Violence politique et mensonges d’État

hollandedictatureAlexandre Soljenitsyne a écrit un petit livre, édité par le Seuil en 1974, avec ce titre :

« Lettre aux dirigeants de l’union soviétique et autres textes« .

Ce qui suit le premier document, c’est un recueil de lettres et de textes divers qui illustrent la politique soviétique de désinformation. C’est le combat de l’État totalitaire contre le peuple et la liberté d’expression.

La « police politique » de l’Union soviétique semble avoir inspiré la répression de la presse d’opposition et des sites de ré-information par la « police de la pensée » de la république socialiste de Hollande-ça-va-mieux.

Pour mieux comprendre les attaques contre la liberté d’expression et contre les sites de l’opposition nationale, en France socialiste, il faut savoir quels ont été les abus de la « police politique » de l’Union soviétique.

Alexandre Soljenitsyne traite de la « violence de la désinformation » et du « mensonge d’État » qui ont régné au plus haut sommet de l’État totalitaire de l’Union soviétique et dont il a été la victime. Lisons-le :

« La clé de notre libération, c’est le refus de participer au mensonge d’État. Qu’importe si le mensonge recouvre tout, si il devient le maître de tout, mais soyons intraitables sur ce point :

« Que le mensonge d’État ne passe pas par nous » ! Lorsque les hommes courageux tournent le dos au mensonge d’État, le mensonge d’État cesse purement et simplement d’exister !

« Quand la violence d’État fait irruption dans la vie des gens, son visage exprime l’arrogance.

« Sur son drapeau est écrit : « Je suis la violence. Soumettez vous, sinon je vous écrase ! »

« Mais la violence d’État, pour se maintenir, doit faire alliance avec le mensonge d’État. Car la violence d’État ne peut se justifier que par le mensonge d’État et le mensonge d’État ne peut se maintenir que par la violence d’État« . (© Alexandre Soljenitsyne, 1974)

Voilà pourquoi la seule possibilité de la Droite nationale est de ne soutenir en rien, ni jamais, en toute conscience, le mensonge d’État socialiste. C’est pourquoi la plupart des sites de ré-information sont harcelés et poursuivis par la « police politique » de l’État socialiste, c’est-à-dire la « police de la pensée » de l’État totalitaire au service de la « violence de la désinformation » et du « mensonge d’État » de la république socialiste.

Tout ce que Hollande-ça-va-mieux dit et fait annule ce qu’il a fait et tout ce qu’il dit ne cesse d’être démenti par la réalité. C’est cela la politique absurde de la gauche au pouvoir. C’est pourquoi le peuple ne sait jamais ce qu’il doit savoir des intentions et de la politique de Hollande. Et ce qu’il croit savoir est à tout instant démenti par la réalité. Tout le monde est logé à la même enseigne. En conséquence, le peuple ne cesse d’être embrouillé. La langue socialiste toute politicienne de Hollande-ça-va-mieux est absolument confuse et d’une indécision absolue. Elle est désinvolte et ne décrit jamais les faits ni les déroulements politiques précis dont elle devrait rendre compte clairement pour que le peuple puisse décider en conscience pour qui voter.

L’objet de la politique politicienne de Hollande n’est plus l’œuvre d’un président normal élu, mais d’un candidat en campagne. Hollande n’est pas capable de critiquer son action, fonctionnant comme une sorte de machine à faire des hommages, dans une autosatisfaction narcissique qui fait penser à l’autisme électoral.

Il est temps de citer le texte écrit par Alexandre Soljenitsyne intitulé : « Sur la mort de Tvardovski » :

« Il y a plusieurs moyens de tuer (la presse d’opposition). Pour Tvardovski, on a choisi de lui ravir son enfant, sa passion : sa revue (« Novy mir », devenue célèbre depuis la perestroïka de Gorbatchev).

« C’était trop peu de (toutes ces) années (d’oppression et) d’humiliation… pourvu que vive la revue, pourvu que continue la littérature, pourvu que les auteurs puisse publier et les lecteurs lire. C’était trop peu !

« Il a fallu encore le soumettre à l’injustice : disperser, écraser la revue. Et ce feu l’a brûlé.

« Les servitudes de la revue, amères mais désirées, n’ont pas encore buriné son front.

« Il est tout rayonnant de confiance enfantine, de cette confiance qu’il a gardée toute sa vie et qui revenait encore l’illuminer alors qu’il était condamné (comme à la « paix heureuse et définitive du Goulag« ).

« Ceux-là même qui criaient « Haro » en le traquant (veulent faire maintenant bonne figure)…

« Nous connaissons cela depuis Pouchkine : c’est aux mains de ses ennemis que tombe le poète mort.

« Ils disposent habilement de son corps, il rusent avec leur « discours bien tournés ».

« Parce qu’ils entourent son cercueil, livides et bouffis, ils croient qu’ils l’ont isolé.

« Parce qu’ils ont disloqué notre seule revue, ils croient qu’ils ont triomphé.

