Vladimir Poutine tel qu’en lui-même, par Oliver Stone

Conversations avec Monsieur Poutine est un documentaire d’Oliver Stone, réalisé à partir d’entretiens avec le Président russe, de juin 2015 à février 2017, ponctués d’images d’archives. France 3 en a diffusé les deux premières parties, lundi 26 juin 2017.

Loin d’un énième portrait à charge de Vladimir Poutine, il s’agit d’échanges constructifs, le titre, déférent sans être servile, l’atteste. Metteur en scène de grand talent – Platoon, Wall Street, Né un 4 juillet, Nixon, World Trade Center –, dont l’œuvre est marquée par une nette propension à montrer l’Amérique telle qu’elle est et non telle qu’elle s’imagine, Oliver Stone réussit là un tour de force : celui d’ôter les masques de Vladimir Poutine, masques dont on l’affuble systématiquement, à son corps défendant.

Avec un indéniable humour, Poutine, mis en confiance par un homme très au fait de son sujet et qui ne l’invective pas à tout bout de champ, raconte son parcours, analysant avec pertinence la Russie et le monde depuis la chute du Bloc soviétique. Ainsi, à propos de la Perestroïka, il a cette phrase très éclairante : « Ce n’étaient pas les idées de Gorbatchev. C’étaient celles des utopistes socialistes français. »

Et Poutine d’évoquer l’effondrement de la société russe post-soviétique : « Des millions de gens sont passés sous le seuil de pauvreté. Tout cela, il ne faut pas l’oublier. » Face à cette situation dramatique, Poutine, en recadrant l’économie, a fait reculer la pauvreté de 2/3 et augmenté les retraites, par exemple.

Puis Stone, qu’on accuse souvent de complotisme, pose une question qui fâche : « Ne pensez-vous pas que Wall Street travaille activement à détruire l’économie russe, que c’est l’intérêt des États-Unis ? » Ce à quoi l’intéressé répond que les États-Unis considèrent la Russie comme un concurrent plus qu’un partenaire. Au point de mettre le feu à des poudrières : Tchétchénie, Ukraine, etc. S’agissant de la Tchétchénie, les Américains aidaient les terroristes « pendant qu’ils combattaient le terrorisme en Afghanistan. Ça semble tout à fait contradictoire », dit-il avec fatalisme.

Des vérités fusent ainsi de la bouche du Président russe : « J’ai l’impression que, pour justifier son existence, l’Otan a besoin d’un ennemi », quitte à ne pas respecter les intérêts du peuple américain, ajoute-t-il avec raison. De même, il déplore qu’après la disparition de l’URSS, les États-Unis ont eu l’illusion qu’ils pouvaient tout se permettre et ont enchaîné les erreurs – dont Daech n’est pas la moindre ! Le bellicisme américain remonte à loin, Poutine rappelant que la crise des fusées de Cuba est intervenue suite à la décision des Américains d’installer des missiles en Turquie, c’est-à-dire à portée de tir de la Russie.

Au moment d’aborder la question des homosexuels, Poutine précise que sa loi anti-propagande ne les vise pas en tant que tels. Elle est destinée à « permettre aux enfants de grandir tranquillement sans subir aucune influence. » Il remet aussi les pendules à l’heure : « On n’a quand même pas une situation comparable à certains pays musulmans où l’homosexualité est encore punie par la peine de mort. »

Il ne s’en cache pas, son « devoir est de défendre les valeurs traditionnelles et familiales ». Il n’y a donc pas de quoi crier à l’homophobie, plutôt à voir du côté de l’islam qui, nous rappelle cruellement Poutine, est très implanté en France. Quant à la religion, il explique qu’au lendemain de l’URSS – forte d’une puissante mystique –, le « vide idéologique ne pouvait être comblé que par la religion ».

Enfin, aux reproches faits à la Russie de ne pas avancer dans le sens exact d’un Occident oublieux de son histoire, Poutine répond : « On ne peut pas imaginer que la Russie va adopter les mêmes modes de fonctionnement qu’aux États-Unis, en Allemagne ou en France. » Car la Russie a son histoire propre, c’est ça une nation !
Poutine est-il un saint ? Non et il n’y aspire pas. C’est un chef d’État qui est viscéralement attaché à son pays, et c’est peut-être là son crime aux yeux du monde occidental, qui sombre peu à peu dans l’indétermination identitaire et l’ultralibéralisme apatride. Il est de plus un fin stratège politique, qui se résume dans cette phrase : « La question n’est pas d’avoir beaucoup de pouvoir, mais d’utiliser au mieux celui dont on dispose. »

Les critiques ont bien évidemment fusé outre-Atlantique et en Europe. On a reproché à Oliver Stone sa complaisance, ce à quoi l’intéressé a répondu : « Je sais à quel point Vladimir Poutine est haï aux États-Unis et je crois que c’est ça qui m’a donné la curiosité nécessaire pour le connaître un peu plus […] Je crois que le ton de l’entretien se devait d’être cordial et soft pour que la discussion puisse être constructive. Cela n’a rien à voir avec de la méthodologie ni même de la complaisance » (in Les Inrockuptibles).

