Violences à la colonie de vacances de Saint-Lary : qui croire?

Questions3.jpg
Qui ne se souvient de Pierre Perret et de ses jolies colonies de vacances en chanson ?

C’était les années 60, les Trente Glorieuses, la France n’était pas envahie migratoirement, on n’entendait pas parler d’égorgements au sortir des écoles, dans les salles de classe, pas de coraniques voilées, pas d’extra-européens haineux à hanter tous les lieux de vie de la Cité devenus autant de lieux de mauvaise vie par nos jours.

Pourtant cette année à Saint-Lary tout a été cauchemardesque pour de jeunes Charentais venus prendre l’air des montagnes.
L’un des organisateurs explique le fiasco par la venue de jeunes que les animateurs n’ont pas l’habitude d’encadrer :
« Mais cette année, la colonie commencée le 2 août dernier a tourné court. « On a reçu des jeunes qui n’avaient rien à faire sur ce type de séjour traditionnel, encadré par des animateurs diplômés BAFA, explique Jean-François Arrivé-Beylot. Tout était prêt, avec la même équipe que l’année dernière. Mais on a dû faire face à une violence verbale de la part de jeunes qu’on n’a pas l’habitude d’avoir. »

Mais à tenter d’obtenir des précisions que ce soit sur Fdesouche (qui ne fait que reprendre d’autres sources), Midi Libre, La Dépêche ou France 3, il n’est délivré aucune précision sur lesdits jeunes inhabitués des codes bienveillants de la colo.
Tout au plus sait-on qu’il s’agit de jeunes d’Occitanie, mais on reste sur sa faim dans les explications détaillées des impétrants.
Si l’on croise les informations en fonction des sources, pour France 3 aucune agression sexuelle ou physique n’a eu lieu :
« L’affaire est suivie par le parquet de Tarbes qui précise qu’une seule plainte a été déposée, et ce par les organisateurs, suite à la dégradation d’une dalle de faux plafond. Aucune constatation d’agression physique ou de violence sexuelle n’a été faite. »

Mais Midi Libre nous dit le contraire :
« Bagarres, destructions, harcèlement sexuel, tentative de suicide… Le séjour de jeunes de la région au centre de vacances de Saint-Lary-Soulan dans les Hautes-Pyrénées a viré au cauchemar, la semaine dernière. »

Ainsi qu’une encadrante, Fiona, qui n’a pas sa langue dans sa poche ni dans la mienne non plus qui évoque non pas de la violence mais de l’extrême violence :
« Fiona, directrice adjointe de la colonie « Vacances pour tous du 16 », a confié à nos confrères de La Dépêche que « ce séjour était catastrophique. Tout s’est mal passé de A à Z (…) On n’était non pas dans de la violence, mais dans de l’extrême violence », et précise que « sur les douze animateurs, seulement cinq étaient diplômés du Bafa ». »

Alors qui croire, un chahut de bambins un peu poussé ou l’expression sans limite d’une haine farouche digne de mahométans ou d’africains revanchards anti-blancs comme on en voit maintenant tous les jours dans l’espace public français de la part de submergeants migratoires envers les blancs de souche de ce pays ?
Toujours est-il que des mots claquent :
« « Si ça avait continué, il y aurait eu un mort », assure le responsable de la FCOL. »
« Les enfants ont été obligés de se barricader pour échapper aux bagarres. 
Pire, une adolescente de 12 ans a tenté de se suicider en mettant une ceinture autour de son cou. »

L’organisateur de la colo nous explique qu’il ne comprend pas ce qui s’est passé :
« Je ne peux pas expliquer ce qui s’est passé », soupire Jean-François Arrivé-Beylot. 48 heures après le rapatriement en catastrophe d’une partie des enfants et adolescents accueillis dans la structure de Saint-Lary-Soulan (Hautes-Pyrénées), cet organisateur de colonies de vacances depuis 22 ans pour la Fédération charentaise des œuvres laïques est encore « secoué ».
Qu’il se rassure , nous non plus vu les minces indices laissés par les différents journalistes nous ne comprenons pas comment des Témoins de Jéhovah ou des anglicans non pratiquants peuvent en arriver à de telles violences que normalement leurs lectures religieuses ne promotionnent pas.

