Vite, faisons le ménage dans la maison France

Publié le 3 juillet 2013 - par - 1 745 vues
Share

L’actualité de la France – et mondiale, hélas – invite à une (re)lecture des textes fondateurs de l’islam.

Al Boukhari, qui vécut au 9ème siècle, soit deux siècles après la disparition du Prophète, raconte la vie de Mahomet sur quelques milliers de pages qui constituent pour les musulmans sunnites le texte sacré de référence juste après  le coran.

On peut y lire, entre mille et un récits qui sont loin d’avoir le charme des « Mille et Une Nuits », celui d’Aïcha, épouse du prophète vieillissant, – la petite fille qu’il épousa lorsqu’elle avait cinq ans et qu’il déflora lorsqu’elle en avait neuf. Voici ce que raconte Aïcha :

« Les habitants de la tribu des Quraish s’inquiétaient du sort d’une femme de la haute société de la tribu des Bani Makhzum, coupable d’un vol. Ils demandèrent : ‘Qui intercédera en sa faveur auprès de l’Envoyé d’Allah ?’

Certains répondirent : ‘Personne ne veut le faire à l’exception d’Usama bin Zaid, si cher à l’Envoyé de Dieu’.  Lorsque Usama lui en parla, l’Envoyé d’Allah lui répondit ‘ Essaies-tu d’intercéder en faveur d’une personne pour un délit passible d’une punition prescrite par Allah ?’ Puis il se leva et fit le sermon suivant : ‘Ce qui a détruit les nations qui vous ont précédées, c’est que lorsqu’un notable commettait un vol, il était pardonné, tandis que si c’était un pauvre qui volait, la juste punition d’Allah lui était administrée. Par Allah, si ma propre fille Fatima volait, je lui couperais la main. ‘. ». (4.682).

Si Mahomet était encore vivant – ce que nul être sensé ne souhaite, et fasse que les croyants de l’islam n’aient pas raison de croire, et que jamais il ne ressuscite – on serait tenté de lui dire : « Chiche ! ».

J’avoue que devant la corruption généralisée des élites mondiales,  et bien que  n’étant pas  d’humeur revancharde ou sanguinaire, il ne me déplairait pas que l’Envoyé d’Allah, du Diable ou tout simplement d’un Tribunal mondial de la vraie Justice et de l’Equité, se charge de châtier bien comme il le faut les prédateurs assoiffés d’argent et de pouvoir, tout aussi empressés à donner des leçons au petit peuple qu’à détourner de lui l’argent public dont il a tant besoin, comme Jean de Florette a détourné la source de Manon.

Plus gentiment, Goethe écrivait : « Si chacun nettoyait devant sa porte, le monde serait propre ».  La maison France a grand besoin d’un nettoyage en profondeur. Des cohortes de zélés balayeurs d’Allah se pressent à la porte tandis que d’autres, déjà dans les murs, se bousculent, le coran à la main,  pour rafler des sièges en 2014 .  Ce jeu de chaises musicales ne laisse, hélas, aucun doute sur l’identité des vainqueurs.

Vite, faisons le ménage dans la maison de France. Surtout ne laissons aucune possibilité  aux amoureux de la charia de le faire à notre place. Je veux parler de tous ces gentils  musulmans modérés dont on nous rebat les oreilles, mais immodérément impatients de nous chasser d’un grand coup de balai.

Eve Sauvagère

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.