D’ailleurs, quand on parle de complaisance, je me marre, moi qui me souviens du sympathique entretien d’une Laurence Ferrari voilée avec le très intégriste président iranien d’alors, Mahmoud Ahmadinejad !
Oliver Stone n’a donc de leçons à recevoir de personne.

(PS : la suite du documentaire sera l’occasion d’un second article)

Charles Demassieux

image_pdf
0
0

15 Commentaires

  1. Poutine a la carrure d’un véritable chef d’état, la tête sur les épaules. Il agit en fonction des intérêts de son pays et de son peuple. Il a en plus du charisme et de la lucidité…
    Voilà qui a de quoi le rendre insupportable !!!

  2. Excellent documentaire, Poutine est impressionnant par sa lucidité et son intelligence. Oliver Stone est tout aussi bon dans son rôle, rien à redire.
    Le débat était intéressant sans plus. Juste marrant les réactions des Sinclair, bhl et autres sur la soit-disant « complaisance ». J’ai hâte de suivre la fin du reportage.

  3. Vladimir Poutine est un des rares hommes d’etat digne de ce qualificatif

  4. Interview de Poutine: face aux journalistes qui s’indignent, des internautes pointent une hypocrisie

    De nombreux journalistes ont fait part de leurs états d’âme sur Twitter sur un documentaire qu’ils ont jugé trop favorable au président russe. Les internautes se sont fait une joie de leur rappeler leur passé récent vis-à-vis d’Emmanuel Macron.

    SUITE : https://francais.rt.com/france/40247-interview-poutine-face-journalistes-qui-indignent-denoncent-hypocrisie

  5. J’ai pour ma part trouvé cet entretien très intéressant : pour une fois, le président Poutine n’y est pas diabolisé. Il a du sang sur les mains ? Certes, quel chef d’État n’en a pas… ??
    Mais Oliver Stone met en lumière l’intelligence, la maîtrise de soi (un peu complaisante), la lucidité, l’intransigeance à propos de ses valeurs essentielles et, en même temps, une ouverture d’esprit qu’on n’attendait peut-être pas.
    Est-elle réelle, sincère ? Je l’espère et je le pense : il laisse l’impression d’avoir l’étoffe d’un authentique *homme d’État* — à l’inverse de la grande majorité de nos politiques.

    • Restriction d’eau et bouches à incendie ouvertes : hypocrisie et impuissance de l’État

      (vidéo) extrait : Des alertes qui entrainent des restrictions obligatoires pour les particuliers mais aussi pour les agriculteurs ou les professionnels. Pendant ce temps, les autorités ferment les yeux sur l’ouverture sauvage de bouches à incendie dans certains quartiers qui se transforment – comme à Rennes – en piscine géante.
      suite : http://www.breizh-info.com/2017/06/28/72872/restriction-deau-hypocrisie-impuissance-de-letat

    • Sur votre télé normalement, vous avez une rubrique TV à la demande. Allez à France 3 – documentaire. Pour le débat il faut aller dans la rubrique info de la chaîne. Sinon, il y a le site Internet de France 3.

  6. Vladimir Poutine explique ce qui s’est réellement passé entre la France et la Russie
    RT FRANCE

    Au lendemain de l’annulation par Moscou d’une rencontre prévue à Paris entre François Hollande et Vladimir Poutine, le président russe a expliqué chronologiquement ce qui n’avait pas fonctionné dans les relations diplomatique entre les deux pays.

    vidéo : https://youtu.be/9sQ_bC11Erk

  7. Vladimir Poutine, homme brillant, intelligent, constructif, sain de corps et d esprit, est aux antipodes des chefs d etat occidentaux decadents, corrompus et soumis a l islam, dont la stasiste merkel et l alcolo juncker sont les porte drapeaux,
    Merci a Oliver Stone pour la realisation de ce remarquable documentaire dont j ai hate de voir les deux dernieres parties.

  8. Le débat qui a suivi était également de qualité avec un seul anti-Poutine de service:Bernard Guetta

  9. Poutine est l’exemple de ce que doit être un chef d’État!

Les commentaires sont fermés.