Enfin il met en avant un discours si peu en vigueur dans les milieux socialistes : « la priorité c’est l’autorité, la république et la manière dont on vit ensemble ; l’ordre républicain et la justice sociale doivent être liés ».

On perçoit donc que nonobstant les désaccords nous opposant à Manuel Valls cités précédemment, nous pouvons nous retrouver avec lui dans certains de ses actions et propos. Se pose alors la question de savoir si nous nous focalisons avant tout sur les divergences nous opposant ou si par delà ces dernières nous décidons de nous retrouver sur les points de convergence.

ÉLISABETH  BADINTER  CONSTERNANTE

Le hasard de l’actualité fait que beaucoup à Riposte Laïque ont été déçus et consternés de la position qu’aurait eue Élisabeth Badinter à notre égard amalgamant les membres de RL à « des fachos ». Or Manuel Valls et Élisabeth Badinter ont été associés au soutien de la directrice de Baby Loup. A ce sujet, sur son blog, Malika Sorel écrit qu’« il ne fait aucun doute que l’autorité morale d’Élisabeth Badinter a ÉNORMÉMENT compté, de même que la mobilisation de Manuel Valls qui a été immédiate et entière. Je n’ose imaginer ce qui se serait passé s’ils n’avaient pas été là aux côtés de la République. »

Et dans son fameux entretien au « Monde des religions », Mme Badinter a déploré qu’il n’ y a plus guère que Marine Le Pen, parmi le personnel politique qui défende la laïcité, hormis quelques très rares à gauche comme Valls (10). Pour compenser cet « audacieux » constat attentatoire au conformisme bien pensant, elle a dû aller à Canossa faire repentance. Elle a, en l’occasion, fait preuve de couardise cédant aux injonctions du pape Askolovitch lui faisant réciter trois « notre père les fachos de RL » pour son absolution.

L’attitude d’ Élisabeth Badinter est d’autant plus ressentie comme désolante, que nous avons là une précieuse protectrice de la laïcité, qui a régulièrement déploré les concessions de la République à l’égard des revendications religieuses, et les atteintes à la philosophie des Lumières du XVIII° siècle, dont elle est une des plus grandes connaisseuses et admiratrices. Et si cette éminente philosophe avait lu l’article de Christine Tasin rappelant son attachement aux valeurs universalistes héritées de 1789, elle aurait saisi l’incongruité d’associer RL à de fachos (11).

Pour autant RL ne va pas nier  et contester que le seul parti qui défende la laïcité actuellement est le FN, même si ses mobiles ne sont sans doute pas authentiquement laïques. Et comme le disait Anne Zelensky à Mme Badinter (12), « on peut reconnaître à un/e adversaire une qualité, sans pour autant partager ses positions. On n’est pas obligé de coïncider sur tout, parce qu’on coïncide sur un point ».

Déçus par l’agressivité d’ Élisabeth Badinter à notre égard, comme par Manuel Valls, et piqués au vif de ne pas les compter parmi nos partisans, devons-nous les considérer comme des adversaires ? A lire les réactions aux propos de Badinter effectuées par nos rédacteurs Anne Zelensky et Paul Le Poulpe (12), il semble que non. Il est important au contraire de lui avoir signifié qu’elle aurait davantage fait avancer le débat si elle avait réaffirmé que « ceux qui défendent aujourd’hui la laïcité dans ce pays sont minoritaires et c’est grave ». Le Poulpe doute même qu’E. Badinter ait crûment traité RL de facho.

