1

Voilà comment en finir avec les folles rumeurs sur Jean-Brizitte !

Comme pour l’affaire Benalla, il est à craindre que la cellule communication de l’Élysée s’enlise dans une lamentable stratégie. Au lieu de virer immédiatement Alexandre le cogneur, ils ont attendu que ça se tasse et tout n’a fait que s’amplifier jusqu’à l’explosion…

Quand l’affaire Jean-Michel Trogneux est sortie, en août 2021, les conseillers de Brigitte auraient dû immédiatement monter à l’assaut, provoquant des articles, étayés de photos de son enfance, de sa jeunesse, de sa vie de jeune mère de famille, etc. C’est de la gestion de la communication de crise basique, pas une histoire de généalogie.

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=H_ZYOn8kPq8&feature=emb_logo

Issue d’une famille très aisée, nul ne peut croire qu’elle ne dispose pas de nombreuses photos d’elle depuis sa naissance, à l’école, avec ses copines, au Touquet, etc. Pourquoi continuer à les dissimuler ?

Tout est parti de Natacha Rey qui, dès qu’elle la vit apparaître, eut pour évidence que Brizitte était un transsexuel et enquêta trois ans… Certains ne s’obnubilèrent que sur sa perruque et ses lentilles de contact bleu-plastique… déjà bizarres.

Pour nier ce port de perruque, l’Élysée usa d’un procédé qui restera dans les annales. Le palais fit publier une offre d’emploi recherchant une coiffeuse capable de poser des extensions. Du jamais vu ! Jamais la Présidence ne publie une offre d’emploi pour tel poste. C’est un peu technique, toutefois, les extensions ne font qu’allonger une chevelure…  et d’innombrables gros plans sur le crâne de Brizitte corroborent qu’elle ne porte que des perruques (vidéo à 0’45). Lesquelles se remarquent d’autant plus qu’elles sont trop importantes… à moins qu’elle n’ait un volume crânien de type masculin…

https://www.youtube.com/watch?v=46zPD6qlL9g (à 0’47)

Macronella n’a pas de bol, elle est un peu-beaucoup-virile. Elle sourit de travers, pas exactement comme une femme… Malchance pour une dame aussi menue, elle a un cou très fort. De ses larges épaules à ses grands pieds, en passant par ses bras interminables, ses oreilles immenses et son côté très androgyne… il en émane peu de féminité. Les vidéos à côté de Mélanie Trump, pourtant tellement plus imposante qu’elle, ne font que renforcer cette impression.

https://www.youtube.com/watch?v=jKhWH0dfs8U  (à 0’27)

Comme disaient nos grands-mères, elle a une démarche de grenadier. Il est incompréhensible qu’avançant la tête dans les épaules, cuisses un peu écartées… Brizitte s’évertue à traîner à grand peine douze centimètres de talons, handicapant plus encore ses avancées

Quand elle n’est pas en représentation officielle, elle est tout autre… se tient très mal, a des gestes peu délicats et se laisse choir lamentablement, jambes anormalement écartées, coudes sur les genoux, comme un malotrus.

Il y a une distorsion entre son côté un peu « mec » et son look « nana too much« , pas toujours d’un goût très sûr, qui la fit qualifier de « cagole » et d’Essex girl » (fille stupide, un peu légère) par la presse britannique, dont le Financial Times

https://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-financial-times-s-interroge-sur-le-style-cagole-de-brigitte-macron_1906881.html

À l’évidence, Brizitte est très liftée, ce qui lui offre une mine superbe et devrait lui épargner nombre d’artifices.

Toujours trop bronzée, les yeux trop peinturlurés, trop de faux cils, trop moulée…  ce qui dessert son image de grand-mère bientôt septuagénaire et surtout, de Première dame de la République.

Un slim en cuir à soixante-huit ans avec douze centimètres de stilettos, c’est fait pour Amanda Lear et encore, iel fut plus élégante lors de ses dernières apparitions télévisées.

Ainsi barbouillée, coiffée, accoutrée, elle favorise un certain imaginaire… lui revenant aujourd’hui en boomerang.

Il n y a pas que ses conseillers en com qui soient nuls : ses stylistes avec !

Lui mettre des mocassins et l’habiller autrement peut être rapide, la faire se mouvoir différemment, de façon plus féminine,  avec une autre gestuelle, serait un long travail, d’autant plus à son âge, où tant d’habitudes n’ont pas été prises…

En fait, pour faire taire rapidement ces folles rumeurs, le plus simple et le plus rapide serait d’enfin « ressusciter » Jean-Michel Trogneux lequel, selon la notice Wikipédia de la famille, est toujours vivant.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_Trogneux

Daphné Rigobert

À peine moins virile que son garde du corps… à regarder jusqu’à la fin.

https://www.youtube.com/watch?v=zuXyRgl63aE

Une gestuelle aussi féminine que la façon de s’asseoir… (0’45)

https://www.youtube.com/watch?v=EDFz4mGpW3g

Pas fastoche de traîner des talons ! (2’31)

https://www.youtube.com/watch?v=o804cl_fdSc