Véran : aussi bon en littérature qu’en médecine…

Veran.jpg

Olivier Véran vient de publier son premier opus, « Par-delà les vagues », Kochel 1 pour l’Histoire, en référence à Mozart. L’écrivain rescapé du Grand-Burn-Out-des-Macroniens-se-Défilant-en- Couronne a bien voulu nous parler de ses projets, étant entendu que le nouveau-né est appelé à se voir très vite prolongé par une nombreuse fratrie.

http://www.leprogres.fr/sante/2022/09/07/olivier-veran-sort-un-livre-carnet-de-bord-d-un-ministre-en-guerre-contre-le-covid

(A ne pas confondre avec cet ouvrage homonyme sorti il y a à peine un an, et dont l’auteur serait en droit de demander quelques éclaircissements sur le possible plagiat d’un titre. A moins que profitant de la vague Véran, elle se laisse porter par une assez favorable confusion…)

Revenons au grand serviteur de l’État macronien. Le ton est donné d’emblée.

« Je prépare le tome II, qui s’appellera  peut-être « Mémoires de crash », ou « Mise en bière à l’EHPAD », encore que « Docteur Trogneux, I suppose » me tente aussi. Je n’y parlerai pas des morts suspectes après vaccin. C’est trop triste et puis ce n’est plus mon problème. Pas de temps à perdre avec les effets collatéraux de mes mensonges passés.

J’écris, j’écris, j’écris, sur moi, sur ma vie. Là, je suis sur ma Poupoule, enfin, si je puis dire ; les rites du coucher, la douche, le lavage des dents, trois minutes pour deux gencives, ça fait six au total, et puis le réveil à remonter, la migraine de Madame qui m’oblige à lire Catherine Millet, merde, j’ai laissé le gaz ouvert sous les lentilles, c’est pour le déjeuner de demain, à trente mètres du ministère ; la gamelle, comme pour les ouvriers du bâtiment. Ça fait prolo, le Tupperware sur mon bureau, avec la cuillère en plastique. Babas, les grouillots stupides du porte-coton choupinien !

Se lever donc pour éteindre le gaz, en pensant à ce salaud de Poutine qui ne sait plus quoi faire du sien, j’écrirai là-dessus, juste pour l’emmerder comme j’ai emmerdé les non-vaccinés sur ordre de Néron, oui, vous voyez de qui je parle, je l’appelle comme ça mais dans l’intimité seulement, bref, que du vivant dans ce bouquin qui d’après l’éditeur devrait tripler les deux cent cinquante quatre exemplaires vendus du premier tome.

Une semaine pour trois pages et je n’ai pas encore attaqué le laçage des chaussures, la vérification de l’huile dans le moteur de ma trottinette, l’achat du Canard au coin de la rue, le passage piétons, Poupoule m’a dit « regarde bien des deux côtés avant de traverser« , ah, Poupoule, il y aura trois chapitres minimum à propos d’elle,  je vous dis pas la personne que c’est, même que ce gros nul de Dupond-Moretti, il peut aller pelleter de la neige à Montréal pour les beaux yeux de sa québécoise qui chante faux, rien à voir avec la perfection de muse qui a totalement inspiré ma première oeuvre terminée à la broyeuse à purée entre deux chipolatas au porc « Iquioussen » et trois sardines « Rousseau », au barbecue, putain, les vacances sous Lithium (because la burne d’Août) que j’ai passées, j’vous raconte pas !

Je vous tiens sans faute au courant pour la suite : trente pages sur les courses chez NOZ, la sieste avec Poupoule quand elle veut bien, le peignoir qui a des trous, la moulinette pour faire la vinaigrette, le canon à patates, l’écorche-poulet, le lit qu’est toujours fait (merci Boris Vian), l’aventure, quoi, telle que n’importe quel couillon de Français la rêve, avec de la tondeuse à gazon, du gros rouge, une cravate pour aller prendre un mezcal chez Brigitte Macron et un p’tit boulot pépère de perroquet présidentiel, à six mille cinq cent balles quand même. Eh ! Ho ! Des gens comme nous ! Pas confondre !