UNIS  CONTRE  L’ISLAMISATION  PAR  DELÀ  NOS  DIVERGENCES 

Mais même à supposer qu’elle ait attaqué aussi durement notre journal et ses lecteurs, doit-on couper absolument tout pont ultérieur avec elle. Le mi
eux serait de ne pas répondre à son agressivité (éventuelle ?). Comme le souligne Cyrano, dans le dernier courrier des lecteurs (13), à un lecteur nommé Renaud en opposition avec un article de RL, « l’essentiel est de se retrouver unis contre l’islamisation de nos pays ». A un autre lecteur, Cyrano explique : « S’il vous faut être d’accord à 100 % avec tous les articles qui paraissent dans RL, je vous conseille effectivement d’arrêter de nous lire, car ce ne sera jamais possible. Notre journal s’adresse à des combattants, par ailleurs esprits libres, capables de faire face à des divergences ponctuelles, tout en sachant où se situe l’essentiel ».

Si Élisabeth Badinter, Manuel Valls ou d’autres nous rejettent, ne les rejetons pas par pur réflexe d’amour-propre, à la condition bien sûr qu’ils apportent, par leurs actes, une réelle plus-value à la défense de la laïcité, ce qui est leur cas, ne fût-ce encore que par leur contribution à l’avis du HCI qui propose de restreindre l’expression religieuse dans les entreprises (14). Ils nous ont déçus mais nous devons tout de même les considérer comme des alliés potentiels. (A l’inverse, nos anciens détracteurs, Fourest, Sifaoui and co, n’ont en rien contribué à la défense de la laïcité, si ce n’est par des vœux pieux.)

Tout se passe comme si les membres de RL étaient en charge des basses œuvres, celles dont personne ne veut se charger, celles qui sont indispensables pour l’obtention de la victoire, mais qui ne sont guère honorables. Ici le déshonneur moderne consiste à oser dire du mal d’une religion, ce qui aux yeux de la bien-pensance vous inflige l’étiquette de l’abominable raciste. Les diplomates, les responsables politiques ne se commettent jamais dans ces basses besognes. Ici ce sont les militants de Riposte Laïque et de Résistance Républicaine qui se prennent les coups.

Et après tout, pouvons-nous en vouloir à ces notables. Sur des dizaines de milliers de lecteurs à RL, combien sont prêts à exposer publiquement leurs idées et à agir ? Bien peu, tout compte fait, passent le cap du partage des idées à la prise du risque d’être mal considérés dans la société. Les premiers résistants ne sont jamais très nombreux. Ils doivent convaincre et convaincre avant d’élargir leur audience.

Alors, si au-delà de l’agacement du constat de nos divergences, nous nous mettions un peu à la place d’ Élisabeth Badinter et de Manuel Valls, nous verrions qu’ils font en partie preuve de courage. Soit pour la première en faisant le constat que la gauche abandonne le combat laïque par peur d’être taxée de racisme ; soit pour le second en raison de sa volonté de faire bouger les lignes au sein du PS. Ce sont grâce à des gens comme lui, et évidemment aux électeurs que le PS a reconnu enfin qu’il y a de l’insécurité en France. Gageons qu’ils finiront par constater le recul de la laïcité grâce à des personnes comme Badinter et Valls, et bien sûr à notre action d’avant-garde.

Mais le député d’ Évry ne peut rompre complètement et immédiatement avec les positions des autres caciques du PS. S’il souhaite faire évoluer la gauche, il doit trouver une position différente mais restant relativement équilibrée d’un point de vue socialiste, pour conserver un minimum de crédibilité au sein de son parti. Ce qui explique peut-être là ses concessions à une représentativité des communautés ou à l’illusion d’un dialogue inter-religieux. Mais seront-ce là encore ses convictions dans quelques temps ?

Reconnaissons leur aussi le courage de risquer d’être mis au ban de leur classe de notable.

