Vive l’ancien monde communiste !

Conditionné à la supériorité du Monde Libre sur le Monde Communiste, j’ai longtemps conçu le bloc soviétique comme un monde arriéré, sans liberté et sous le joug d’une idéologie mortifère. La réalité était bien différente. Et mon conditionnement capitaliste a disparu quand j’ai parcouru ces vastes étendues, quand j’ai rencontré ces nombreux peuples et quand ces citoyens m’ont comparé leur nouveau monde de liberté avec ce monde dont nous étions les ennemis irréductibles, une fois le mur de Berlin tombé et l’URSS dissoute.

20 ans après que reste-t-il ? Une culture, un art de vivre et des souvenirs. Et dans les souvenirs ce qui revient le plus souvent c’est : « Du temps de l’URSS, Nous avions tous un logement, tous un travail, et tous une école ».

Les communistes sont partis, le capitalisme s’est installé, mais quelques marques de ce temps sont restées. Comme l’école, et les traditions qui y sont attachées. En particulier, en ce jour si particulier qui est le premier jour de l’année scolaire.

C’est une véritable fête où la gent féminine petite et grande rivalisent de prouesse pour incarner une histoire, une culture et des traditions. Et les maîtresses ce jour-là se transforment en jardin de fleurs, tant les bouquets qu’elles reçoivent sont nombreux et conséquents. L’école est fêtée comme le lieu de l’apprentissage et le rôle des maîtresses est honoré à sa juste valeur.

Peut-être devrions-nous ne pas oublier ce monde si important pour l’avenir d’une société qui est celui de l’école. Nous avons gagné, le méchant communisme est mort, mais il peut nous apprendre bien des vertus que, lui, a conservé…

Carl Pincemin

image_pdf
0
0

47 Commentaires

  1. Très bel article!
    Bon, évidemment ceux qui se réjouissent du fait que, depuis Gorbatchev, le nombre de mosquées en Russie ait été multiplié par 70 pensent l’inverse…

    • Sommes-nous obligés d’être communistes pour lutter contre l’islam ?
      Sommes-nous obligés de persécuter les chrétiens pour pouvoir mettre l’islam au pas ?
      Comment faisaient les ancêtres des Européens pour bouter l’islam hors d’Europe ? Ils n’étaient pourtant pas communistes, il me semble.

  2. J’hallucine ? Les vertus du communisme ? Vertus ? Les goulags, les milliers de morts, Pol Pot, Mao et l’auto-critique publique, les famines et les souffrances infinies des peuples sous le joug des tyrans de cette idéologie ! Les apparatchiks, chouchous du régime (tant qu’ils ne tombent pas en disgrâce) La corruption, les passe-droits, le collectivisme et sa faillite économique ! Toutes ces générations sacrifiées dans la soumission à un régime qui règne par la terreur et le crime! Quand aux images, classiques du temps de ces dictatures, on les dirait tirées d’un journal propagandiste, tel la Pravda ! Toutes ces horreurs devraient à tout jamais nous supprimer le droit d’écrire un tel article, et il est vraiment décevant d’avoir à le lire sur ce site, généralement mieux inspiré !

  3. C’est vrai que dans notre pays si joliment « enrichi », les maîtresses risquent davantage de recevoir un pain dans la gueule qu’un bouquet de fleurs…

    • Pas besoin d’une idéologie criminelle comme le communisme pour que les enseignants soient respectés. Dans les écoles chrétiennes, les parents ne viennent pas tabasser les enseignants.

  4. Comme c’était beau ! Et puis ces camps de vacances en Sibérie dont SOLJENITSYNE vante tous les bienfaits dans  » l’archipel du goulag  » .
    Vous savez, Carl, Pol Pot ne peut plus rien pour vous mais si vous demandez poliment, je pense que Xi Jinping, Kim Jong Un ou Nguyễn Phú Trọng vous trouverait un petit nid douillet dans un de leurs établissements d’initiation au communisme. Je vous sens nostalgique ; sautez le pas !

