Virginie de Araujo-Recchia : Garde à vue faute de garde-à-vous !

Finalement, les fins limiers de la DGSI ont relâché maître Virginie de Araujo-Recchia, après tout de même soixante heures de garde à vue. La meute des journaleux de la bien-pensance n’a donc plus rien à se mettre sous la dent à propos de terrorisme et de cette extrême droite qu’ils agitent telle un épouvantail de plus en plus ridicule.

Déjà ces quelques lignes présentent un constat : l’avocat est confondu avec son client, la police interpelle l’innocent et la presse remplace l’information par la propagande. Bien sûr les moyens multimédias ont été saisis et manquent pour le travail de maître de Araujo-Recchia et celui de son mari, lequel répond fort à propos aux journaleux dans une vidéo*. Notre ami Pierre Cassen sait quel délai indéfini une saisie de matériel peut durer…

Ces mêmes journaleux passent leur temps à nous ressasser les sempiternelles fariboles pour simplets que sont devenus ces titres ronflants et prétentieux qui eurent quelques moments d’une gloire aussi éphémère que relative : l’état de droit, les droits de l’homme, la liberté de la presse, la liberté de penser, de manifester, de s’exprimer, d’écrire, de caricaturer… la présomption d’innocence, le respect de la vie privée, du secret médical et du serment d’Hippocrate, la démocratie, la laïcité, la République et ce qui est censé aller avec, la liberté, l’égalité et la fraternité…

Depuis deux ans que le petit maCrON a instauré une dictature, ces journaleux ne s’en sont même pas aperçus. Ils ont continué leurs bla-bla en invitant une foule de personnages douteux et corrompus, en conflit d’intérêts avec Big Pharma, afin qu’ils vantent les mérites de la dictature sanitaire avec les résultats que l’on connaît. Maintenant ils continuent leur asservissement intéressé en traînant dans la boue un avocat ne faisant que son travail. Son arrestation arbitraire mais heureusement limitée dans le temps est dans la lignée des Gilets jaunes éborgnés par la même engeance de fonctionnaires dont on pourrait penser que tout ce qui les fait bander est d’avoir un pouvoir sur les autres, celui de leur faire du mal. Toutes les dictatures ont leurs zélés serviteurs.

Si tu n’est pas au garde-à-vous devant le dictateur et ses sbires, tu seras placé en garde à vue même si l’on n’a rien à te reprocher, ton nom sera sali au vu de tous par les écrivaillons de pacotille, tes affaires te seront confisquées et ton action professionnelle ou autre sera disqualifiée. Voilà dans quelle singulière démocratie nous vivons, un bon ensemble de raisons, avec bien d’autres, de voter pour Éric Zemmour sans tarder et sans hésiter !

Daniel Pollett

* https://www.youtube.com/watch?v=jcJQcV7r2O4

image_pdfimage_print

6 Commentaires

  1. Bravo à tous les 2 pour ne rien lâcher face à la malhonnêteté du pouvoir en place et des médias aux ordres. « Les chiens aboient, la caravane passe » !

  2. bon titre plein d’humour
    mais en france on est dans le pays phare des droits de l’homme (surtout s’il est djihadiste) et le phare du monde libre (obéissez non de diou!)

  3. Cher Monsieur, si les journaux existent toujours, les journalistes au vrai sens du terme se font très rares. Si votre femme veut s’exprimer et dire son émoi, vous le constaterez une fois encore.

  4. avec des français comme les pleutres masqués et injectés volontaires on est loin des poilus de 14 qui chargeaient à la baïonnette

  5. Il faut parfois désobéir surtout dans un pays corrompu , c’est-à-dire la règle d’or en gardant le silence , les anciens l’ont très bien compris faites en de même rien que pour emmerder nôtre petit boche d’état et sa Gestapo , faire chier les cons parfois s’impose.

Les commentaires sont fermés.