Vœu 2012 : cela s’appellera-t-il l’aurore ?

(Le « Citoyen Ordinaire » jette un regard apeuré sur son pays qui se délite et part à vau-l’ eau)

« Citoyen ordinaire » : oui, que l’on m’explique… Je ne saisis jamais bien vite… Je sens évidemment qu’il se passe quelque chose, mais je me rends mal compte… Ceux qui s’agitent aujourd’hui autour des incendies ne sont-ils pas ceux qui les ont allumés et qui ont conduit notre pays dans cette situation extrême ?

Comment s’appelle, d’ailleurs, cette situation de notre pays où tout se fait à l’envers ?

Quand on casse la famille et pervertit nos enfants,

quand on protège les voyous et les délinquants et qu’on poursuit les honnêtes gens sans relâche ni pitié,

quand on prétend défendre les pauvres alors qu’on les vole et qu’on fait tout pour gonfler les dividendes des nantis,

quand on vit dans un château et qu’on envoie les autres vivre dans les quartiers conquis par la racaille,

quand on fait entrer des étrangers pour casser les ouvriers et réduire les salaires, quand on exige leur arrivée par vagues incessantes pour submerger tous ceux qui ont construit ce que nous sommes,

quand on distribue de manière éhontée des droits sans exiger le moindre devoir, et qu’on veut faire voter la loi par qui n’en a cure car étranger sur notre sol,

quand les truands règnent sur des Régions entières, et restent impunis quand on parvient à les découvrir,

quand les pervers sexuels, les alcooliques et les débauchés se présentent en Père et Mère la Vertu,

quand une seule parole est imposée par la marée médiatique qui noie tous ceux qui osent penser autrement et élever la voix pour le dire,

quand on viole les lois de la République pour imposer la mosquée et l’islamisation rampante,

quand on parle de défendre les femmes alors qu’on les laisse soumises au pire sexisme religieux et politique et qu’on tolère l’esclavage voilé,

quand on veut donner la France aux « Partis de l’Étranger », la soumettre aux diktats financiers, l’accrocher aux aventures atlantistes,

Oui, qu’est ce que cela est ? Comment cela s’appelle-t-il ?

Le Chœur : cela porte un nom, aujourd’hui sinistre, faussé, dénaturé, pestilentiel… Citoyen de notre pays, cela s’appelle LA GAUCHE et la France qu’elle veut !

« Le Citoyen ordinaire » : mais ne peut-il pas y avoir une lueur dans ce noir, une porte dans ce mur, un espoir dans cette désespérance ?

Ne peut-il pas y avoir un mouvement vers la Nation retrouvée, la souveraineté nationale rétablie, l’équité sociale imposée, la laïcité respectée, la démocratie réactivée ?

Ne peut-il pas y avoir une énergie politique qui redonnerait à chacun la force de son identité nationale et historique, réduirait au silence les tenants de la loi religieuse, chasserait les envahisseurs hideux et rétrogrades, satisferait aux demandes expresses de ceux qui travaillent, qui respectent les lois, qui veulent vivre en toute sécurité pour eux, pour leurs enfants, pour leurs biens …une énergie politique qui redonnerait à chaque citoyen son autorité démocratique et son libre arbitre dans un débat politique retrouvé?

Le Chœur : une énergie politique qui balaierait la collusion complice des strates politiciennes claniques et carriéristes qui ont confisqué tous les pouvoirs depuis quarante années ?

Oui, Citoyen ordinaire de France, cela serait possible ; cela aurait, au printemps 2012, un très beau nom couleur du ciel…Cela s’appellerait l’Aurore. Le premier janvier 2012
Empédoclatès

( Librement inspiré de Jean Giraudoux : « Electre », Acte 2 scène 10)

image_pdf
0
0