Viry-Châtillon : un scandale judiciaire qui ne doit plus se reproduire

Publié le 20 avril 2021 - par - 21 commentaires - 618 vues
Traduire la page en :


Ce n’est plus du laxisme judiciaire, mais de la complicité. Le jugement rendu dans la nuit du 17 au 18 avril dans l’affaire des policiers brûlés de Viry-Châtillon est un déni de justice.
Comment peut-on croire à la justice après une telle mascarade ? Il aura donc fallu six longues semaines à la cour d’assises des mineurs pour juger en appel treize jeunes barbares – ils avaient de 16 à 21 ans au moment des faits – poursuivis pour avoir tenté délibérément d’immoler deux policiers en bombardant leur voiture de cocktails Molotov. Cette sauvage agression s’était déroulée le 8 octobre 2016, en plein jour, à proximité de la cité de la Grande Borne à Viry-Châtillon alors que les policiers assuraient la surveillance d’une caméra de vidéosurveillance détruite à plusieurs reprises au cours des mois précédents.
Pris à partie par une vingtaine d’individus encagoulés, les policiers coincés dans leur voiture en feu seraient morts brûlés vifs sans l’intervention de renforts. Plus de quatre ans après cette double tentative d’assassinat, les deux fonctionnaires de police, une femme de 39 ans et un agent de sécurité de 28 ans gardent les séquelles tant physiques que psychiques de cette agression inqualifiable qui avait profondément choqué l’opinion par sa cruauté d’un autre âge.
En décembre 2019, treize des agresseurs présumés ont été jugés par la cour d’assises des mineurs. À l’issue du procès, huit d’entre eux seront reconnus coupables et condamnés à des peines allant de 10 à 20 ans de réclusion criminelle, tandis que les cinq autres bénéficieront d’un acquittement faute de preuves. Un verdict jugé trop indulgent par les parties civiles qui avait incité le parquet général à faire appel.

Déception mêlée de colère
Le 2 mars dernier s’ouvrait à huis clos devant la cour d’assises des mineurs de Paris le second procès. Après six semaines d’audience et un délibéré qui aura duré quatorze longues heures, la cour va rendre un jugement qualifié « d’incompréhensible » par beaucoup. Seulement cinq des treize individus poursuivis pour tentative de meurtre sur personnes dépositaire de l’autorité publique sont condamnés : trois à dix-huit ans de réclusion, un à huit ans et un à six ans. Les autres sont acquittés. Un jugement plus clément qu’en première instance ! « Nous venons d’assister à un naufrage judiciaire » déclare, abasourdi, Me Thibault de Montbrial, avocat de l’un des policiers. Même déception mêlée de colère de la part du syndicat Unité SGP police partie civile au procès : « Avec les mêmes preuves on se retrouve avec moins de coupables et des peines moins lourdes qu’en première instance » s’interroge Grégory Joron, son secrétaire général.

Doit-on s’étonner d’un tel verdict ? D’une telle indulgence à l’égard de délinquants qui ne respectent pas plus nos institutions que nos lois, et qui n’ont que mépris pour ceux qui représentent l’autorité dans notre pays comme ils n’ont cessé de le montrer par leur attitude tout au long du procès, ainsi qu’ils l’ont manifesté encore par une bagarre générale dans le box lors de l’énoncé du verdict par la présidente. Bagarre qui a gagné la salle de la cour d’assises occupée par les familles des accusés. Une situation proprement incroyable, absolument inédite en France, qui a nécessité l’intervention d’une trentaine de policiers et de gendarmes pour ramener l’ordre et le calme après l’évacuation du public.
Doit-on s’étonner d’un tel verdict lorsque les peines requises en appel sont moins sévères que celles demandées en première instance ? Pire, lorsqu’un des deux avocats généraux, dont le rôle, dans les procès d’assises, est précisément de porter l’accusation au nom de la société qu’il représente et, à ce titre, doit demander que la loi de la République soit appliquée, conclut ses réquisitions en déclarant que les accusés avaient, à ses yeux, « de l’empathie » et qu’ils constituaient « une richesse pour le pays ». On croit rêver ! Comment un magistrat peut-il prononcer de telles paroles en présence des policiers victimes de ces barbares dont l’intention était bien de « tuer du flic » ? Peut-on envoyer un signal d’encouragement plus clair aux racailles qui chaque nuit s’en prennent aux forces de l’ordre avec des mortiers d’artifice ?

