Voltaire réveille toi, nos intellectuels sont devenus fous !

Publié le 21 décembre 2009 - par

Jeudi 17 décembre 2009 – Débat sur l’identité national à la Préfecture de Melun

C’est avec plaisir que j’ai participé au débat sur l’identité nationale organisé à la préfecture de Melun. Comme je n’étais pas invité à la tribune, ma contribution de la salle a consisté à rappeler ma “vérité” sur le sujet que j’ai résumée ainsi :

Il nous faut mettre les points sur trois i : immigration-islam-intégration

Je suis Français d’origine marocaine. Mes deux parents sont musulmans et je crois que ce débat sur l’identité nationale est salutaire si nous le menons avec franchise et avec tout l’amour que nous devons à ce beau pays et à tous ses enfants, divers et variés.

La nation ne peut être l’apanage d’un parti ou d’un autre et votre couleur politique m’importe peu. Mon témoignage, très personnel, consiste à dire que depuis longtemps, nous tous, citoyens et responsables politiques, nous n’avons pas voulu mettre les points sur trois i, intimement liés : Immigration – Islam – Intégration.

Bien des immigrés avant nous autres, qui sommes d’origine nord-africaine, ont subi des discriminations, mais se sont vite intégrés et puis complètement dilués dans le creuset de fusion que la France a toujours été.

Or l’islam, c’est à dire les prescriptions du coran et de Mahomet, est une entrave à une réelle assimilation ICI et MAINTENANT. Ce n’est pas la faute à Marianne. L’islam est basé sur des interdits et des restrictions qu’il nous faut absolument dénoncer pour émanciper nos concitoyens, musulmanes et musulmans.

Exemple concret parmi tant d’autres : l’injonction faite par l’islam à la musulmane d’épouser
uniquement des musulmans ou des convertis bien circoncis est une prescription inadmissible, inacceptable, contraire au droit des femmes de choisir leur amour et de mener leur vie sexuelle comme elles l’entendent. L’islam est capable de maintenir nos concitoyens musulmans dans des enclos communautaires. Pour ce faire, il est armé d’interdits culinaires, vestimentaires, sexuels, esthétiques, sportifs, commerciaux, sépulcraux etc.

Ma dernière volonté que j’ai déjà exprimée à ma famille est d’être enterré en rang, à côté de mes voisins et de mes concitoyens du cimetière communal qui n’est pas confessionnel.

Aujourd’hui, être français pour moi, c’est avoir le courage de dire NON à toutes les prescriptions liberticides, sexistes, séparatistes et ségrégationnistes prônées par les religions ET surtout par l’islam de mes parents que j’aime tant.

Être Français c’est raviver l’esprit libre, frondeur, iconoclaste et spirituel de Voltaire. Sinon la France mourra d’hypertension hypocrite et de sa langue de bois…d’ébène.

Voltaire, réveillez-vous ! Nos ténors vous ont enterré et ils sont devenus fous !

Pascal Hilout

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi