Vincent, François, Paul se demandent pourquoi ils paient des impôts…

Publié le 22 juillet 2018 - par - 10 commentaires - 1 466 vues
Share

Je vais vous rapporter comment dessiner un mouton.

Oui, comme le Petit Prince qui a appris à dessiner depuis St Ex je vais prendre mon crayon et vous rapporter comment il a dessiné ses moutons.

Ils s’appellent Vincent, François, Paul ou un autre, peu importe le prénom, l’important c’est qu’ils soient Français de cœur et d’esprit même si ce n’est pas de longue date.

Leurs parents ont travaillé, beaucoup, pour payer la retraite de leurs parents qui ont pu en profiter, un peu.

Les parents de Paul et autres sont maintenant à leur tour à la retraite, pour certains en Ehpad, tout le monde n’a pas les moyens ou le temps de garder ses anciens à la maison, c’est la vie actuelle.

Vincent, François, Paul ou les autres travaillent, eux, actuellement, pour les études et l’avenir de leurs enfants, beaucoup, pour leur retraite aussi, beaucoup moins car on ne peut pas économiser sur tous les tableaux avec un salaire petit ou moyen, c’est comme cela la vie actuelle.

Je fais même mention spéciale pour François qui a dû choisir, il ne met de côté que pour ses enfants, c’est la vie actuelle aussi pour certains, des choix qui ont l’allure de sacrifices.

Paul et Vincent se lèvent tôt pour aller au co-working, c’est le bureau moderne, on ne travaille pas, on co-travaille, cela vous donne une impression de groupe sauf qu’en fait chacun est dans son truc, le groupe c’est juste l’image qu’il faut donner, c’est le siècle des communicants, c’est comme cela la vie actuelle.

François lui se couche tard, très tard, travaillant une partie de la nuit à gardienner, il en faut de plus en plus par ces temps d’insécurité mais dans le salariat, la loi économique de la rareté ne s’applique pas : on pourrait croire que compte tenu des besoins les sociétés de gardiennage s’arracheraient le personnel à coups de prime mais comme il y a des centaines de milliers de clandestins sur le marché du travail les salaires baissent, c’est comme cela la vie actuelle.

Il n’empêche, nonobstant leurs maigres revenus Paul, Vincent, François et les autres n’échappent pas à l’impôt.

On leur a vendu la Constitution, la contribution volontaire à l’impôt qui sert pour le bien commun.

C’est aussi vrai, leurs parents et grands-parents ont fait de même sans jamais se poser de questions, normal, ils le voyaient et ils pouvaient le toucher le bien commun, le petit train de province, le petit hôpital de province, la route nationale toujours entretenue, le petit bureau de poste et toutes les petites choses qui font la vie de tous les jours, c’était visible, c’était palpable, on se savait propriétaire indirectement de la petite gare comme presque un second chez soi, même si ça restait chez tout le monde, qui n’a pas agité le mouchoir en voyant le petit train emporter un être cher ?

Or Paul, Vincent, François et les autres ne le voient plus le bien commun : elle est partie la petite gare dans leur petite ville, il est à la grande ville l’hôpital.

Les routes ? Elles ressemblent désormais à des pistes africaines, quant au petit bureau de poste il a été rasé on en a fait une mosquée dites donc !!! Paraît que c’est comme cela la vie actuelle, mais Paul, François, Vincent ou les autres, ils se sentent pas trop comme dans un second chez soi dans la mosquée, il n’y a vraiment rien de bien commun dans cette affaire-là !!!

Du coup Paul, Vincent, François et les autres se demandent réellement pourquoi il faut continuer à payer des impôts puisqu’il n’y a plus de bien commun à entretenir ni à conserver : contribuer volontairement à l’impôt pourquoi pas ???

Ils seraient bien toujours d’accord mais pourquoi maintenant qu’il n’y a plus rien de commun ni de bien commun ????

Ils lisent les journaux économiques qui annoncent que la France est le champion mondial des transferts sociaux et qu’il faut toujours payer plus de charges pour ces dépenses mais ils ne perçoivent aucun transfert social vers eux, alors tant de dizaines de milliards c’est transféré à qui ???

Ils ont compris que c’est la moitié de la richesse produite du pays qui est allouée à certains mais à qui donc puisqu’eux ne voient rien arriver sur leur compte bancaire ?????