L’exemple vient de haut
Notre Justice marche sur la tête avec des juges de cet acabit qui manifestent plus de compassion pour un criminel que pour un policier gravement blessé lors d’une intervention. Il est vrai que l’exemple vient de haut puisque le garde des Sceaux se définissait lors d’une récente interview à BFM TV comme « le ministre des prisonniers ». Autant dire que le sort des victimes n’est plus la priorité pour l’ancien ténor du barreau. On se souvient d’ailleurs que pour sa première visite ministérielle, Éric Dupond-Moretti s’était rendu au centre pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne) où, dans les coursives, il avait été acclamé par les détenus. C’est tout dire !

Une réforme de la Justice s’impose dans notre pays. La Justice que nous avons connue doit évoluer pour répondre aux nouvelles formes d’une délinquance de plus en plus violente qui concerne des mineurs de plus en plus jeunes. La réalité des phénomènes de bandes doit être prise en compte. Dans le cas de l’odieuse agression de Viry-Châtillon, la cour d’assises des mineurs a dû prononcer des acquittements faute de preuves suffisantes. Pourquoi vouloir tenter d’individualiser les peines alors qu’il y a une responsabilité collective du groupe d’assaillants ? Tous les prévenus auraient dû être condamnés pour tentatives de meurtre sur les policiers. La notion de responsabilité collective criminelle devrait s’appliquer, comme le soutien d’ailleurs l’ancien avocat général Philippe Bilger.
Dans des sociétés fermées comme le sont les zones de non-droit s’applique la loi de l’omerta. Les habitants de ces cités sont l’objet de menaces, de pressions, voire d’agressions. Pour mener leur enquête, les policiers ne peuvent espérer obtenir des renseignements de la population. À Viry-Châtillon ils ont rencontré pas moins de mille personnes sans recueillir le moindre renseignement. C’est essentiellement par les écoutes téléphoniques et les réseaux sociaux qu’ils ont pu confondre quelques-unes de ces racailles. Il est grand temps de relire Jean de La Fontaine et d’appliquer la sentence : « Si ce n’est toi c’est donc ton frère… c’est donc quelqu’un des tiens » (Le loup et l’agneau).

Alain MARSAUGUY

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Robert Jordan

On veut les noms des juges !

raskasse

” Une réforme de la Justice s’impose dans notre pays ” ? NON ! Une bonne purge de tous les collabos et sales juges rouges s’IMPOSE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Romuald

Faut avoir envie de faire policier de nos jours c est un peu comme faire surveillant de prison à ce faire traiter d enculer toute la journée et va niquer ta mère et en plus la hiérarchie qui vous dit faut pas faire attention ce sont leur langage cet un peuple opprimé à bon sont ils pas Français pour la plupart.

joseph d arimathie

pour le pouvoir , l equation est la suivante : moussa doit recuperer des voix a droite en faisant semblant de combattre une delinquance dont il est incapable de venir a bout dans sa propre ville . et le yeti doit faire gagner des voix a gauche en caressant la divertchite dans le sens du poil !

Macronulontenc

Le bizarre Ducon-Moretti se targue d’être un sang mêlé !
Ce demi-rital répugnant est donc le produit d’un croisement !
De son portrait on remarque immédiatement la truie, mais pour l’autre partie j’hésite encore entre plusieurs nuisibles qui colonisent et pourrissent l’habitat occidental (?)

Jill

Pourquoi les policiers sont ils armés si ils ne doivent pas ouvrir le feu, même quand ils sont sauvagement attaqués. Les monstres qui lançaient des cocktails molotov auraient dû être abattus purement et simplement ;on aurait pas perdu du temps avec un procès, et cela aurait donné à réfléchir à la racaille.

jojo

à lire le titre ,le verdict serait il déjà oublié ????? ce n’est pas “plus jamais ça”, mais on ne veut pas de ça………

Kancau11

Espérons que les flics ouvrent un jour les yeux avant qu’il ne soit trop tard (si ça n’est pas déjà le cas pour s’apercevoir qu’ils servent un pouvoir ennemi de la FRANCE.

Suzanne MARIE

Ce procès de cHAMPIGNY est un simulacre pourquoi le faire en huis clos l’arrangement est flagrant simulacre de justice !

Anonyme

Bonjour , lui fait parti du même acabit que macron , c’est un avocat véreux

patphil

le pire c’est que le jury populaire de six personnes l’a fait (sous la pression des 3 juges certes mais ils l’ont fait)

Robert Jordan

Sans doute ont ils été payés.