Nous ne savons pas non plus si les petits Charentais sont blancs de peau, ou noirs, ou musulmans, ou encore arables me dit mon fermier d’à côté que je suis toujours en train de reprendre en lui faisant répéter : « Arabe qu’on dit, c’est ton champ qui est arable », puis on rigole. Le clou, c’est quand il rentre de son champ harassé les bottes enterrées et qu’il m’annonce qu’il a « fini d’ensemencer mon arabe de terrain » en mimant l’auguste geste d’un emmancheur de camélidés, ça finit toujours avec la boutanche de pastis, et dire que c’est devenu un jeu entre nous ne serait pas un mensonge d’État si j’étais porte-parole de l’Élysée.

Nous ne savons pas plus ce qu’il en est des petits Occitans, s’ils sont autonomistes ou pas, canal historique ou canal carpien, descendants de cathares ou fervents inquisiteurs, mais ici le pacifisme des « parfaits » ne colle pas avec cette violence, quoique les différents témoignages laissent accroire qu’il y aurait eu deux groupes d’Occitanie, les bons et les méchants en quelque sorte, les loups et les brebis qui ont dû comme les trois petits cochons se barricader.
On peut tout de même s’interroger sur les moniteurs de la colo et les gendarmes qui sont intervenus deux fois : dès le premier soir n’aurait-il pas fallu séparer le bon grain de l’ivraie histoire de ne pas pénaliser les « gentils », comme disent les Juifs de leurs « estrangers » à eux, qui ont vu leur colo écourtée ?

Enfin, saurons-nous un jour la vérité devant tant de témoignages contradictoires et le silence qu’impose l’interdiction de statistiques ethniques ???

En effet, alors que le personnel fait état d’un tsunami de haine, les forces de l’ordre n’ont constaté aucune infraction :
 » Les gendarmes sont intervenus à deux reprises, le 3 et le 7 août, dans ce centre à la demande de la direction », déclare le procureur de la République Pierre Aurignac.  » Aucune infraction n’a été constatée par les forces de l’ordre. »
S’il confirme qu’une plainte a bien été déposée par la FCOL pour des dégradations, le procureur réfute certaines rumeurs :  » Si les choses les plus folles ont pu être écrites dans la presse, aucun enfant ne s’est saisi d’un couteau pour menacer les autres. »

Comment sur un fait qui s‘est produit objectivement peut-il exister tant de versions si opposées ???
Est-ce la perception des choses, comme on dit places Beauvau et Vendôme, qui fausse les réalités ? Il y aurait alors autant de réalités que d’individus, autant de types de coups de couteaux que de victimes, autant de criminels que ceux que l’on veut bien voir ? Alors tout s’éclaire sur les fluctuations quantiques dans les chiffres avancés de la délinquance en France, et les femmes sont peut-être finalement largement moins harcelées et violées qu’elles ne le prétendent sur « metoo » en se réveillant 10 ou 15 ans après les faits : peut-être même qu’un psychanalyste, pour répondre aux vœux de sa clientèle, implante-t-il de faux souvenirs, qui sait puisqu’à chacun sa perception des choses selon saint Beauvau et saint Vendôme ?

