Valls interdit à ses policiers tutoiement et contrôle de la diversité

Réveillé aux aurores ou presque, j’avais entendu sur France Info, que notre ministre de l’Intérieur nous concoctait un projet de « code déontologique » dans lequel il serait question d’interdire pratiquement les contrôles au faciès  et de proscrire  le tutoiement.

C’est la Taubira qui allait jubiler  en ricanant comme elle sait le faire !

Une fois douché, rasé, éveillé pour tout dire et craignant d’avoir mal entendu  j’ai cherché, via Internet, confirmation sur la station en question. Elle y était ;

Par contre et bizarrement, pas grand chose, dans la presse écrite du jour.

Pour le contrôle au faciès, (d’ici à ce que nos braves policiers soient impérativement contraints à ne contrôler que des grands blonds aux yeux bleus… !)  j’imagine que notre ministre a dû prendre conseil chez ses « alliés » du Parti communiste, spécialistes en la matière car c’est bien  « l’Humanité » qui, le  6 Janvier 1962,  écrivait   » Ils ont une drôle d’allure ces passagers en provenance d’Algérie« . De fins limiers pourrait-on dire.

Bien avant aujourd’hui,  les cocos avaient déjà inventé le fameux délit de sale gueule comme on vient de le voir ! Il est vrai qu’ils avaient oublié de se regarder dans une glace.

Cela ne les a pas empêché des années plus tard,  avec leur allié au Front de Gauche, le fameux et surtout fumeux Mélanchon en tête, de revendiquer avec force calicots et vociférations,  que l’on cesse de stigmatiser par d’ « iniques contrôles » les Roms, les Afghans et autres sans papiers qui n’avaient pas, selon eux, une drôle d’allure et qui respectaient si bien les lois de la France, à commencer par leur arrivée clandestine dans notre pays.  

Pour ce qui est du tutoiement s’il est vrai qu’il peut blesser parfois, il ne faut pas que ceux qui le pratiquent quotidiennement, volontairement  et systématiquement viennent, comme on le dit en langage populaire  » nous en faire un camembert « !

D’ailleurs lorsqu’un jeune de banlieue répond à un tutoiement par un autre tutoiement les policiers ne vont pas demander au ministre d’édicter un « code de la déontologie pour les jeunes de banlieue ». Il serait d’ailleurs intéressant, en se faisant aider par Taubira,  qu’il essaie de le faire.. et de le faire respecter ensuite.

A ce sujet le ministre avait précisé, dès juillet 2012, qu’il s’agissait de ne pas heurter les « djeunes » des banlieues issus, en quasi-totalité, de la fameuse diversité (je n’y met pas de majuscule car il faut bien la distinguer avec l’autre du même nom,  l’italienne, la portugaise, l’espagnole de laquelle Valls est venu, la polonaise et surtout la harki,  qui nous donnèrent toutes de si bons Français devenus assez souvent aussi d’excellents morts au champ d’honneur).

Faut-il rappeler à Monsieur Valls qui, renseigné par ses amis de l’UOIF et des mosquées subrepticement financées, ne peut pourtant pas  l’ignorer que le tutoiement est de règle dans les pays arabes (et pas seulement dans ces contrées , suivez mon regard vers de blanches falaises) et que le contexte de la phrase peut aussi rendre très déférent.

Voici par exemple  un petit conte arabe  écrit par  Ibn Al-Awzî du XIIIème siècle

Un passant portait sur ses épaules une perche aux bouts de laquelle étaient suspendues deux besaces ; le poids l’écrasait. Dans une besace il y avait du blé et dans l’autre de la terre.
-«  Qu’est-ce que tu portes ? » lui demanda-t-on.
-«  J’ai équilibré le poids du blé, répondit-il, en mettant de la terre dans la deuxième besace, car la perche penchait d’un côté. »
Un homme prit alors la besace remplie de terre et la vida ; il divisa le blé en deux parties et en mit une dans la besace vide, et dit au porteur de reprendre sa charge.
Ce dernier, constatant l’allégement, dit à l’homme :
– « Ô mon cheikh, que tu es sage !