Laurent P

“La police est un mal nécessaire” (Gil Andreau, directeur de l’école de police de Nîmes).
Au nom de la nécessité, il faut parfois savoir SOUTENIR le mal afin d’éviter un mal PIRE encore.
Donc en SOUTIEN aux policiers de Viry-Chatillon, IMPRIMER L’ARTICLE ET LEUR ENVOYER PAR LA POSTE.
L’adresse postale publique de leur bureau est
https://www.pagesjaunes.fr/pros/54543400
Pour imprimer :
cliquer sur l’icône verte Print Friendly, en bas à gauche de l’article
URL direct : https://www.printfriendly.com/p/g/ZkewXZ
Choisir taille de texte 130% et taille d’images 100%
puis télécharger la version PDF en quatre pages et l’imprimer en deux feuilles recto-verso (1-2 et 3-4).
Pour envoyer : Mettre dans une enveloppe, écrire l’adresse, timbrer, poster.

Je suis tout à fait d’accord que le verdict n’est pas satisfaisant au plan moral. Mais au plan judiciaire, c’est à dire en droit, c’est une toute autre affaire. Voir à ce sujet l’excellent article de Régis de Castelnau:

https://www.vududroit.com/2021/04/viry-chatillon-ne-pas-se-tromper-dadversaire/

Ce qu’il faut changer, c’est la loi. Et pour cela il faut, d’abord, changer de politique. Et ça passe par le remplacement des tocards qui nous gouvernent (je reste polie) par des gens qui en aient…

Après ça, à tête reposée, on pourra faire le tri entre les juges. Et les jurés.

Mais reprocher à des juristes d’appliquer la loi, ainsi que le bénéfice du doute (quand, hélas, il existe, à cause d’une omerta que plusieurs gouvernements de renégats ont délibérément choisi de laisser s’installer), c’est comme reprocher à un soldat d’aller se faire tuer en raison des ordres qu’il a reçus. Le coupable, ce n’est pas l’exécutant, c’est le commanditaire. C’est à dire aujourd’hui, notre “classe” politique dans son ensemble

Le Blob

De la part des juges c’est de la compassion par peur de représailles face à des individus qui n’en n’ont rien à faire de cette justice. Ce sont des blancs becs pétrifiés de peur sous l’effet de sidération ; des lièvres dans les phares d’une voiture, pareil. Alors ils taillent des pipes, “c’est une richesse pour notre pays”… Ils espèrent être épargnés le jour du chaos ? Et n’y a-t-il pas une allusion à une ethnie dans cette phrase prononcée qui confirme les propos de Zemmour pour lesquels il a eu un procès ?
Il ne faut plus se laisser impressionner par ces salopards. J’en ai fait l’expérience moi-même et croyez moi que quand ils reçoivent le message qu’ils se mettent à plat ventre.
N’AYEZ PLUS CRAINTE DES PUTES EN ROBE ROUGE OU NOIRE.

kabout

nos policiers n’ont plus qu’a mettre un bulletin de vote RN en mai 2022 ! tout simplement,au moins avec le RN aux manettes nos policiers auront les vrais soutiens,les moyens et surtout les ordres qu’ils faut et qu’ils attendent pour enfin appréhender,casser les délinquants sans que leur hiérarchie leur tombe sur la téte.Messieurs les policiers penser a vous “venger”,aprés tout ce que castaner vous a fait subir,humiliation et darmanin qui en remet une couche,vote RN.

patphil

pourquoi ne répliquent ils pas en cas d’agression ?

Une patriote

P. Je pense que s’ils ne répliquent pas c’est parce qu’ils reçoivent DES ORDRES de ne pas le faire. Ensuite je pense que la racaille n’attend que ça pour sortir leurs armes planquées dans les caves et tirer sur les policiers.

kabout

nos policiers n’osent repliquer car si ils cassent un ongles a ces racailles la foudre va leur tomber sur la téte ( politicards,jusdtice et journaleux) pensez bien que nos policiers n’attendent qu’une chose…..les ordres et protections adéquat pour enfin pratiquer leur metier .

Mossad

C’est pour ca que les flics qui traquent les blancs a longueur de temps, beaucoup moins risque. Depuis l’episode des gilets jaunes, plus aucune compassion pour ces ordures.

kabout

pour les gilets jaunes c’est la truie castaner a l’époque qui donné ses ordres pour casser du gilet jaune ( blancs),on le voyait beaucoups moins autoritaire pour les cités.

Lire Aussi