Je suis regonflé comme une pendule. Vous savez quoi ? Vaccins dangereux ? Probable. On s’en fout. Moi, je fais où on me dit de faire, et je trouve que la vie vaut vraiment la peine d’être écourtée pour ceux qui croient dur comme fer ce que je leur raconte à la télé. C’est ça, la classe du médecin-déburné-in en vadrouille chez la grande finance.

Jean Sobieski

 

image_pdfimage_print

14 Commentaires

  1. Olivier Véreux, du côté (très) obscur de la Force du Paltoquet-choléra, nage toujours dans la soupe du terrorisme sanitaire psychopathique qu’il nous a servi…

  2. Personnellement je pense surtout que Veran a perçu que ça sent le vinaigre, et prend les devants pour échapper à la justice, au boomerang… tout comme Delfraissy qui démissionne avant que ça tourne mal pour tous ces responsables d’une arnaque meurtrière !

    • j’ai vu que victor FABIUS( celui de Mc.kINSEY ) était nommé ^président du CONSEIL VACCINAL….quelle famille !

      • Répondre à VORONINE: Travailler avec (pour) la mort, c’est une vocation chez eux. Même si parfois, ça tombe mal…

  3. – Véran, médecin raté d’après ses confrères de l’hosto où il exerçait (comme neurologue je crois).
    – Véran, ministre raté qui est la risée des Français quand il paraît à la télé.
    – Véran, écrivain raté qui va vendre 3 livres pour caler les vieilles armoires…

    C’est pas de sansse hein !?

  4. Ah ! ce passage des rois maudits où ils font chauffer le fer pour l’enfoncer dans l’oignon ! Que de fois je rêve de voir Macron – Véran avoir le même destin.

  5. Je trouve qu’il devrait être interdit de produire un livre durant un mandat officiel : au minimum en reverser tous les bénéfices au fisc ! Mais je me demande comment ils trouvent le temps de travailler et écrire ( enfin plutôt; non ! je sais où il le trouvent … les livres sont médiocres, écrits par qq’un d’autre et/ou le travail n’est pas si assommant que ça, va … comme la ministre-suceuse en est la preuve !

  6. Donc monsieur est, plus ou moins successivement, médecin spécialiste, ministre, et écrivain … quel génie ! ou quel bâcleur … rien ne doit être abouti chez lui ! ( société de commerçants incompétents )

  7. le neuneurologue veran malgre son baratin sur les masques est toujours
    responsable et coupable les excuses sont l arme des faibles , alors minus
    tu as voulu terroriser les francais maintenant c est toi qui a peur et tu
    as raison car les degats sur ton vaccin commence a remonter a la surface et
    dans la vie tout ce paye et toi ce sera tres cher , tremble blaireau

  8. Pour moi il peut bien écrire ce qu’il veut , ce médecin neurologue de mes deux complètement cinglé …vous avez vu sa tête ? Moi , il me fout les jetons !

  9. Par delà les vagues , un titre mal choisis !
    PART DE LÀ ! LE VAGUE .
    Un livre non essentiel a 14 euros ,ça fait cher le PQ !
    Véran révèle :
    Comme tout ministre, je paye mes factures, un loyer au ministère, et je gagne 6500 euros nets par mois après impôt » .
    Ouais mais il précise pas combien ça fait après un pot de vin
    BIG PHARMA .
    je rectifie , en cette période de crises 14 euros c est le
    prix standard du PQ !
    Quelques marques de papier toilettes qui cartonne chez les BOBOS
    devenir , de madame Obama , les ouvrages 500 Feuilles d onfray ,

  10. Le véreux qui est entrain de souiller sa culotte , c’est pas moi ,c’est l’autre qui m’a raconté des conneries sur le covid je lui est fait confiance ,ce n’est pas de ma faute bla bla .Cet ordure devra rendre des comptes d’une façon ou d’une autre ainsi tous ceux qui ont trempés de près ou de loin dans cette macabre mascarade , pas de pitié pour ces ordures !

  11. Véran le psychopathe est un romancier de géni qui a détruit la France avec son délire sanitaire comme le Pass Sanitaire , le chantage vaccinale et la suspension des soignants , des pompiers qui refusent de se faire vacciner , la polémique autour des masques bref Véran est le Ted Bundy de la Macronie qui faisait vivre un véritable calvaire aux Français .

Les commentaires sont fermés.