  5. raspail nous avait dit que nous avions tort de critiquer les communistes ,le couteau entre les dents,car ,en realite ,ils nous protegeaient des hordes asiatiques

    • Oui, mais ils malmenaient les peuples qui subissaient le communisme.
      Cela me surprend qu’il existe des personnes qui imputent au communisme des avantages qui peuvent être obtenus sans subir cette idéologie criminelle.

  6. J’adore les gauchistes qui vantent les mérites du communisme alors qu’ils n’ont jamais vécu dans un pays communiste pendant l’ère communiste.
    Ca me rappelle un peu ceux qui vivent dans les beaux quartiers, et qui sermonnent leurs compatriotes des banlieues islamisées, à cause de leur « sentiment » d’insécurité.

    • Je dirais que l’article de Carl Pincemin illustre surtout le dégoût que beaucoup éprouvent pour cette société complètement désordonnée et démoralisée, dans laquelle nous vivons. Mais Staline, représenté en affiche, a tué plus de gens que Hitler. Leur contemporain Vladimir Jabotinsky a dit qu’en Italie fasciste il est interdit de réfléchir. En Russie communiste, il est interdit même de respirer.

      • Personne n’oserait afficher la nostalgie du nazisme, sous prétexte que la société nazie était moins désordonnée et moins démoralisée que celle dans laquelle nous vivons.
        Je ne comprends pas pourquoi une idéologie criminelle comme le communisme a toujours pignon sur rue malgré ses 100 millions de morts, et pourquoi le communisme n’a toujours pas subi son procès de Nuremberg.
        Et Staline n’est pas le seul responsable des millions de morts que nous devons au communisme.
        Ensuite, imputer au communisme des traditions sympathiques qui sont largement pratiquées dans les écoles chrétiennes, c’est une forme d’aveuglement insupportable.
        S’il y en a qui ont la nostalgie du communisme, qu’ils aillent vivre dans un pays communiste, car il y en a encore aujourd’hui.

        • Je ne sais pas pour quelle raison mon commentaire précédent est signé: line.
          Je suis Eva.

  7. AH le Goulag et les HP ça c’était le bon temps, heureusement que les Laogaïs sont restés

  8. Et maintenant on a la pieuvre/ le serpent islamiste qui gangrene tout et pourrit tout dans la vieille Europe. Chassons l’infâme secte

  9. Carl,
    j’ai passé une grande partie de ma vie en militant dans un syndicat ouvrier professionnel catégoriel non subventionné et « anti-rouge ». Rare….
    Cette putain de CGT mordu aux mollets par SUD m’a toujours fait gerber. Filiale du PCF ces soumis idiots montaient sur des chaises pour nous vendre des entrées à la Fête de l’HUMA !!!
    Je les ai bien combattus. Ah ouais ! A fond !

    Toutefois, à des milliers de km de là, je savais que les vrais rouges (volontaires ou pas…) pouvaient offrir une vie décente au peuple. Après les souffrances vécues par les « sans dents » comme dirait l’autre avant 17 le moindre appart’ avec cuisine partagée était un progrès. Nous avons connu le même engoument pour les HLM dans les années 60 avant l’arrivée de l’afrique dans ces cités.
    Suite ci-dessous.

  10. Tout n’etait pas rose du temps de l’URSS mais tout n’etait pas noir pour autant. En tant que « silovik » j’ai eu la chance d’etre un « privilegie » mais tres nombreux sont celles et ceux, citoyens ordinaires, petites gens, ouvriers cadres et intellectuels, qui, aujourd’hui regrettent cette epoque. Nombre d’entre eux revaient de l’ OUEST… Quand nous l’avons vu, apres les premiers jours ou tout etait beau, la realite est apparue. Il y a 30 ans la majorite des jeunes filles revaient d’un mari de l’OUEST. Aujourd’hui plus personne n’en veut: Elles ont vu, NOUS avons vu ce qu’est l’OUEST. Nous le voyons chaque jour grace a internet. Non merci, nous n’en voulons pas. Nous ne reviendrons pas a l’URSS. Mais un « URSS-2 » est en marche.