La police et la justice trouvent tout normal, pourtant les encadrants sont traumatisés :
« Il y avait seulement trois hommes sur l’effectif. Les autres étaient des jeunes femmes de 18 ans inexpérimentées, devant qui des garçons ont été jusqu’à faire semblant ou se sont carrément masturbés, et qui sont désormais traumatisées par cette première expérience d’encadrement. »
https://www.ladepeche.fr/2022/08/09/hautes-pyrenees-la-colonie-de-vacances-degenere-et-tourne-court-a-saint-lary-apres-plusieurs-incidents-10480404.php
Comment peut-on concilier dans un même paragraphe des attitudes aux antipodes l’une de l’autre quand on évoque un tsunami de haine d’un côté présentés en petits incidents de l’autre ?
 » Nous n’étions pas préparés à un tel tsunami de haine, et n’avons pas su canaliser cette violence et ce mal-être », s’attriste Jean-François Arrivé-Beylot, en charge du service vacances pour la FCOL depuis 2005, qui précise que les enfants d’ Angoulême seront à leur tour rapatriés chez eux le mercredi 10 août. Si ce dernier a déposé plainte pour la dégradation d’un plafonnier et la disparition de télécommandes, il regrette, à l’instar de la directrice, voir circuler de fausses informations sur les réseaux sociaux.
Les vols dénoncés ? « Deux bananes au réfectoire », assure-t-elle.  Les enfants d’Occitanie rapatriés sans eau et nourriture ? « Totalement faux », assure Georges Glandières, vice-président de l’ UNAT Occitanie, qui dénonce des faits « intolérables », mais rappelle que 2 400 enfants partent chaque année en vacances grâce à l’opération  » 1ers Départs » sans accroc.  » Il ne faudrait pas jeter le bébé avec l’eau du bain », prévient-il.
Alors que et qui croire ? Les animateurs qui dévoilent un bout de vérité avec un tsunami de haine, ou les officiels pour qui l’affaire reste un chahut de gnomes ?
Et les couleurs de peau, de religion, le crépu ou non de cheveux, on aimerait le savoir pour éviter de propager de fausses et malveillantes informations.

Moi je voudrais bien aider le gouvernement, mais pour faire cesser les rumeurs les plus folles peut-être serait-il temps d’obliger aux descriptions et statistiques ethniques dans les articles de journaux, cela clouerait le bec à ceux qui voient le mal migratoire partout.
Bien entendu, de méchantes langues vont avancer que si les politiques français refusent les statistiques ethniques, c’est parce que cela desservirait leur projet de Grand Remplacement et que cela ne plaide pas en faveur des allogènes.
Pour éviter de fâcheuses colos les prochaines fois, ne faut-il pas établir un protocole profiler par des professionnels du crime et de la psychologie concernant les lardons que l’on envoie ainsi au feu ???

Allons plus loin : comme dans Minority Report,  ne faut-il pas détecter à la naissance les potentialités criminelles des naissants pour s’éviter bien des dépenses inutiles plus tard ?

Qui n’a pas saisi que Philip K Dick nous a décrit notre futur ???
https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/hautes-pyrenees/tarbes/insultes-intimidations-et-degradations-une-colonie-de-vacances-a-saint-lary-degenere-les-enfants-renvoyes-chez-eux-2594180.html
https://www.midilibre.fr/2022/08/11/des-ados-heraultais-sement-la-terreur-dans-une-colonie-de-vacances-la-caf-pointe-du-doigt-sexplique-10483876.php
https://www.fdesouche.com/2022/08/11/des-ados-ages-de-13-a-15-ans-venus-par-le-biais-de-la-caf-permettant-a-des-jeunes-issus-de-milieux-defavorises-de-partir-en-vacances-lete-sement-la-terreur-dans-une-colonie-a-saint-lary/

Jean d’Acre

image_pdfimage_print
12

9 Commentaires

  1. C’est ça les CPF « chiasses pour la France », détruire tout détruire, détruire tout ce qui fait la France ! Nous aussi on aimerait bien détruire leurs sales gueules…

  2. La colonie de vacances, au sens traditionel Français, n’est pas faite pour gérer l’entrainement a la Haine des Nazillons-Islamistes qui debordent de mos banlieues.
    Le reste en decoule.