« Il faut vraiment ne rien savoir, ne rien comprendre de « l’histoire russe » pour voir là un triomphe et non une erreur irréparable. (Mais quand vous en prendrez conscience) ce sera trop tard ! »

(© Alexandre Soljenitsyne, 1974)

Hollande-ça-va-mieux veut éviter à tout prix de faire un récit simple et direct, dans un style personnel, qui puisse témoigner d’un engagement politique responsable. Il exige l’effort soutenu des téléspectateurs pour séparer le vrai du faux et reconstituer le réel d’une politique politicienne qui reste escamoté par Hollande.

Hollande-ça-va-mieux a oublié que l’homme politique doit avoir un idéal et qu’il doit tirer le meilleur de lui-même. La réponse politique est en lui-même. Il ne peut être sous l’autorité d’autrui, Obama ou Merkel.

La presse politique de la Droite nationale réalise une mise en accusation courageuse de l’industrie du mensonge et de la violence de la propagande de désinformation d’État totalitaire par la « police politique » de l’État socialiste, contre le peuple, contre les familles et contre la liberté d’expression. La répression de la « police politique » de l’État socialiste, soumise aux idéologies d’inspiration soviétique, est sans rapport avec la réalité. La justification des violences de l’État totalitaire, et de la répression par la « police politique » d’État, est une construction socialo-communiste arbitraire au service d’une invraisemblable logique policière répressive.

Les dogmes principaux de la « police de la pensée » soutiennent les intérêts politiques significatifs des copains milliardaires de Hollande-ça-va-mieux. En fait, la « police politique » s’est avérée une arme idéologique indispensable contre l’opposition de la Droite nationale et contre les sites de ré-information patriotes.

Alexandre Soljenitsyne cite Thucydide : « En voulant justifier des actes considérés jusque-là comme blâmables, on (la politique politicienne) changea le sens ordinaire des mots« . Changer les mots et les noms au lieu de changer les choses, c’est la seule réalité de la politique de Hollande d’inspiration soviétique.

Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0

10 Commentaires

  1. Dernière nouvelle : le gigantesque fichier de « Big Brother » va être mis en place, l’autorisation de sa création été publiée au Journal Officiel hier !

    http://www.nextinpact.com/news/101945-au-journal-officiel-fichier-biometrique-60-millions-gens-honnetes.htm

    Ca y est, nous y sommes !

    Bienvenue dans l’Eurasia de Big Brother !

    http://hsjp.eu/smileys/yahoo/06.gif

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Eurasia_(1984)

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Big_Brother

    • Vos deux commentaires sont excellents, j’apprécie de lire les articles de T.MN, mais j’avoue sincèrement qu’il m’arrive souvent de décrocher avant la fin. Cet homme a de réelles capacités intellectuelles trop souvent gâchées par de la « redondance » qui gâche le message.
      Mauvaise nouvelle concernant ce fichier biométrique
      Amitiés

  2. C’est bien, Thierry… mais arrêtez avec les « Hollande-ça-va-mieux », de grâce ! Ca devient vraiment gavant ! Vos textes sont excellents mais cessez de faire des fixations sur des expressions répétitives dans tous vos articles. Une fois c’est bien, deux ou trois fois ça passe… mais 10 ou 15 fois ça devient insupportable. Surtout quand c’est à chacun de vos articles !

    Vous exprimez d’excellentes idées dans vos articles, Thierry. Pourquoi tout gâcher avec ces répétitions qui tournent à l’idée fixe au point de devenir des leitmotivs qui en arrivent à littéralement polluer le texte !?

    Une fois, deux fois, ça va. Après cela occasionne plus de dégâts que d’apports positifs au discours !

  3. C’est beau, c’est puissant, Soljenitsyne, Thucydide, mais pour dire quoi??
    Hollande, Sarko, Chirac et tous les autres de la « politique politicienne » ont changé le sens ordinaire des mots et pour quel résultat??
    La presse politique de la droite nationale réalise une mise en accusation courageuse, mais là aussi, pour quel résultat??, pour aller fêter les onze ans de Synthèse nationale??, pour se plaindre les cinq prochaines années sur nos sites préférés??
    Pour que 2017, nous offre encore et toujours plus d’ État socialo-communiste totalitaire mode A.J !??
    Je lis plus bas: Les socialistes passent leur temps à violer le peuple(?), mais si mes souvenirs sont bons, les autres d’avant aussi!

  4. Les socialistes passent leur temps à violer le peuple : la constitution? connaît pas, les lois? connaît pas, l’éducation? connaît pas; il ne leur reste plus que le mensonge dont il raffolent et usent à longueur de temps.
    Des adolescents auraient mieux gouverné le pays que ces détraqués.
    Des contestataires socialistes, il en existe devant le micro mais ça s’arrête là.
    Faut être aveugle et sourd pour voter pour des gens comme ça.
    Cordialement.

  5. Je ne crois que Hollande mente. Car mentir, c’est connaitre la vérité. Hollande est incapable de connaitre la vérité.

Les commentaires sont fermés.