Et encore,  un extrait de Mille et Une Nuits :

  • On raconte que deux larrons volèrent un âne et l’un d’eux alla le vendre. Il rencontra un homme portant un plateau plein de poissons. L’homme lui demanda :
    -« Vends-tu cet âne ? »
    -« Oui, répondit le larron. »
    Tiens ce plateau de poissons, lui dit l’homme, afin que j’enfourche cet âne pour l’essayer. S’il me plaît, je te l’achète à un prix qui te fera plaisir. »……..
  • On lui signalera aussi que le Dieu des chrétiens est respectueusement imploré de la manière suivante :

Notre Père qui es aux cieux,que ton Nom soit sanctifié,que ton règne vienne,que ta volonté soit faitesur la terre comme au ciel.Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.Pardonne-nous nos offenses,……..

Enfin, pour M. Valls encore, il n’est pas jusqu’aux fidèles de la religion musulmane qui ne tutoient Allah. Il doit être au courant lui qui va rompre le jeune du ramadan dans les mosquées parisiennes :

Fais que j’accomplisse la prière et qu’une partie de mes descendants l’accomplissent également! Seigneur, agréé mon invocation! » (Sourate 14, Verset 40 )…

C’est dire !

Selon le ministre de l’Intérieur qui semble vraiment avoir oublié ses difficultés de maire d’Evry à ce sujet, tutoyer serait devenu une provocation raciale et raciste qui irriterait l’épiderme chatouilleux de certains qui ne se privent pas par ailleurs de « niquer » la France et de se torcher avec son drapeau.

Il n’est pas douteux que les « flics » blanchis sous le harnois apprécient qu’on vienne leur apprendre comment exercer leur dangereux métier ! On pourrait , dans ce cadre, inviter monsieur le ministre Valls à venir se faire écrabouiller de temps en temps à l’occasion d’un contrôle sur le périphérique parisien.

tutoiementpoliceLe  » Manuel  » de déontologie de Valls dont la formation d’historien semble inaboutie sera-t-il donc fait pour civiliser les  » djeunes » ? Malgré eux et les usages hérités de la langue des parents ?

Le réputé « Nique ta mère » qui vient de l’arabe  » nic’ oummouc  » ( pardon pour la phonétique ) serait-il la nouvelle conjugaison du distingué verbe utilisé à la deuxième personne du pluriel de  l’indicatif présent ?

Quoi que l’on en pense à gauche et comme l’ont dit « à la gauche de la gauche » , il s’agit là de billevesées imaginées dans le  souk de la nouvelle communication du pouvoir actuel et mises  en œuvre,  au bout du compte,  pour tenter de maîtriser la bérézina gouvernementale  ainsi que  le  dégel de la rose banquise socialiste,  en attendant que le  vote des étrangers  » non communautaires » arrive à la rescousse des  voix du peuple de gauche  des banlieues grâce auxquelles Normal 1er a été élu.

Mais ceci est une autre histoire qui demandera à Valls et à ses amis si l’on peut dire, si recours au Parlement il y a, de sérieux talents de contorsionnistes ou comme disait l’autre :  » à tortiller du… ».

Pour ce qui est du successeur de Vidocq , il me revient d’avoir lu, il y a fort longtemps,  dans un avion qui m’amenait à Paris,  un livre  de Richard Matheson intitulé « L’homme qui rétrécit », histoire d’un malabar de un mètre quatre vingt dix qu’un curieux phénomène amènera à rétrécir et à rétrécir encore jusqu’au moment où quittant le monde des hommes il finira par aborder à celui des microbes. Gare M. Valls…Gare !

A vous revoir Monsieur le Ministre et en espérant, sans trop y croire, que la réflexion vous conduira à la sagesse .

Et toi, petit  Sérillon ? Il faut te réveiller…et toutes syllabes réunies il faut enfin  CO-MU-NI-QUER !

Armand Carel

image_pdf
0
0