  3. J’ai (re)écouté la chanson de P. Perret.. avec plein de souvenirs, et tout à coup relevé une strophe qui ne m’avait pas accroché à l’époque ou je l’écoutais, il y a déjà bien longtemps : à 3’15 :

    Les p’tits on n’a vraiment pas de chance
    on nous fait jamais voyager
    Mais les grandes filles vont à Tanger
    dans d’autres colonies de vacances !

    Chanson datant de 1966 !

    Remember what : F. la mitte, langue de chèvre, bergère, merluchon..
    Comme quoi, il y a fort longtemps, tout le monde savait… la traite (et elles ne se faisaient pas seulement traire) des blanches au maroc ! Il n’y avait pas alors besoin de metoo.

  4. ben voyons, ces djeunes des quartchiers ne font rien de mal puisqu’il n’y a eu aucun viol ni égorgement, que du vivre ensemble habituel et lisse

  5. il y a fort longtemps que les familles éclairées ne mettent plus leurs enfants dans ces colonies de vacances, et pour cause

  6. Si c’est les mêmes, il y a deux ans, ils ont foutu un bordel immonde à la piscine de Loudenvielle – vallée du Louron jumelle de l’Aure, le col d’Azet reliant Loudenvielle à Saint-Lary (pour les amateurs du Tour). Je passe mes vacances depuis 30 ans dans cette vallée et je viens régulièrement à cette piscine. Je n’avais jamais vu un tel déchainement de violence. Racailles de Toulouse, agressives, squattant la piscine et la totalité du grand bain, empêchant les familles de se baigner en faisant des bombes à 10 à la fois et éclaboussant tout le reste du grand bain. Les « moniteurs » étaient des sous BAFA, ne contrôlait même pas leurs racailles, ils en avaient d’ailleurs une trouille bleue. Cette année, ils ont mis un maître nageur qui ressemble plus à un sergent chef qu’à un MSN, qui fait tourner son sifflet autour de son doigt…

  7. La proximité de la racaille de Toulouse va vite faire des dégâts dans cette merveilleuse vallée. J’ai plusieurs témoignages en ce sens. Ne me demandez pas la religion de ces sales gamins, je ne vous la dirai pas ! Ils sont atroces, irrécupérables, irrespectueux, violents, prêts à la bagarre dès que vos osez leur dire de se tenir correctement, sans foi ni loi. Ils y a deux ans les MNS avaient une trouille bleue d’eux. Assurément, des futurs locataires du Centre des Muret, prison haute sécurité. Il ont déjà la psychologie du grand banditisme et ont la tronche des mecs du 9-3 qui font le guet dans les cités pour la schnouff.

  8. Si cela n’avait pas été d’une « extrême violence », et d’autres amabilités du même acabit de la part de certaines Chances Pour la France, et certainement des preuves matérielles de dégradations je ne vois pas pour quelles raisons légitimes la direction de la colonie de Saint-Lary-Soulan (Hautes-Pyrénées) aurait pris la décision ultime de renvoyer tout le monde à ses pénates ?
    Ceci posé, l’adage selon lequel « l’enfer est pavé de bonnes intentions » se vérifie très souvent.

  9. Vous allez me dire que j’exagère ? Non. J’ai vécu dans le 9-3. Je connais les regards de haine et la programmation mentale islamique de ces gamins. Je dis juste que j’ai vu la même chose dans cette piscine il y a 2 ans. Ce sont des gamins qui sont prêts et préparés à en découdre par leurs aînés et parents. Pour l’instant, ce ne sont que des gamins. Dans 10-15 ans ce seront des guerriers, nos ennemis, comme ceux du Bataclan.

    Il y a 20 ans, après mon expérience dans le 9-3, je disais que seule l’armée pourrait régler ce problème, avec de vraies balles et de vraies mitrailleuses. On m’a traité de facho… Je constate juste qu’on y vient pas à pas, meurtre après meurtre, égorgement après égorgement, Stade de France après Bataclan…

Les commentaires sont fermés.