Du coup Paul, Vincent, François ou un autre, peu importe le prénom, se demandent pour qui ils se font tondre tous les ans.

En faisant appel à leur petit pécule commun de culture Ils ont demandé au Petit Prince de leur dessiner un mouton comme dans l’ancien temps on allait à Delphes où on consultait le Druide, pour savoir, pour « en connaitre » comme on dit dans la magistrature, puis ils ont réclamé qu’il leur dessine qui profite du mouton, à l’Aïd ou en d’autres occasions.

Uns surprise de taille les attendait Paul, Vincent, François et les autres,

le Petit Prince ne leur a jamais dessiné un mouton mais un pigeon,

Puis sous le pictogramme en guise d’explication :

« De tous les maux il faut choisir le moindre

Or je ne sais de la tonte ou du plumage

De tous les animaux de vivre ayant la rage

De quel ramage préférable vous oindre ».

Mais le dessinateur, tout Prince petit qu’il est, n’a jamais eu le droit de rendre publics les traits des bestioles pour lesquelles les autres animaux de la ferme doivent payer.

Oui, n’en déplaise à Zola et aux bougons-Macquarts-jamais-contents, c’est devenu ça la vie actuelle, un siècle de communicants mais où tout n’est pas bon à communiquer…..

Jean d’Acre

Print Friendly, PDF & Email
Share

10 réponses à “Vincent, François, Paul se demandent pourquoi ils paient des impôts…”

  1. crap2sp dit :

    Que les moutons partent donc chercher de nouveaux paturages.a moins qu’ils se tranforment en loups,et chassent de ses herbages,les autres qui leurs bouffent sur le dos

  2. DUFAITREZ dit :

    Le Patriotisme, le « Vivrensemble », seraient-il l’impôt consenti du coeur ?
    La juste contribution à l’intérêt national ?
    Idée dépassée au service d’un Big Brother qui sait tout sur tout !

  3. le Franc dit :

    au nom de quoi l’Occident Blanc serait-il censé « éduquer » les masses du monde entier, dont les musulmanes qui n’ont qu’un seul mot ; détruire la mécréance selon l’imamologie ordinaire.; déjà ? au nom de quoi l’Occident, sans parler des muzz et autres logiciels qui veulent lui faire la peau, est il censé créer de toutes pièces SES PROPRES CONCURRENTS, sinon dans l’espoir de se voir auto détruit ; personne, aucune entreprise qui se respecte ne livre en aucune manière ses secrets de fabrication.

  4. Rems dit :

    Bravo pour ce pamphlet savoureux mais bien triste……………

  5. Massilia dit :

    Bougons-Macquarts ???? Ils bougonnent les macquarts ??? Oui ils se contentent de bougonner et même certains sont ravis de leur sort et d’ingurgiter le vivre ensemble comme des veaux

  6. patphil dit :

    retraite d’un agriculteur qui aura bossé pendant une vie entière: environ 500€
    retraite de solidarité touchée par n’importe quel étranger n’ayant jamais cotisé en france, près du double!
    cherchez l’erreur

  7. Claire dit :

    Tous les jours, je sais pourquoi je vais travailler….pour faire vivre les « nouveaux Français » qui s’installent dans nos quartiers….mais il n’y a qu »une seule chose qui ne change pas, c’est le changement.

  8. mortauxcons dit :

    Si vous aviez été médecin en réa dans les années 1970 vous tiendriez un autre discours ignorant car voir des gamines mourir de septicémie ou condamnées à la dialyse à vie fait réfléchir autrement.
    Mais j’arrete de parler aux cons ça les instruit

    • Allonzenfan dit :

      Il n’y en avait certainement pas 200.000 par an, nombre (sous) estimé d’enfants assassinés chaque année dans le ventre de leur mère…

  9. Victor Hallidée dit :

    « Ceux qui aiment les gosses »… ceux et celles qui tuent leurs filles pour un oui ou pour un non, celles qui adorent tant leur fils qu’elles leur embrassent le pénis jusqu’à la puberté et en font des voyous, des barbares… C’est le culte du phallus et le laisser aller irresponsable des pulsions, le mépris des femmes, qui conduisent à l’explosion démographique. Pas l’amour des enfants !