Valls feint de virer les frondeurs, mais garde Taubira qui les soutient…

Publié le 1 septembre 2014 - par - 918 vues
Share

vallscaricatureValls croit-il vraiment qu’il va pouvoir continuer indéfiniment à enfumer les Français, avec son gouvernement n°2 déjà totalement ridicule de par sa composition, où les bras cassés habituels se sont simplement livrés à une partie de chaises musicales accueillant juste une minuscule pincée de « nouveaux » ?

On pourrait le croire, puisque la main sur le cœur, l’œil charbonneux et haineux, il nous a fait le coup du « pas de place pour les canards boiteux », « on marche d’un même pas et on parle d’une même voix au gouvernement » …

Tu parles, Charles ! Après que les « frondeurs » ayant osé exprimer leur désaccord sur la fumisterie appelée « ligne de conduite » de ses dirigeants (en clair, navigation à vue), lui ont coupé l’herbe sous le pied en démissionnant …évitant ainsi l’humiliation d’être virés … les réseaux sociaux ne se sont pas privés de répandre le « Bravo » de Taubira, tweeté immédiatement aux rebelles … ce qui, nous l’espérions, allait lui coûter sa place, enfin !

Eh bien non ! Soit il est sourd, soit il nous fait une crise de calcaire, mais Valls n’a pas moufté et a, sans autre forme de procès (c’est le cas de le dire !) reconduit à son poste, l’ennemie numéro 1 du Peuple français, la haineuse guyanaise.

Elle avait pourtant flippé au premier remaniement ministériel (c’est comme ça qu’il appellent ça les socialos), et pressentant que ses jours étaient comptés, elle s’était vite empressée de faire voter une substantielle subvention à une des siennes associations-amies … et puis elle s’en était tirée par un passage de « Ayrault 1″ à Valls 1 » !

Déjà à l’époque nous en étions restés extrêmement déçus, mais là, compte tenu du contexte, et du taux de « désamour » (pour rester polie) des Français envers la garde des sots (contrairement à ce que prétend le benêt de l’Elysée), nous avions repris espoir de la voir enfin disparaître du paysage politique actuel … si possible définitivement.

Alors aujourd’hui, déjà passablement effarés qu’une fois de plus elle ait « sauvé sa peau », nous tombons carrément des nues de constater ce qu’elle vient de se permettre : débarquer en vélo au meeting des frondeurs … à deux pas de l’université d’Eté du P.S. !

 taubira-chez-les-frondeurs

Christian Paul, Christiane Taubira et Jerome Guedj, lors du meeting des députés frondeurs qui officialisent leur collectif Vive la gauche

http://www.sudouest.fr/2014/08/30/universite-d-ete-du-ps-la-visite-surprise-de-christiane-taubira-chez-les-frondeurs-1655791-1391.php

Et outre la grossière provocation aux deux têtes « pensantes », elle a en plus le culot de se payer la tête des citoyens, en assénant à la presse :

«Ce qui compte ce sont les principes, attaque-t-elle, devant une forêt de micros. Je vous dis les choses très sérieusement (…). La situation des Français est extrêmement difficile. On a permis à ce pays de se démoraliser. Au deux sens du terme. C’est à dire de perdre (…) la morale républicaine. Celle qui consiste à dire que lorsqu’on est face aux difficultés, nous sommes capables de rassembler nos forces, de débattre, de faire appelle à la raison, de nous rappeler les valeurs de la République: les libertés, l’égalité et les solidarités. La laïcité qui nous permet de vivre ensemble. Nous sommes capables de ça. C’est la première démoralisation que nous avons laissé faire.»

«La deuxième démoralisation, poursuit-elle, nous avons laissé les Français perdre le moral, c’est à dire ne plus penser qu’il y a un espoir dans ce pays, de ne plus croire en leur avenir, alors que ce pays à des potentialités extraordinaires, un héritage fabuleux. Je l’ai toujours dit nous devons refaire place à la politique. La politique, c’est le courage de s’interroger sur la vie dans la cité, la politique c’est le courage de s’interroger sur les espaces que nous créons, pour nous comprendre et nous rassembler...»

Elle qui fait tout pour démoraliser les citoyens lambda avec ses préférences des racailles qu’elle libère de prison, à l’aide de textes indignes, pendant que des magistrats à ses ordres font tout pour y envoyer les premiers au moindre prétexte ; elle qui tolère que celui qui était son compère de l’Intérieur avant d’être son supérieur, embastille d’innocentes familles de manifestants mais laisse impunément des pseudo-antifas piller, casser et brûler … elle a l’immonde toupet de s’indigner d’un « on » a permis à ce pays de se démoraliser ! Un culot pareil, c’est du jamais vu, même si des décennies de politiques puantes, droite comme gauche, nous ont habitués aux outrances politiciennes.

L’ego déjà hypertrophié de « Madame je me crois tout permis puisqu’on ne me dit rien » a-t-il encore doublé de volume depuis son maintien au troisième gouvernement du quinquennat Hollande, pour se permettre ce genre de provocation ? Va-t-il enfin être bientôt remis à sa place, ou pourra-t-il encore nous nuire avec la bénédiction du premier ministre ?

Nous le saurons sans doute dans les tout prochains jours … car soit le matamore de Beauvau la vire, enfin, avec pertes et fracas (mais j’avoue ne pas trop y croire ce serait trop beau !), soit il ne réagit pas, et dans ce cas il ne restera plus qu’une  issue à nos  interrogations !

Quel cadavre y-a-t-il dans le placard de Valls, connu de la Taubira, pour qu’elle puisse ainsi, au vu de tous, le mener par le bout du nez et le provoquer sans vergogne, sans qu’il lui en coûte son maroquin ?

Seuls les naïfs incurables penseront que c’est uniquement dû à sa grande valeur professionnelle (vite des sels !) et sa probité (encore un peu s’il vous plaît !), mais moi je dis qu’il y a sûrement anguille sous roche !

Aude Alajoie

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.