PLUSIEURS  MOYENS  DE  LUTTER

Il n’y a pas qu’un seul moyen de lutter en faveur de la laïcité. Celui plein de vigueur de RL, aux avant-postes de la lutte et devant faire preuve du plus grand volontarisme en est un. Mais il n’est pas le seul. N’oublions pas que le combat culturel en faveur de la laïcité ne réussira dans un cadre démocratique qu’avec l’assentiment d’une majorité du personnel politique qui est le seul à même de prendre les mesures législatives qui s’imposeront. Et ainsi, se déroule parallèlement un combat plus feutré, mais tout aussi décisif, mené par nos politiques, comme Jacques Myard, André Gérin, Arnaud Lafon, la municipalité communiste de Fontenay-sous-Bois, etc…

Si nous ne sommes pas d’accord avec quelqu’un sur un point, ce n’est pas pour autant qu’on doit le vouer aux gémonies. Régulièrement, dans RL, des articles peuvent agacer certains lecteurs. Selon leur sensibilité, ils pourront être choqués par leur caractère vindicatif (suite il est vrai aux attaques injustement démesurées que RL subit), excessivement dramatisant, transpirant la bondieuserie ou à l’inverse exprimant une intransigeance théïcide (souvenons-nous des différents entre Hubert Sage et d’autres lecteurs), est-ce pour autant que ces lecteurs contrariés doivent abandonner la lutte auprès de Riposte Laïque ?

La contrariété occasionnée par des positions ou des paroles qui montrent leur opposition à RL doit être dépassée. A partir du moment où leurs auteurs s’affirment comme des défenseurs ne fût-ce que partiels de la laïcité, nous devons savoir reconnaître l’efficience de certaines de leurs actions. Ce qui ne nous empêche pas de faire valoir nos arguments s’ils sont contraires aux leurs dans le cadre d’un débat démocratique. Travaillons avec toutes les personnes de bonne volonté, même si des oppositions existent entre nous. Souvenons nous de la cagoule et de la synagogue dans les premiers moments de la Résistance à Londres ; ces deux groupes de résistants avaient des valeurs aux antipodes les unes des autres, et pourtant ils ont su s’unir. Aussi par delà les différents moyens d’y parvenir, l’objectif doit être de faire triompher les valeurs laïques, chacun y contribuant à sa propre mesure.

Jean Pavée

 (1) https://ripostelaique.com/trois-articles-de-riposte-laique-sur-manuel-valls.html

(2) http://www.valls2012.org/2011/10/04/un-jour-une-idee-la-laicite-a-la-reunionnaise/

(3) http://www.lexpress.fr/actualite/politique/l-air-de-valls_496548.html

(4) http://www.lexpress.fr/actualite/societe/valls-veut-interdire-le-voile-la-ou-il-y-a-des-enfants_934728.html

(5) http://www.marianne2.fr/Laicite-la-creche-de-Baby-loup-recompensee_a210924.html

(6) http://www.lefigaro.fr/politique/2011/05/04/01002-20110504ARTFIG00733-laicite-l-ump-force-le-ps-a-se-prononcer.php

(7) http://www.lexpress.fr/actualite/politique/les-habits-neufs-de-manuel-valls_475711.html&title=Les%20habits%20neufs%20de%20Manuel%20Valls

(8) http://www.dailymotion.com/video/xfbzwe_cirque-pinder-fourest-chalgoumi-e-levy-todd-valls_news

(9) http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/claude-askolovitch/elisabeth-badinter-laique-mais-pas-mariniste-03-10-2011-1380318_417.php

(10
) http://www.lemondedesreligions.fr/entretiens/elisabeth-badinter-un-peu-de-kantisme-dans-notre-societe-serait-bienvenu-28-09-2011-1894_111.php

(11) https://ripostelaique.com/non-la-france-blanche-et-chretienne-ce-nest-pas-la-france.html

(12) https://ripostelaique.com/madame-badinter-il-ny-a-pas-de-faute-morale-plus-grave-que-de-se-renier.html

https://ripostelaique.com/le-chien-de-garde-askolovitch-ramene-la-brebis-egaree-badinter-dans-le-troupeau.html

(13) https://ripostelaique.com/selection-de-quelques-reactions-21.html

(14) https://ripostelaique.com/un-avis-du-hci-restreignant-lexpression-religieuse-en-entreprise.html

 

 

image_pdf
0
0