    • Il existe un mouvement nostalgique similaire en Pologne. Le système était effectivement plus égalitaire en de nombreux points (accès à l’enseignement, soins santé, …). Mais de telles structures ne peuvent se maintenir qu’en cas d’autarcie avancée. L’URSS s’est écroulée d’elle-même, incapable de faire face à une globalisation croissante. Il en sera de même pour l’URSS-V2 si elle ne diversifie pas sa production. L’automation envahit l’industriel et même ici Berlin a dix ans d’avance sur Moscou. Faut mettre le turbo les gars, quitte à commander un turbo allemand.

      • En Pologne c’était différent. Le communisme n’a jamais réussi dans ce pays comme il a réussi ailleurs. L’identité chrétienne du peuple polonais n’a jamais pu être dissoute par les communistes, et Dieu sait s’ils ont essayé. En Pologne, les églises sont restées ouvertes, et les messes étaient célébrées, que les cocos soient d’accord ou pas.

      • Tu nous les brises avec tes boches, va donc habiter là-bas ! En 15ans la Russie a autant grimpé que l’Allemagne a dégringolé. Ta poufiasse Merkel est digne de toi, tu devrais aller la bouillaver elle te filera un passeport, ça fera trois passeports de merde après le belge et le pollack! Raus! Schnell!!

        • Un passeport allemand ? Mais que me vaut cet honneur ? Que vous êtes bon, Monseigneur Gargamelon.

          PS • Entre nous, on vous a téléporté du 19ème siècle ? Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine ? C’est du passé tout ça mon p’tit gars. Entre-temps, les vents d’Ouest ont déplacé les problèmes vers l’Oural.

      • Si « l’URSS » s’est écroulée, c’est aussi en partie du fait de la démotivation des travailleurs à qui tout droit était dénié. Les syndicats non liés au pouvoir étaient interdits.

    • Il est incroyable de lire de tels propos aujourd’hui ! Aucun, aucun pays communiste n’à réussi à donner aux peuples dominés par la terreur autre chose que la misère du collectivisme, la souffrance, la privation, la mort par milliers et la corruption généralisée ! Du reste, il existe encore quelques uns de ces « paradis » et on peut parfois arriver à y entrer, mais c’est une autre affaire que d’en sortir…Ces pays sont des prisons pour leurs peuples !

  11. Au milieu des années 1960, il était d’ usage d’ apporter de temps à autre des fleurs coupées au jardin aux instituteurs y compris dans les écoles de garçons… de sorte qu’ il y avait en permanence plusieurs pts de fleurs dans la salle de classe (environ 40/45
    élèves) sauf en hiver.

    • Sans chercher plus loin, en France dans les années 50, les parents d’élèves, du moins ceux qui pouvaient le faire, offraient des cadeaux aux instituteurs. je me souviens que ma mère s’était fendu d’un sous-main en cuir avec les accessoires amanr avec. Mon instit était ravi. Contrairement à ce que vous ourriez penser Il ne m’a pas favorisé pour autant pendant l’année scolaire.
      Souvenir d’un vieux dinosaure né en 1942.

      • Les instituteurs comme tous les enseignants étaient alors des gens intègres, dévoués à leurs élèves et à la France qui les rémunérait infiniment mieux qu’ aujourd’ hui. ils étaient donc incorruptibles et s’ acharnaient à faire réussir réellement leurs élèves pour en faire d’ excellents Français. Entièrement d’ accord aussi avec Eva infra.

    • Au Liban où je suis née, et où les chrétiens sont vaccinés dès la naissance contre le gauchisme, il y a un jour pendant l’année scolaire où nous allons à l’école mais pas dans le but d’étudier.
      C’est le jour de la fête des professeurs, dans les écoles privées comme publiques.
      C’est un jour fêté dans tout le pays, où les élèves apportent des dessins, des fleurs ou d’autres petits cadeaux à leurs professeurs, et passent la journée à discuter, rire, et chanter avec leurs enseignants.
      Les écoles où cette fête revêtait le plus d’importance étaient les écoles religieuses chrétiennes, les meilleures du pays.
      Donc nul besoin d’une idéologie criminelle comme le communisme et ses 100 millions de morts pour donner à l’enseignement et aux enseignants la place qu’ils méritent.

Les commentaires sont fermés.